7 - GLOSSAIRE : patois / français

    Q                                            ESSAI de  GLOSSAIRE  "   Patois – Français " 

 

 

                    J ‘ai voulu sauvegarder  , ci-dessous , quelques mots et expressions de nostro lengo .

                 Le choix est purement subjectif : mots intraduisibles en français , termes jugés pittoresques ou particulièrement expressifs ….C’est dire si le terme de glossaire est  prétentieux et à quel point son contenu est limité  . Aussi , si des lecteurs  peuvent enrichir ou corriger ce " clapas " , je leur exprime , dés à présent , toute ma gratitude

                   NOTA : L'écriture ne respecte pas les règles  d'abord en raison de mon incompétence , mais aussi parce que , comme beaucoup de mes amis , j'éprouve du mal à lire notre langue lorsqu'elle respecte l'orthodoxie   Les termes en patois sont donc écrits comme je les entends, phonétiquement  , c’est à dire dans une orthographe très approximative . C'est ainsi , entre autres que le B est substitué au V  , que j'ai écrit  CHI pour traduire les mots qui se prononcent TCHI ( par exemple  ,Chiadel plutot que Chadel ... sans aller jusqu'à Tchiadel  )  , que j'ai préféré pour la prononciation en  LIA ou TIA ne pas remplacer le i par h ( aguliado plutot qu'agulhado )  ...etc ..

                    De plus , notre patois est de transmission orale , nos aïeux , dont beaucoup ne savaient ni lire ni écrire , parlaient une langue merveilleuse  - un cousin , bien plus savant que moi -me disait trouver dans leurs conversations des imparfaits du subjonctif ! Mais ceci explique aussi des déformations et , dans ce recueil , un certain nombre d'erreurs sur des  de mots que j'aurais mal compris .

              

                    D'aucuns se permettent de qualifier notre langue de vulgaire ! alors que tant de termes et d'expression perdent toute leur saveur lorsqu'ils sont traduits en français .

                    Je préfère , tellement , le jugement de Louis HUGON :

"Notre langue gabale est essentiellement concrète , charnelle ...on a presque envie de dire charnue  . En l'occurrence le mot charnu est tout à fait justifié , mais je dirai plus : notre langue est goustouse , elle a du goût , elle laisse au fond de la gorge  ,à la manière du bon fromage un paou fat  , quand on la pratique à haute voix , un goût délicieux qui dure longtemps ..."


              
                  En guise d'introduction , vous trouverez ci- dessous , avec l'autorisation de l'auteur, un poème de JEAN JOUVE , de St Julien du Tournel, , que j'avais relevé dans la "LOZERE NOUVELLE  " , il y a pas mal de temps déjà .
                  La traduction des mots en caractères gras figure dans le glossaire , pour le reste un peu d'imagination ...


QUOND  ÉRE  EFFON A  SEN JULIEN

Mous effons sabou pas deque fagion aïci,
Y abio pas la télé per para dé langui.
Alors boou  lus counta ço que adoun s’y fagio,
Et mi soubene bien , d’occupachiéous , n’y abio.

La primo azerbabions , et adoun chions bachios ,
Ménabion al debés , al chion ou be al bouos ,
Fagion jappa lous chis et nantres musabions ,
Courrions din lous barthas , chiantabions , supplabions .

Lou fé éro dalliat , alors fenaîrabions;
Pieî chiabio meïssouna , las gierbos liabions ,
Fagions de gierbîeîrous per fa secha lou blat,
Troubabions d’aousselous ,uno ser , ou un rat.

la primo amaï l’aoutou , al coutrié laourabions;
Esterpabions lou fen et tirabions d’abon,
L’alaouzeto chiantabo , acos éro plasen ,
Fagio bel ou plabio ,chiabio ségre lou ten.

Lou bespré , arréduch , anabions pas treppa
Tout juste se sourtions à la crous per parla ;
Las fédos , à la nuech, béniéou per si saqua
Countabions lous agnels abon de lous barra.

A la fi de l’aoutou , à l’escolo anabions;
Dedin ou per la cour , en parés jiougabions
Chions punichs caouques cops, d’antres cops n’on rigio ,
A l’oustaou chiabio pas se plognié maï qu’aco.

Quon l’hiber éro qui, la néou toumbabo prou,
Lindabions per chiamis, tirabions lou ménou,
Nous giagabions de frech, pourtabions lous esclochs ,
Per nous achalouna, nous trajions de palochs .

Fagions notres debouers , allaï à la beillado ,
Nous sarabions del fioc , coujions la peiroulado ;
S’y digio la prièro abon d’ana durmi ,
ET pieî pantaïsabions al liech jusqu’al mati .

Lou ten au bien chiangiat , yo quicon maï a faïre.
Mais bous ou dise bien , et creigiet voste païre ,
Aïmairio maï, lou bespre , espéra lous troupels
Que dabon la télé escarjuellia mous uels.
 
                                                                                           JIOUBE   
                                                                                                      *****

                                                                                                                       ***

                                                                                                                         *

                        

A

 

Abal  : la bas     ,      Aïci  :  ici    ,   Amoun , Amoundaou  :  la haut 

Abastardit  ;  dégénéré

Abiéoura  :  abreuver

Abouri  :  tarir , vide
Acampa (s')  : arriver, surgir

Acantouner  (s’ ) : Se faire tout petit dans un coin ( cantou )  "  l’hiver l’on s’acantouno  al       cantou del fioc "      

                              Autrefois , les femmes servaient à table et mangeaient au cantou .

Aclata (s')  : se rabougrir , se racornir  ,se recroqueviller  "  èn bièillisén on s'aclato "


Achialouna (s) :  réchauffer , se réchauffer     

…..  abon d’ana nous jiairé , boutions uno briquo al fournet per achialouna lou

liet 

Accouassa (s') : s'accroupir , se faire tout petit

Accourchio : Raccourci

Accoussa ( s' )   : se précipiter

Abuclé : aveugle   on dit aussi  Berli

Aco dé   :  chez     " sioi estat aco del mounio "

Acouti : courir après  poursuivre

Acouseilla  : conseiller

Adiéoussiat : Adieu , au revoir

A déré  :  en détail , méticuleusement , tout à la suite .  " aï rastelat a déré , resto pas un brin dé fè "

Adoubun  :  Assaisonnement   Adouba  :  assaisonner 

….ma gran disio toujiours «  las truffos aïmou l’adoubun , chiaou pas lou lus plogné « 

Adoun :  avant , alors

Agachia  : regarder

Agandi (s')  : se rendre à, arriver au but 

Aganit  :  débile

Aganta  : attraper " l'aï agantat dinc moun cilièïré "

Agassis   : cors aux pieds   "  mous agassis mi fauou prou pati  "  ( mes cors me font  beaucoup peiner  souffrir  )"

Agasso :  c’est la pie

Agousetto  :: alouette

Aguliado  :  c'est l'aiguillon

Aggroumandi  :  Appâter , flatter , entourer de prévenances

Agrabat :  blessé à la jambe, au pied au point de marcher difficilement

Agusa  :  aiguiser

Aïgrégia  :  secouer , réveiller

Aïgo  :  L’eau   :  "  l’aïgo es bien bouno mé lou bi  es meillou " 

                                

  " L'aîgo boulido saoubo la bido " et aussi " l'aïgo qué courro, s'atapo pas al mourro "En application de ce principe "d'hygiène", lorsque nous piqueniquions à "La Presqu'île" nous nous désaltérions dans l'eau du Lot (dans laquelle les mines du Mazel déversaient les eaux de la laverie) en prenant bien soin de s'amourrer dans un courant

 

Aïgarden   : Eau de vie

Aïgo- boulido : Eau bouillie avec de l’aïl et du beurre puis trempée de croûtons de pain  . excellente après un bon récatè.

  "  Lou mati , l’aïgo – boulido saoubo la bido  …et lou bin blanc faï canta lou capelan  (le  curé)

Agratis  :  gratuitement

Ajuela (ou Azuela )   :  apparaître , se lever Lou mati ,lou sourel ajuelo soubré "Barasto "et tricolo , lou bespré , darios " Champrédoundo

Aïsé  :  aise   ,   d'aïsé  : doucement

Aïsénço  :  facilité ,


Aouros  : Les vents  : Aïalas = N-E , Aouro négro = N-O , Soulédro = N , Trabesso = O , 

                                    Bén = S ( ou Midi)                                                                                      

Aïalas : Vent d’Est   : prov. : "  quon bouffo de l’aïalas dé plejio ton qué boudras "


Aïssaplé : Se dit d’un gamin turbulent , emm…dant , "  qué sios aïssaple én ta troumpéto " 

(beaucoup moins dur que la traduction littérale – haïssable )

Ajiassa  :  coucher

Ajuda  :  aider

Alaï  :  la bas

Altraton, Aïton  :  autant

Antreton  :  tout autant

Am  :  avec

Amaï , Amaï – béléou :  Renforce une affirmation , un étonnement 

Amaïrit  :  désigne celui qui est toujours dans les jupes de sa mère

 

Ambélousa  tromper , duper 

Amiradat  :  émerveillé

Amiradat  :  émerveillé

Amistous  :  amical

Amoulouna ,   : entasser ,rassembler en un même tas . s'amoulouna : se recroqueviller , se tasser  :  " la délinoumo quon cago s'amoulouno "

Amoussa  :  éteindre

Anna  :  aller

Aoujiol  :  Aïeul

Apastura  :  appâter   , donner à manger aux animaux

Api : Céler 

Apoulida  : embellir

Apradoula  :  atteler une 2ème paire de vaches (ou de bœufs  )pour trainer un chargement trop important

Apresta  : préparer

Aousir : entendre  " boou maï aousi aco ( uno bestisio ) qué d'estré sourd"

Aoubillo  :  qualité  , solidité . En fait , je n'ai  entendu ce mot , mais très fréquemment  que dans l'expression négative :  : " acos pas dé forto aoubillo  " pour qualifier un vêtement , un légume .etc.; de mauvaise qualité

Argaliè : garçon turbulent , malin , dur , galopin

Argèlias  :  lieu mal exposé  , longtemps gelé l'hiver


Araïré  :  l'araire et par extension la charrue

              Polka piquée   :        " t'aï croumpat , ti bolé pas béndré

                                                  " t'aï croumpat , ti bolé garda

                                                      Taïssou tiro l'araïré

                                                     Taïssou , tiro lou jioug …

Arêt  :  c'est le bélier

Arredut :  extrêmement fatigué , rendu

Aro : Maintenant   "  et aro dé qué bauou faïre ?

                                     "  aro qué sios partido … " ( Gilbert Bécaud :   " et maintenant que vais je faire ? "

A rouflès  :  à foison

Asarta : entreprendre , essayer

Asé  :  âne

Asénado  :  bêtise

Assara, s'assara  :  approcher, s'approcher

Asseta  : asseoir , s'asseoir    

                           achabo d’entra et asseto ti qué pagaras pas maï

Attapa  :  attraper

Ataga  :  attacher

Attiala  :  atteler

Atuba  :  allumer ( le feu , la lampe

Azega : montrer  , désigner . Signifie aussi  : castrer

Azerba :  Après l'hiver passé à l'étable , les vaches étaient sorties ( à l'herbe ) .Sortir le petit troupeau tous les matins se disait : lata ,le rentrer au coucher du soleil  :  essara

 

 

                     B                                                                 

 


Bada :  crier


Bachio : vache

Bachiö  :   avec l'accent tonique sur le o : vacher


Bagna  :  mouiller  abondamment    :  " lou bouon Diéou t'accoumpagno et se ploou qué ti bagno "  ( un souhait , de bonne route , pas vraiment  amical )

Baïssa  :  baisser

Baïla  :  donner

Bajianos  :   châtaignes séchées ( soubré dé clédos )



 Balièn :    courageux , vaillant , travailleur

 Banasto :  Corbeille plate servant à transporter le linge  , mais on dit plutôt uno déchio

   Maladroit : "  qué sios banasto moun paouré drolé "

 Bandat  :  ivre , saoul         

 Bandégia  : rincer

Banégier :  Se mouiller , se balader sous la pluie   "  Quon plauou lous cagaraoulos banégiouent et , sé ni mangiés trop ,  baniégiaroou din toun béntré " 

Baoumo  :  grotte ,  trou , tunnel

Bara : fermer , clore

Barbasto : C’est la gelée blanche

Bargiqua : parler à tort et à travers       

                                         »ta lengo ti faro penjia quaouqué briéou «  ( A . Peytavin )

Barri : faubourg  (à noter qu'au  Bleymard , un ancien" boulagiou"  a été renommé " rue du Barri" )

Barounla  :  traîner , vagabonder

Bartas : Terrain en friche , fourré

Basséou : outil de travail des lavandières  ( battoir à linge )

Basté  :  difficilement traduisible  , exprime un souhait , un désir , pourvu que    " basté qué fajiè sourel  "

Batudo :  C’est une demi-journée de travail . "  dé mati abén fat uno bouono batudo "  ( voir aussi junchio  )

Bédigas   :  c'est un mouton , mais désigne aussi le niais , l'empoté

Belcop  : beaucoup

Béléou, béléou oc  :  peut être, peut être bien

Bélugos  :  étincelles

Béncit : très fatigué , épuisé (syn. Arrédut  )

Béni  :  venir

Bénési  :  bénir 

Berli  :  aveugle

Bès  :  Le Bouleau

Bergougno  :  honte  , on dit de celui qui n'a pas honte d'un mauvaise action , d'une bêtise  " o cagat la bergougno "  

Bertaplé  :  réel , vrai

Besset  :  cèpe de bouleau

Bésaou   : Ruisseau souvent d’irrigation ou alimentant un moulin ( lou bésaou dél mounio , aux Saltes a disparu )

                 "  as pas esblidat lou cami dél bésaou " : " tu n’as pas oublié le chemin du ruisseau " , autrement dit tes origines

Bessino : C’est un pet silencieux "  maï qu’aco sén paouébré !, aco empouisouno ! ! " , s’écrie le Gustin

                Souvenir d’un " poême "  que m’avait appris l’Alphonse de Villes – Basses , aux temps préhistoriques de mon enfance :

                        "  y abio un omé

                         " qué fousio(1) soun hor (2),

                        " lou caga l’échiappo

                        "  bedjio l’aqui mort

                        "  faguét un pét

                        " béjio l’aqui drét

                        "  faguét uno béssino

                        "  empouisounét sa bésino " 

                (1) fousio : retournait  (‘ de fouir ) ,(2) hor : jardin    

            Je doute fort , maintenant , que cette bluette ait pu faire partie des comptines que sa femme , institutrice , faisait chanter à ses élèves   .

Bésou  :  besoin

Bessou :  Jumeau

Béspré  :  soir

Biaï  :  Difficile à traduire  compte tenu des multiples sens de cette expression  : sens , direction  : es di lou bouon biaï  , adresse  : aquel homme o dé biaï  , manière d'être  :  o bouon biaï  ( voir à débiaï , débiaïsso )  , intermédiaire  :  per lou biaï dé ..  etc ..

Biachiè  :  voyage

Bichiard  :  pioche à deux pointes utilisée pour arracher les pommes de terre

Biasso  :  Musette remplie de victuailles qu'on, emmène aux champs ou en promenade

  " Huié aï uno buono biasse  béni garda amé iéou "  ( " aujourd'hui j'ai une bonne biasse viens garder avec moi " ) me disait mon oncle Augustin , berger , quand " il était " d'une bonne maison ( le  Mouonti par exemple )


Bilia  :  serrer solidement un chargement de bois ( de bilios ) sur le char ou le camion . Les cordes ou les chaines étaient tendues à l'aide de la billiado ou du biliadou

Bioou  :  bœuf       ,  Bedel   :  veau   ,  Braou  :  taureau 

Bira  :  tourner   ,  Bira canturlo  :  perdre la tête

Birapassa  : renverser cul par dessus tête , ( syn. : faïré coualèbo )


Biseto :  escalier ( intérieur )  Dégrés ( extérieur )

Bonos  :  les cornes


BOTO (la)  :                C'est la fête votive , qui avait lieu au Bleymard , le 15août. Certains se souviennent encore de l'histoire du fakir qui avait , un temps , défrayé la chronique Bleymardoise . Bouou ensagia dé bous la counta :

            D'aquel téns la boto si ténio al " Prat dé la tour " et acos éro lous jioubés prestés per lou coucel dé rébisiéou qu'érou cargats dé téné aquello festo .Acos éro pas un pitchiot trabal !

Chiabio paga lous musiciéns , lou planchat per lou bal , mounta las barracos ( bubéto , jiot dé quillos ..etc ) .Tout éro enjinquat embé dé croustos de la resso del Marius de l'Aoussel et caoucos bachios per para dé la plégio .

            Suffis qué chiabio attapa lou maï poussiplé dé moundé…et faïré prou dé sooussés  per entra din lous fréssés et tabé si paga un biachié én lou car ou la "Chenars-Walker" dé l'Emilo ( Débézo )

            L'annado qué moun fraïré , lou Camilou,  éro d'aquélés qué téniéou la festo , li prénguét l'idéio , per aganta maï dé pratiquo , dé mounta uno barraquo dé débinaïré . Nostré cousi , lou Joouséto , qué passabo toutos sas bacanços al Bluma ,et qu'ero pas lou darnio per las bestigios , faguèt trop countén d'entra dinc aquelo estingonço ,et de faïré lou débinaïré .

            Lous pilliards enjinquérou un poulit cabanou : uno gabio del Brousset garnido dé lénçoous dé ridéous et antros peillios qué dédin acos éro escur coumo uno nuetch son luno .Douos cadiéiros, uno pitchioto taoublo, un jiot dé béloto ( d'aquel temps couneission pas lou " tarot " ) , un trassé dé quinquet et l'affaïro éro fachio.

            D'aquel téns las drolos abiéou pintra lou Jaouset , pega un faousso barbo et l'abiéou saillat dé bieillos raoubos et d'un turban dé toutos coulours ( aro crésé bè qu'abio tabé més uno bieilo cagnoto dé nostro mamé  )

            Lou moumén bengut l'ounclé Albert faguèt semblon d'ana à la garo dé Chiadenet , piéi carguet nostré fakir din sa " Primaquatre" et bien escoundut lou saquet din la gabio

            Tapoun qué l'annouço faguét fachio as " hauts parleurs " lou moundé et soubrétout las fennos et las drolos s'accoussérou à la barraco son plogné lus cent souous.

            Per diré lou passat nostré débinaïré aguet pas trop de maou,percéqué couneissio toutés sous clients . Lou débéni éro un paou méns aïsat ,pas mens un paoou aco qué sabio soubré las affaïrés en trin( mariachiés , pachios etc )un paoou aco qu'énjicabos'en sourtiguèt brabamén .

            Maleirousamén quaouqués " consultants " troubérou moyen , din l'escurgino dé la gabio, dé faïré al fakir dé counfidénços , dé counta lus bido et lus caturos dé fial én courduro ,  coumo s' érou a counfesso . Lou Jaouset ensagiabo bé dé lous arresta , mais basto ! n'éro tout palaficat , et quon l'embelousso fouguet counégut aousaba pas plus passa din las charriéirosdel Bluma .

            Mais cadun ténguét sa léngo et,  pas despinchiousés ,aquelés qué si faguérou attapa  oou pas jamaï cerca brego ni al Jaouset ni tapaou à sous coumplicés ..La peto passado aquelo caturo abio birat al riré ,maï per lous plus iréchiès , et  un brabé sassit si countét al cafè , à las beillados ou à las chiarbounados .

            Gaïré bé toutés lous " héros" d'aquello blago sou partits dé l'antré caïré . Sé aqui oun sou  pouodou mi lési sabou qué quon pénsé à ellés aï pas trop embégio dé riré

 

 

Borio  :  maison , dans le sens de propriété   " acos uno bouono borio "

Bouado  :  transport du bois de chauffage sur char à bœufs (ou à vaches ) de la forêt à la maison . Elle pouvait être individuelle ou en convoi , ce qui était le cas des  bouados  pour approvisionner le curé ou le vicaire

Bougia  :  vider

Boujiar  :  c'est l'aide , le second du berger       

……. » as manquat lou  pastre et aro boudrios lou boujiar . Moun fouet peto pas prou gros per tu ‘ » (A. Peytavin : lou mariachié manquat 

Bougniéto  :   tâche de graisse , de sauce  sur un vêtement

Bouléga  :  bouger , remuer  " boulégo las truffos qué boou s'attapa "

Boumba : taper , tuer

Bourdéla  :  dégringoler

Bourreto  :  génisse

Bouta  :  mettre

Bouto !  :Bouto baï   : allez ! , va !

 Braillo  : Culotte , pantalon

Brén :  c'est le son ( de céréales )

Brès  :  berceau   ,  Bressa  :  bercer

Brièou (un ) : un moment ,dans le sens de long moment

Brochio  :  buche de bois

Brullès (à )  :  à toute vitesse

Bujiado  : La lessive  . Le nombre de bujiades  portées sur sa brouette et  rincées , à la rivière , par ma mère , est incalculable

Bujiadièro * :  lavandière :

       

                                             (     Las bujiadièiros libèrou lou chastel del Tournel .

 

            Aco si passèt pendén las guéros de réligièous  quon lous niganaous et lous papistos si poudiéou pas béiré et s'estripabou  désèmpïè un brabé sassit .

            Suffis , qu'aquestè cop lous parpallous abiéou près lou chastel et campègiat toutés lous hommés qu'abièou pas tuat . Las fennos et lous éfons  èroun restat al billachiè .

           Un buon mati, las fennos mountèrou al chastel , tustèrou à la puorto  en badén qu'acos èro lou jiour dé la bujiado et qué béniéou quèré lou lingié a laba  . Lous souldats , pla counténs , las laïssèrou entra et aquélos malinos , qu'érou pas dé la dernièiro plégio et manquabou pas dé bicé,  si passégièrou dinc tout lou chastel per prètesté d' amassa  las pélios .     Son faïré sèmblon dé res  n'y proufitèrou per coumpta lous souldats et espinchia  lous endréts lous miels defénduts del chastel  .

            Quon aguèrou bien tout dinc la testo , dabalèrou à la ribièiro , labèrou lou lingié et l'esténdirou al sourel soubré lous ginessés del balat . Lou besprè tournèrou préné lou chiami del chastel, cargados dé lus banastos ( et pouodé bous diré qu' aco faï uno buono batudo per escalada dé la ribièiro à la cimo del ron ) .

            Tustèrou tourna maï à la puorto én disén al gardo dé lus durbi bitamen tan talamen èrou arrédudos . Son si mèsfisa lou souldat déscadaoulèt la puorto et la durbiguèt en gran .

            Ero luen de pènsa  qué lous souldats papistos , ajudats per las bujadièiros , abièou atabè mountat dinc lous trabèsses en sé rescoundèn darios lous rons , lous bartassés et toutes lous récantous .La puorto faguèt pas à mita duberto qué s' accoussèrou din l'aïré del chastel én cridèn coumo dé diaplès  , palafiquèrou toutos las ,puortos  las clèdos et lous rempars , puièi ,  estoubiguèrou et tuèrou tout ço qué boujiabo ;

            Quon aguèrou acabat lus obro , et un paou récatat , plantèrou lou drapel del baroun , à la cimo dé la pus nalto touré . ( qu'appélèn  aro "le donjon " mais qu'éro en réalitat " le logis " )

   ( Mi plaï dé pénsa , qu'à coustat dél drapel , lous souldats penjièrou tabè lou dabantaou  ( ou las braillos ) d'uno bujidièiro - mais , bous bolè pas ménti , aï pas jamaï trouba traço d'un pario haoumachié  ) )

         

Burado  :  c'est la crème du lait

Brujias  :  Bruyère

Brégo  :  dispute  ( cerca brego  :  provoquer )

         

 

 

 

       c

 

 

 

 

 

 Cabussa  :  sauter de haut , tomber de haut , plonger

Cabussel  :  couvercle  " cado toupi trobo soun cabussel  "  pour dire que chacun trouve sa chacune

Cachia  :  tasser , écraser   ( mais un  Cachio c'est un coup douloureux   :" aï attapa un cachio al dét én barrèn la puorto "

Cadaoulo  : Clé , mais aussi  poignée de porte  " as bien cadaoulat abon dé parti "

Cadi  :  genévrier

Cadièiro  :  chaise

Cadun  :  chacun

Cafit  :  plein , vraiment plein à déborder


Cagadou  :  c'est le cabinet , la cabane au fond du jardin

Caganis    :  Dernier né  ( on dit aussi lou curadou mais ce n'est pas très flatteur ni élégant )

                              Se dit aussi d'un personne de toute petite taille       " Dous pans de chiambos et lou quiéou es aqui "

                              

Cagaraoulo  : Escargot ( voir banégia )

Caillo  :  truie  ( mais aussi la caille  : Bourrée : " O caillo belo caillo o fat soun nis .. etc "

Caïré  :  c'est le coin,  le côté (syn. lou cantou ) mais par extension c'est le lieu , l'endroit en général

Cal  : présure  ( Un vagabond , aveugle , passait dans les villages pour vendre la présure  . On l'appelait " Le Pierre du Cal "

Cala : se taire   " calo ti qué sas pas dé qué disès "

Calos ( dé ginès )  C'est la partie dure d'une branche de genêt , qui tient bien au feu

Caluc  :  un peu fou 

Cambagiou  :  Jambon

Cambo  :  La jambe   " dous pans de cambos è lou quiéou es aqui " pour désigner une personne de petite taille, courte sur jambes de mon ami Pierre FABRE

Campégia  :  poursuivre ,  courir après      

…………..sé campégiés douos lébrés las manquaras l’uno et l’antro

Cap  :  La tête  ..Caput = têtu , Capélan =curé ( à cause du chapeau  )

 

      Polka piquée : " Quon lou merlo salto al prat

                                baïsso la couéto  (bis )

                                quon lou merlo salto al prat

                                baïsso la couéto lébo lou cap "

 

                               Quon lou nobi  ( jeune marié ) salto al prat

                               lébo la couéto ( bis )

                               quon lou nobi salto al prat

                               lébo la couéto baïsso lou cap "

             Je préfère ne pas traduire

Capita  :  réussir  , tomber bien , ( Syn : éndebéni )

Capo  : cape

Capita  :  réussir , arriver au bon moment

Capitado  :  coïncidence

Caput  :  têtu


Carga  :  charger  , par extension boire plus que de raison  " lou Marius o cargat ,  ou pire ,o cargat la mounino  "

Carrégia  :  charrier

Cata   : Couvrir . Le soir , après la veillée , on couvrait le feu avec des cendres , pour conserver la braise ( " cata lou fioc " )  A cette époque les enfants ne pouvaient pas se mêler à la conversation des adultes : " parlaras quon lou fioc saro catat  ( donc jamais ! ) " disait le papé .

Caturo  :  bêtise , blague

Caouqua  :  Tasser . Le foin rentré dans les greniers ( les paillots ) on le " caouquait " c'est à dire on sautait dessus pour le tasser et gagner de la place .

         Extrait de la chanson " lous esclops " ( les sabots ) :

 

  " ..caouquabou la merdo  (ter) "

  "   mous esclops "

  "   quond  érou (ter) "

  "   quond érou nauous "

Chabro morto ( pourta a ..)  :  Porter un fardeau , animal ou homme , en travers les épaules (la tête d'un côté les pieds de l'autre )

Chadel   : C'est un petit chien et non un petit chat .

  Je glisse ici des précisions apportées par une lectrice de Marvejols sur la gestation des animaux :

          la  lapino                                          met à bas après    1 mois     verbe  :   lapina

          la tchiato (mino)                                          "                 1 mois        "            minouna

  " Moussu lou curat , bostro tchiato o minounat , n'o fat un , n'o fa dous , n'o fat un négré coumo bous "

          la tchino                                                                            3 mois                     chiadéla

          la caillo (truie )                                                                4 mois                     poucèlo

         la fèdo ou la tchiabro                                                      5 mois                       agnèla

         la bachio  ( la vache )                                                       9 mois                      bédèla

         l'ego (jument )                                                                  12 mois                    poulina

         la miogo (mule)                                                                13 mois         En fait la mule  ,étant un hybride de l'ane et de la jument est presque toujours stérile . Le mulet est, lui , toujours stérile de même que le Bardot , hybride du cheval et de l'ânesse

         la saoumo (ânesse )                                                       14 mois                     ?   


Chambriéïro  . :  servante , femme de chambre Une chanson de ma grand-mère débutait ainsi :

   La chambrieïro dé l’aboucat aïmabo pla lou pan trempat ..(mais ni sabé pas maï )

Chiadé  :  c'est le genévrier 

Chialado  :  chemin creusé dans la neige , ( trace ) , chemin en général

Chiambariba  :  mettre en désordre , mélanger En couture emmêler les fils de telle façon qu'on doive tout recommencer

Chiaou  :  il faut

Chiaouchilio  :  plat peu appétissant

 Chiaoupino  : bouteille d'un demi litre  "  laïsso aqui lou litré , qué ténés pas chiaoupino !

Chiapladis  :  discussion

Chiapusa  :  couper en petits morceaux , gratter , user ,( avec un couteau le plus souvent )  

                        Lous éfons chiapusou un moucel dé fraïssé em lus  opinel , per faïré dé sifflets

Chiarabira  :  effrayer

Chiaruniado  :  cadavre , charogne

Chinado : c'est la bruine

Chion  :  champ

Chioura  :  sommeiller ( se dit des brebis qui , au soleil , se serrent , s'amoulounou , et ne bougent plus )  

Chiourinado , Chiourino :  désigne une chaleur étouffante , annonçant l'orage (verbe  : chiourina )

Chiatroulia  :  Patauger dans l'eau , la boue . Se dit aussi en matière de cuisine : remuer sans soin les préparations " chiaoutroulio pas tont aquélos truffos qué saroou toutos escafigiados "      

Chourla  :  se gorger de boisson , boire avidement     , lamper   

Ciro  :  tourmente  = fournélo

Clabel  :  clou ( Clabèla  :  clouer )                   

Clapas : Tas de pierres , par extension ce qui est en désordre

            Autrefois on surnommait la ville de Montpellier " Lou clapas "  . Pourquoi ?

Clèdo  :  c'est la claie  notamment celle qui sert à parquer les moutons ou à faire sécher les châtaignes

Cluta : sommeiller , s'endormir inopinément ( on dit aussi salua à cause de la tête qui plonge )

Cluta dé l'uel  :  faire un clin d’œil

Clutchio : C'est la poule qui couve . On le disait aussi d'une femme qui n'avait pas inventé la poudre ou " lou boutou à cinq traous "  ( le bouton à 5 trous " )


CONJUGAISON : LA CONJUGAISON DE QUELQUES VERBES FIGURE A LA FIN DE CE GLOSSAIRE

 

 


Couado  :  glissade sur la neige avec une luge ou un Ménou :  traineau

Couasso (dé )  :  être " dé couasso " c'est être ami , complice 

Coubi  :  inviter  " lou pastré es dé bouon coubi "

Couderc  :  enclos , courette à l'arrière des maisons ou on lâchait cochons , volailles:: etc  , ou l'on  battait le blé . Désigne maintenant la rue ou le chemin qui longe l'arrière des habitations     , " l'Albert muonto al couderc lèbo la cambo et pisso én l'air "

Coudio  :  récipient en bois ,pendu à la ceinture , avec un peu d'eau au fond ,  où on mettait la pierre à aiguiser ( la cout )

Coufi :  mijoter

Cougnièiro  :  congère


Cougnat  : C'est le beau- frère

Courdel  :  corde

Courdéla  :  baver  abondamment ( imagé )

Courdils :   ( id. à courdel)  désigne plutôt les lacets

Couïro  :  casserole , marmite 

Couïré  :  cuire

Courrégio  :  courroie   ,  Courrégiou  : désigne plutôt le lacet

Cousi  : cousin  ."  cousi qué cousi dabalo dé moun ciliéiré "    " cousin ou pas cousin descend de mon cerisier "  ( tu as beau être mon cousin ,ne me vole pas mes cerises )

 

Coussit : comme
Coussos ( a )  :  vite , se précipiter

Counta fia per courduro :  Quelle belle expression pour dire  : raconter dans le détail  en respectant l'histoire et sa chronologie  !  ( littéralement " de fil à couture " )

Coutel  :  couteau   " pér trabéssa la plono dé Mountbel boou maï la capo qué lou coutel "  ( dans cette plaine on a plus de chance de trouver du mauvais temps que d'utiliser son couteau pour manger )

Crané  :  très bon , très beau

Crasso ( uno )  :  c'est une méchanceté , une mauvaise manière

Crèma  :  bruler

Croumpa  :  acheter

Croupio  :  crèche , mangeoire
Creiré  : croire

Cujia  :  presque , faillir   " aï cujia dabala la gardo "


Curo  :  presbytère   Curat  :  curé    Bicari  :  vicaire  *

 

    Lou curat-doyen abio la coustumo , cado jiour , d'ana si passéjia én soun bicari . Trabessabou lou billachié et s'agandissiéou à St-  Jion . Se si trubabo quaouqués malaoutés li fasiéou uno pitchioto bisito  .

            Un jiour , soubré la routo dé St Jion encountrérou lou péro Maouri, dé soun escaïnou " Maourinas " , qu'éro couneisségut pér estré  toujiours en trin dé ni calcula uno . Lou curat li démondo

            -anat bien , Moussu Maouri ?

            -oh noun pas certo , qué sioï tout palaficat d'aco qué béné d'apprené ,

            -pas méns  ! dé qué bous arribo ?

            -m'én parlès pas , la nuech passado aï pantaïsat mais aï pantaïsat qu'éré mort !

            -aco nous arribaro à toutés , si faï lou bicari .

            -laissat mi fini ...éré mort et mi bésé dabon Sént Pierré qué cugiet s'éngigouta dé mi béiré " dé qué bénés faïré aqui après toutos las caturos qu'as énjinquat et lous cops de trop qu'as béguts , baï béiré moun coulègo del Purgatorio béléou ti pendro  !" Al Purgatorio mi faguéré escampa encaro pu bitament . Son abéré lou téns dé cluta , cabusséré dabon un diaplé , machiarat ,banut, bourrut ,én d’uels qué trajiéou d’esliéoussés  et ribèchié coumo pas un .  "Séguis mi  , ti boou faïré bisita toun noubel oustaou  "

            Mi faï entra dinc uno baoumo qué tout lou cantou aourio pougut s'y saca ...bous describé pas aco bous fario trop réguligié  . Suffis dé diré qué y abio béléou un miliou dé paoubrés bougrés coumo iéou , assetats soubré dé cadiéiros de ferré et qu'attendiéou lus tour per ana couoïré ,un moumén , dinc fouossos et foussos péirolos  .

            Moun diaplé mi dis " acos pas lou tout , mais mi tchiaou ti trouba un séti ,et aco saro pas aïsat qu'abén dé maï én maï dé moundé " ..et dé nous attiala à cerca un brabé sassit..  Tout al cop bésé un poulit faoutur dé cuer , broudat et paousat soubré un espès tapis rouchié  " cercat pas maï ," cridé al diaplé  " aquel seti mi coumbé "  Dé qu’anéré pas dit !! , lou diaple si mettre à bada :  " bését lou , aquél paouré bédigas , o cagat la bergougno  :  boou s'asseta soubré lou faoutur qué gardén per lou curat del Bluma !!! "

            Nostré brabé curat , qué sé noummabo Fraïssé ,n'y rigio encaro , qué n'y tricoulabo , én s'agandissén à sa curo  et abio pas manquat de counta aquelo blago as paroissiéns qu'abio encountrat én chia



 

 

          D

 

 

 

 

 

 

Dabala : descendre  . Dabala la gardo  : s'évanouir

Dabantaou  :  tablier

Dabon  :  devant    Darios  :  derrière

Dafèt : Tout a fait

Daillo   : c'est la faux  dailla = faucher , daillairé  = faucheur

Débassés  :  ce sont les bas

Débiaï , débiaïsso  :  Gentil (le)  , aimable

Dédin  :  dedans    Déssous  :  desous    , Déssoubrré  :  dessus   , Débas  : en bas   ,  Dénal  :  en haut

Défouoro  :  dehors

Dégus  :  personne

Delata  :  Déblatérer

Démoura  :  rester . Démoura al croc  : se dit d'un garçon ou d'une fille qui n'a pas trouvé "chaussure à son pied   , "  vieille fille "  )

Dérraba  :  arracher

Désaoubira  :  décevoir

Desbariat  :  déstabilisé

Descounégut  :  inconnu

Dèsgancillado : se dit d'une femme mal habillée ...ou , au contraire très légèrement et très court vêtue

Desjiaïré  :  découcher

Déslaïamèn  :  détente , oubli des soucis

Desméni  :  restreindre



Despendjio –figos  :  Quelqu'un de grand et maigre  ( ce fut souvent mon surnom )

Despinchious  :  susceptible , rancunier

Destapa  :  déboucher

Destiba  :  détendre

Det  : 

                Comptine chantée en tirant sur les doigts du copain en commençant par le pouce :

 

 

     Aquel béguét la lèbro,

     Aquel la lébet

     Aquel la tirèt ,

     Aquel  la mangièt ,

     Et lou darnio dé bada  "piéou, piéou , piéou qué n'y o parés per iéou !

Diaplé   :  c’est le diable

             Quon lou diaplé n’abet prou fat si faguét ermito

On disait aussi par mauvais temps   on dirio qué lou diaplé o penjiat sa fenno

Doundo  :  se dit d'une vache ou d'un,  bœuf, dressé au joug  Doundo dé dous biaïs   :  dressé des deux cotés du joug

Doou  :  mal , douleur    " la testo mi doou "

Doou , doulo  :  douleur souffrance   " Al païs dé las doulos cadun o soun escudèlo "  ou moins grave " parlo a moun quiéou qué ma resto mi doou "

Doun maï  :  d'autant plus , encore plus , Doun mén  :  d'autant moins , encore moins    ,  " aquèl drolé és aïssaplé , doun maï li disé dé tabailla doun mén ni faï ! "

Drandailla  :  trébucher , perdre l'équilibre , avoir du mal à le conserver

Duga  :  s'assoupir , baisser la tête ( voir  : chioura )

Durdo-mouto : ; têtu et aussi personne peu aimable , faisant toujours la tête . (Contraire de Débiaï )  ( syn.  :  Maou -m'agachio , )

 

 

 

           E

 

 

 

Echiampa :  jeter

Éfon  :  enfant

Égo  :  jument

Émberbésit  :  peu dégourdi , maladroit , endormi

Embuc  :  entonnoir  , embuca  :  faire manger de force , gaver  sé bos pas mangia ta soupo la ti boou embuca

 Empach  :  obstacle

Emplastré  :  gifle

Encanissat  :  énervé

Encreiré ( s’én:  S’enorgueillir , se vanter    peta pu nal qué soun 

Éndabala  :  avaler, engloutir

Éndaréira  :  retarder , perdre du temps

Éndébéni (s')  :  s'entendre , être amis , se ressembler    

 …à propos d’un couple qué s’endébénabou bien et dont l’un disparaît , Ange Peytavin a cette belle expression   Per ton qué siéjiou biels dous esclops boou pas l’un son l’antré

Éndicon  :  quelque part

Énfachina  :  Porter malheur  , et aussi sentir très mauvais  " amaï , aco sén paoubré qu'aco enfachino !"

Énfoutisclasubtiliser , dérober

Éngabia  :  engager

Engaounia (s')  :  faire la grimace  , imiter

 Engarça  :  duper

Engigouta  : ( intraduisible )    ..avaler de travers

Éngoulidou  : Passage très étroit

Engrépési  :  engourdir

Énjinqua :  imaginer , inventer

Engulia  :  enfiler  , une aiguille par exemple , mais aussi : aller vers , se diriger vers

 Énnégia  :  noyer

Enrabaliat :  désordonné

Énsinqua :  combiner , prévoir

Entemiéjios ( d'aquelos)  :  Entrefaites (sur ces )

Éntrinqua :  attaquer ( un travail une action )  , commencer

Escafigia  :  écraser , écrabouiller

Escaïnou  :  surnom  (syn : Soubrénou )

Escagassat  :  Fourbu , épuisé , démoli .

Escarjuelia  : écarquiller les yeux

Escambarlat :  Quelqu'un qui a les jambes très ( trop ) écartées  . Escambarla : passer par-dessus en écartant les jambes

Escampilla  :  jeter , disperser 

Escarabillat :  (j'adore ce terme ) intraduisible  : se dit par exemple d'un gamin dégourdi , éveillé , dont les yeux pétillent . On l'emploie aussi pour dire qu'une personne qui était malade va mieux " coumo baï ta mèro  -- oh s'escarabillo pitchot a pitchot "

Escaluerna  :  Eblouir

Escaraounia  :  égratigner

Esclaïrado  :  éclaircie  mais aussi clairière

Esclops   :  Sabots  l’escloupio c’est le sabotier dont les outils sont aissetto , tarabelo ,birou et paradou

Escoudré  :   Battre le blé , les lentilles , avec  l'escoussou ( le fléau ) avant de passer les graines au "béntaïré " ( voir plus loin à V )

 Escoundetto  :  cachette

Escourtinsat  , Escourtinsado  :  Surtout au féminin , désigne une femme habillée très court  , qui  " n'y mouontro maïl que n'y rescouont "  rescouondré = cacher

 Escranca  :  démolir 

Escudelo  :  bol muni de deux anses

Escur  :  obscur    Escurgino  :  obscurité

Escupi  : Cracher ,  :  prov.  " rougiole del bespré réjouis soun mestré  "

                                                     rougiolo del mati escupit soubré soun bési " ( En fait : le ciel rouge le soir est signe de beau temps  , le matin il annonce la pluie  ( escupit )

l'escupido  c'est la salive

Esliéoussés  : éclairs   ( Tro  :  tonnerre )

Esmougut  :  ému

Esparnia :  économiser 

Espera  :  attendre   : boou maï téné qu'espera  Mais pour le chasseur l'espero c'est l'affut

Espéirégiat :  épierré

Esperset   :  c’est le sainfoin 

Espéli  :  naître , s'épanouir 

Espinchia  :  regarder ( souvent à la dérobée )    - " pérdéqué m'espinchiès

                                                                                        - et bè , dé qué ti pouo faïré ,un chi espinchio bé un ébesquè "

Esperfida  :  surveiller espionner

Esploumassat  :  décoiffé , ébouriffé

Espounchina  :  égratigner

Espoussa  :  secouer

Estabousi (s')  :  s'évanouir  (syn .  :  dabala la gardo  )

Estampel  :  grand désordre    " quonté estampel , uno chiabro y troubario pas sou cabrit !  "

Estèlo  :  buche , morceau de bois

Esterpa : épandre , disperser le fumier

Estingonço  :  projet dans le sens de combine , complot

Estiplassado : c'est une bonne raclée , uno fréto

Estira  :  étirer mais aussi repasser  (le linge )

Estouillo  :  chaume

Estourchinga (s' )  :  se dandiner

Estrabira (s')  :  Pas d'équivalent en Fançais  : se tordre la cheville , faire un faux pas

Estrassa   :  Gaspiller  , se dit aussi d'une personne qui dépérit ( s'estrasso )  syn.  : despelferri

 Estréma  :  entrer , rentrer  " quon faï frèt , lous chis estrémou la lengo "

Estrennos  :  Ce sont les étrennes  : les enfants de la génération précédant la mienne passaient de porte en porte, le premier janvier en psalmodiant :  "bouono annado et bouon on

                                                                                        Uno estrenno per moun prémio dé l'on "  ,  et récoltaient quelques sous troués

Estripa  :  déchirer


 

 

         F

 

 

 

 

 

Fabo  :  haricot

Fachiado  :  châtaignes grillées sur la braise dans la poêle percée . Réunion entre amis pour manger ces châtaignes accompagnées d'un coup de blanc (ou de "Clinton" )

Faï  :  fardeau

Fèdo : brebis

Fénestro  :  c'est , bien sûr la fenêtre  mais c'est aussi le nom d'un village de Haute-Lozère qui me rappelle une saillie du sympathique curé de St Julien lequel avait toujours une blague au bord des lèvres .Il se rendait à une réunion du curé-doyen et passait , sous une pluie battante , devant la maison de ma tante postée à sa fenêtre . Comme il avait passé le bas de sa soutane par-dessus la tête , pour se protéger de la pluie , ma tante l'interpela :

            "eh bé , moussu lou curat  hérousamén qu'abét une brabo soutano !..et le curé de lui répondre :  "  m'én parlét pas , brabo fenno , foou coumo las fennos dé Fenestré , descaté lou quiéou per cata la testo  "

Ferrat  :  seau

Fial  :  fil

Fièiraou  :  c'est le foiraîl

Fillat  :  C'est le gendre ( féminin Fillado ) . c'était le surnom du père et du frère ainé de mon oncle Albert .

Finta  :  surveiller

Flèquo  :  Plat de pommes de terre cuites au four avec du lait et sans plaindre l'adoubun . J'ai l'eau à la bouche en pensant aux "  fléques"  inimitables que préparait ma mère

Fom  :  faim ( ( au nord de la Lozère on dit plutôt talèn)

Fouilletto  :  Petite bouteille

Fouiro (la )   :  La courante , la diarrhée " la cagagne "

                     " a la fi de l'annado , moun puorto mounédo o la fouiro "

Fournelo  :  Bourrasque de neige , tourmente

Fougna  :  bouder   ( lou Fougnadou est devenu le boudoir )

Fouossos  :  Beaucoup , nombreux   Au premier de l'an les enfants passaient dans toutes les maisons  ,dans l'espoir d'une étrenne en criant : " buonno annado accoumpagnado dé fouossos antros "

Foutraou , Foutralo  : un peu fou ou qui fait le fou ( couillounas )

Fraïssé  :  frêne

Fun  :  La fumée   : " yo pas dé fun son fioc "

                  Il n'y a pas si longtemps , les chemises d'homme étaient prolongées à l'arrière par 20 cm. , environ,  de tissu . on appelait ça  " lou péndoul " ou dans une expression plus évocatrice  " lou copo-fun " , devinez pourquoi ?

Fréta  : traduction littérale  :  frotter    Mais aussi (difficilement traduisible )    gagner ,éliminer et par extension engloutir

              " lou Jiaousétou dé la Pounceto , quond o un bouon moucel lou freto "

Freto  :  Une raclée 

Fruchio  :  fruit

Fuji  :  fuir

Fun  :  Fumée

Fusto  :  La poutre . la personne qui taillait le poutres était " lou fustio " , d'où probablement  le surnom de Fustio donné à certaines personnes ( il y avait  un Fustio à Orcières ) .

 

 

 

       

G

 

Gabio  :  c'est un char dont on a considérablement rehaussé les ridelles pour la moisson

Gabot  :  désigne le Lozérien plutôt du Nord Lot . Assez méprisant

    Quon mountabion d'Alès lou camiou de charbou , moun ounclé s'arrestabo à Puortos per biéouré un cop aco d'un ancien del Bluma qué ténio un cafè .Lou patrou manquabo pas dé nous diré " é bé couci boou lous gabots d'amoundaou à la mountagno ? "   Aco métio l'Albert , qu'éro ton fièr dé soun Bluma ,  dinc uno coulèro qué lou birapassabo . En mountén dinc lou camiou mi dijio  :  " quanté c... , si rappelo pas doun d'es sourtit , nous béiro pas plus  !  " ...mais pas despichious per un soou  , y tournabo à cado biachiè 

Gafet  :  serviteur , manœuvre    

Gaïré  : peu  Gaïré bé  : presque

Galapian  :  Garçon qui a grandi trop vite ( voir despéngio-figos )

Gandolo  :   Petit ruisseau , rigole . je crois , plus modeste que le " bésaou "

Gara  :  enlever 

Garda maliço  :  ne pas oublier ni pardonner une "crasse "

Gargamèlo  :  la gorge

Garnos:  ce sont les branches restant sur le sol après abattage des arbres

Giès ( Pas Giès )  :  personne , aucun  ( = dégus )

Gingla  :  gémir

Gourgo  :  petit gouffre , réserve d'eau  ( avant l'adduction d'eau tout le village s’approvisionnait  à la gourgo del Lahondès

Granat  :  dru

Gratoquiéou  :  c'est le fruit de l'églantier ( cynorhodon ) avec lequel on fait de succulentes confitures

Grel  :  Germe des pommes de terre ( desgrella = enlever les germes )

Gret  :  Avoir gret = avoir très froid aux mains  syn : l'onglée

Gro ou Gron  :  grain   comme  lou blat (blé) , l'ordi (orge ) la cibado ( l' avoine )

 Grumo  :  écorce


 

 

           H

 

 

 

 

Hueï  : Aujourd'hui

Haouménas  :  homme de grande taille , impressionnant


 

 

 

            I

 

 

 

 

 

Ibrougno  :  Ivrogne  . " garo ti d'aqui chi d'ibrougno qué toun mestre biéou d'aïgo "

Idoula hurler  ( s'applique surtout aux chiens )

Ieïro  :  évier

Iéou  :  moi

Imberbésit, bédigas   :  bébête , maladroit 

Inquièt    :  Ne signifie pas : , inquiet en souci , mais irrité ,en colère  

                   " dé qué as , sios inquièt ?  , et bè , sé sios inquièt : pisso , aco ti passaro  "

Io gras , io pas gras ça va bien , ça convient , c'est bon , facile  - ça ne va pas...

Irètché    :  râleur

Istorio  :  Histoire

 Izala  :  se dit des vaches , qui énervées  par la chaleur et les mouches , lèvent la queue et se mettent à courir dans tous les sens ( source mon ami Yves  )

                A quatrébin ons mi chiaou pas trop pensa a izala et pas soulamén a caouso dé las chiombos …

 

 

             J

 

 

 

 

Jial  :  C'est le coq ne pas confondre avec lou gial  : le gel

Jias  :  c'est la couche   Souvent employé pour l'habitat du lièvre  " o tuat la lèbré al jias !  "

Jimbla  :  tordre  , déformer

Jéssés  : aucun , personne

Jiargoussa : travailler en se fatigant trop , par maladresse   " Lou gustou o jiargoussa tout lou jiour per parè faïré , acos qu'y io pas lou biaï "

 Jiaou ! :  Heureusement !, quel bonheur

Jioubé  :  jeune

Jiouca  :  percher  , Si jiouca  :  se percher

Jiouquet  :  hoquet

Junchio  :  C'est une demi – journée de travail ( aussi uno batudo )  . vient de joug , joindre ( on joignait les bœufs ou les vaches pour une demi-journée ).

 

 

 

 

             

 

K

 

 Kèli  :  C'est le pot-de-chambre , le seau hygiénique          
Entendu un jour par mon cousin , qui en connaît beaucoup d'autres ! ( fouossos antros )

            " béjio lou aquel pouor dé drolé ! qu'o esbessat lou kèli  , sé acos pas lou tro dé Diéou "

         (esbessat = renversé , t ro = tonnerre

   
L

 

Lachiérous  :  pissenlit

Lacremo  :  larme

Laï  :  souci      Si laïa   :  se faire du souci  ( (dé méchianson )

Lambina  :  flaner

Lanterna  :  hésiter

Laoura  :  labourer

Lat * :  c'est le précieux lait , objet de bien de convoitises comme en témoigne le récit qui suit


 

 

       

 

 

   

        

           


                



                        Anén faïré lou lat

 

            Fouossos péisons , per counserba , al frés lou lat dé lus douos ou très bachios   sacabou         la marmito dinc un traou , uno baoumo , al rajïou  d'uno  sourço ,d'uno fuon  , d'un bésaou ou dinc un clapas bien abritat .

            Lou lat si paousabo touto la nuèt ,et , lou mati èro presté a escréma per tira la burabo qué serbio a faïré lou burè  ;  lou restant èro cousoumat al déjuna ou passabo én froumatchiè , caillado ou rébérou

 

            Un parel dé cops din l'annado lous drolès dé séchè à dazohuièt ons  s'acantounabou  per coumplouta  " dé besprè pourrion ana faïré lou lat del Vidal ( ou del Marius , del Mouonti  ... ) . n'y  sios  ? "  :   Toutés n'èrount !

            La nuet èro pas toumbado qué lou troupel d'argaliès se métio en marchio , son brut , per ana  enfoutiscla  l'oullo de lat dé la bitimo qu'abiéou chiaousit  .

 

             Pourtabo pas lou cop luèn : lou lat éro éndabalat lou mêmo besprè din l'un ou l'aoutré cafè del billatchiè . La patrouno dèl bistrot pensabo pas a maou ( crésé pu léoul qué fajio semblon dé pas saoupré d'oun bénio lou lat ... mais sioï  bélèou méchianto lengo ? ) , é per lous régala ,  lus fasio chiaouffa un crané  "café au lait " qu'abiou léou fat dé chiourla accoupagnat de rirés et fouossos faribolos .

            Suffis , qué , las agapos terminados , la marmito bien néttégiado régagnabo sou récantou , lou pus soubèn accoupagnado d'un paou dé mounédo .(  Lous galapians érount bé  un paou hounestés  ...)

 

            Manquarèt pas de mi diré  : pedéqué aquelos caturos alors qué maï qué maï dé nostrès sacripans  èroun éfons de péisons et , , poudiéou faïré gaïré bé cado jiours dé tibachiés dé lat ?

            La répounso es countégudo dinc,  uno soulo  idéïo: la traditiéou . Aquélos expédissiéous si perpétuabou désémpiéi fouossos annados , maï béléou maï d'un sièclé  . Lous pèros dé nostrès  aïssaplés  , et lus grans , abiéou fat pario din lus junesso ....mais béirèn qué l'abièou un paou esblidat .

 

            N'empachio qué lou lendemo quon la patrouno panlébabo uno péirolo viéoudo       fasio un mouré qué vous disé pas , ero inquiéto coumo néchi et badabo d'escornas qu'aousé pas répéta aïci .

            N'empacho qué si soun hommé , en anén toumba un paou d'aïgo , al cla dé luno , abon dé s'ana jiaïré , sutabo sous piliars , manquabo pas dé lous campégia din lous trabèssés ,tout achaulfat  én gulen coumo un pouor malaouté  , et , sé n'agantabo un  si giènabo pas per li mettré uno buono freto  ( d'aqueste téns acos èro pas interdit )

           

            Traditiéou ou pas , uno d'aquelos bestigios fouguet  tan talamén a riré qué mi chiaou bous la counta ;

           

            Un besprè dé primo , lous drolès et lus marmito si préséntéroun al cafè del  P... , per s'endabala lou famus  cafè al lat . La patrouno faguet chaouffa lou brubatchié , régalèt nostrès lascars ,  néttégièt bien coumo chiaou l'oullo ....et lou léndémo mati quon bouguèt tira dé sa réserbo un paou dé burado per soun cafè , soun cullio faguet pas qué tinta lu feré dé la marmito . Lou cabussel li toumbét dé la mo tan talamèn fouguèt mouchièto !  Quaouqués soous traoucats al quiéou dél toupi  l'empatchièroun dé si troumpa : abio fat lou cafè al lat ,  dé l'équipo dé galapians , embé lou crané lat dé sas bachios !

 

            Coumo un malur arribo pas jiamaï soul , dinc lous voulurs , y abio soun proprè drolè , lou F.... ,(  Acos aquel amic d'éfonso qué m'o countat l'affaïré y o dous ou très ons ...aquesté cop "n'éré pas " )

            Quon lou péro si lebèt , o pas chiagut li parla  dé traditiéou . Per ma fe ! moun coupi prénguèt uno estiplassado qué sas maïsos dé darios s'én rappèlou encaro ! ( aï déjia dit qué , adoun ,abion ni lou dret.. ni l'embéjio dé nous plognè  d' abèrè réçooupégut lous "châtiments corporels " qué béniou dé la familio , dé l'escolo , del curat et mêmo del bési quon nous agantabo din soun cilièirè .

            Per coumpréné qué la P.....  abio pas récouneisségut sa marmito , chiauou saoupré qué toutos la fennos del Bluma et dés billachiès bésis croumpabou lus oullos , marmitos , casséirolos ....à la quincaillario dé la Batistino qué ténio pas qu 'un moudélo : toutos la marmitos érount fachos del mêmo mouslé .

            Crèsé mi soubéni qué la traditiéou se perdèguet un paou après la libéracièou  , lou rétour dés prisouniès  ,en maï d'ostros agapos , fouguèt la darnièïro occasiéou  , d'ana " faïré lou lat " .

           

            Aro sario pas gaïré poussiplé dé récouménça : lou lat d'aro , industrialisat, analysat ,arréngiat , énsilagiat ,és débengut uno " matière première " ensacado  dinc dé citernos resfrèigiérados et amassat per camious ou tout s'y mesclo . Dé qué ni siègié lou  plasé sario pas lou mèmo et bous pouodé diré qué lou lat  sario pas ton goustous as nostrès  amaturs dé "nutella"  .

             Présémple ! sioï presté à parida qué sé lou P...s'amassabo , aro , del Paradis , sario bé un paou coufflè dé beiré qué dous éléburs , dé maï dé cinquanto bestios cadun , oou près la plaço dés quaouqués bins païsons et lus douos ou très bachios d'adoun . Et s'engarçario pas , trop countén qué sario ,si , la junesso li fasièou , d'un cop a l'antrè , péta la marmito  .

.

Lata  : Sortir les vaches pour les amener paître

Laougiè :  lèger

Lebado  :  c'est une retenue d'eau

Lèbré (la ) : le lièvre   Bourrée : "aï bis lou loup , la lèbré et lou réinal dansa

                                                          " fajiéou lou tour dé l'aoubré , son pouiré d'attapa "

Légo  :  envie   Se rapporte le plus souvent à la nourriture  :    "aquelo counfituro mi faï lego "

Lénçoou  :  c'est le drap

            Per la festo Diéou si penjiabo dé lénçoous soubré las façados dé toutés lous oustaous dé la chiarriéiro , oun passabo la proucéssiéou . Fouossos famillos abiéou un parel dé lénçoous noous per aquel usachié

Lengo (nostro )  :  c'est le patois , qui nous a été transmis, oralement ,  par nos ancêtres avec au fil des siècles des modifications , parfois l'ajout de mots francisés . Dans l'extrait , ci-dessous , d'une convention entre le seigneur du Tournel et l'évêque de Mende  ( 5 juillet 1209 ) rédigée pour partie en "langue rustique " on retrouvera des mots de notre patois actuel (gléiso , jamaïs , de foro  )

Daus l'autra  part en Aremans de Peyra prebost e en Guilhems de Peira Achediacre de Mende , tenens la vicaria de l'evesquat per nome per mandamen de monsenher . EN Guilhem l'evesque ,ab voluntat e ad consetimen espres dels chanons , et del chapitol de la gleisa , prometen que jamais l'evesque ni la gleisa o negun hom ……….no do ni auctore lo menatge ni negun dels fieus que tu tengues de la gleiso , per so que tu aquels tengues de la gleisa , e tu d'aquel , se tu aisu no volias  ….E se negus hom de l'evesquat o de foro l"evesquat te movia guerra ….nos te prometen que il gleisa t'en valla tos temps ab tot son poder

Source  : archives départementales de la Lozère

Lésè  :  souci , préoccupation  " abèré lésè dé  " se soucier de .et aussi  avoir  ou non le temps

Liéoura  :  vider 

Limando  :  étagère

Linda :   glisser sur la neige , le verglas , faire une couado

Lindo  :  mince

Lou bon ( douna lou bon )  :  libérer , lacher


Lum : lumière , lampe  " sabé pas oun penjia moun lum "   :  littéralement  : "je ne sais pas ou accrocher ma lampe "  donc  :  "Je m'ennuie je ne sais que faire de mon temps "


      

 

 

 

           M

 

 

       

 

 

 

Machiarat  :  sale , maculé , noir de saleté   Bourrée   "Baï , baï , Baï  machiarado "

                                                                                                    "Baï , baï ,baï ti laba ,

                                                                                                   " Prèn dé sabou mouréillado,

                                                                                                   " Prèn dé sabou ,

labo lou..."

Madaplè  :  invalide


Maigroustel :  trésm    aigre , chétif , décharné

Maïsso  :  la joue , la gueule  on dit quanto maïsso de quelqu'un qui parle beaucoup , trop

Maistré  : Maître , patron  l'expression courante " es à soun darnio maistré " s'applique à un outil , un appareil malmené , mal entretenu

Malaouté  :  Malade

  Mangia las braïllos  :  Se ruiner , faire une mauvaise affaire   Dinc aquelo pachio y aï mangia las braïllos

Manleba  :  emprunter

Maou  : Mal , douleur  : Ma tante : " as maou al bentré  ?  : baï caga et lou sentré ! "

Marouna  :  grommeler

Manit , manido  :  enfant ( petit enfant )  terme affectueux

Manoul  : Paquet de tripes d'agneau . j'en ai encore l'eau à la bouche en évoquant les manouls de la Félicie du Mouonti , dégustés le matin de Pâques , après la 1ère messe .

Marcomaou  :  littéralement laid , mal habillé demauvais genre . Par extension  " de mauvais augure " : "aco marco maou "  , marco maou si présénto "

Mascara  :  déguiser

Mechianson ( se faire du )  : se faire du souci , du " mauvais sang "

Meno  :  race , espèce  :  es dé buono méno

Méravilia  :  émerveiller

Ménou  : c'est la luge du pauvre : deux tasseaux arrondis à l'avant reliés par 2 ou 3 planches

 Miech  :  demi

Miéchiour  :  midi

Mouchièt  :  surpris , déçu , sans voix   Difficilement traduisible . C'est un état de déception , de surprise désagréable qui laisse sans réaction , interdit    Crégio tan talamén abéré soun permis qué fouguet maï qué mouchièt quon lu manquèt

Moulinio  :  meunier

Mouralia  :  museler

 Mousé  :  Traire

Moustas (un ) : c'est une gifle

Musa : s'amuser , se rencontrer , se distraire . usité surtout entre vacher  " péndén qué musabion mas bachios s'anérou couffla din lou tréflé del Louis "

 

 

 

           N

 

 

 

 

 

 Nani  :  non   Qué d'aco nani  : pour ça non, certes non

Naoutchio  :  Bassin  ,alimenté par une fontaine et où vont s'abreuver les vaches

Nèchi  :  fou  Néchioun  :  folie

Nembounil :  nombril

Nèou  :  neige

Néplo  :  C'est le brouillard   " Néplo dél serre pléjio baï quéré

                                                   " Néplo del ballat , lou bouon témps es arribat"

Nibou  :  nuage , nuageux

Nipat  :  bien habillé , chic

Niganaou  :  surnom donné aux protestants ( dé tralouzéro )  Peut être déformation de huguenot

Nobis  :  Jeunes mariés  et même seulement fiancés

 

 

 

 

            O

 

 

 

Obro  :  travail
Oc  :  oui  qué oc  :  certes oui

Oli  :  c'est l'huile  .  Aïllet et oli =  Aïoli

Ormis  :  sauf , sauf que (syn.  : Enmis  , Assetat que  )

Ooutrigio  : c'est l'ortie qui fait de si bonnes soupes

Oulo  :  autre nom de la marmite   Expression :  "as lous ounglés ton talamén logs qué sourtiriéou lou lard dé l'oulo "  ( avant de se servir de soupe on en sortait le lard )

Oustaou  :  maison

 

 

 

            P

 

 

 

 

Pachios  :  la fête de Pâques

                        -lou Dibéndres las fennos si counfessabou et tapoun la counfesso finido lou téns s'estrassabo tan talamen abiéou countat dé bestigios al curat , lou Dissaté acos éro lou tour des homés et lou sourelsi pounchiabo .(Acos lous homés qué digiéou aco )

                        -lou Diménchié , cadun métio sas pu poulidos répélidos , lous pu richiés estrennabou , et toutés annabou à la prémiéiro faïré lus Pachios . Tapoun sourtits dé la gléïso lous fraïrés , parentat ou amics si coubidiéou per si régala dé manouls qu'abio fat la Félicie del Mouonti son esblida quaouqués cops dé blanc dé la Trappo

            On dit aussi ,à propos de nobis dont le fruit des amours apparaît avant le mariage " aquélés couquis ,oou fat Pachios abon Carémo "

Pacho  :  marché  .  Sur le foiraïl les affaires se concluaient par " Pacho facho " , ponctué par un claquement des mains  ( pas de papier  ni autre reçu )

Padèlo  :  Poêle à frire    " Las truffos à la padèlo dé ma gran érou tant talamen goustousos qué tout lou Bluma n'y parlabo  "

Paga  :  Payer ,  " Entré paga et mouri abén bé lou témps "


Paillot  :  la grange où sont conservés fourrage et paille .Dans la ferme il y a donc , l'éstaplo  :  l'étable ,la sout :  la soue  , lou granio , lou chiarnio   ..et lou paillot

Palafica : mettre en très grand désordre

Panard , panardo  :  boiteux , boiteuse

Pantaïsa  :  réver

Paloch : Boule de neige

Pantaïsa  :  rêver  , par extension radoter  , " sas pas dé qué disés : pantaïsés ! "

Paoubré  :  Pauvre mais aussi mauvais  " ta soupo sén paoubré o dégut passa "

Para  :empêcher , défendre

Paret  :  muraille

Parguè  :  parc , parc à moutons

Pargo  :  On dit  : la luno es pargo  lorsqu'elle est entourée d'un halo , c'est signe de mauvais temps

Paoumélat  :  Pommelé : "ciel paoumélat fénno fardado ( pintrado ) soun pas dé longo durado" 

Passegia (si)   :  Promener (se ) , parcourir

Pas jamaï  : jamais

Pastré :  berger

Patet  :  lent

Patimèn  :  souffance , pénibilité

Pécaïré  :  pauvre , peuchère

Pégo  : Colle  , se dit de quelqu'un dont on a du mal à se débarrasser   " Amaï , conto pégo ! "

Peiroulado  :  C'est la soupe du cochon , cuite dans la Peirolo

Pélio  :  chiffon , vêtement tout déchiré  Péliarot  :  marchand ambulant de pélios , de peaux de chèvres ou de lapin…

Pénaplé  :  pénible
Pénéchia  :  Se plaindre, gémir
  Les expressions concernant les Pénéchïairés ne manquent pas 
      "o toujiours pet ou fouiro "  en langage imagé  " se plaint toujours de quelque chose "

   "Quaou faï  piéou piéou
      lountèn biéou "

... ce qui n'interdit pas l'affirmation inverse
          "Aquel qué toujiours plouro
             mouriro abon l'ouro"

Penna  :  ruer

Peral  : fromage de chèvre

Perdigal  :  perdreau

Perco ( Praco )  :  pourtant

Per-ma-fé : c'est une exclamation très usitée ( " par ma foi " ) qui exprime l'étonnement , la surprise , l'admiration ...

Pestilièiro  :  chatière  ..braguette

Pesut  :  lourd

Pétassa  :  raccomoder , repriser ( par extension  , Si petassa  :  se réconciller )

Péto (la)  :  c'est la peur , la peur panique

Piboulo  :  peuplier

Pica  :: taper , piquer  Pica la dalio , c'est amincir le tranchant de la faux posé sur un petit enclume ( pendu , comme le " coudio " à la ceinture  ) avec un petit marteau bombé (L'ensemble c'est le picadou

Piliar , piliardo  :  se dit d'un garçon ( ou d'une fille ) grand , costaud ( plutôt flatteur ) , un peu fripon

Pinta  :  Boire plus que de raison , chopiner .

Pintaïré  :  Buveur , bois sans soif  ;  Lou Gustin à sa fenno  : " bésés quond aï bégut , bésés pas quond aï sét ! "

Pla  :  bien    " aquèlo raoubo ti baï pla  "

Planta la bourro  :  avoir les cheveux , les poils qui se hérissent de peur

Plèga  :  plier

Plégio  : pluie

Pouda  :  tailler un arbre , enlever tutes les branches   Pouda lous fraïssés per dounna à las fédos 

Pouiré  : verbe pouvoir

Pounchio  :  début , ( syn. entrado )

Pouori  :  Poireau

Pourchiet  :  C'est un morceau de lard frais ,  .Il est encore meilleur s'il est un peu mescladis

Poutou , Poutounégia   :  bisou , embrasser 

Praco  :  néanmoins ( syn. : paméns )

Présèmplé !  :  Exclamation donnant plus de poids à ce qu'on va dire ( ou qu'on vient de dire )

Preissat  :  pressé

Primo :  printemps

Prou :  assez

                Q

 

 

 

 

Quiala  :  crier  , hurler  

Quialassa , S'esquialassa  :  se dit le plus souvent d'un chanteur qui veut pousser si haut la note ...qu'elle lui échappe

Quiéou   :  Endroit sur lequel on se repose ( syn : tafanari )

                      De l'Alphonse de Villes –Basses ( déjà cité ) cette bourrée :

                         " moun quiéou és miéou , mas braïllos soun pagados

                         " moun quiéou es miéou , cagaraï quon boudraï ! "

 

 

 

             R

 

                         

 

 

 

Rabala  :  Trainer , se trainer .

Rabachiaou  :  chou- rave 

Rabiscoula  :  ranimer

Rabina  :  bruler , noircir par la chaleur  " aï esblida ma flèquo al four , aro es touto rabinado "

Rabio  :  rage .   enrabiat  :  enragé

Raï d'aco   :  C'est pas grave , peu important  ( raille de ça )  "  aï perdut moun coutel , raï d'aco n'aï un antré "

Rambal  :  pagaille  ( syn : Rafatori )

Raoumas  :  rhume  . s'énraoumassa  :  s'enrhumer

 Raouba  : voler    on dit d'un enfant  qui ressemble beaucoup à son père ( ou sa mère )  " es pas raoubat "

Raoumia  :  ruminer ( au propre et au figuré )


Raplaga  :  action de couper , à la faux  , l'herbe non accessible par la machine et aussi pour dégager l'espace nécessaire à la mise en place de l'attelage et au virage dans les angles du champ sans piétiner l'herbe

Rascasso :  avare   

                          ….un d’aquelles qu’attachiou pas lus chis em dé saoucissos

Rascleto  :  (dé)  :  en catimini, en cachette

Rastel  :  Râteau  .

Le néo parisien revenant au pays , après avoir déclaré à son père qu'il avait oublié son patois , met le pied sut les dents du rastel dont le manche lui claque dans la figure et crie  :  " puto dé rastel ! "   -- " eh bé as léou rétrouba toun patoués !!! ", s'esclaffe son père ravi .

Rataplénada   :  Chauve-souris
Rébarbo  :  Tome fraiche ,( ou restes de fromages ) pétrie avec sel poivre , aïgarden  et conservée dans le foin

Réberdilio  :  gaîté

Rébiéouré  :  regain

Réboussié  :  Personne qui cherche sans arrêt à contredire ;

Réinal  :  renard

Récata  :  ranger , mettre en ordre

Récatè    :  C'est un bon repas bien arrosé 

Regiscla  :  éclabousser  Régisclé  :  éclaboussure

Réguligié  :  Dégout , donne envie de vomir  " aquello rébarbo sén  tan talamén paoubré , qué mi faï réguligié "

Rélochié  :  horloge

Rénéga  :  jurer

Répapia   :  Radoter , répéter les mêmes chose  ( voir dans le site : "Répapiades" ) ;

Répélidos  :  vêtements, plutôt très usagés

Réquinqua  :  ragaillardir , remettre sur oieds


Respèli  : renaître  (syn : Rémaousi  )

Resso  :  scie   Ressa  :  scier

Rete  :  beaucoup .  Signifie également : raide

Riboto  :  festin

Roubé  :  c'est le chène

Ron*  :  rocher  Le plus célébre dans le canton est celui du Tournel où il s'en passait des belles

                                                                                   La  légièndo d'Aïmérie

            Un buon  mati dé primo , lou ségnou del Tournel partiguèt à la crousado accoumpagnat dé sous hommes et dé soun  pagié  un cranè jiouné qué bènio d'attapa sous dasosét ons é qu'éro tan talamen poulit qué toutos la drolos del Tournel et tabé del Bluma ou dé Bagnos li courriéou après . Al chastel démourèrou soulos las fennos , lous éfons et quaouqués souldats trop biels , escloupats , malaoutés  ,ou  fajian  semblon dé l'estrè , per démoura à l'abrit  .

            Gillette , la fenno del ségnou  , et sa chambrièiro Yolande, sabiéou pas oun penjia lus lum , mais lous très ou quatrés  " tiro-quiéou" qué lus fajiéou la cour érou luén dé las agrada .

            Et béjio un paou què lou bel Aïmérie t'arribo pas al chastel , lou mouré dé trabès et la larmo à l'uel  "  Quanté malur ! nostré mestrè s'és fat tua dinc uno térriplo bataïo qué sous  chibaliés auou pas méns gagnado  ! " .

            La sirbénto faguét bé semblon dé ploura , mais èro touto  réspèlido  del rétour del pagiè qué , abon dé parti , l'abio cambaloutado maï qué maï dins lous bartasses del sèré et l'abio tan talamèn escaluernado  qué la paoubro drolo créjio déjia al gran amour .

            Suspèndént aquel droulas èro un sacrè estafiè qué  si despachièt dé laissa en plan la chambrièiro per  courtisa la barouno qu'èro , aro , uno richio et  puissénto  biéouso ;

            Dé beiré aco lou song dé nostro Yolande li mountét à la testo  , birèt canturlo , et  caludo dé ragio et de jalousio  ,  sutèt soun aman dinc un récantou del chastel  et li coupèt la gargamelo d'un cop de coutel ou dé daïllo  , puièi s'ana cabussa del ron lou pus nal del sèré  per s'escafigia 100 mèstrés pu bas,                                     

.            Lou léndémo, la barouno èro encaro à ploura sa sirbènto .... et soun jiouné aman, , qué lous chibaliès del baroun escaladou a lus tour lou barounlas jusqu'al chastel et dé qu'apprénou a la barono ?  :  Soun hommé abio esta estourbit percé qué soun bougré dé pouor dé pagié l'abio trahit   . La fenno coumprénguét alors que l'Aïmérie abio tout preméditat pér préné la plaço del baroun din soun lièt et bélèou a la tésto del chastel .

            Traguét pas lou cop luen : faguèt penjia lou  cadabré  d'Aïmérie a la pus nalto touré del chastel et l'y laïssét ton qué lous croupatassés ou lous mangio- poulos finiguèrount pas dé déschiarna sa carcasso .

 

                                                     Méchiant Aïmérie

                            As bougut chiassa douos lébrès al cop

                            Et passa dés esclops à l'hermino .

                                         Trassé d'Aïmérie

                            Fennos ti faguéroun mouri dous cops

                            Penjiat al donjon , as aro buono mino (1)

                                  

                                                           

           

 

 

Rougiga  :  ronger

Rouladouiro  :  c'est pendre la crémaillère

Roumia  :  ruminer

 Roundel  :  rond

Roundina  : Rouspéter , grogner

 

 

 

             S

 

 

 

 

 

Saca  :  enfoncer

Sac –son –foun se prononce sassonfoun  :  c'est la fin de l'intestin du cochon , la plus grosse tripe avec laquelle on confectionne le plus apprécié des saucissons  ( lou sassonfoun )

Sadoul  :  Repus   " sioï sadoul coumo uno bachio coufflo " ( du cousin déjà cité )

                  Bachio coufflo : un vache dont la fermentation de l'herbe – le trèfle surtout – fait gonfler la panse  ,au point qu'il faut la percer .  " lou Féliçou del Mouonti sabio pla créba lou béntrè dé la bachios coufflos , chiabio béièré coumo lous gazés fujièou ,mais aco sentio pas la roso !! "

Sagataïré  :  Bricoleur plutôt maladroit   

…..as tan talamen sagatat lou rélogié qu’o rendut l’amo

Saïqué , saïqué –béléou  ,  :   sert a marquer la surprise , l'accentuation d'un proposition  , l'incrédulité

  " saïqué –béléou mi réfusaras pas un canou ?
Salié  :  cape de berger , devient tout vétement chaud ou imperméable  en général   " salio ti bien qué faro frét "

Saluda  :  saluer ( voir aussi cluta )

Sanaïré  : le hongreur

Sarsi  :  repriser ( syn. : pétassa)

Sarcido  :  couture , reprise

Sarra  :  serres , si sarra  : s'approcher

Sassit  (un) : un moment , un long moment  ( voir : " un briéou " )

Saouprè  :  savoir      " lou mi faras a saouprè " "tu me le feras savoir "

Sébo  :  oignon

Sécun  :  emm  deur  S'applique , par exemple , à un enfant qui sans arrêt vous demande la même chose  " quanté sécun ! "

Sécunia  :  importuner , em....er

Ségur  :  sûr  dé ségur  : surement

Sélou  :  c'est le cèpe

Séména  :  semer

Ser : serpent

S'esclagia  :  sangloter ( syn. : Sousca )


Sézigo  :  Je n'ai entendu ce mot que dans les expressions du genre  " as pas sézigo " qui qualifient l'impatience , l'impossibilité d'attendre

 

Sirbento  :  servante

Sizampo  :  tourmente  ( ciro , fournèlo )

Son sousta  :  sans tarder, sans délai, immédiatement, sans trainer

Soou  :  Un sou    " un tauou huéï , un tauou démo , à la fi dé l'annado aco faï uno toumo " disait le Gustin ( qui prononçait  T pour S )

 

Soubrè  : sur

Soubrènou  :  surnom  , on dit aussi  Escaïnou

Soubrètout  : surtout

Sujio  :  la suie . On dit d'un artisan dont on juge la facture un peu salée  " ramouno pas per la sujio

Suspendént :  cependant

Suta  :  surprendre

Sutio  : tout de suite

 




 

 

 

           T

 

 

 

 

Tabanas , Talos  :  maladroit

Tabé  :  aussi

Tapoun  :  non plus

Taïsa  :  taire , se taire    

                      taïso ti qué sas pas dé qué disés

Talio  :  impôt , Taliaïré  :  percepteur

Talos  :  maladroit  , Taloussun  :  maladresse

Taoulo  :  table  ,  s'ataoula :  se mettre à table

Tapoun  :  dés que , aussitôt que (syn. : Toléou )

Tarnagas  : bête , sot " couillon "

Tasta  :  goûter

Tiba  :  tendre fortement    Si tiba   :  se tenir très droit , orgueilleusement  " béjio coumo si tibo désèmpiéi qués annat à Paris "

Tibatgé  :  Pire qu'un couffigié , c'est avoir mangé au risque d'éclater ; Vient de tiba:   tendre à l'extrême  (ici le ventre)


Tino  :  la cuve , qui servait le plus souvent à laver le linge . La plupart étaient faites à partir d'une barrique (de 220 l. ) sciée en deux parties

                                   

Tira d'abon  :   à l'aide de l'aïguillado  ( long bâton muni dune pointe à son extrémité ) guider les vaches jointes pour le labour  Par extension celui qui passe en premier

Toupi  :  Désigne un genre de faitout , de casserole

               " cado toupi trobo sa cabusselo "  = chaque toupi trouve son couvercle ( chacun trouve sa chacune ) .

Touradouiro  :  C'est la grande scie  passe-partout

Tourdré  :  genre de petite grive

Tourna ,  Tourna maï  :  recommencer:  revenir , encore

Tout essias  :  à peine , , un peu , il y a peu

Trabés  :  terrain très pentu

Trapistou  :  petite ouverture

Trassè :  Chétif , fatigué , maigre . " désèmpié qu'és malauto la Sobran , s'est facho trasso ( ou s'és estrassado )
, peu apprécié , mauvais  quanté trassé dé téns qué faï uéï ¨

Trassun  : maladie , mauvaise passe ..

Trebo  :  fantôme

Trepa  : courrir , gambader

Trépégia  :  trépigner 

Trissa  :  se dépécher, courrir

Tussi  : Tousser      "  _ tussissés Albert !   _  laïsso mi tussi , ton qué tussissé sioï pas mort "

Traïré  :  Jeter   ,se jeter   Par extension faire une petite sieste ( se jeter sur le lit )

               Surtout ne pas traduire par traire ( mousé ) comme le faisait allégrement le pauvre "tarnagas " de Raymond  : " ma maman est allée se traire "

Tro ou Tron  : tonnerre

Trounio (faïré la .. )  :  faire la tête 

Truffos  :  ce ne sont pas des truffes mais de simples pommes de terre

Troutchio  :  truite

Tusta  :  taper , cogner


                                                               U


Uèï  :  aujourd'hui . C'est ,en fait la conservation de l'ancien français hui ( du latin hodié )  qui s'est compliqué en  aujourd'hui ( certains vont souvent même jusqu'à dire " au jour d'aujourd'hui

Usso  :  sourcil




                                                               V (B )

 (  Selon mon parti pris initial  d'écriture phonétique  ,ces mots devraient être avec les, mais pauvre V ! )

Bachio : vache

Bachiö  :   avec l'accent tonique sur le o : vacher

Balièn :    courageux , vaillant , travailleur

Béntaïré , Béntaïré :  Appareil très ancien , à six pales de bois , servant à venter  le blé ou les lentilles après les avoir escoussados( voir ce mot )

Bitamèn  :  rapidement

Bieilloun (lou) : la viellesse


       






                                                                W



                                                                  X




                                                                   Y



                                                                     Z

 

 Ziba  :  se disputer , s'applique le plus souvent à des disputes d'enfants  . On  dit aussi  des vaches ou des boeufs mal joints " qué Zibou "




                                                  BRIBES DE GRAMMAIRE

                                          1- Les articles 


      Lou   :  le     ,    La  :  la    ,     Las  :  les ( au féminin )    ,   Lous  :  les  (au masculin )    ,   Un  :  un    ,    Uno  :  une    ,      :  des 


                             2-  Le pluriel

                       Les puristes , certainement à juste titre , préconisent de ne pas marquer ,par un S , le pluriel des noms et adjectifs .  Le patois , tel que je l'ai toujours entendu et pratiqué, accentue , au contraire fortement le pluriel

l               L' oustaou  devient  lous oustaous  ,  la cadieïro devient  las cadieïros  , l'omé   devient lous omés   , "dé flous blonchios   "   

      Souvent même la marque du pluriel est renforcée  :   Un omé bien débiaï     ,    dous omés bien débiaïssés

                                  3 -Masculin -féminin
 
                                De manière générale le féminin adopte la terminaison en O

   NOMS  : Un chiat -   uno chiato       ,    Un chi  -   uno chino             Mais aussi    : Un omé  - uno fénno      ,    Un séti  -  uno cadieïro      Un salié  -   uno  capo
 
  ADJECTIFS: Poulit -  poulido    ,    Débiaï  -   débiaïsso   ,  Négré -  négro    ,    Rougié  - rougio


                              4 - Conjugaison 

 

 

                          Notre manière de conjuguer les verbes emprunte un peu au patois de Villefort , un peu à celui du Pont -de -Montvert . Le Bleymard étant situé entre les deux  fait donc en quelque sorte une synthèse s de ces deux patois .(1)

                          Mais il y a aussi des particularités qui n'appartiennent à aucune des deux localités

                                 Verbes  ALLER , BOIRE , VENDRE  , FAIRE ...par exemple                

                          Pour faciliter la lecture et la prononciation  j'ai ajouté les accents sur les e  même si je reconnais que ce n'est pas très orthodoxe

                               ( 1) La conjugaison en patois de Villefort et de Pont-de Montvert ( mais aussi de Langogne et Meyrueis ) est remarquablement rapportée dans le livre d'Yves Gourgaud " Petite conjugaison Cévenole  Lozèrienne " , qui figure dans le catalogue AigoVivo  : ive.gourgaud@orange.fr


(1) Particularité du patois pour le verbe estré ,il existe une 2ème forme d'Imp du S.  et du passé simple

Passé simple:     Fouguèré, ....èrés  , ...èt  ,... èssion ,...èssiat , ...èrou

Imparfait du Sub.: Fouguèssé  , ...èssés  ,  ...èssé , ...èssion ,...èssiat ,...èssiou



 

Présent

 

 

ABEDRE

 AVOIR

 

as

o

abèn

abèt

oou

 

ESTRE

ETRE (1)

sioï

sios

es

sèn

sèt

sou

 

Chianta

Chanter

 

chionté

..és

..o

..èn

..èt

..ou

 

Bèndré :

Vendre

 

bèn

..dés

..

..èn

..èt

..ou

 

Gari :

Guérir

 

garissé

..ssés

..s

..ssèn

..ssèt

ssou

 

 

Ana  : Aller

 

boou

bas

baï

anèn

anèt

boou

 

 

Bièouré :

  Boire

 




bubé

bubés

biéou

bubèn

bubèt bubou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faïre

:

Faire

 

fauou

fas

faï

fasèn

fasèt

fauou

 

 

Boudré

 Vouloir

 

bolè

bos

bauou

boulèn

boulèt

bolou

 

Imparfait

 

 

 



abioï

abios

abio

abion

abios

abièou

 

 

 

èré

èrés

èro

sio

siat

èrou

 

 

 

 

chianta

..bés

..bo

..bion

..iat

..bou

 

 

 

 

bèndioï

..ios

..io

..ion

..iat

..ièou

 

 

 

 

garissioï

..ssios

..ssio

..ssion

..ssiat

..ssièou

 

 

 

 

 

anabé

    ..bés

    ..bo

    ..bion

    ..biat

    ..bou

 

 

 

 

 

 

 

bubioï

    .. ios

    ..io

   ..ion

    ..iat

    ..iéou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fagioï

fagios

fagio

fagion

fagiat

fagièou

 

 

 

 


boulioï

boulios

boulio

boulion

bouliat

boulièou

 

Passé

 simple

 

 

 


agu ..èrré

..érrés

..èt

..ssion

..ssiat

..rou

 

 

 

saguèré

..èrés

..èt

..éssion

..èssiat

..èrou

 

 

 

 

chiantèré

..èrés

..èt

..ession

..essiat

..èrou

 

 

 


bendeguè

..èrés

..èt

..èn

..ès

..èrou

 

 

 


gariguè

..èrés

..èt

.èssion

..èssiat

..èrou

 

 

 

 

 

anè

    ..rés

    ..èt

   ..ssion

   ..ssiat

   ..rou

 

 

 

 

 

 

 

buguère

    ..èrés

   ..èt  ..ession

..éssiat

..èrou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


faguèré

  ..èrés

  ..èt

  .èssion

 ..èssiat

 ..èrou

 

 

 



bouguèré

  ..èrés

  ..èt

.  èssion

.èssiat

 .èrou

 

 

 

Futur

 

 

 

 


aour

..as

..o

..èn

..èt

..on

 

 

 

sar

..as

..o

..èn

..èt

..auou

 

 

 

 

Chiantaraï

..aras

..aro

..arèn

..arèt

..araou

 

 

 

 

bendr

..as

..o

..én

..èt

..auou

 

 

 

 

garir

..as

..o

..èn

..èt

..oou

 

 

.

 

 

anaraî

    ..ras

    ..ro

    .èn

    ..èt

    ..oou

 

 

 

 

 

 

 

biéouraï

..ouras

..ouro

..ourèn

..ourèt

..ouroou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

faraï

faras

faro

farèn

farèt

farauou

 

 

 

 


boudraï

boudras

boudro

boudrèn

boudrèt

boudrauou

 

Subj. pr

 

 

 



ag ..

..iès

..iè

..ièn

..ièt

..iou

 

 

 

siègié

..iés

..ié

..ions

..iet

..ou

 

 

 

 

chionté

..tés

..té

..tén

..tet

..tou

 

 

 

 

bend

..iés

..ié

..ièn

..ièt

..iou

 

 

 

 

garissié

..ssiés

..ssié

..ssièn

..ssièt

..ssiou

 

 

 

 

 

ioniè

ioniés

ionié

ianien

ianièt

ioniou

 

 

 

 

 

 

 

bubiè

bubiès

bubiè

bubièn

bubièt

bubiou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fagiè

fagiès

fagiè

fagièn

fagièt

fagiou

 

 

 

 


boliè

boliès

boliè

bolien

bolièt

boliou

Subj. Imp.

 

 

 

 


aguè ..ssé

..ssés

..ssé

..ion

..iat

..ou

 

 

 

sièguèssé

..èssés

..èssé

..ession

..essiat

..èssou

 

 

 

 

chiantèssé

..èssés

..èssé

..èssion

..essiat

..èssou

 

 

 

 

Bendèguèsse

..guèssés

..guèsse

..guèssio

..guèssiat

..guèssou

 

 

 

 

gariguèssé

..guèssés

..guèssé

..guèssion

..guèssiat

..guèssou

 

 

 

 

 

ianèssé

   ...essés

   ..essé

   ..ession

   ..essiat

   ..essou

 

 

 

 

 

 

 

buguèssé

buguèssés

buguèssé

buguèssion

buguèssiat

buguéssou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fagièssé

fagièssés

fagièssé

fagièssion

fagièssiat

fagièssiou

 

 

 

 


bouguèssé

bouguèssés

bouguèssé

bouguèssion

bouguèssiat

bouguèssou

Cond el

 

 

 

 


aour ..ioï

..ios

..io

..ion

..iat

..ièou

 

 

 

sari

..os

..o

..on

..at

..èou

 

 

 

 

Chiantarioï

..rios

..rio

..rion

..riat

..rièou

 

 

 

 

Bendrioï

..rios

..rio

..rion

..riat

..rièou

 

 

 

 

garirioï

..rios

..rio

..rion

..riat

..rièou

 

 

 

 

 

anarioï

..rios

  ..rio

   ..rion

   ..riat

   ..riéou

  

 

 

 

 

 

 

bièourioï

    ..rios

    ..rio

    ..rion

    ..riat

    ..rièou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

farioï

fario

farios

farion

fariat

frièou

 

 

 

 


boudrioï

boudrios

boudrio

boudrion

boudriat

boudrièou

 

P. C.

 

 

 

 



agut

 

agu

do

 

 

 

 

 

 estat

 

 

esta

do

 

 

 

 

 

 

chian

tat

chiantado

 

 

 

 

 

 

 

Ben

dut

 

 

 

 

 

 

 

 

Garit


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anat


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bégut


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

boulut

 

                                         

 

 

  2 - Le PLURIEL  

       

 

 

 

                                    

 

Comments