Cyanide kills !

SEPTEMBRE 2018
    LE CYANURE TUE !


POUR UN MORATOIRE DE L'UTILISATION DU CYANURE DANS L'INDUSTRIE MINIÈRE EN EUROPE

Les industriels utilisent massivement le cyanure pour extraire l’or des roches, causant des dangers irréversibles pour l’environnement et la santé. Les collectifs et associations mobilisés contre l’exploitation industrielle de mines d’or, demandent conjointement un moratoire sur l'utilisation du Cyanure.

Cette initiative à pris naissance à Salau lors du Festival Stop Mine d'août 2018 organisé par les opposants au projet minier Stop Mines Salau, de cette commune d'Ariège.

En l'attente d'une pétition européenne (en préparation), en amont des élections européennes, voici un état des lieux des revendications :

- Le Communiqué de presse officiel en Français : Cliquez ici

- Press Release in English : Moratorium on cyanide use !
- Communicat de Premsa Castellana : Moratoria sobre el uso del cianuro !

CHRONOLOGIE DES ACTIONS

- 4 juin 2018 : Or de Question dénonce une modification des normes Cyanures en catimini : Lire ici le Communiqué : « Comment l'Etat augmente les rejets de cyanure dans nos cours d'eau pour faciliter l'implantation des multinationales en Guyane ».

- 13 juin 2018 : Gabriel Serville, député de Guyane est le premier à évoquer un moratoire sur le cyanure. Ça se passe à l'Assemblée Nationale en juin 2018. Réponse du Ministre N. Hulot qui se méprend en mélangeant Mercure et cyanure...ce dernier n'étant pas utilisé par les Garimpeiros mais par les industriels.. A visionner ici !
- Pour rappel, en mai 2016, G. Serville s'était déjà inquiété de l'implantation de la cyanuration auprès de Ségolène Royale, Ministre de l'Environnement.

- 23 nov 2018 : A l'initiative du Député de Guyane, Gabriel Serville, une Tribune signée par 86 députés, pour l'interdiction du cyanure.

- 3 déc. 2018 : Yanick Jadot (EELV) soutient Guyane Ecologie et le moratoire Cyanure.

- 9 dec 2018 : France-Culture invite Isabelle Autissier, Ilaria Casillo(CNDP), et Martine Valo. L'interdiction du cyanure est évoquée longuement. A écouter ici.

- 20 dec 2018 : Proposition de Résolution # 1551 à l'Assemblée Nationale de M. Gabriel Serville visant à l’interdiction générale de l’utilisation des technologies à base de cyanure dans l’industrie minière. Il a été rejoint par les Martiniquais Jean-Philippe Nilor et Manuela Kéclard-Mondésir, la Réunionnaise Huguette Bello et le Polynésien Moetaï Brotherson, du même groupe GDR, a reçu des soutiens dans tous les groupes qui composent l’Assemblée nationale, de la France insoumise (Danièle OBONO, François RUFFIN, Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbières),  et le Réunionnais Jean-Hugues Rattenon) à la République en marche (Frédérique Tuffnell et Laurence Vanceunebrock-Mialon) en passant par Les Républicains (les Réunionnais Lorion, Bassire et Ramassamy), Les Constructifs (la Polynésienne Maina Sage), le Modem (la Martiniquaise du Val-de-Marne Maud Petit, les Guadeloupéens Justine Bénin et Max Mathiasin) et les Socialistes (la Réunionnaise Ericka Bareigts, les Martiniquais Serge Létchimy et Josette Manin).

Cette résolution est déjà cosignée à l’Assemblée nationale par 83 députés (dont 25 des 27 députés d’Outre-mer) de 8 partis politiques distincts.

Cette Résolution sera défendue dans l’Hémicycle le 7 février 2019, suivi d'un débat sur Montagne d'or.


- 14 janv 2019 : Mining Watch România remporte une victoire juridique majeure contre le projet de mine d'or Deva à Certeju de Sus. Eldorado Gold, société canadienne avait l’intention d’ouvrir la première mine d’or à ciel ouvert à base de cyanure de Roumanie, soit 1653 tonnes de cyanure par an (NDLR : soit moitié moins que Montagne d’or en Guyane).
Deux digues de 169 m et 70 m de haut étaient susceptibles de confiner les
déchets cyanurés. En savoir plus ici.

- 15 janv. 2019 : Question au gouvernement du Député Gabriel Serville  : "La question est simple madame la ministre, êtes-vous du côté des multinationales étrangères prêtes à nous empoisonner pour engraisser leurs actionnaires ou pouvons-nous compter sur votre soutien pour éviter cette catastrophe écologique et sanitaire annoncée ? »
Réponse de la Secrétaire d'Etat à la Transition écologique de Brune Poirson : « Historiquement, les procédés à base de cyanure ont été introduits pour prévenir les effets dramatiques sur l’Environnement » !!! On croit rêver !
Retrouver la vidéo à l'Assemblée Nationale là.

- 16 janv. 2019 : Interview détaillée du Député de Guyane sur les raisons d'interdire le cyanure sur Outre-mer_Première. Nombreux retours média sur Radio France Internationale (5,15eme mn) L'express, Guyaweb, le Figaro, Outre-mer360, Ouest-France, et même sur le forum Boursorama !

- 6 fevrier 2019 : Lettre ouverte dans Libération au  Ministre F. de Rugy sur son positionnement. A lire aussi sur Outremer 1ere !

- 11 mars 2019 : le Sénateur Fabien Gay dépose une proposition de loi visant à
interdire l'utilisation du cyanure dans l'exploitation minière aurifère et argentifère. Sur le site du Sénat, il expose ses motifs de cette courageuse initiative.

- 21 juin 2019 : le Sénateur Fabien Gay publie une tribune à ce sujet dans le Monde, signé par de nombreuses ONG, personnalités du spectacle, militants...

Photo : Fabien Gay entouré de Marion Véber de France-Libertés (à gauche) et Christophe Pierre, leader des Jeunesses Autochtones de Guyane (JAG).




- 07 Septembre 2020 : Face aux dangers que représente la mise en service de la première usine utilisant le cyanure sur le site de Dieu-merci (Commun de St-Elie - Guyane), les associations « France Nature Environnement » et « Guyane Nature Environnement » saisissent le Tribunal administratif de Cayenne. Ces associations entendent ainsi obtenir la mise à l'arrêt de ce projet destructeur mais aussi l'interdiction pure et simple du procédé de cyanuration dans l'hexagone et en Outre-mer. Cette action est également importante car elle envoie un signal fort aux autres multinationales qui convoitent actuellement les ressources de ce territoire afin d'y développer de la mine industrielle (projets Montagne d'Or, Espérance, etc…). Lire le communiqué argumenté ici.
En complément, un article de Guyane 1ere et une question écrite du sénateur Fabien Gay.

- 21 Septembre 2020 : Interview de Manouchka Ponce, coordinatrice de Guyane Nature Environnement, sur Radio Peyi concernant les recours contre les arrêtés du  Préfet de Guyane autorisant, contre toute logique, la Cie Minière Auplata à amorcer son usine au cyanure, au cœur de la forêt guyanaise (Saint-Elie). A visionnez ici.

- 20 octobre 2020 : Le Sénateur Fabien Gay avait posé en mai 2020 une question écrite portant sur le projet minier Espérance en Guyane : Ce n'est que le 29 octobre dernier que cette question a obtenu une réponse du Ministère de la Transition Écologique, que vous pouvez consulter sur le site du Sénat : Projet Espérance et nécessité d'interdire l'utilisation de cyanure ! »

- 9 avril 2021 : L'Assemblée nationale a adopté le 9 avril les articles du projet de loi climat qui réforment le code minier. Concernant le cyanure, sans surprise, la majorité La République En Marche (LREM) a voté contre les amendements visant à interdire le recours au cyanure dans l’industrie minière, dans le cadre de l’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi « Climat et résilience » portant lutte contre le dérèglement climatique, dont les articles 20 et 21 concernent le droit minier,
Dans un article édifiant de la journaliste d'investigation Hélène Ferrarini, sur Guyaweb intitulé :

...on apprend les incroyables et absurdes arguments de la Ministre Barbara Pompili pour sauver le "soldat Cyanure" d'une interdiction tant réclamée du fait de sa haute toxicité ! Rien d'étonnant eu égard à son habitude lorsqu'il s'agit de parler de la Guyane...

[EXTRAIT] : Il aura fallu un certain nombre de contrevérités et d’approximations à la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et au député LREM Damien Adam, rapporteur du projet de loi Climat, pour convaincre la majorité de l’impérieuse nécessité de maintenir l’usage du cyanure sur le sol français. (…)

« On ne peut pas l’enlever ou alors on interdit l’extraction minière ou aurifère en Guyane » disait la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili le 12 mars dernier en commission spéciale d’examen du projet de loi Climat. Cette idée est partagée par le rapporteur du projet de loi Climat, Damien Adam, député LREM de Seine-Maritime : sans cyanure, « ce serait la fin de l’ensemble des activités légales d’extraction d’or en Guyane » affirmait-il sans ciller mercredi soir à l’Assemblée nationale, où il insistait pour « rétablir quelques vérités ».

Or cette affirmation ne correspond en rien à la réalité actuelle du secteur minier guyanais, où la cyanuration occupe une place réduite. Aujourd’hui en Guyane seule l’usine de Dieu Merci, située à 120 km de Cayenne, détenue par la société AMG (Auplata Mining Group), a recours à ce procédé
(...)
La société AMG prévoit « de stabiliser la production mensuelle autour de 25 kilogrammes d’or ». Un volume à mettre en regard de la production légale d’or en Guyane, qui oscille en moyenne entre une et deux tonnes par an, produite par d’autres techniques que la cyanuration : des procédés physiques de gravimétrie. Réduire le secteur minier guyanais au cyanure revient donc à nier l’existence de l’immense majorité des exploitations actuelles, qui produisent de l’or sans cyanuration. « Si on s’intéresse à l’or alluvionnaire, il n’y a aucune raison de remplacer les techniques physiques par du cyanure, les techniques physiques fonctionnent bien, elles sont simples à mettre en œuvre, ce sont des équipements assez rudimentaires qui conviennent bien à de petites installations artisanales » explique Yannick Menard, responsable de l’unité Déchets et matières premières au sein du BRGM.

Barbara Pompili défend la cyanuration au nom de la préservation de la forêt !
(…)

Pourtant, la comparaison de ces méthodes auxquelles on n’attribue pas les mêmes taux de récupération de l’or – la gravimétrie permettrait d’obtenir 40 % de l’or présent dans le minerai et la cyanuration plus de 90 % – fournit au gouvernement un argument fallacieux pour défendre le cyanure. Pour Barbara Pompili, « quand on utilise des procédés mécaniques, à production égale, on augmente les impacts sur la biodiversité. En récupérant plus au sein des gisements autorisés, on défriche moins et donc on préserve la forêt amazonienne » développait-elle en commission spéciale. 

La ministre de la Transition écologique réussit ainsi à poser l’équation improbable « cyanuration égale préservation de la forêt », sans préciser que procédés mécaniques et cyanuration ne sont tout simplement pas comparables car ils ne correspondent pas aux mêmes types de gisement, d’exploitation et par là même de surfaces déboisées. Ces techniques « ne sont pas substituables parce que nous ne sommes pas sur les mêmes types d’or » explique Yannick Menard. Les procédés gravimétriques sont utilisés pour l’or alluvionnaire extrait sur des sites miniers de petite et moyenne taille, alors que la cyanuration est l’apanage des grandes mines industrielles exploitant des gisements d’or primaire. 

Contrairement à ce qu’avance la ministre, la cyanuration n’est pas une manière d’exploiter au mieux les gisements, la cyanuration permet d’exploiter des gisements qui ne pourraient pas l’être avec des procédés uniquement gravimétriques. Or l’exploitation de l’or primaire donne lieu à des mines de grande envergure et donc de plus grands espaces déboisés. A titre d’exemple, le projet de la Montagne d’Or nécessite la « déforestation de 1513 ha », là où les titres miniers généralement décernés aux orpailleurs artisanaux qui utilisent des procédés gravimétriques n’excèdent pas une surface de 1 km2 (100 hectares), que le gouvernement a pour projet de réduire à 25 ha dans son projet de réforme du droit minier (voir Guyaweb du 02/12/2020).

Cette idée selon laquelle l’usage du cyanure serait finalement une bonne chose pour l’environnement a été également reprise par Damien Adam, rapporteur du projet de loi Climat : « si demain nous interdisons le cyanure, ce sera une mesure qui sera défavorable à l’environnement. Pourquoi ? Parce que demain, si nous faisons cela, l’activité légale sera terminée, nous aurons uniquement des activités illégales qui se feront sans aucun contrôle, avec non pas l’utilisation du cyanure, mais l’utilisation du mercure. » 

En plus d’omettre l’existence de tous les exploitants légaux qui travaillent sans cyanure ni mercure, le député de Seine-Maritime opère une confusion selon laquelle ces deux produits seraient interchangeables et l’un préférable à l’autre. Cette idée, lancée fin 2019 par le sénateur guyanais Georges Patient rattaché au groupe LREM, avait été popularisée par François de Rugy lorsqu’il était ministre de la Transition écologique (voir Guyaweb du 24/01/2019 et du 19/02/2020).

Or mercure et cyanure « ne sont pas des alternatives, ce sont des méthodes qui sont destinées à des types d’or différents » insiste Yannick Menard du BRGM. « Le mercure est utilisable quand l’or est libéré », c’est-à-dire lorsqu’il s’agit d’or alluvionnaire, exploité illégalement en Guyane par les chercheurs d’or clandestins avec du mercure, et légalement avec des techniques gravimétriques, le mercure ayant été interdit en France en 2006. L’or primaire exploitable par la cyanuration ne peut pas l’être avec du mercure, confirme l’expert. Ainsi l’interdiction du cyanure ne pourrait avoir pour effet direct un recours accru au mercure pour exploiter ces gisements d’or primaire.






En 2006, banderole dénonçant le soutien de la Chambre de Commerce de Guyane au projet de méga-mine sur la montagne de Kaw ; projet qui avait réclamé une demande de dérogation permettant un rejet 10 fois supérieur aux normes européennes, en raison des conditions météo de notre région. En effet, la biodégradabilité du cyanure n'est pas efficace durant les longs mois pluvieux des saisons des pluies, car elle nécessite un ensoleillement optimal.
















Le sénateur Fabien Gay rencontre le collectif Or de Question en Guyane en avril 2019.



- Une vidéo sur le cyanure : la pollution de mega-mines d'or. (France info)

- Le Cyanure en Guinée : une enquète d'investigation de Radio-France (secret d'infos - OCT 2018)


Ċ
Maïouri Nature Guyane,
29 juin 2019, 14:50
ą
Maïouri Nature Guyane,
31 janv. 2019, 05:04
Comments