Histoire de l'entreprise

  • 1905 création des travaux et premiers prototypes sous le nom "syndicat des brevets Viratelle"
  • 1906 présente au salon moto au stand des Fils Peugeot Frères sous le nom "syndicat des brevets Viratelle"
  • 29 avril 1907 : création de la société "Viratelle et Cie" 49 rue du Surmelin à Paris au capital de 60 000 francs en commandite simple.
    • les commandités : Marcel Viratelle et Henri Conrad Blanc-Garin en nom collectif
    • les commanditaires : société Albert Blanc-Garin et Cie
      objectif : achèvement des études concernant les moteurs et changement de vitesse pour le cycle ou l'automobile dont monsieur Viratelle est l'inventeur, la mise au point et la démonstration de ces inventions.


https://sites.google.com/site/marcelviratelle/histoire-de-l-entreprise/Capture2.JPG

Marcel VIRATELLE est associé avec son ami Henri Conrad BLANC-GARIN (négociant à Levallois-Perret) qui est aussi le principal investisseur.

  • 12 janvier 1918 Société anonyme des Motocyclettes et automobiles VIRATELLE  Lyon 20 rue Centrale  ;Cap. : 500.000 fr en 5000 actions de 100 fr dont 1000 libérées à la Société Viratelle et Cie pour ses apports.

extrait acte notarié (archives départementales du Rhône):



                Président :

  •   Jean Taillandier, 20, rue Centrale, Lyon (Banque Centrale Lyonnaise)

Administrateurs :
  •   Marius Adenot, ingénieur, ancien directeur technique de la Société anonyme des automobiles Th. Schneider à Besançon puis directeur de la SLIM propriétaire à Décine (Isère),
  •   André Deloy,  (Edmond André),fils du Général DELOYE, Directeur de l'Artillerie au Ministère de la Guerre, Industriel à Paris, 62,rue Saint-Fargeau, Paris,
  •    Jean Chauffour, Fondateur, collaborateur de '1a. banque Taillandier et Cie domicilié 25 rue Hénon à Lyon,
  •    Jean Dutrieux, Ancien négociant en pneumatiques, 56 Cours Morand à Lyon,
  •    Georges Rinck, Directeur de la Société des brasseries rinck, Cours Suchet 66 Lyon,
  •    Gaston VERLIEEICCH, négociant en soieries, rue de la République 3 à Lyon, Propriétaire Chemin de Vassieux à Caluire (Rhône), 

  

                                        (source : la machine Moderne décembre 1918)

L'histoire de l'entreprise VIRATELLE est intimement liée à celle de la SLIM ("Société Lyonnaise d'Industrie Mécanique") en effet les principaux actionnaires de la société anonyme des Motocyclettes et automobiles VIRATELLE ne sont autre que Marius ADENOT et Jean Taillandier eux même actionnaires de la SLIM.
Cette société fait faillite en 1925, date à laquelle l'entreprise Viratelle n'est probablement plus soutenue par ses actionnaires.


En 1918, Marcel Viratelle a créé la Société anonyme des Motocyclettes et Automobiles Viratelle.

Son siège social a été fixé 20 rue Centrale à Lyon, comme la SLIM (nous avions signalé cette coïncidence d'adresses similaires à l'époque). Sa vie va être plutôt agitée: le 15 novembre 1919, le Conseil d'administration, présidé alors par M. Taillandier, décide de porter le capital de 500 000 F à 1 500 000 F, puis il passera ensuite à 2 000 000 F, avant qu'il ne redescende à 500 000 F et qu'il soit mis fin aux fonc­tions de celui dont elle porte Je nom (en juin 1922, nous dit Pierre Lucien Pouzet dans sa Grande A venture Automobile Lyonnaise). Elle finira par devenir Société de Mécanique Industrielle du Rhône et la SLlM en prendra le contrôle, sans que nous puissions préciser dans quel ordre se passent ces deux évènements, les différentes sources dont nous disposons se contredisant.
Quoi qu'il en soit, la présentation d'un cyclecar SLIM à la Foire de Lyon constitue manifestement un ballon d'essai, mais l'essai n'a certainement pas été concluant, puisque ce modèle ne figurera jamais au tarif, ni à la SLIM ni chez Viratelle, et ne sera jamais soumis à l'homologation des Mines


extrait de : "La Saga Des Pilain Lyonnaises" de Claude Rouxel







En réalité la société Viratelle a été installée dans des locaux appartenant à la SLIM chemin du Vallon à LYON st Clair dès sa création en 1918 puis suite à la demande de recapitalisation en avril 1919 auprès du ministre du commerce et de l'industrie, cette demande ayant été acceptée, l' entreprise Viratelle s'est installée vers 1920 rue Jean Bourgey.




Assemblée genérale extraordinaire de la SLIM :
"....La démission de M. Taillandier,  banquier a été acceptée, et l'assemblée a approuvé la cession de la société Viratelle, bien que cette cession ait été faite avec perte, mais ayant dégagé la socété d'une charge...."
extrait du : "Marché automobile" février 1924





L'hypothèse la plus plausible sur l'aventure industrielle de Marcel VIRATELLE est la suivante :

Marcel serait monté en région parisienne pour trouver du travail, il aurait travaillé pour la société le Rhone boulevard Kellerman à Paris.
De 1900 à 1905 il effectue son service militaire dans le 42ème régiment d'infanterie.

A partir de 1905 il commence à présenter des prototypes de moto dans les salons et en 1907 crée sa société,

Suite à l'attaque allemande sur la France en août 1914, dès décembre1914, les industries d’armement sont réquisitionnées par l'état français.

Le ministère de l’Armement oblige les dirigeants de la SMGR (Société des Moteurs Gnome et Rhone) à délocaliser une partie de la production hors de Paris, menacé par les obus allemands, vers le sud.
 L’usine Arcis-Long, cours Emile Zola à Villeurbanne près de Lyon  voit venir de Paris des machines-outils, des pièces et les ouvriers, mais elle est trop petite. Un second site est trouvé à Tours aux usines automobiles Rolland-Pilain.
et obligées à une réorganisation des moyens de production, une usine de réserve est ouverte en catastrophe à Lyon chez Cottin-Desgouttes (automobiles).

Marcel est rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale du 1er Aout 1914  ses talents de mécanicien sont mis à contribution et lui évitent de partir au front dans l'infanterie, il travaille pour "Le Rhone" à Lyon chez Cottin-Desgouttes comme en témoigne son livret militaire.

Marcel a fait partie des personnes qui composaient les équipes destinées à soutenir l'effort de production des moteurs d'avion sur Lyon, cette délocalisation étant stratégique.

Il a probablement commencé à nouer des liens avec des gens de valeur comme en témoigne les archives de l'école centrale de Lyon (peu-être à l'arsenal de la mouche).
Sur la base de la connaissance du tissu industriel lyonnais et de collègues de travail, au lendemain de la guerre, les usines d'armement tournant au ralenti, il transforme sa société en 1918 en augmentant son capital.

La société Viratelle s'installe dans des locaux appartenant à la SLIM chemin du Vallon à LYON st Clair dès sa création en 1918, ceci étant probablement du au fait que Jean Taillandier soit président des 2 sociétés.

Suite à la demande de recapitalisation en avril 1919 auprès du ministre du commerce et de l'industrie, cette demande ayant été acceptée, l'entreprise Viratelle s'est installée vers 1920 rue Jean Bourgey où la production a réellement débutée.

A partir du 03 Novembre 1922, la société Viratelle est reprise par la SLIM actionnaire majoritaire, Marcel revient sur Paris, il crée une troisième société et s'installe comme constructeur-mécanicien 6 passage des tourelles à Paris le 1er juin 1929.
Le registre du commerce indique que cette société est  enregistrée jusqu'en 1954.
Pour des raisons économiques, Marcel est retourné travailler à la société Gnome et Rhone en 1932 et en est parti en 1940 comme en témoigne les archives du musée SNECMA.

Il reste des zones d'ombre qu'il conviendrait de lever mais la trame générale est probablement celle-ci.