novela


here the story what even during  the protest of Carcassone in the south of  the France), ...strange as a grimace can look  a laugh

La manisfestacion de Carcassona.

per aparar la lenga occitana... I èra coma a la de Besièrs.


Ostal Bodou

Ostal Roqueta.M 

Ostal Mistral 

Ostal Calelhon 

Ostal Manciet 

casal nòstre

Taban

cardabela 

ostal d'occitania tolosenc

F BRUN

Calandreta mureth

POC

Jacme 

IDECO(crompar de libres)

Radio Occitania 

paratge

Trobadours 

Nord Vivarais

Jean Duvernoy et l'inquisition


 

tornar acuèlh

La crida de Carcassona e lo crid d’un gafet. Novèla

 

Lo 22 octobre 2005, nosautres venguèron dotze mile a la manifestacion,  dotze mile calucs d’estre dotze mila, amassats al mitan d’una vilòta susprèsa. Era la mai polida crida que se poguesse veire  dempuèi bèl brieu, dins l’encastre de l’Occitania e per l’Occitania. Qu’es pas un païs qu’exista segond las trèbas jacobinas que nos menon sab pas ont.

La poliça nos comptèt dotze mile e nosautres paures nècis èrem tant ùros de nos veire tant nombroses que nos acontentèron d’èstre dotze mila, a bramar coma d’ases pauròts, d’esser un pauc mens solets dins son canton. Alara qu’èrem d’artèlhar la plaça Chenier puèi los baloards cap a la ciutat, te vegèt al ras de las nivòls coma l’anoncia d’una capitada, mas aviai lo còr lèugier coma lo d’un parpalhòl golut, qu’aurià  mai que tròp, pompat la sava de las flors a la prima e que, èra tot vistable que sauprèm pas consi far per tornar trovar lo camin de l’ostal e  quitar la manifestacion.

Praqu’ò la trobèrem la sortida totjorn lo còr leugier..

Ieu e Peire artèlhavam de zig e de zag, e fasia un caumas del diable. Coma la meteò  diguèt que tardaria pas de ploure, aviai près l’impèr, doblat de lana que me ven dèl mèu grand. Un vestit de primièra pèls Nepalais a suspausar, que lor prenguesse la falordisa, (quauques còps), de caminar  a quatre mille mèstres d’altitud, mas pas aici dins las planas mediterranéencas.

Lo fach es que de contunh Peire me parlava. Me disia lo Peire : los ressegaires quitan pas de nos sevelir, amb las antiquitats e lo vielhum. Te mostrarai ieu !  Veirèm çò juste cossi se passara aici.

A vièlha puta que nos mespresan nosautres, los aparaires de la « causa  perduda ». Vertat que foguèt una joià de veire que siaguessèm pas à mand de morir.  Aladonc podiam pas far mens que de n’en èstre.

Da vegadas, Peire lo mieu amic, repapiava e s’acapriçava :  « tot s’encadena qu’òm vòlgue o pas, tot se ten, lo travalh, la dignitat, la lenga ». Sus aquèla mèna d’idèia avèm destapar lo tresen litron.

Ren que de veire lo cèl se vesià que te fasia un caumas del diable e que non servia de rès  que de cercar de beure. Aviai cargat lo vestit de nèu e n’en podiai pas mai. Sai que Pèire perdià l’esperit,  torna mai m’assadolèt :

-«  … d’unes còps las cambas, benlèu l’esperit vòlon pas gaire s’amodar. Mas aquèl monde acavarem plan per lo cambiar ».

OC. L’aviai dins lo còr la protesta. Lo pretzfach, l’aviai dins lo còr. Aisit que de l’aver. Benlèu.  Que me disiai; amb estrambord d’ajudar los amics, de los sostener, pèls joves, los aujòls,lo mèu païs. E ieu tanben de me consolar un pauc en chucant a galeta; que siaguessen  empraici, amassats, afogats, coide al coide, còr al còr,   per tenir naut lo cap, e qu’un jorn per bèl astre, los jacobinaires de tota mèna, n ‘en finiran amb lors crimis vergonhos, de nos negar lo cap jos l’aiga, dusca a nos tuar coma dels carnas vièlhas, de nos desalenar, nos crebar denonenton, totis. E que cadun  prenga ço sieu.

Tot aquò per me bolegar las tripas. Vesètz coma nais l’idea falorda. Una mèna d’ideia quauqua ren curiosa que non, jamai menèt son òme endacòm mai.

Al cap de la règa, a la cima de las volontats darrièras , i a las ideas que mènan al non rès.

E aprèp las ideas que mènon a la mòrt, i a encara las falsas ideas de los que creson que sa  vida la mestrèjan.  Se pren al cap dels dèts. La quimèra  m’alena e me fasia  bredonejar. Los nostres mossuròts de mestier de drècha coma d’esquèra, quitan pas de nos esclafar. Messorgiers, mossuròts  de mestier, volontan de diversitat, de pertot, a l’estrangier, subretot, en co des Inuits o de Russia, mas pas aici, a nos comptar lo ren, a nos jetar l’armòna, la caritat d’una pèçota, com’un gromèl per ren sens nos coneisser, sonque sens mirar los òmes , e los grands que los noms  son oblidats de las stèlas dels monuments, amagats, enterrats, sevelits, als totis mòrts oblidats de la grandor françèsa que s’atuda cada jorn un pauc mai,  de la placa ont sem, coma se parlon als paures , quand  dison qu’aquò suffis, los fainéants , los golamas, los paucs vals, los ruffians,  que se dison de lor pietat auturosa, qu’an pro donat .

 Aici es la patria dels drechs de l’òme ? Alara que nostra lengua d’Oc e las quites autras lengas, son lo ben lo mai precios de nostra condicion umana. Perque nos volon  escanar ? Es per aquo que los aujòls moriguèron per millions. Per esser mai grand de nostre pichonèsa ? Per dire que le françès es tan bèl que los pòbles daissan tombar sul pic lor « patoès » tre qu’ausissan parlar françès ?

Mas las lengas an la pèl carnassuda, com’oc mostrèt lo crid d’aquèl dissabte.

Ont n’es aquèl miegjorn a mand de crebar, vendut pel troçes de pertot ? Parlarai pas de PACA, ara la venda toca Miejorn Pireneus, Lengadoc Rossilhon. Aici los joves « montan »  travalhar cap a Paris amb totes lors diplòmas. E se n’i a pas cap de plaça ailabas. S’en van cercar endacòm mai. De Paris maites d’anar cap a Londra, America, o Australia. Dison los francimands anglicisats que lo camin es aval, luenh, dins païses estrangièrs.

 

Aladonc, me soveni d’aquèla jornada ensolelhada.

Ai empegat d’afficas de pertot tot al long de l’avenguda Niel , Douzans, de las Pirenèus ; suls pals de la lum e sus la plaça del mercat. Fetiboment, n’aviai empegat  sus las veirinas del fornièr, dèl mieu carnasaladièr e autres mercants. Elses m’arregardavan en sorisent en se disent que fau de tòt per far un monde, e pas trop de politica. Que fasia partit de la pratica, que benlèu d’unes an lo drech vertadier de traluquejar… Que lo sembla vièlhum finira per passar coma la joinessa, tal l’auratge. Mas se m’aviatz vist amics, coma ieu me vei , quand me miri cada matin  al miralh,  Don Quichotte èra davant los molins e oc podrietz ne rire golardement.    

Se trufar ? Es de milhor vendre ? Benlèu qu’auriai pogut pissar sus las veirinas sen que non diguèsson rès.

D’un autre biais cal dire  que per pissar es pas la joia, mas finira per passar. Que lo carnasaladièr vend un carna de primièra, de la salcissa , de morre de védèl, de la galina , de rits , de la sang, dels fètges d’aucas, de cambadjon de Lacaune o de Roèrgue, mas espèra ; es pas tot, quand li ven l’embèja, te fau petar de fricandèls, o de fritons e que te sabi encara, ço que far qu’ai mai que mai de colerestèròl. E una camba que vòl pas seguir l’autra,..

Aladonc, te disi que lo carnasaladièr es un tipe que sab lo mestier de la lenga de brau e de l’estomaq de fèda. Es un vertadier golardas qu’auria pogut far une carrièra dins la politica.    

Mas se pòd que siaguessi  tròp afanat auèi  per contar ‘quèla historia qu’arribèt a Carcassonna.

Escotaz. O l’òme cal dire que sortiguèssi pas sovent dèl canton.

Aquèsta còp sortiguèri la Laguna de tipe 2 ; coma lo film, e oc , taxi 2, l’avetz pas vist a Marselha aquèl film del caluc que fan pètar los radars de la policia. Mentre qu’es pas lo subject, lo prefach se dis non ?  

A las uèch oras del matin , sem partits dins la laguna2 de l’autre costat de Tolosa , al magasin « Auchan » que se sona « Occitania », un bèl nom. Pèl còp me diguèri que lo director èra un amic afogat de la « causa ».

De fach, quand espèreron sul pas, l’òme sortiguèt de la botiga per nos caçar. Urosament èrem nombroses, mai de cent personnas, amb los drapèus de la crotz occitana. Lo gus bisquèt bravament puèi nos daissèt quand vèjet las cabrètas, l’accordeon, e lo flautaire.

Vije que li avem copar lo gost de parlar del nostre  païs. Mas m’engani encara un còp de mai, benlèu que s’en chauta de tot…

I avia dos carris , verds, cinquanta plaças siètudas, amb los climatisors, la tele, la radio, la lum affinada coma darrièra las tampadas.

Partiguèrem a cinquanta , e arribant al fort ;

Erai mais diès mila amb nostra estrambord

Erem pas mòrts, mas crebat de marchar.

De la pala clartat que tomba de las estelas,

Mostravèm  als flics tancats nostre morre  

Parli de memoria. Un poèma d’un amic perdut dempuèi.

Bon per entemenar lo viatge, aviai previst, una botèlha d’aiga roge, un paqueton de bescuèchs, de bonbons, de chingòmes. Eri a passar per Labarthe sus Lèze per cargar Peire. El fasià un regime, cent cinquante grammas de pan, un boçin de formatge desgraissat e poma per acabar.

Nos sem pargats sens complicacions, davant Occitania AUCHAN,  e avem artèlhat una mièja ora.

De Roèrgasses an commencats de jogar la cabreta, e de tornèjar sul parcatge.

N’aviai ja un sadol. Puèi los carris que capitavan pas de trobar la dintrada son arribats.

Avem trapar la sortida dèl Clapas cap a Carcassona. Peira sortiguèt de libres de la saqueta.

Un de Peire Mancièt, un de Peire Pradèl, un òme que lutjèt contra las clavadas de las minas de la Sala, e que se tuèt, e la revista « Oc » vertarièrament originala , que parla de tot e de ren, poésia, contes , novèlas e autras.

E avem viatgat un ora e de mièja e sem plan arribats al pòrt.

Aviai pas oblidat de prendre lo parapluèja , l’impermeable doblat de lana, que la meteò diguèt de se mesfisar del cèl. Que devia anivolar segond las informacions. Aquò faguèt , que sortiguessi pas del autobus qu’èra ja mitat crebat de calor. Susavi com’un biou. Alara de que far. Los joves èron afogats, ieu èri estabordit. Cantavon, dançavon, cridavon en jitant las cambas e los brasses.

Amb Peire que me pareissia los conneisser a totes los amics, nos sem sarrats d’una font assecada , al mitan de la plaça. A la debuta los Carcassès nos arregardèron coma dels calucs.

De qu’es aquela manifestacion « Occitana » ? De que son aquelses espelhandrats ? aquelses trucas lunas que volon aparar l’Occitan ? Qu’es aquò ? L’Occitan ??? Lo patès OC coneissem. Lo parlem amb la mamèta, mas l’Occitan, o vèsèm pas…

A mai aqueste matin ausiguèt un jornaliste demandar : «  de que volètz vosautres, que sètz plan liure de lo parlar amb la familha quand o volètz ».

Lo jornaliste françès es per la libertat endacom mai, vòl aparar las lenguas , Inuit, Quebequèsa, Indianas, totjorn  endacòm mai. Lo jornaliste françèse oblida pas jamai que tot dèu èstre aparar endacòm mai mas pas en França, pas aici. Lo jornaliste françèse es per la libertat dels autres.  Reverta un deputat que dona, cada annada,  una misèria per una calendrèta e que se creis tengut de remembrar cada annada , las valors de la republica que creis amenaçada, lo piòt, libertat per totis, solidaritat, frairenal. Mas pas aici dins lo mièjorn, endacòm mai .

Los cars contunhavan d’arribar.

Coma n’aviai ren de manjar e que Peire te fasia un « regime » d’infern, amb la cencha granda, soi partit cercar un pauc de noiridura. Las gents te fasian una coa del diable. Per manjar una piza mal cuècha, un sandwich de pan de miga calia esperar una mièja ora.

Crompèri un sandwich oriental, un veirat de vin, una tassa de cafe. E tornèri veire Peire sietut a l’abroa de la font sèca. Al centre de la font mirèri l’escultura mastòc d’un òme estatufiat d’ont obliguèri lo nom. Los enfants s’arrapavon a l’estatua, las maires parlavon.

Nosautres faguèrem lo torn de la plaçòta davant de nos tornar siere a l’ombra de la font.

Crompèri un autre litron de vin, puèi un pauc pompèta aguachèri los enfants qu’escalavan lo monument. Montavan e sautavan dins lo voïde coma se res non estava. Fasia calor.

Lo jòc  lor agradavon a totis. Sonque n’avia un que jamai davalava.

Los carris contunhavan d’arribar. Ara èron mai de diès mila , al ras de quinze mila benlèu mai. N’en venia de pertot . Me soveni subretot dels bascas, dels bretons, e dels laneses que marchavan suls escaças , luenh , naut al dessus de totis. Jogavan las musicas, dançavan sus las escalças. Sus l’estrada totes los portas paraulas dels païses occitans parlèron. I aguèt lo quite burèu de las lengas europeencas per portar lo sosten européenc.

E los enfants contunhavan d’escaladar la stèla.

Vejèt passar los Provençaus, de braves qu’avian endura mai de cinq oras de viatge.  Bisquèri, la patria del prémi Nobel èra pas gaïre representada. Mas d’Auvernha, de Bearn, de Roèrgue, de Montpelhier, de Bordèu, de Marsilha, de las valladas alpinas , de la val d’Aran, oc de pertot , s’amassèron los que volian pas crebar. Mai que tot, i avia força joines polidament mascarats.

 

Tornamai, me tornèri passejar puèi sière, amb l’amic, à l’ombra prigonda dels platanas. D’en lai podiai agachar l’espetacle del monde que s’agradavan de se veire, de se trucar, de se paupar , de se  reconneisser, tu a ieu e nos als autres , fraires d’una idea caluca, que nos ten las tripas, una idea que t’empacha de dormir, l’idea de tornar trovar ço qu’avem perduts, que nostre pòble pèrd  qu’aquèl pòble  vei tot d’un biais tant e trop universalista que se nega, e la causa ultima que nos cal aparar la lenga d’oc, quand se vei que lo miralh grand del monde, lo miratge grand  de la revolucion de la nacion francèsa es a mand de desapareisser.

Sus la stèla , lo negrilhon s’arrapava, e nos grimacejava de luenh.

Cridava coma un falord de negrilhon, mentre que la sia maire , vestida de bragas orange e d’una camiseta de marinier , parlava e bracejava amb una còla de jogaires bredons de biniou, que se tustavan amb un cabretaire milhautenc. Amagina un pauc, los lanès que marchavan amb lors escalças, des tròns de musiquejaires, dels tams tams, dels catalans que fasian l’escala, de fums de mangiscla , de crids , de cants, dels discorses tant que ne vòl.

Per n’acabar un bruch del diable.

Quicom m’estonnèt a mai lo negrilhon que gulava coma lo lop ; aquo’s los Carcassès. S’en vesian pas gaire a las fenestras. Praquo i avia de polids ostalasses  al long del baloard.

Peire  me passèt la botèlha de vin qu’avia crompat a z’un vinhairon dèl Clapas. Lo cap me virèt un còp de mai. I tornèt lo litre. Sus la stèla lo dròlle m’ensolentava.  D’aici se pareissia que se risia sens vergonha a ne plorar. De lagremas li degolinavan sus las potas. E m’agachava lo paucval, ieu coma se podia pas lo trapar mentre que siaguesse estar montar de  très mètres de naut. Me levèra . e diguèri a Peire :

-         aquo suffis…

-         mas de que ?

-         gaita lo gaffet sus la stèla ; se trufa de ieu…

-         ont ?

-         sus la stèla…

-         e de que fa ?

-         veis, cossi se trufa, ‘gacha, lèva lo dèt lo galapian.

-         mas non , crid per la maire , se veis…

-         te disi que non , fa ja un momenton que lo gaiti mentre que me far guinhèta…

-         Creis...quala mosca te pica ?

Me levèri sens parlar pus. Non èra lo temps de parliquèjar. Lo negrilhon èra mal gracios, se la sia maire volia pas li ensenhar la politessa, ieu podia totjorn li ajudar quite à distribuir un parelh de tòrniòlas . Qu’aquo’s costa pas car e pòd portar gros benefici, coma disia lo mieu grand. Marchèt cap a la stèla a mai, ai oblidat de notar lo nom de l’illustre que tronava sus la peire cussonada. Suls costats l’escultor avai plaçat dels pichòtas testas de leon. Lo jove s’i arrapava coma podia e son tennis alisava de contunh. M’arregardèt arribar cap à èl. E lo gulampas tornèt me grimacèjar una insulta. Praquo alisèt un còp de mai. Pèl còp me diguèri que lo colhonèt èra a mand de tombar coma una pèra madura entre mos braçes e qu’anavi capitar lèu a li donar co que s’ameritava. Una brava tornada.

Mas lo jove s’acranquèt per miracle. Me diguèri sul pic que perdia  ren per espèrar.

Mas alara que m’avançava pus prèp véjèri que las lagrèmas avian daissat dels traças dins la posca sus sas gautas. Mas non èri pas pus qu’a très mètres e lo dròlle se risia de totas las dents. Las vesiai totas blancas mentre que cutava los uèlhs. Miladiou m’apreparèri a lo bolegar.

Puèi d’un còp comprenguèri. Lo dròlle m’agachava los uèlhs  tot plens de lagrèmas

Lo jove risia pas cap. Podia pas se desempegar de la stèla.Vertat que plorava. N’en aviai los dèts que sanhavan. Que cridava per ajuda dempuèi una ora. Cridavi sus la stèla mas degun l’ausissian pas.

Vergonhos levèri los braçes e lo pauròt s’i jetèt com’un perdut. Lo pausèri pèl sòl.

Puei s’estavaniguèt entre las gents alara que la protesta commençava . Cercavi la maire sens la trobar. M’en tornèri me siere soscaire e vergonhos. Peire me donèt de vin. Me calèri. M’èri enganat d’a fons a cima.

Puèi, una question commencèt de me tarabustar, e me quitèt pas lo deute de las  mieunas sentidas. 

Vejèt de tot coma tot òme, lo pièger e lo milhor.

Sus placa pichòta de Carcassona, davant la font sèca me soi enganat. Me diguèri que lo dròlle èra de la pèl nègra e qu’es pas aisit  de veire, decont èri, de luenh ço que se passava, entre los rires e los plors. Mas dempuèi una question me demòra e vos demandi de l’escotar : consi  se fa qu’un rire poguèsse revertar  un plor ?

Peire me diguèt :

- «  vertat que l’as sauvat lo pichon…

-  ai pas vist que plorava…

- mas plorava pas… èra content com’ un rei de l’ajuda per davalar …

- mas plorava dempuèi una ora…

- mas que non pas, plorava la sia maire..

- non savi..

- ta promèti.

- mas se risia pas.

- de segur

- oc mas cresiai.

- non plorava… »

E dempuèi quant un òme crid tot prèp de ieu, unas segondas longas, ieu sai pas pus se plora o se ris.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traduction de : la manifestation de Carcassonne e le cri d’un enfant- nouvelle.

 

Le 22 octobre 2005, nous vînmes douze mille à la manifestation, douze mille illuminés d’être douze mille, agglutinés au centre d’une ville surprise. Ce fût la plus grande manifestation qui se puisse voir depuis fort longtemps, dans le cadre de l’Occitanie, et pour l’Occitanie. Qui est tout sauf un pays doté d’une existence selon les sorcières jacobines qui nous conduisent je ne sais où.

La poliça nous recensa douze mille, et nous tels de pauvres naïfs, nous étions tellement heureux de nous voir si nombreux, que nous nous contentâmes d’être douze mille, à raire tels des pauvres ânes, d’être un peu moins seul dans notre coin. Alors que nous piétinions sur la place Chenier, puis sur les boulevards, vers la Cité, je sentis au ras des nuages l’auspice d’une réussite , mais j’avais le cœur léger, comme celui d’un papillon goulu, qui aurait trop pompé le nectar des fleurs au printemps et qu’il était patent que je ne saurai pas retrouver le chemin du retour et même de la manifestation. Pourtant nous le trouvâmes. 

Pierre et moi marchions en zigzagant, sous un soleil de plomb. Comme la météo affirma           qu’il ne tarderait pas de pleuvoir, j’avais pris l’imper, doublé de laine, qui me vient de mon grand père. Un habit de première pour les Nepalais, quand il leur vient l’idée absurde ( mais sait-on jamais), de marcher à quatre mille mètre d’altitude, mais pas ici dans les plaines méditerranéennes. Pierre ne cessait pas de parler. Il me disait Pierre : les casse pieds, ne cessent pas de nous enterrer, avec les antiquités et la vieillesse. Je te montrerai moi ! On verra bien ce qui se passera ici !

Ah vieille pute, comme ils nous méprisent, nous les protecteurs d’une cause perdue. Il est vrai que ce fut une joie de voir que nous n’étions pas encore sur le point de mourir. Aussi nous ne pouvions pas faire moins que de nous réjouir et d’en être.

Pierre , mon ami radotait ou s’entêtait : «  tout s’enchaîne, qu’on le veuille ou pas, tout se tient, le travail, la dignité, la langue ». C’est sur ce genre d’idée que nous avons déboucher la troisième chopine.

Rien que de regarder le ciel, on voyait bien qu’il faisait un chaleur infernale et que c’était vain de chercher à se désaltérer. J’avais enfilé un habit de neige et je m’épuisai. Peut- être que Pierre perdait l’esprit, encore une fois il m’assomma :

-« … parfois les jambes, peut-être l’esprit ne veulent pas se mouvoir. Mais ce monde on finira bien par le changer ».

OC. J’y tenais au fond de mon coeur à cette manifestation. Le but, en était gravé dans mon cœur.

Facile de l’avoir gravé ? Peut-être. Du même coup je me disais avec enthousiasme ; il faut aider les amis, les soutenir, pour les jeunes, les anciens, mon pays. Et moi de me consoler en tétant à galette, que nous soyons ici, réunis, enthousiasmés, au coude à coude, au cœur à cœur, pour garder la tête haute, en espérant qu’un jour, avec l’aide de la chance; les jacobins de tout acabit, cesseront de nous tuer, de nous noyer, la tête sous l’eau, telles de vielles carnes, de nos étouffer, pour nous crever tous.

Que chacun prenne ce qui lui revient.

Tout cela finissait de me remuer les tripes. Voyez comme il naît une idée folle. Une sorte d’idée un rien curieuse que ni ne mena jamais son homme quelque part.

Au bout du sillon, au bout des derrières volontés, il y a les idées qui mènent au néant. Et après, les idées qui mènent à la mort, il y a encore les idées fausses de ceux qui croient qu’ils maîtrisent leur vie. Elle se prend au bout des doigts. La chimère soufflait et me faisait bredouiller. Les monsieurs de notre contrée, des gens de métier, de droite comme de gauche ne cessent de nous écraser. Menteurs, petits monsieurs de métier, prétendent vouloir de la diversité, partout, à l’étranger, surtout, chez les Inuits, ou en Russie, mais pas ici, ils sont à nous compter le rien, à nous jeter une aumône, la charité d’une petite pièce, comme un crachat pour rien sans nous connaître, même pas en observant les hommes, les aieux dont les noms sont oubliés sur les stèles des monuments, cachés , enterrés, enfouis, a tous les morts, oubliés de la grandeur francèsa qui s’éteint chaque jour un peu plus, de là où nous sommes, comme il se parle à des pauvres, quand on leur dit que ça suffit, les fainéants , les porcs, les moins que rien, les ruffians qu’ils  disent du haut de leur pitié qu’ils ont assez donné.

Ici est la patrie des droits de l’homme ? Alors que notre langue d’Oc e toutes les autres langues sont le bien le plus précieux de la condition humaine. Pourquoi veulent-ils nous étrangler ? Est-ce pour cela que nos ancêtres sont morts par millions ? Pour qu’ils soient plus grands de notre petitesse ? Pour affirmer que le français est si beau que les peuples abandonnent aussitôt leur patois dès qu’ils entendent parler français ?

Mais les langues ont la peau épaisse, comme le montra le cri de ce samedi.

Ou en est-il ce midi sur le point de crever, vendu par miettes à tous ? Je ne parlerai pas de la région PACA, alors que maintenant la vente touche le midi Pyrénées, le Languedoc-Roussillon. Ici les jeunes montent travailler à Paris avec tous  leur diplôme. ET s’il n’y a pas de place la bas. Ils s’en vont chercher plus loin. De Paris vers  Londres, l’Amérique, l’Australie. Ils disent les (responsables) français anglicisés que le chemin est là, loin, dans les pays étrangers.

 

Voilà pourquoi je me souviens (si bien) de cette journée ensoleillée.

Avant de partir, j’avais collé des affiches partout tout le long des avenues Niel, Douzans, des Pyrénées, sur les poteaux d’éclairage public et sur la place du marché. Effectivement j’en ai collées sur les vitrines, du boulanger, du boucher et autres marchands. Eux me regardaient en souriant, en se disant qu’il faut de tout pour faire un monde, et pas trop de politique. Qu’il faisait parie de la clientèle, que peut-être il est permis de divaguer un peu… Que l’apparence de vieillesse finira par disparaître , comme celle de la jeunesse, tel l’orage… Mais si vous m’aviez vu mes amis, comme je me vois, quand je me regarde chaque matin dans le miroir, Don Quichotte était devant les moulins, et oui vous pouvez rire goulûment . Se moquer ? La vente en sera-t-elle meilleure ? Peut-être aurais-je pu pisser sur les vitrines sans que personne ne me dise rien.

D’un autre côté il faut bien dire que pisser n’est pas la joie, mais que cela finira bien par passer. Que le boucher vend une viande de première, de la saucisse, de la tête de veau, de la poule, des canards, du boudin, des foies d’oie, du jambon de Lacaune ou du Rouergue, mais attendez ; ce n’est pas tout, quand il lui en vient l’envie, il te fait péter des fricandeaux, ou des fritons, et je ne me souviens plus encore, de ce qu’il fait, car j’ai de plus en plus de cholestérol. Et une jambe qui ne veut plus suivre l’autre.

Donc je prétends que le boucher est un type qui connaît le métier de la langue de taureau et de l’estomac de brebis. C’est un véritable gourmand qui aurait pu faire une carrière dans la politique. Mais se peut-il aussi que je sois trop fatigué aujourd’hui pour la raconter « cette histoire qui m’arriva à Carcassonna ».

Ecoutez. O l’homme il faut bien reconnaître que je sors pas souvent de mon coin. 

Cette fois j’ai sorti la « Laguna » de type 2 ; comme celle du film,  taxi 2 de Marseille, mais peut-être que vous ne l’avez pas vu  ce taxi gonflé qui fait exploser les radars de la police. Mais ce n’est pas le sujet ; le but on dit. 

A huit heures du matin, nous sommes partis dans la Laguna de type 2 de l’autre côté de Toulouse, au magasin Auchan qui a été rebaptisé « Occitania », un beau nom. Du coup j’ai cru le directeur un sympathisant de la cause.

En réalité, alors que nous attendions à l’entrée, l’homme sortit de la boutique pour nous chasser de ce point de ralliement.. Par bonheur nous étions nombreux, plus de cent personnes, avec les drapeaux et la croix occitana dessus.  Le mec rala beaucoup, puis nous laissa quand surgirent la cabreta, l’accordéon, et le flutiste.

Regarde que (peut-être) nous lui avons coupé l’envie de parler de notre pays. Mais je me trompe une fois de plus, peut-être qu’il se fout de tout…

Il y avait deux cars, verts, cinquante places assises, avec le climatiseur, la tele, la radio, la lumière tamisée comme derrière les persiennes…

Nous partîmes a cinquante, et arrivant au fort ;

Nous étions plus de dix mille, avec notre enthousiasme ;

Nous n’étions pas morts mais crevés de marcher

De la pale clarté qui tombe des étoiles

Nous montrions aux flics planqués notre visage.

Je cite de mémoire. Un poème d’un ami disparu. Depuis.

Bon pour faire le voyage , j’avais prévu une bouteille d’eau rougie, un petit paquet de biscuits, des bonbons, des chingoms. Je devais passer à Labarthe sur Lèze pour embarquer Pierre. Lui faisait un régime, cent cinquante gramme de pain, un morceau de fromage dégraissé et une pomme pour finir.

Nous nous sommes garés sans problème devant Occitania Auchan et nous avons poireauté une demi heure. Des Rouergats ont commencé de jouer de la cabrette et de virevolter sur le parking. Enfin les cars qui ne parvenaient pas à trouver l’entrée sont arrivés. Nous avons attrapé la sortie de Montpellier, vers Carcassonne. Peire tira des livres de sa sacoche. Un livrede  Peire Manciet, un autre de Pèire Pradèl, un homme qui se battit contre la fermeture des mines de Decazeville et qui se tua , et la revue d’Oc véritablement originale, qui parle de tout et de rien, poésies, contes, nouvelles et d’autres.

Et nous avons voyagé une heure et demi durant pour arriver à bon port. Je n’avais pas oublié de me munir de mon parapluie, l’imperméable double de laine, car la météo affirmait de se méfier du cièl. Que le temps deviendrait nuageux. Je n’étais pas à moitié sorti de l’autobus que j’étais mort de chaleur. Je suai comme un bœuf. Alors comment faire ? Les jeunes étaient enthousiastes, moi j’étais assommé par la chaleur. Ils chantaient, ils dansaient, ils criaient en jetant les jambes et les bras.

Avec Pierre qui paraissait connaître tous les amis, nous nous sommes rapprochés d’une fontaine asséchée au milieu de la place. Dans un premier temps, les Carcassonnais nous ont regardés comme des personnages étranges.

Qu’est-ce que c’est cette manifestation » Occitane » ? Qui sont ces dépenaillés ? Ces illuminés qui veulent protéger l’occitan ? Qu’est-ce que c’est ? L’occitan ? Le patois OC nous connaissons. Nous le parlons avec la mamette mais l’occitan , nous ne voyons pas…

Et pour tout dire , c’est ce matin là que j’entendis un journaliste demander : « que voulez-vous , vous autres , car vous êtes libres de le parler avec la famille quand vous le souhaitez. »

Le journaliste est pour la liberté partout, il veut protéger les langues, inuit, quebequoise indienne,  toujours, partout. Le journaliste français n’oublie jamais que tout doit être protégé ailleurs, mais pas en France, pas ici. Le journaliste Français est pour la liberté des autres. Cela me fait me souvenir de ce député qui donne, chaque année, une misère pour une calandrètes et  se croit tenu de rappeler chaque année , les valeurs de la république qu’il croit menacées, l’idiot, liberté pour tous, solidarité, fraternité. Mais pas ici dans le midi, ailleurs de part le monde.

Les cars continuaient d’arriver.

Comme nous n’avions plus rien à manger et que Pierre faisait un régime d’enfer, avec la ceinture grande, je suis parti à la recherche d’un peu de nourriture. Les gens faisaient une queue du diable. Pour avaler une pizza mal cuite, un sandwich de pain de mie, il fallait attendre une demi heure.

J’ai acheté un sandwich oriental, un verre de vin, une tasse de café. Je retournais vers Pierre assis au bord de la fontaine sèche. Au centre de la fontaine, je regardai la statue épaisse d’un homme statufié dont j’ai oublié le nom. Les enfants s’accrochaient à la statue, les mères parlaient. Nous fîmes le tour de la place une fois de plus avant de revenir nous asseoir dans l’ombre de la fontaine.

J’achetai un autre litre de vin, puis un peu ivre je regardai les enfants qui escaladaient le monument. Ils montaient et sautaient dans le vide comme si de rien n’était. Il faisait trop chaud. Le jeu leur  plaisait

 Cependant il y en avait un qui ne sautait jamais.

Les cars continuaient d’arriver. A présent nous étions plus de dix mille, pas  loin de quinze mille peut-être plus. Il en venait de partout. Je me souviens surtout des Basques, des Bretons, et des Landais qui marchaient sur des échasses, loin, haut au dessus de tous. Ils jouaient des musiques, dansaient sur leurs échasses. Sur l’estrade, tous les portes paroles des pays occitans

parlèrent. Il y eut même quelqu’un du bureau des langues européennes pour apporter le soutien européen.

Et les enfants continuaient d’escalader la stèle.

Je vis passer les Provençaux, des braves qui avaient enduré plus de cinq heures de voyage. Je râlai, la patrie du prix Nobel n’était pas trop représentée. Mais d’Auvergne, du Béarn, du Rouergue, de Montpellier, de Bordeaux, de Marseille, des vallées alpines, du val d’Aran, oui de partout, ils se regroupèrent ceux qui ne voulaient pas disparaître. Plus que tout on voyait une foule de jeunes joliment grimés.

Une fois de plus, j’allai me promener, puis m’asseoir avec l’ami, à l’ombre profonde des platanes. De là je regardai le spectacle du monde qui se plaisait de se voir, de se cogner, de se palper,  de se reconnaître, toi à moi et nous aux autres, frères d’une idée folle, qui nous prend les tripes, une idée qui t’empêche de dormir, l’idée de retrouver ce que nous avons perdu, que notre peuple perd, que ce peuple, voit le monde d’un œil, tant et trop universaliste qu’il s’y noie, et la chose ultime qu’il nous faut protéger, la langue d’oc, quand on voit le miroir immense du monde, et que le grand mirage de la révolution française est sur le point de disparaître.

Sur la stèle le négrillon s’accrochait, et nous faisait des grimaces de loin.

Il criait comme un dément de négrillon, pendant que sa mère, vêtue de pantalon orange et d’une chemise de marin, parlait et gesticulait avec une équipe de joueurs de biniou qui se mesurait avec un joueur de cabrette de Millau.