2014.02. Pierre-Louis Rémy: La gauche pour la famille



Liber@ Te
La raison d'être de
Ralentir Travaux





vendredi 21 février 2014

Pierre-Louis Rémy: La gauche pour la famille


    La gauche ne doit pas laisser les valeurs familiales à la droite. — Les enquêtes d'opinion année après année, comme l'expérience quotidienne de chacun, en témoignent, la famille est la valeur préférée des Français. Il faut s'en réjouir, car la famille est un espace privilégié de solidarité. C'est également le premier lieu de construction de repères pour l'enfant. Que serait aujourd'hui notre société, si ces deux fonctions essentielles venaient à se tarir?

      Comment, dès lors, ne pas être atterré de la façon dont la famille est traitée, aujourd'hui, dans le débat politique? Le discours politique de la gauche comme les initiatives législatives du gouvernement sont, tout entiers, tournés vers les «nouvelles familles»… laissant la droite se poser en défenseur généraliste de la famille, alors même qu'on chercherait, en vain, dans les années récentes où elle a exercé le pouvoir, une réelle impulsion au service des familles.

    La question de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes homosexuelles occupe le devant de la scène des discours et des commentaires, que ce soit pour la mettre en avant ou pour la rejeter, comme si c'était un des sujets les plus urgents et importants d'une politique familiale.

    La famille traditionnelle, un père, une mère et leurs enfants, apparaît presque comme un vestige du passé, bien éloigné de la modernité, que chacun est invité à prendre pour idéal. Et pourtant elle représente encore la situation très majoritaire dans notre pays: plus des trois quarts des enfants vivent avec leurs deux parents.

    Bien sûr, il était juste de donner aux couples, quelle que soit leur orientation sexuelle, des droits équivalents à la mesure de leur engagement réciproque; bien sûr, il est nécessaire de donner aux familles recomposées un cadre juridique qui assure le meilleur intérêt de l'enfant; bien sûr, il faut lever l'anonymat pour permettre aux enfants nés sous X d'avoir accès à leurs origines; mais cela constitue-t-il le cœur d'une politique familiale, d'une politique familiale de gauche?

    Comme j'aimerais que la gauche nous parle de la famille, en reprenant les termes du préambule de la Convention internationale des droits de l'enfant: la famille, unité fondamentale de la société et milieu naturel pour la croissance et le bien-être de tous ses membres, et en particulier des enfants.

    Comme j'aimerais qu'elle souligne son rôle essentiel de solidarité et d'éducation. Comme j'aimerais qu'au coeur de la politique familiale de la gauche il y ait ce souci de reconnaître et d'aider les familles, toutes les familles, dans leur fonction éducative. Ce pourrait par exemple être un élément du pacte de responsabilité d'encourager les entreprises à favoriser l'articulation entre vie professionnelle et vie familiale, avec la même vigueur qu'est mise en avant l'égalité hommes-femmes.

    Comme j'aimerais que la gauche se rappelle que, chaque fois que c'est possible, et c'est heureusement la situation la plus fréquente, un enfant est heureux de vivre avec les parents qui l'ont engendré, ce qu'exprime également la Convention internationale des droits de l'enfant dans son article 7.

    Comme j'aimerais que la gauche ose dire que la famille traditionnelle reste la référence, même si, naturellement, il faut adapter le droit et la politique de la famille à la diversité des situations familiales, dans l'intérêt de l'enfant.

    C'est ce que nous avons essayé de faire à la délégation interministérielle à la famille, sous l'autorité de Martine Aubry, sous le gouvernement Jospin, avec le souci prioritaire d'aider les familles dans le concret de leur vie quotidienne. C'est, je crois, ce que souhaitent un grand nombre de nos concitoyens, en particulier de beaucoup de ceux qui se reconnaissent dans la gauche. C'est le sens profond d'une politique de gauche, qui ne discrimine personne et qui s'adresse à tous. — Pierre-Louis Rémy, ancien délégué interministériel à la famille (1998-2000). Publié dans Le Monde du mercredi 19 février 2014.

    © Photographie: Caisse d'Allocations Familiales de Paris.

Comments