Jacques Villeret, de son nom de naissance Mohammed Boufroura, est un acteur et humoriste français d'origine algérienne1, né le 6 février 1951 à Loches (Indre-et-Loire) et mort le 28 janvier 2005 à Évreux (Eure) des suites d'une hémorragie interne hépatique.

Ses rôles les plus célèbres sont ceux de l'autiste Mo dans "L'Été en pente douce", de l'extra-terrestre dans "La Soupe aux choux", du maréchal Ludwig von Apfelstrudel dans "Papy fait de la résistance" et de François Pignon dans "le Dîner de cons".



Mohammed (dit « Jacky »)1 Boufroura est né à Loches (Indre-et-Loire) le 6 février 1951, d'un père algérien installé en France, Ahmed Boufroura, et d'une mère française, Annette Bonin. Le couple divorce alors que Jacques est âgé de neuf mois. Il vit une partie de son enfance à Loches, pays de son beau-père Raymond Villeret. Ce n'est que tardivement que Jacques Villeret découvre que son beau-père n'est pas son père biologique, ce qui le marque profondément2.

Sa carrière d'acteur débute d'abord sur les planches au Conservatoire de Tours, puis celui de Paris, où il a pour professeur Louis Seigner, suivi de pièces de théâtres. Au cinéma, c'est le réalisateur Yves Boisset qui lui confie son premier rôle au cinéma, celui d'un soldat durant la Guerre d'Algérie dans R.A.S., en 1973.

Il retournera sous la direction de Boisset l'année suivante dans Dupont Lajoie. Dans les années 1970, celui qui avait alors une forte ressemblance avec Maurice Risch, incarne le Français moyen, gentil personnage rondouillard assez naïf, le plus souvent souffre-douleur. Il tourne sous la direction des plus grands tels que Jean-Claude Brialy (Un amour de pluie), Elie Chouraqui (Mon premier amour) et Jacques Rozier (Les Naufragés de l'île de la Tortue).

Mais c'est durant cette période qu'il va obtenir ses premiers rôles importants grâce à Claude Lelouch, avec qui il tournera huit films au total dans sa carrière, dont Le Bon et les Méchants et Robert et Robert, qui lui vaut le César du meilleur acteur dans un second rôle. Bien qu'ayant obtenu le premier rôle de la comédie Bête mais discipliné, en 1979, la célébrité lui viendra en 1981 avec son rôle de l'extra-terrestre l'Oxien (La Denrée) dans La Soupe aux choux de Jean Girault. Autre second rôle fameux : dans le film Papy fait de la résistance (1983), il interprète lui-même la chanson «Je n'ai pas changé», reprise parodique (avec un fort accent allemand) de la chanson de Julio Iglesias.

En 1999, il interprète le fameux François Pignon dans Le Dîner de cons, rôle pour lequel il remporte un César du meilleur acteur..



Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.
Source : Article Jacques Villeret de Wikipédia en français (auteurs)


«Je ne crois pas être plus triste qu'un autre mais quand un comique l'est un peu, l'amplitude est d'autant plus grande.»

«Le rire est plus précis,
donc plus difficile.»

«Si je dois terminer ma vie avec un homme, ce sera moi !»


I.N.A.>  RECHERCHER LES VIDÉOS SUR LE SITE DE L'I.N.A. 

GOOGLE>  RECHERCHER LES PHOTOS SUR GOOGLE  
ALLOCINE>  VOIR LA FILMOGRAPHIE SUR ALLO CINE 
WIKIPÉDIA>  VOIR LA BIOGRAPHIE SUR WIKIPÉDIA  
SITE OFFICIEL>   ---------------------   

«Le rire est plus précis, donc plus difficile.»    Jacques VILLERET > humorist.es/villeret