agenda

dimanche 2 décembre après-midi
marché de Noël, organisé par l'APE
du samedi 22 décembre 2018 au lundi 7 janvier 2019
vacances scolaires de Noël

20 nov

Sept médaillés du travail chez Castes Industrie
« La Médaille du travail démontre l’importance de la vie professionnelle pour chacun de nous et l’engagement et la fidélité à l’entreprise. » Christian Castes, président de Castes Industrie, entreprise considérée comme l’un des fleurons de l’économie villefranchoise, a ainsi introduit la cérémonie de remise de médailles du travail à sept salariés. C’est à dessein qu’il a parlé de fidélité, un des médaillés, Jean-Claude Alcouffe, affichant 35 ans de présence dans l’entreprise où il a débuté, et un autre, Jean-Louis Vialettes, 34 ans.
Les médaillés
  • Pierre Batailler : argent (20 ans), vermeil (30 ans) et or (35 ans), 14 ans dans l’entreprise.
  • Frédéric Delteil : argent (21 ans chez Castes).
  • Jérôme Molinier : argent (20 ans dans l’entreprise).
  • Willy Malbosc : vermeil (17 ans dans l’entreprise).
  • Jean-Claude Alcouffe : or (35 ans de carrière chez Castes).
  • Philippe Fraysse : or (15 ans dans l’entreprise).
  • Jean-Louis Vialettes : or (34 ans dans l’entreprise).

20 nov

en bref
FNACA > Permanence.
Ce jeudi 22 novembre, la directrice de l’ONAC tiendra une permanence à la sous-préfecture de Villefranche-de-Rouergue, de 9 h 15 à 11 h 15. Lors de cette permanence, les anciens combattants, les veuves d’anciens combattants et les victimes de guerre pourront rencontrer la directrice de l’ONAC pour toutes interrogations et/ou informations qui peuvent leur être utiles. Par ailleurs, la directrice de l’ONAC se tient à la disposition de tous ceux qui ont été en Algérie entre le 2 juillet 1962 et le 1er juillet 1964 pour donner des informations sur les démarches que chacun doit faire pour obtenir la carte d’ancien combattant. Le comité FNACA du Villefranchois sera présent à cette permanence pour rencontrer les anciens combattants et les veuves qui souhaitent des renseignements complémentaires et pour continuer à distribuer les cartes d’adhérents 2019.
CONCERT > Avec Inner Wheel.
Le club international Inner Wheel de Villefranche organise son concert de l’Avent à la collégiale Notre-Dame, dimanche 2 décembre, à 16 h 30, avec l’ensemble vocal des Quatre-Saisons d’Onet-le-Château, dirigé par Cécile Filloux et le chœur féminin de Résonances Villefranche, sous la direction de Jérémy Costes. Le concert est donné au profit de l’association Autisme Aveyron. Libre participation.
SÉCURITÉ > Dans les bus.
En novembre, la société Ruban bleu autocars, spécialisée dans le transport de voyageurs, invite les élèves de CM 2 à des sessions de sensibilisation à la sécurité dans les transports scolaires. Cette activité est évidemment totalement gratuite pour les écoles.

19 nov

Belle fête, jeudi soir, pour remonter l’histoire du Tennis-Club villefranchois. Avec un hommage appuyé rendu à son serviteur emblématique, Claude Gannac.
Le club de tennis a fêté avec faste ses cinquante ans d’affiliation
Claude Gannac, l’emblématique président du club de tennis villefranchois, et son équipe avaient fort bien fait les choses, jeudi soir, pour marquer les cinquante ans d’affiliation à la fédération française. Mais pas les cinquante ans du club, bien plus vieux. 
« Il y a eu des premiers tournois à partir de 1923. Un club a été créé en 1930. Après une interruption, due à la guerre, il a repris ses activités en 1963 pour s’affilier en 1968 », indique Claude Gannac. Il raconte cette renaissance du club en toute connaissance de cause, puisqu’il en est un des acteurs, avec Georges Fauré et Claude Pons, autant d’anciens présidents auxquels se sont rajoutés par la suite Claude Lizouret, Gaston Guinou, Raymond Laurière, Jacky Raynal.
Aujourd’hui, Joël Couffignal et Sabine Germain épaulent Claude Gannac à la tête d’un club qui, à l’âge d’or du tennis (années 80), a été la première société sportive de la ville avec 370 licenciés et 80 jeunes à l’école de tennis. Un club qui a sorti de grands champions : Jean-Michel Costes, « le prodige local », Daria Fastré (qui remporte l’édition 2018 du circuit des Raquettes « La Dépêche »-BNP-Paribas), Hélène Bouscayrol et maintenant Maya Bories (classée dans les sept meilleures Françaises de son âge) et son frère Titouan.
Ces excellents résultats ont été successivement soulignés lors de cette soirée du cinquantième anniversaire, autant par Marguerite Gimalac, présidente du comité départemental ; Jean-Jacques Crognier, son prédécesseur et pilier du tennis aveyronnais, et Pierre Doumayrou, président de la Ligue Occitanie, félicitant également l’entraîneur Thomas Rous. Tous ont aussi loué l’état d’esprit du club villefranchois et l’œuvre de Claude Gannac, à qui aussi les élus locaux ont rendu hommage. « Ce club est une pépite pour la ville. Cela tient beaucoup à la personnalité de Claude Gannac », a ainsi souligné le maire Serge Roques. « Sur un court, Claude Gannac était très accrocheur. On retrouve les mêmes qualités chez lui en tant que dirigeant », a remarqué le conseiller départemental et ancien licencié du tennis villefranchois, Éric Cantournet.
Ces cinquante ans d’affiliation à la fédération française sont aussi les cinquante ans de tennis de Claude Gannac.

19 nov

Non, les impôts n’envoient pas de SMS !
Des SMS qui invitent le destinataire à cliquer sur un lien pour obtenir un remboursement d’impôt circulent actuellement. La Direction générale des Finances publiques rappelle aux contribuables qu’il s’agit de tentatives de phishing et qu’il ne faut surtout pas répondre à ces sollicitations.
L’imagination des escrocs n’a pas de limite : après les courriels frauduleux, voici les faux SMS !
Cela fait plusieurs semaines que la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) sait que des SMS dont l’émetteur usurpe son identité circulent.

L’escroquerie consiste à faire croire au destinataire que l’administration fiscale souhaite lui rembourser un trop-perçu d’impôt. Afin de rester plausible auprès du plus grand nombre de destinataires, les sommes annoncées sont d’un montant peu élevé. Pour obtenir le versement de la somme annoncée, la victime est invitée à cliquer sur un lien frauduleux pour confirmer son acceptation.

Il va sans dire qu’il s’agit d’une tentative dite de « phishing » (hameçonnage), pratique destinée à inciter les internautes à communiquer leurs coordonnées bancaires afin de leur escroquer de l’argent.

Ne jamais répondre, ne jamais cliquer
Si à l’apparition des tentatives de phishings, les messages étaient truffés de fautes d’orthographe, ce n’est plus forcément le cas aujourd’hui. Il suffit simplement de se souvenir que la DGFiP ne contacte jamais les usagers par SMS et ne demande jamais la communication de coordonnées bancaires ou d’informations personnelles par téléphone ou même par e-mail.

D’une manière générale, il ne faut pas cliquer sur les liens contenus dans ce type de SMS et supprimer systématiquement les envois. Le simple fait de répondre à un message de sollicitation, même pour manifester son désintérêt, prouve à l’escroc que le numéro de téléphone ou l’adresse e-mail sont actifs, et les tentatives de phishing ou de spam continueront de plus belle.

En cas de doute sur l’identité de l’expéditeur d’un SMS, d’un e-mail ou même d’une lettre postale portant l’en-tête ou la signature de la DGFip, il est préférable de contacter directement son Centre des impôts.

L’escroquerie peut également être dénoncée sur le site web internet-signalement ou par téléphone au 0 805 805 817 (numéro vert gratuit).
compteur pour blog

20 nov

GILETS JAUNES
Le mouvement des « gilets jaunes », s’est poursuivi hier à Villefranche-de-Rouergue, avec un barrage, filtrant ou bloquant, établi au giratoire du Mas de Souyri. Les manifestants ont aussi bloqué l’accès à deux enseignes de la grande distribution, Leclerc le matin et Carrefour l’après-midi. D’autres points de blocages étaient signalés dans le département à Decazeville, Rodez, Luc-Primaube, Millau.

En Aveyron :
Dans le secteur Ouest du département, sur Decazeville, un barrage filtrant a été mis en place au rond-point de la Vitarelle (RD 840). Idem sur Villefranche-de-Rouergue au niveau du rond-point de Souyri
(RD911). Dans le centre de l’Aveyron, d’autres opérations se sont déroulées. À Rodez, un barrage filtrant s’est mis en place au rond-point Saint-Félix (RN 88), sur Luc-la-Primaube au rond-point de l’étoile (RD 911), sur Sébazac au rond-point de l’Estréniol (RD 68), à Calmont-aux-Molinières (RN 88), à Pont-de-Salars au rond-point « Intermarché » (RD 911). Enfin, dans le Sud-Aveyron, à Millau, un barrage filtrant s’est mis en place au rond-point Saint-Germain – échangeur n°45 A-75 (RD 911) – et sur La Cavalerie, un barrage bloquant attendait les automobilistes à l’échangeur n°47 de l’A-75 (accès à l’autoroute)

20 nov

Le sujet a été remis sur la table au dernier conseil municipal par l’opposition. Le maire a dénoncé un manque à leur devoir de réserve et de neutralité des fonctionnaires de l’État.
Le projet commercial de la route de Montauban suscite toujours le débat
Le projet d’aménagement d’un terrain, par la SCI FLC, sur la route de Montauban pour l’implantation de quatre surfaces commerciales continue à faire des vagues. Il s’est à nouveau invité au dernier conseil municipal, même en n’étant pas inscrit à l’ordre du jour de la séance. C’est le conseiller d’Atout Villefranche, groupe dont on connaît l’opposition au projet, Jean-Sébastien Orcibal, qui a interpellé le maire. « Où en est le recours gracieux de l’association des Irréductibles du Villefranchois contre la délibération du 26 juillet 2018 et quelle suite souhaitez-vous donner au projet ? ». Rappelons que cette délibération faisait suite à une précédente, prise le 23 mai 2018, et que le maire avait fait reprendre, pour une question de procédure de vote, à la suite du contrôle de légalité exercé par les services de la préfecture.
Serge Roques s’est dit d’abord « très étonné » que les documents du contrôle de légalité soient en possession de son opposition et aussi de l’association des Irréductibles. « Ils n’avaient pas à être communiqués. Cela pose un problème juridique ». Et d’accuser : « Les fonctionnaires de l’État ont manqué à leur devoir de réserve et de neutralité ». Serge Roques a indiqué vouloir adresser un courrier à la préfète. « Chacun doit être dans son rôle. Là, il y a un problème ».
Sur le fond, Serge Roques estime que le recours gracieux des « Irréductibles » est hors délai. Ce que ne nie pas formellement François Janodet, un des coprésidents de l’association. « Nous avions deux mois pour contester la délibération municipale, soit jusqu’au 26 septembre. Nous nous attendons à ce que l’on nous rétorque que notre recours gracieux est hors délai. Mais il reste des observations faites par les services de la préfecture après la délibération du 23 mai qui n’ont pas été présentées en conseil municipal et reprises dans la délibération du 28 juillet. Donc, nous nous interrogeons sur sa légalité ».
François Janodet revient sur les remarques des services de l’État. « Le préfet soulève des aspects juridiques. D’abord la commune n’est pas seule compétente car des travaux doivent être menés sur une route départementale. Autre problème de compétence, elle concerne l’assainissement qui n’est pas du ressort de la commune mais de la communauté de communes ». Il pointe aussi l’intérêt général de l’offre de concours de la SCI FLC. Les Irréductibles insistent même sur ce point. « Quelle est la contrepartie du cadeau faite par la SCI Fualdès à la commune, si ce n’est une indulgence future pour le permis d’aménager ? », interrogent-ils. « On estime que le maire se fait acheter », lâche François Janodet.
Ce projet n’a pas fini d’alimenter le débat.

20 nov

Villefranche-de-Rouergue: un agent de sécurité agressé à son domicile
Le visage tuméfié et un œil au beurre noir, il témoigne de l’agression dont il a été victime, samedi soir, à son domicile dans la région villefranchoise en Aveyron (nous tairons le lieu par souci de sécurité).

« Il était 23 heures. On frappe à la porte, je vais ouvrir et, là, deux individus cagoulés me sautent dessus. L’un me met en joue avec une carabine et l’autre essaie de me planter avec un tournevis. J’arrive à dévier la trajectoire de l’outil, utilisé comme arme, mais je prends des coups de poing au visage. J’ai eu huit points de suture à la lèvre. Mon corps porte aussi les marques du tournevis. J’ai des impacts partout ».

La victime estime à cinq minutes la durée de son agression. « C’est quand j’ai dit qu’il y avait des enfants en bas âge, (âgés d’un à dix-sept mois, N.D.L.R.) dans la maison, que les deux individus sont partis. »

Incidents lors de la fête de la Saint-Jean en juin 2017
Thibault Cantournet lie son agression à son métier. Il est responsable d’une agence de sécurité à Villefranche-de-Rouergue, société qui était intervenue lors des incidents lors de la fête de la Saint-Jean en juin 2017. « Aujourd’hui, nous en subissons les représailles », déplore-t-il. « En début de mois, le 5 novembre, j’ai déjà été menacé devant mon agence. » Samedi soir, s’il n’a pas formellement identifié ses agresseurs, il a noté « qu’ils avaient un accent ».
Une enquête a été ouverte par la gendarmerie. Elle est menée par la communauté de brigades de Villefranche-de-Rouergue, avec l’appui de la brigade de recherches. Les Techniciens en Investigation Criminelle (TIC) de Rodez sont également intervenus sur place, dimanche, pour procéder à des relevés.

20 nov

Aveyron : les prochains contrôles routiers
Afin de renforcer la sécurité sur les routes, des contrôles auront lieu dans les prochains jours selon l’agenda suivant :
  • le 20 novembre, l’après-midi, sur la RN 88, entre le rond-point de Saint-Marc et le rond-point de La Roquette, commune d’Onet-le-Château, et en début de soirée sur la commune de Capdenac-Gare ; 
  • le 21 novembre, l’après-midi, sur la RD 840, commune de Salles-la-Source, et à la cité de Cerles, commune de Firmi ; 
  • le 22 novembre, l’après-midi, secteurs de Bozouls, Gages-Montrozier, Laissac et Bertholène ; 
  • le 23 novembre, l’après-midi, sur la RD 1, commune de Toulonjac ; 
  • le 24 novembre, le matin, sur l’A 75, secteur sud du viaduc, communes de Cornus et La Cavalerie, et en soirée au rond-point de Calcomier, commune de Rodez ; 
  • le 25 novembre, l’après-midi, sur la RD 999, communes de La Cavalerie, Saint-Rome-de-Cernon et Saint-Affrique, et durant la nuit au rond-point du Larzac, sur la commune de Millau.

19 nov

Théâtre contemporain marionnettes
Samedi 24 novembre 2018
Théâtre Municipal à 20h45
durée : 1h / Tarif B / Tout public
L’amour a-t- il besoin de preuves ? C’est ce qu’affirment avec une bonne dose d’humour caustique Roberto Alt dans « Preuve d’amour »et Esther Cross dans « L’amour de Victoria », les auteurs argentins de ces deux courtes pièces de théâtre présentées en duo comme deux variations sur le même thème, à des moments différents puisque l’une date de 1930 et l’autre de 1994.
La compagnie d’Emilie Valantin a choisi d’associer des comédiens « vivants » :Claire Harrisson Bullett et Francisco Cabello à des marionnettes à taille humaine manipulées par les comédiens ;elles sont ainsi le symbole de la manipulation et de l’hypocrisie humaines. Tout cela sur fond de tangos argentins interprétés par François Cabello, comédien et musicien.
Un spectacle qui associe donc plusieurs arts dont celui de la marionnette, ce qui a fait dire à certains critiques : « on ne sait plus qui est le plus humain » …
Deux très beaux textes mis en scène de façon remarquable .

19 nov

Les décharges sauvages prolifèrent
Et une de plus ! Cette fois, c'est une lectrice qui a alerté notre rédaction sur l'apparition d'une décharge sauvage au pied du terril des défuntes mines de la Baume. Extincteurs en nombre, bombonne de gaz, plastiques, pneu, et paperasses en masse y ont été déposés, vraisemblablement durant le week-end dernier, en deux points. 
Avec l'effet du vent, pas mal de factures et autre relevés de banque ont filé dans le ruisseau. Ce n'est pas une première pour ce bout de commune se trouvant éloigné des points de passage les plus fréquentés.
Autant dire qu'avant même son officialisation (elle est programmée pour demain matin), la brigade municipale des incivilités environnementales aura très vite du pain sur la planche…

19 nov

Aveyron: les caricatures du journal Le Villefranchois à l'honneur
Le Villefranchois, le plus ancien des journaux de l'Aveyron, compte deux dessinateurs de presse. Qui croquent de manière pertinente et (forcément) insolente l'actualité pour cet hebdomadaire. C'est après la tuerie de Charlie Hebdo, en 2015, que la direction du Villefranchois a décidé d'engager Thomas Rixens, allias Bobika. Ce dessinateur de presse est alors venu rejoindre Jean-Christophe Vergne, lui aussi dessinateur de la rédaction.

Pour le plus ancien des journaux aveyronnais - 190 ans ! -, c'était important de mettre en avant le dessin de presse : "C'est un enrichissement, ça amène du piquant et c'est une proposition qui vaut bien des discours", explique Eric Laschon, chef d'édition du Villefranchois.

Bobika croque désormais une fois par semaine l'actualité du monde. Il le reconnaît volontiers : il a été presque surpris de la liberté de ton dont il a pu bénéficier. "Une liberté que je ne savais pas que je pouvais avoir avec le Villefranchois".






20 nov

Le « tiers lieu » implanté rue de la République
Un « tiers lieu », voilà un nouveau terme qui a fait son apparition dans le domaine économique. Il s’agit d’un espace professionnel regroupant à la fois des bureaux privatifs et des espaces communs, mis à disposition de salariés mais aussi d’indépendants ou d‘entreprises. La communauté de communes du Grand Villefranchois porte le projet d’un « tiers lieu » afin de favoriser notamment le télétravail.
Ce « tiers lieu » sera installé rue de la République, l’annonce en a été faite lors du dernier conseil municipal. Les élus villefranchois souhaitent ramener des services publics dans la bastide, en cohérence avec la politique de reconquête du centre-ville. Ils ont visité dernièrement des locaux qui, à leurs yeux, conviendraient parfaitement : ceux qui abritaient l’enseigne de vêtements Rive droite et la bijouterie Colombié, à l’angle de la rue de la République et de la rue du Juge Mage, avec, derrière, la rue Pierre-Polier.
La création de ce « tiers lieu » doit faire l’objet, au préalable, d’une étude de programmation, pour laquelle la communauté de communes a lancé un avis d’appel public à la concurrence. Les candidats doivent rendre leur offre avant le 10 décembre.

20 nov

Blocage routiers le 19 novembre à 19:22
"528 blessés, dont 17 graves", annonce Christophe Castaner
En direct du ministère de l'Intérieur à Paris, Christophe Castaner a fait un petit point sur la mobilisation des Gilets jaunes ce lundi 19 novembre. "La mobilisation concerne 27 000 personnes", a déclaré le ministre, précisant que "nous comptons 528 blessés, dont 17 graves". À ce sujet, le Christophe Castaner en a appelé "à la responsabilité et au respect mutuel". "La liberté de manifestation n'autorise pas que l'on puisse durablement empêcher la libre circulation", a également insisté le ministre de l'Intérieur. Enfin, Christophe Castaner a fait savoir que les forces de l'ordre allaient veiller "à dégager systématiquement les dépôts pétroliers occupés."

20 nov

Carlos Ghosn, l'incroyable chute d'une icône
Stupeur et tremblements. La mise en garde à vue, au Japon, de Carlos Ghosn, 64 ans, soupçonné de fraude fiscale pour près de 40 millions d'euros et d'abus de bien social a été vécue comme une déflagration en France. Dans l'après-midi, Nissan s'est empressé de confirmer ces informations, dont le détail n'a pas été dévoilé, et a annoncé son intention de demander jeudi à son conseil d'administration le pouvoir de déchoir de ses mandats de président et d'administrateur celui qui a sauvé le groupe en 1999, après son rachat par Renault. Patron de l'Alliance Renault-Nissan la question de sa succession - maintes fois éludée - était évoquée cette fois ouvertement à Paris. Devenue sous sa houlette le premier constructeur automobile mondial avec 10,6 millions de véhicule vendus l'an dernier, 470000 salariés et 122 usines, l'Alliance pourrait ne pas survivre à la chute annoncée de son dirigeant emblématique. Le titre Renault perdait 13 % en bourse à la mi-journée.

19 nov

Foot : weekend décevant !
En raison des mouvements sociaux des gilets jaunes, de nombreuses rencontres ont été reportées.

Néanmoins, ce vendredi 16 novembre, nos seniors ont joué.
Sur le terrain de Martiel, Toulonjac SEN2 est battu par Foot Rouergue, par 2 buts à 0 et se classe ainsi à la 3ème place sur 11 équipes. Samedi à 19h00, nos SEN2 accueillent Bezonnes sur le stade du Roucan. Victoire des jaunes et noirs garantie.

A Onet le château, Toulonjac SEN1 tombe face à Onet le château sur le score de 4 buts à 2. Clas. 4ème/12. Dimanche prochain, les SEN1 se déplacent à Boisse Penchot et devraient ramener une victoire.

19 nov

Un spéléologue de 69 ans décède après une lourde chute
Dimanche , un spéléologue de 69 ans a fait une lourde chute mortelle, à 53 mètres sous terre. Il a été remonté grièvement blessé par les sapeurs-pompiers. Il est malheureusement décédé en début de soirée. 
Les sapeurs-pompiers de l’unité du groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (Grimp) sont intervenus dimanche vers 11 heures au lieu-dit Igue de Péchioules, sur la commune d’Ols-et-Rhinodes, entre Villeneuve-d’Aveyron et Cajarc, dans l’Ouest-Aveyron.
Ce site est l’un des plus grands chantiers de spéléologie d’Europe. Plusieurs clubs de l’hexagone et locaux, affiliés à la fédération française de spéléologie y viennent régulièrement.
C’est dans ce cadre que dimanche, en fin de matinée, un bloc de calcite s’est décroché d’une paroi, déséquilibrant un spéléologue de 69 ans, originaire du Cher. Ce dernier a chuté, heurté de plein fouet un godet et est tombé entre ce dernier et la paroi rocheuse. À 53 m sous terre. Le sexagénaire était grièvement blessé au bras gauche, avec fracture et plaies ouvertes ; mais aussi au bassin également fracturé.
Venus des centres de secours du Bassin decazevillois, de Villeneuve-d’Aveyron et de Rodez, les sapeurs-pompiers de l’unité du Grimp, dirigée par l’adjudant-chef Pascal Faliez, ont travaillé avec leurs collègues sous le commandement du lieutenant Gach. Jérôme Savignac, médecin sapeurs-pompiers du Grimp, ainsi qu’un infirmier et une infirmière ont immédiatement soigné le blessé.

Décédé en début de soirée
Les gendarmes de la communauté des brigades Villeneuve-d’Aveyron, Villefranche-de-Rouergue et Najac étaient présents sur place, ainsi que Christian Saint-Affre, maire d’Ols-et-Rhinodes.
Plusieurs heures ont été nécessaires pour organiser au mieux les opérations de secours. Le blessé a été remonté à la surface vers 14 h 30.
L’hélicoptère du Samu de Rodez s’est posé dans une prairie à 300 m de l’Igue, mais l’équipe n’a pas pu transporter le blessé immédiatement, en raison de la dégradation de son état de santé. Les secours ont dû le ranimer après un malaise et ont attendu que son état se stabilise afin de l’évacuer par hélicoptère vers le centre hospitalier Purpan de Toulouse.
Le sexagénaire a succombé à ses blessures en début de soirée.

19 nov

« Intelligence artificielle en santé : des promesses aux limites »
Conférence d’Alexandre MIGNON
Mardi 20 novembre, 18h30, au Théâtre municipal de Villefranche
L’université des Savoirs Partagés propose une conférence animée par le docteur Alexandre Mignon sur le thème « Intelligence artificielle en santé : des promesses aux limites », mardi 20 novembre 2018, au théâtre municipal de Villefranche de Rouergue, à 18h30.

Le Dr Alexandre Mignon est professeur de médecine en Anesthésie-Réanimation à l’université Paris-Descartes. Passionné par les nouvelles technologies, il a créé le laboratoire iLUMENS (laboratoire Médical d’Enseignement Numérique et Simulation) destiné à former les professionnels de santé. Des mannequins high-tech qui parlent, respirent, saignent, qui font même des arrêts cardiaques, permettent aux futurs personnels de santé de s’entraîner à gérer des situations critiques. La robotique s’est ajoutée aux outils des chirurgiens pour pratiquer des opérations jusque-là impossibles. Il a fondé une start-up, Medusims, qui fournit des « serious games », jeux en 2D ou 3D, permettant aussi la formation des jeunes médecins.

Mais l’IA ne se limite pas à l’enseignement. Des robots sont capables d’emmagasiner et d’analyser en quelques minutes des milliers de données, ce qu’un seul cerveau humain ne parvient pas à réaliser. Ainsi ils peuvent détecter différentes pathologies, proposer des traitements adaptés, et en évaluer les effets.

Par ailleurs, différents laboratoires de recherche français, anglais, américains, travaillent sur la mise au point de neuroprothèses minuscules capables de lutter contre les maladies dégénératives du cerveau.
D’autres implants pourraient actionner des prothèses, faire marcher des tétraplégiques …

Les espoirs suscités par le développement de l’I.A semblent infinis. Mais ces progrès soulèvent aussi de nombreuses questions. Les médecins pourront-ils contrôler tous les programmes qui possèdent plus d’informations qu’eux ? Les minuscules implants dans le cerveau humain pourraient-ils permettre la prise de contrôle d’un individu ? Va-t-on vers un transhumanisme ? Est-ce encore de la science-fiction ? Le physicien Stephen Hawking tirait déjà la sonnette d’alarme : « l’I.A pourrait mettre fin à la race humaine ».
Rendez-vous mardi 20 novembre 2018 à 18 h 30 au théâtre de Villefranche
Entrée 7 € – Adhérents 4 € – jeunes & sans emploi 2 €

19 nov

Les somnifères peuvent rendre agressif
Certains somnifères peuvent provoquer des montées d’agressivité ou pousser au suicide. 60 Millions lève le voile sur cet effet secondaire.
Dans de très rares cas, certains somnifères peuvent réveiller des personnes dans le coma. C’est ce qu’on appelle un « effet paradoxal ». Il en existe d’autres, dont les risques d’agressivité.

En effet, il peut arriver que la prise de somnifères (de type Stilnox ou à base de zolpidem) soit associée à une levée de l’inhibition et ainsi engendrer des troubles du comportement avec des idées délirantes, des accès de colères, une nervosité accrue.

Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), « les troubles peuvent aller jusqu’à un comportement auto ou hétéroagressif – notamment si l’entourage tente d’entraver l’activité du patient –, des conduites automatiques avec amnésie post-événementielle ». En clair, un comportement hétéroagressif peut conduire à l’homicide, et autoagressif à la tentative de suicide.

Des faits de violence avérés
Dans une thèse de pharmacie consacrée au zolpidem (publiée en 2015), Aurélie Baijard indique que « de nombreux faits divers parus dans la presse et dans des publications scientifiques soulignent le lien entre l’apparition de comportements violents et la prise de zolpidem. Il semblerait que le zolpidem puisse lever l’inhibition et entraînerait un passage à l’acte souvent violent, et inexplicable, par la suite, par les personnes incriminées ».

Certes rare, cet effet indésirable est amplifié par la prise d’alcool. En outre, il concerne des médicaments très largement prescrits et pour des durées trop longues.

Votre sommeil vaut de l’or
Dépendance, agressivité, envies suicidaires… Dans son nouveau hors-série Bien dormir, mode d’emploi (décembre 2018), 60 Millions de consommateurs révèle la face cachée des médicaments qui nous aident à dormir. À lire également dans ce magazine, nos méthodes pour retrouver des nuits paisibles.

Un enjeu de santé publique
En juillet 2016, l’Association d’aide aux victimes des accidents et maladies liés aux médicaments (AAAVAM) a exercé son droit d’alerte. Selon elle, « la plupart des 200 000 tentatives de suicide et autolyses réussies par divers moyens (polyintoxication, pendaisons, armes à feu…) » seraient liées à la prise de tranquillisants et de somnifères.
Pour elle, il s’agit d’un enjeu de santé de publique. Depuis cette saisine, la Haute Autorité de santé et l’ANSM ont proposé un plan d’action sur le bon usage des benzodiazépines destiné aux professionnels de santé et au grand public. Il est toujours à l’étude.