Histoire‎ > ‎

Les châtaigniers

    Les châtaigniers semblent avoir existé depuis très longtemps en Ardèche, puisque la plus ancienne châtaigne fossilisée a été retrouvée aux environs de Privas en 1994 (la châtaigne de l'Ardèche, un fruit de l'histoire).

    
Au moyen âge les chanoines de St Ruf auraient vraisemblablement exploité les forêts de châtaigniers qui existaient à l'état sauvage à Bonnevaux et dans les communes de Brahic et de Malbosc, mais ce n'est que vers le XVIIe siècle que l'arbre à pain sera considéré comme tel.

    Vers les années 1860 le châtaignier devient un des piliers de l'économie rurale, avec le mûrier pour l'élevage des vers à soie, la vigne et dans notre région, les oliviers.
(...)
    "A Saint-Paul-le-Jeune la récolte des châtaignes était parfois située à plusieurs kilomètres des maisons. Ceux qui n'avaient pas de bête de bât portaient sur leur dos la récolte. La charge était parfois supérieure à 60 kg et demandait de pouvoir se reposer sur le trajet. A cet effet des murettes étaient envisagées pour pouvoir s'arrêter, poser le fardeau sur la murette et repartir sans avoir à manipuler la charge. On appelait ces emplacements des 'cachofaix'".
(...)
    Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la construction du chemin de fer PLM, la colonisation de l'Algérie où s'installèrent de nombreux ardéchois, a offert un débouché important pour la châtaigne sèche que l'on négociait aux marchés des Vans.

    Après la guerre de 1914 le châtaignier est contaminé par une redoutable maladie introduite probablement vers les années 1875 près d'Aubenas, toujours incurable à ce jour, appelée 'l'encre". Son champignon (phyloptera cambivora) asphyxie les racines.

(Faille Fertile, Saint-Paul-le-Jeune raconté ... 
M. Crégut Solignac - Monique Domergue - Jacqueline Tilly
2010 Médiathèque André Brahic, Saint-Paul-le-Jeune)

Afficher l'image d'origine
Comments