Accueil‎ > ‎

Coups de Coeur

"Qu'est-ce que le talent sinon d'imposer une vérité hors norme, de travailler à faire surgir sa personnalité, sa poésie, à faire croire ce qui n'est pas et ce qui pourtant deviendra, à faire comprendre comme une évidence énigmatique ce qui est incompréhensible, indescriptible, à mettre en lumière l'obscure tentation des êtres à rechercher l'humain quand ils font tout pour le désavouer, à faire vibrer la note métaphysique de notre appartenance au monde, au cosmos même, à nous dégager de cette réalité qui use les âmes ?...

Que demander à un artiste sinon d'être lui-même et de le conforter dans sa quête du voyage universel, de ne pas lui demander de chercher à plaire mais de trouver ce qui en nous ne demande qu'à vivre, à s'exprimer." Christophe Malavoy

Ann
e Laure Meyer nous invite à découvrir le talent de Fra
nck Pétrel qui interprète dans le cadre de son album VENI, VIDI, VIXI  des poèmes de Victor Hugo (extraits "Des Chants du Crépuscule" de 1835)
En cliquant sur la pochette du disque vous ferez connaissance avec son univers.

Dans un autre registre, Frank Pétrel se produira avec Mata Gabin sous le nom de "Les Cravates à Poix"Ils ont donné des concerts 
 au Théâtre de la vieille grille.  1 rue du Puits de l'Ermite. Paris V auxquels nous avons pu assister. Leurs talents méritent d'être reconnus
Nous ne manquerons pas de signaler leurs prochains spectacles.    

Cravates à Poix Extrait


---------
Francyne Labrune, fidèle lectrice de notre club nous invite à  découvrir le film qui a obtenu le Grand prix international du film Philips "Dites le à votre manière"
Les conditions de participation à ce concours auquel plus de 600 cinéastes ont participé, étaient les suivantes :
    - La longueur du film ne devait pas dépasser 3 minutes
    - Le texte ne devait pas avoir plus de 6 lignes
    - Le sujet devait être "captivant"
Le metteur en Scène Keegan Wilcox a été le grand gagnant avec son film intitulé " POCELAIN UNICORN " (La licorne de porcelaine") dont le sujet était ...
"une histoire vécue par deux personnes que tout oppose et qui pourtant restent très proches l'une de l'autre!"
L'original du film se trouve à l'adresse suivante :
  ------------------------






Fidèle lectrice de "Livres en Scène"  nous invite à découvrir son atelier de peinture au 
8 bis Avenue VION - WHITCOMB - 75016 PARIS
(www.chantalnau.fr)
Chantal est dans sa période de réalisation de peintures sur des draps de différentes dimensions. Notre rencontre dans son atelier a renforcé cet élan et vous pouvez la contacter au 06 13 50 85 20 si vous souhaitez colorer votre intérieur.
----------------------
Ce livre nous est recommandé par Sandrine Chopin, Déléguée à Paris de la Direction  Générale de Handicap International 
Minerais de sang – les esclaves du monde moderne
Qui connaît la cassitérite ?
C’est le principal minerai de l’étain. On le trouve partout, dans nos téléphones portables, nos radios, nos télévisions… Mais à quel prix ?
Dans ce livre-enquête, cette traque policière sur plusieurs continents, Christophe Boltanski nous révèle l’origine de ces “minerais de sang”.
Depuis les mines du Nord-Kivu au Congo, où des gamins africains s’enfoncent sous la terre au péril de leur vie jusqu’aux tours de La Défense, où des entreprises mondialisées disent tout ignorer du chemin qu’empruntent les minerais, notre reporter-écrivain a suivi le fil hasardeux, dangereux, qui mène de l’ombre de ces esclaves modernes à la lumière de notre consommation quotidienne.
De l’Afrique des guerres oubliées au London Stock Metal Exchange, des usines de Malaisie aux poubelles à ciel ouvert du Ghana, en passant par Bruxelles et Paris, c’est un roman-vrai, tissé d’argent, d’influences obscures, de politique. Le véritable visage du post-colonialisme
Christophe Boltanski est rédacteur en chef adjoint au service étranger du "Nouvel Observateur". Il est aussi l'auteur chez Grasset des "Sept Vies de Yasser Arafat", avec Jihan el-Tahri (1997), et de "Chirac d'Arabie", avec Eric Aeschimann (2006).
 
Christophe Boltanski a fait ce chemin
avec un des plus grands photographes français, l’ami Patrick Robert, qui a bien récupéré de la balle de kalachnikov reçue en plein ventre au Liberia et qui a failli le tuer.
 









Sous-pages (1) : Données