Poémat

Projet Etwining Garnier et Spatialisme

 BIENVENUE! (cliquez ici pour écouter)

Edgar Morin :
« La représentation est une synthèse cognitive, dotée des qualités de globalité, de cohérence, de constance et de stabilité. Elle est obtenue par un processus de construction à partir de notre perception, de notre mémoire, de nos fantasmes qui nous font privilégier certains aspects plutôt que d’autres. »

 

  • sortir les élèves de certains stéréotypes : « Les maths, ça sert à compter, à calculer, à ne pas se faire voler au magasin… » « Le français, ça sert à être poli, à bien parler, à ne pas faire de fautes...

o       *Comment faire évoluer ces représentations ?

Nombre de mathématiciens considèrent comme « découverte » ce qui est en réalité une « création "

  • Nécessité de la création d’un langage spécifique pour décrire les nouveaux concepts créés .
  • Le système condamne l’élève à trouver. Il faudrait considérer que CHERCHER est en soi une activité formatrice.
  • Acquérir l’esprit critique est indispensable dans notre société surinformée. C’est le rôle de l’école .
  • Il est nécessaire de considérer le travail en français comme une occasion fournie aux élèves pour développer à la fois leur créativité (et le plaisir qui y est lié) et l’esprit critique.
  • Langue et langage :
  • ON IRA  TRAVAILLER , EN  S'INSPIRANT DE L'OEUVRE DE PIERRE GARNIER ,AUTOUR DE L'IDEE DE LANGAGE, DE COMMUNICATION, D'EXPRESSION   CAR L'HOMME EST ESSENTIELLEMENT UN ETRE DE LANGAGE.

    Le spatialisme  Pierre Garnier et sa femme Ilse, ont été les pionniers d’une poésie expérimentale qui rejoignait un mouvement international de poésie dite concrète, à laquelle Pierre donna le nom de spatialisme : la phrase se brise, son organisation traditionnelle éclate ; ne reste que les mots-clés : les mots moteur, les mots miroir. Ils s’organisent en rythmes, en mouvements parlant aux yeux autant qu’à l’esprit. Bientôt les mots mêmes éclatent, libérant les lettres qui constellent la page et y recréent l’espace. A cet éclatement de la phrase en mots, puis du mot en lettres, vont s’ajouter des signes - points, traits, flèches - et des figures géométriques simples - cercles, carrés, croix -  qui deviennent représentation mentale de l’espace et du temps, de la nature, de l’amour, de la mort. Qu’on ne s’y trompe pas : la lecture de cette poésie n’est simple qu’en apparence. Elle demande de se vider l’esprit pour être uniquement qu’un récepteur de signes. De chasser le mode de lecture habituel pour adopter l’attitude mentale qu’on peut avoir en face d’une peinture abstraite. 
  • EN CONCRET:
  • Elèves de seconde et première (15 à 17 ans)
    Projet : Premières productions de poèmes spatialistes par des élèves avec envoi aux élèves correspondants
    A partir  - de signes donnés (dessins, ponctuation, chiffres,...) (30 à 50)
    - de titres (appelés attracteurs ) (30 à 50)
    sur une demi-feuille 21x29.7 cm (15x21) horizontale ou verticale en laissant une marge de 1cm mini tout autour
    (travailler dans  un cadre rectangle de 13x18 NE PAS LE TRACER)
    utiliser un feutre noir
    ( pour de la couleur ne prendre que des couleurs bien visibles
    penser que ces feuilles seront scannées par l'élève ou le professeur (résolution 75 ou 100 )
    ou réalisées avec un logiciel de dessin).
    Vous pouvez travailler sur la poésie, la création, le français et le langage , visuel ou autres choses pour les élèves italiens qui étudient le français
    et   moi  sur la poésie, la création, art plastiques, mots et signes, sens ,nombres, figures, géométrie, concepts et objets mathématiques pour mes élèves qui étudient les mathématiques.
    Il semble intéressant de commencer en classe et de continuer à la maison
     1) Explications et donner les signes et titres de départ
     2) Par exemple chaque élève en produit 5 et en choisi 1
      (cela se fait en classe complète (difficile ?) ou en petits groupes de volontaires.)
     3) Début des échanges entre élèves des différents lycées par mail

    -------------------------------------
    A Création de poèmes par des élèves " style Garnier "

    B Utilisation  de poèmes de Pierre Garnier sur la création du langage

    Arts plastiques : première " la représentation "
     A et B

    Mathématiques :
     Géometrie et définition ou propriétés
    Projet : 5 poèmes par élève avec nom prénom ; exposés
    Maths Français  - Italien  dans les 2 langues
    1 personnage
    1 événement
    1 œuvre
    1 Idée
    1 mot racine commune
      différents mots
      dans différents textes
    --------------------------------------------------------------------------
    GC :(concept en construction ....)
    Concept :
    * dans un cadre rectangle 18x14 exactement vertical en laissant un espace de plus de 1 cm libre
     (sur une feuille demi 21x29.7 avec des marges)
    * un
    * maximum 5 mots  ou chiffres ou lettres, ou symboles ou dessin simple (2 maxi) géométrique, symbolique, stylisé (10 différents maxi selon le concept)
    conseils :
    bien gérer l'espace du cadre (18x14) utilisé
    bien penser le lien mots, lettres, espace
    la signification n'est pas forcément visible à tous les observateurs
    GD :
     Poèmes spatialistes de Pierre Garnier vus (avec dessins)
    GS :
     Poèmes spatialistes de Pierre Garnier vus (tous types)
    GT :
     Poèmes de Pierre Garnier vus (" traditionnels
  • Notre Projet eTwinning s'insère dans un parcours bien plus long et profond mené par le CRDP d'Amien, notamment par M. Alain Devaux

    Supports : les poèmes spatiaux de Pierre et de Ilse Garnier.Production : un DVD pédagogique à propos du « spatialisme ».Réalisation : découverte, exploration de l’essentiel des œuvres spatialistes. Création d’œuvres spatialistes par les participants. Rencontre avec les auteurs Pierre et Ilse Garnier. L’ensemble est filmé et enregistré par les soins du CRDP de Amiens. 

    En conclusion : l’ensemble du travail donnera lieu à un enregistrement et pourra être prolongé par l’élaboration d’outils méthodologiques liés à l’objet  central du projet : la fonction poétique du langage en lien avec la découverte des « représentations de choses » et des « représentations de mots ».