Le marché du prêt à porter en France


Le marché du prêt-à-porter féminin resterait fragile en 2011

  Marché général

Selon une étude réalisée par le cabinet XERFI, spécialisé en études économiques sectorielles sur la distribution de prêt-à-porter féminin, la reprise ne sera pas pour 2011 malgré une légère reprise sur 2010. Ses prévisions sont même à la baisse avec une diminution de 2% en volume et près de 1% en valeur.....ce qui n'est pas si catastrophique, avouons-le.

Pour les ménages dont le pouvoir d’achat stagne, les dépenses en vêtements des Français représenteront moins de 2% de leur consommation. Pour les distributeurs, à cette baisse de demande vient s’ajouter l’augmentation des matières premières comme le coton et l’augmentation du coût du travail des pays principaux approvisionneurs (Chine et Bengladesh). Côté centrales d’achat, l’heure est à la refonte de leur stratégie : approvisionnement , redéfinition de leur offre et de leur réseau de distribution.
Les experts de XERFI ont mis l’accent sur les stratégies mises en œuvre par les spécialistes de l’habillement. Pour les enseignes, spécialisées ou non de la mode femme, elle passe par une croissance interne en maillant le territoire, en modernisant les concepts de vente. Elle passe aussi par des opérations de fusions-acquisitions d’enseignes positionnées sur le même niveau de gamme comme la création du groupe SMCP qui regroupe les enseignes Sandro, Maje,.. etc.
Les véadistes accentuent leur présence sur le Web. Les généralistes renouvellent leurs collections et l’enrichissent de marques en partenariat avec des créateurs. Ils se spécialisent sur des marchés de niche peu exploités (La Redoute a racheté l’enseigne de grandes Tailles Castaluna et Damartex le catalogue de PAP senior Afibel).
Presque toutes les enseignes de mode ont aujourd'hui leur site marchand. Cependant, le web représente une manière différente de consommer la mode  -site de déstockage, d’occasion, d’achats groupés- Ces derniers représentent une nouvelle forme de commerce et donc une concurrence supplémentaire pour les distributeurs de prêt-à-porter qui devront en tenir compte.


  demande
Pret  à porter masculin

 

Avec une consommation en baisse de 4,5%, le marché de la mode masculine devrait atteindre les 5,6 milliards d’euros en 2010 selon la dernière étude menée par le Groupe Xerfi/Percepta intitulée « La distribution de prêt-à-porter masculin à l’horizon 2011 ».

 C’est précisément en 2011 que la situation de ce marché devrait s’améliorer et gagner1,5 % en valeur. Xerfi a estimé à un peu plus de 10 000 unités le nombre total de points de vente spécialisés dans le prêt-à-porter masculin en 2009. Face à des réseaux qui grandissent, les indépendants autonomes, qui représentent 85% du parc, ont du mal à sauvegarder leur part de marché.

En 2009, les ventes en ligne ont progressé de 13% sur un marché en repli de 3%. Pourtant, moins de la moitié des principales enseignes d’habillement présentes sur le marché français du prêt-à-porter pour hommes proposent de la vente en ligne. Pour réussir sur ce nouveau marché, les enseignes doivent arriver à concilier la vente en ligne avec un réseau de commerçants indépendants en proposant un système qui permet à chacun d’y trouver son compte.

 

La jeune génération assume désormais son attrait pour la mode et la beauté. Les hommes n’hésitent plus aujourd’hui à passer du temps et dépenser de l’argent pour enrichir leur garde robe. Pour autant, le consommateur doit affronter une pénurie d’enseignes lui étant entièrement consacrées. Les enseignes proposant du prêt-à-porter masculin s’adressant généralement à une clientèle mixte. Sur le marché du prêt-à-porter masculin, les 10 enseignes leaders dont seulement trois enseignes spécialistes, Jules, Brice et Célio, représentent à elles seules plus de 40% des ventes.


Le premier point non des moindre, certainement non perceptible par les enquêteurs du fait de l’inexpérience en la matière en nombres d’années, filières, produits, qualité, style et création, reste celui du désir des consommateurs.


Pret à porter féminin


 Les entreprises du PAP

 

Selon l’INSEE, dans le commerce détaillé de l’habillement il y a 38 470 entreprises actives en France. Il y a 16 084 entreprises individuelles, 22 151 sociétés et 235 « autres ».

Selon le site officiel du PAP féminin, il y a 2183 établissements de PAP et l’effectif est de 23501 salariés.

Les plus grandes enseignes sur le marché du prêt à porter féminin sont des enseignes spécialisées étrangères comme H&M et Zara.

 

a. Zara

 

Zara est une des principales chaines spécialisées en France. Elle appartient au Groupe Inditex. Son siège social se situe à la Corogne en Espagne. L’entreprise à été fondée en 1975 par Amancio Ortega. C’est la chaine spécialisée qui affiche la plus grande croissance, elle dispose de 899 magasins dans 62 pays avec une nouvelle boutique qui ouvre toutes les trois semaines. Zara vend une très large gamme de vêtement, femme, homme, enfant, sous vêtement, accessoires, chaussure et article de décoration intérieure. Les collections sont renouvelées très fréquemment, c’est à dire environs toutes les deux ou trois semaines et non pas à chaque changement de saison.

Le point for de la marque espagnole est de proposer une ligne de vêtements qui reprend les tendances des grands couturiers, mais à un prix qui, sans être bon marché, reste cependant très abordables pour le français moyen.

 

b. H&M

 

H&M (Hennes & Mauritz) est une grande chaîne de magasins de prêt à porter connue pour proposer à des prix très bas toute une gamma de vêtements tendance , pour hommes, femmes et enfants. Elle se rapproche sous certains aspects de Zara, son concurrent direct. H&M est devenue l’une des références de la mode populaire abordable par tous, avec des collections se renouvelant tous les ans. L’enseigne se distingue néanmoins de ses concurrents directs en proposant, de façon temporaire et exceptionnelle, des collections, créees en collaboration avec de grands stylistes internationaux comme Karl Lagerfeld, Viktor& Rolf, Roberto Cavalli, ou des stars planétaires comme Madonna, Kylie Minogue.

H&M est aujourd’hui présent dans 28 pays et regroupe pas moins de 60 000 collaborateurs ayant tous le même objectif : vous offrir une mode de qualité au meilleur prix.

 

c. La Halle

La Halle fut créée en 1984 au sein du Groupe André, La Halle s’attache à associer les le métier de la mode et celui de la grande distribution. La Halle est le n°1 français dans le domaine de l'habillement discount des Grandes Surfaces Spécialisées.

La Halle conçoit des collections qui conjuguent style, qualité et prix abordables.
Ces collections, elle les commercialise dans des magasins vastes et accueillants où le choix trouve toute sa place. C’est un concept qui séduit aujourd’hui 7 millions de clients.

La Halle fait partie du Groupe Vivarte, leader européen de l’équipement de la personne avec les marques Kookai, Caroll, Naf Naf, Chevignon etc.

Elle possède 420 magasins dont 70 Halle aux Enfants, il y a plus de 75 millions de pièces vendues chaque année.


d. Kiabi

 

Kiabi fut créée en 1978 il appartient au Groupe Mulliez , après La Halle, c’est le leadeur dans son secteur. Son concept s’appuie sur des produits modes qui ont un bon rapport qualité/ prix facilement accessible. Kiabi possède 138 magasins en France. Kiabi s’est implanté en Espagne ( 18 magasins), en Italie et au Moyen Orient. L'enseigne est actuellement en pleine expansion avec l'ouverture de plus de 150 magasins prévue sur les 4 prochaines années.

 




la mode en France




 L’environnement

 

 L’aspect économique et financier du prêt à porter en France

 

L’aspect économique

 

 

Le secteur du prêt à porter génère un grand nombre d’emplois. Le prêt à porter comprend la création et la distribution.

 

Les emplois et l’évolution de l’industrie de l’habillement

 

La production de l’industrie de l’habillement diminue chaque année avec les délocalisations. Sur les cinq dernières années, le tissu industriel de ce secteur a perdu 38% de ses entreprises et près d’un tiers de ses effectifs. La délocalisation fait souffrir les industries françaises .En effet en 2002, 20 % des entreprises de confection ont transplanté à l'étranger tout ou partie de leur production. Pour rester en France, des industriels tentent de se tourner vers le haut de gamme.

 

Ce sont principalement les ouvriers non qualifiés qui ont subi les plus lourdes pertes puisqu’ils comptabilisent à eux seuls 6 600 emplois de moins entre les deux recensements soit plus de la moitié des effectifs. Les seules professions en augmentation sont les ouvriers qualifiés de l’habillement et les conducteurs qualifiés de machines, mais cette évolution qualitative (à peine 500 emplois) ne permet pas de combler les pertes d’emploi.

Sur les lieux de vente, les emplois sont occupés majoritairement par des femmes (85 %).

En matière de délocalisation, le coût de la main-d'?uvre reste l'élément moteur. Dans l'habillement, les salaires représentent en France 60 % du coût de fabrication. Les marques de vêtements recherchent donc en priorité les pays offrant la main-d'?uvre la plus abondante aux salaires les plus bas.

Il n'existe plus de pantalons, de chemises ou même de soutien-gorge qui soient de fabrication 100 % française, à l'exception des produits de luxe. On le sait maintenant, la Tunisie excelle dans la lingerie, le Maroc dans la fabrication des pantalons et des vestes et la Chine dans les tissus de coton. Nous savons que des les années 60 les entreprises françaises de confection ont, fait coudre leurs vêtements en Tunisie et au Maroc principalement. Aujourd'hui, elles redéployent leur système de production en Chine, en Europe centrale, en Turquie. Sans pour autant renoncer au Maghreb, qui réagit à cette nouvelle concurrence en affinant son offre, non seulement pour l'assemblage des pièces de tissu, mais aussi pour les découpes, l'étiquetage, l'emballage et même le dessin des modèles. Les principaux fournisseurs de la confection en France sont la Roumanie, la Bulgarie, le Maroc et la Tunisie. En France l’industrie du textile soufre énormément.

 

Les magasins de vêtements

 

 Les emplois et l’évolution de la distribution du prêt à porter

 

 

En France, il y a 35104 entreprises qui emploie entre 0et 5salariés, c’est la part la plus élevée, en suite il y a 2853 entreprises qui emplois entre 6 et 19 salariés, 340 entreprises qui emplois entre 20 et 59 salariés pour finir il y a que 7entreprises en France qui emplois plus de 2000 salariés.

Il y a une augmentation de l’emploi au niveau de la distribution avec l’explosion du e-commerce ainsi que l’augmentation des magasins en France. Il faut alors plus de gérant, plus de vendeur. C’est un secteur qui recrute surtout pour les métiers de vendeur. Ce sont des métiers qui sont généralement occupé par une population assez jeune et souvent par des étudiants. Les femmes représentent 85% des vendeuses.

 

 

 L’aspect financier

 

En 2005, le chiffre d’affaire hors taxe du prêt à porter féminin en France était de 5 374 millions d’euros. Entre 2004 et 2005 il y a eu une variation de 3.3 %. Le prêt à porter se porte bien, son chiffre d’affaire ne cesse d’augmenter depuis plusieurs années.

En France au niveau de l’habillement en 2005 les exportations étaient de 2 290 millions d’euros et les importations de 3 551 millions d’euros. Le solde commercial est dont de - 1 461 millions d’euros. La France cherche à diminue ce solde commercial négatif. Pour cela, la France doit innover dans les techniques de productions pour faire diminuer les prix et ne plus être dépendant des pays en développement ou les pays comme la Chine ou la main d’?uvre est peu chère.

 

Si le chiffre d’affaire du prêt à porter augmente c’est parce que les femmes achètent de plus en plus. La tenue vestimentaire est devenue très importante et reflète la personnalité. Les femmes n’hésitent pas à dépenser de plus en plus pour leur garde robe.

Le prix de l’habillement reste assez stable. Il hostile régulièrement mais sur une longue période il reste stable.

Le prêt à porter féminin est un secteur important qui concerne toutes les femmes. Il est indispensable, l’habillement est obligatoire. Avec le changement des mentalités, avec l’émancipation des femmes il à prit beaucoup d’importance. De nos jours les femmes cherchent des vêtements qui les mettent en valeur, ils reflètent leur personnalité. La mode est au coeur de l’attention des femmes.

Les femmes sont de plus en plus exigeantes, les entreprises doivent se plier en quatre pour leur plaire. Il existe un grand nombre de produits pour satisfaire les attentes de toutes les consommatrices. Il doit y avoir des vêtements pour tous les gouts, toutes les situations. Il y a différents profils de consommatrice.

C’est un secteur dominer par les chaines spécialisée qui combine mode et bon rapport qualité/ prix. C’est grandes entreprises voient leur chiffre d’affaire progressé chaque années. Elle utilise des politiques de communication et de distributions différentes qui sont très importante pour elle car elles leur permettent de se différencier aux yeux des consommatrices. Les magasins indépendants ont plus de mal à s’implanter face à ces géants. Les ventes de prêt à porter augmentent chaque année. An niveau de la production il y a des problèmes. Les produits sont exportés car les couts de productions sont moins chers à l ?étranger. L’industrie française du textile doit être modifiée. Ce secteur est aussi touché par la contrefaçon qui est un véritable problème pour l’habillement, surtout pout le prêt à porter de luxe.