Jamel Debbouze, né le 18 juin 1975 à Paris, est un humoriste, acteur et producteur franco-marocain vivant en France. Il se produit seul en scène dans des spectacles de one-man-show ou de stand-up et mène également une carrière d'acteur au cinéma.



Carrière artistique

Remarqué par Alain Degois (dit « Papy »), directeur de la compagnie théâtrale d'improvisation de Trappes, Déclic Théâtre, Jamel Debbouze fait ses débuts au théâtre et va en finale du championnat de France junior de la Ligue d'improvisation française.

En 1995, Jamel est repéré par Jean-François Bizot et Jacques Massadian de Radio Nova, qui vont le faire connaitre (Massadian deviendra par ailleurs son agent). Il débute alors sur Radio Nova, avec sa chronique Le Cinéma de Jamel placée juste avant l'émission hip-hop le cut-killer show, puis il fait ses débuts télévisuels en 1996 sur Paris Première, chaîne du câble assez confidentielle à l'époque dans une émission coproduite par Radio Nova et la chaîne. Il lance la version télévisée du Cinéma de Jamel sur Canal+ en 1998. Sur cette même chaîne, il participe peu après à la série à succès, H, aux côtés, entre autres, des comiques Éric et Ramzy.
Jamel Debbouze en 2001 à la 26e cérémonie des César. Il joue dans les films Zonzon (1998), Le fabuleux destin d'Amélie Poulain (2001) et Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre (2002) qui ont beaucoup de succès. Il fait une apparition dans le clip Les sales gosses de Dadoo, ainsi que dans celui de Tomber la chemise (Zebda). En 2005 il joue dans le film Angel-A, réalisé par Luc Besson.

En 2006, il tourne dans le film historique Indigènes (qu'il coproduit), rendant hommage aux soldats nord-africains ayant combattu pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour ce film, il reçoit avec Samy Naceri, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan le prix d'interprétation masculine de la 59e édition du Festival de Cannes. Toujours en juillet 2006, il présente le Jamel Comedy Club sur Canal+ et sort aussi un DVD.

Proche du roi du Maroc Mohammed VI, et soutenu par Luc Besson et Gérard Depardieu, en 2002, Jamel Debbouze ambitionne de créer un « Hollywood du désert », un ensemble de studios de tournage qui assurerait du travail à de nombreux Marocains. Prévu pour 2004, ce projet n'a pas encore vu le jour et suscite des interrogations dans la presse marocaine4.

En avril 2008, Jamel Debbouze inaugure son théâtre à Paris, le Comedy Club, au 42 boulevard Bonne Nouvelle à Paris, implantée dans un ancien cinéma parisien qui accueille jusqu’à 120 spectateurs: son objectif est de permettre à de jeunes talents de la scène comique d’éclore.

En 2009, il collabore avec le groupe de rap 113 et Awa Imani pour le projet Maghreb United de Rim'K. Il est présent sur la chanson Célébration.

En 2010, il est invité à la dernière représentation du spectacle de Gad Elmaleh intitulé « Papa est en haut » diffusé en direct sur TF1. À cette occasion Jamel Debbouze annonce son retour sur scène en février 2011 au casino de Paris. Le 1er décembre 2010 sort un DVD intitulé Made in Jamel avec Gad Elmaleh, Florence Foresti, Elie Semoun, Stromae, Didier Bourdon...

Le 4 janvier 2011, à Colombes, il joue la première représentation du spectacle, Jamel improvise, avant de jouer tous les soirs, Tout sur Jamel du 1er au 20 février au Casino de Paris. Le 16 novembre 2011 sort un DVD intitulé Tout sur Jamel qui est dédicacé le jour de sa sortie au Virgin des Champs-Élysées. En 2011, il organise le festival international du rire à Marrakech.

Le 7 mars 2012 sort son DVD intitulé Jamel au Marrakech du rire. Le 20 décembre 2012, il joue la dernière de son spectacle Tout sur Jamel au Zénith, retransmise en direct sur la chaîne de télévision M6....




Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.
Source : Article Jamel Debbouze de Wikipédia en français (auteurs)


! INFO > Le site n'héberge pas de contenus, le cas échéant, merci de signaler toute violation de propriété intellectuelle ou de droits d'auteurs,  directement sur le site qui héberge le contenu mis en cause [ Ina | Youtube | Picasa | Wikipedia ].

« La misère n’a pas de frontière. La misère, elle est in-ter-na-tio-nale. »

« Et là y'a un imbécile.. Enfin c'était même plusieurs béciles mais dans une personne !
Je crois que c'était le chef des béciles apparemment ! »

« Au bal on doit danser même si on n'est pas masqué. »

« Mes moteurs ? L'argent, les putes et la drogue ! »

« Quand on m'a dit que je ne pourrais plus bouger le bras droit, la première chose que j'ai demandée, c'est un stylo, et j'ai appris à écrire de la main gauche. J'ai pris ma douleur à crédit... »