un précurseur

L'entreprise Viratelle est née à Paris en 1907 grâce au soutien de la société Blanc-Garin & Cie.

 Marcel a ainsi commencé à travailler sur les premiers  brevets et prototypes dès 1905 qu'il a ensuite reversé dans le capital de sa société en 1918 :

BREVETS FRANÇAIS :
  • Un brevet d'invention prix en France le 1er juin 1906 sous le numéro 364.844 pour 15 années ayant pour objet un changement de vitesse applicable particulièrement à l'automobilisme
  • un brevet d'invention prix en France le 15 février 1907 sous le numéro 372.273 pour 15 années pour un changement de vitesse destinés à l’automobilisme.

BREVETS ÉTRANGERS :

  • Brevet étranger un brevet pris en Angleterre le 2 avril 1906 sous le numéro 7.704 pour une durée de 14 années pour un changement de vitesse applicable particulièrement à l'automobilisme.
  • Un brevet d'invention prix également en Angleterre le 7 décembre 1906 sous le numéro 26.905 pour une durée de 14 années pour un changement de vitesse destinés à l'automobilisme.
  • Un brevet d'invention prix en Amérique le 25 avril 1911 sous le numéro 990.824 pour une durée de 17 années pour un changement de vitesse destinés à l’automobilisme.
  • un brevet d'invention prix en Belgique le 27 mars 1907 sous le numéro 198.922 pour 20 années pour un changement de vitesse destinés à l’automobilisme.
  • un brevet d'invention prix en Belgique le 27 mars 1907 sous le numéro 198 922 pour 20 années pour un changement de vitesse destinés à l’automobilisme.
  • un brevet d'invention prix en Suisse le 1er avril 1907 sous le numéro 46179 pour le pour 15 années pour un changement de vitesse destinés à l’automobilisme.
  • Un brevet d'invention prix en Autriche le 10 novembre 1910 sous le numéro 46.161 pour 15 années pour un changement de vitesse destinés à l’automobilisme.

PROTOTYPES :

  • une voiturette Viratelle cylindrée 600 cm3 3 vitesses et marche arrière lancement du moteur au pied.
  • une motocyclette Viratelle cylindrée 176 cm3 circulation d'eau radiateur ventilé 3 vitesses lancement du moteur à la manivelle
  • une motocycle Viratelle cylindrée 197 cm3 refroidissement par air 3 vitesses lancement du moteur à la manivelle
  • une motocyclette Viratelle cylindrée 218 cm3 circulation d'eau radiateur ventilé 3 vitesses lancement du moteur par manivelle, cette machine est accouplée avec un side-car.
  •  une motocyclette Viratelle avec side-car cylindrée 350 cm3 circulation d'eau radiateur ventilé 3 vitesses lancement du moteur à la manivelle, en 1916 comme en témoigne la photo ci-dessous prise en avril 1916 au parc de la tête d'or à Lyon :
                                                                                                                                                                Photo Viratelle

On remarque que la suspension est de type fourches à parallélogramme Druid n'est pas celle des derniers modèles breveté à lamelles.

il roulait déjà avec le modèle de sidecar qu'il allait industrialiser, c'est probablement cette maturité technologique qui lui a permis de valoriser les études de sa précédente société créé le 27 avril 1907 : "Viratelle et Cie" en obtenant le soutien des investisseurs.

il était issue d'une famille modeste et il n'était âgé que de deux ans lorsqu'il a perdu son père.

Notre grand-mère disait : "il aurait pu vendre ses brevets car on lui avait proposé mais il n'avait jamais accepté de le faire car il voulait que son nom soit apposé sur ses motos

Il se déplaçait rarement en voiture car il préférait la moto ou le side-car.

Marcel n'avait pas eu d'enfant et avait "pris sous son aile" notre grand père Marcel (désiré) qu'il emmenait à Lyon où il eu une "enfance dorée".

Marcel vivait en seine et marne à Pontault-Combault sur la fin de sa vie et venait souvent au café à Mondreville pour retrouver sa famille.



Article tiré du site http://www.moto-histo.com  :

"On sait relativement peu de choses de la marque Viratelle, si ce n'est qu'elle a existé de 1907 à 1924.....

Ce site contribuera en partie à combler cette lacune.

.

.....Ce dont on est sur, également, c'est qu'elle aurait du révolutionner le monde de la moto, puisqu'elle était dotée d'un bloc-moteur (donc : d'une boite de vitesses), refroidi par eau, d'une transmission finale par chaîne ainsi que d'une suspension avant......


nous pouvons ajouter : une boite de vitesse semi-automatique, un système d'attelage rapide pour l'option side-car, un frein a tambour a double commande, un carburateur a commande unique, un système de suspension intégral du pilote...

..

.....Chacun de ces éléments était déjà rare individuellement à cette époque. Ils ne s'étaient jamais retrouvés réunis sur une seule moto ... et n'apparaîtront en série que 70 ans plus tard !  ( GT 750  SUZUKI de 1975 3 cylindres 2 temps à refroidissement liquide)

On ne peut qu'en déduire qu'une telle moto est apparue trop tôt. Ce qui a probablement entraîné sa disparition précoce."


La concurrence dans la région de Lyon était également très importante puisque de nombreuses marques de motos étaient présentes à cette époque (Deronzière, New-Map, Koehler-Escoffier, Simard, Bufflier, MGC, Monet-GoyonBFG... ).

Le contexte de l'après guerre était également peu favorable à l'industrie motocycliste française, en effet, pour le prix d'une 350 VIRATELLE, il était possible de faire l’acquisition de deux Harley avec side-car dans les ventes de surplus militaire.

De plus, l'histoire de l'entreprise VIRATELLE est intimement liée à celle de la SLIM ("Société Lyonnaise d'Industrie Mécanique") en effet les principaux actionnaires de la société anonyme des Motocyclettes et automobiles VIRATELLE ne sont autre que Marius ADENOT et Jean Taillandier eux même actionnaires de la SLIM.

La  Société anonyme des Motocyclettes et automobiles VIRATELLE aurait changée d'administrateur en 1923 pour devenir la Société Mécanique Industrielle du Rhöne, mais la faillite de la SLIM en 1925 a fait disparaitre la marque définitivement.

Marcel a eu la malchance de vivre à une époque ou il a connu 2 guerres mondiales et la répercussion de la crise économique de 1929 en europe.