Darry Cowl, de son vrai nom André Darricau, est un musicien, comédien et un humoriste français, né le 27 août 1925 à Vittel (Vosges) et mort le 14 février 2006 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).



Darry Cowl est né le 27 août 1925 à Vittel en France d'un père médecin et d'une de ses maîtresses. Il n'apprendra sa véritable filiation qu'à l'âge de 16 ans - après la mort de son père - et ne connaîtra jamais l'identité de sa mère biologique : soucieuse des convenances, Mme Darricau avait simulé une grossesse pendant six mois. Il quitte les Vosges en 1934 pour Menton où son père a été nommé chef de clinique. Il fait du scoutisme à la 42ème Paris (Notre Dame de la Croix de Ménilmontant) sa promesse en avril 1939, et commence à faire bien rire ses camarades en s'essayant sur les planches dans les fêtes de groupe, avec son frère Albert. Après une grave blessure à la hanche en demi-finale du championnat de France de pelote basque, il commence des études musicales et remporte des premiers prix de fugue et d'harmonie. Il s'oriente ensuite vers le cabaret où il met au point son personnage ahuri et zozoteur de « frisotté à lunettes » comme il le désigne lui-même.

Sacha Guitry l'engage dans Assassins et Voleurs (1957) et il se tourne vers le cinéma, où son rôle dans Le Triporteur le rend rapidement célèbre. Mais il apparaît surtout dans d'innombrables comédies, souvent des navets, pour assouvir un besoin d'argent découlant d'une passion du jeu qu'il reconnaît volontiers. Il connait un premier triomphe au théâtre avec Docteur Glass à la Porte Saint-Martin, et donne un nouveau ton à sa carrière avec des films plus ambitieux comme Augustin, roi du kung-fu d'Anne Fontaine. Son dernier rôle est celui d'un enfant adopté dans L'homme qui rêvait d'un enfant de Delphine Gleize. Il a également obtenu le Molière du meilleur second rôle masculin en 1995 et un César d'honneur en 2001. En 2004, lui est attribué le César du meilleur second rôle pour le rôle de Mme Floin dans Pas sur la bouche d'Alain Resnais. Il a écrit trois livres de souvenirs, Le flambeur (1986) en référence à sa passion pour le jeu, Le triporteur se livre (1994) et Mémoires d'un canaillou (2005).

Il avait prévu de faire son retour au théâtre en septembre 2005 au côté de Jacques Balutin dans Hold Up, une pièce de Jean Barbier mise en scène par Jean-Luc Moreau, mais sa santé, fragilisée par un cancer, l'en avait empêché. Marié deux fois, il meurt le 14 février 2006 à son domicile de Neuilly-sur-Seine des suites d'un cancer du poumon. Il fut incinéré et ses cendres furent déposées au cimetière du Père-Lachaise avant d'être transportées, le 6 septembre 2006, au cimetière de Neuilly-sur-Seine. L'association Vive Darry, présidée par son épouse Rolande Kalis et dont le secrétaire général est François Rollin, décerne chaque année le prix Darry Cowl à un talent pluridisciplinaire reflétant l'esprit du comédien.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.
Source : Article Darry Cowl de Wikipédia en français (auteurs)



«L'esprit humain est comme un parapluie : il marche mieux lorsqu'il est ouvert.»

« Le public ressemble à une femme : on ne le trompe pas impunément.  »

«Gagner sa vie en jouant du piano, c'est savoir compter sur ses doigts.»

«Pour un instrumentiste, un concertiste, il y a une limite dans les progrès que l'on peut accomplir, en revanche, dans la comédie, c'est illimité.»



I.N.A. >   RECHERCHER LES VIDÉOS SUR LE SITE DE L'I.N.A.    

GOOGLE >
  RECHERCHER LES PHOTOS SUR GOOGLE  
ALLOCINE >  VOIR LA FILMOGRAPHIE SUR ALLO CINE 
WIKIPÉDIA >  VOIR LA BIOGRAPHIE SUR WIKIPÉDIA  
SITE OFFICIEL >  -----------------------  
«L'esprit humain est comme un parapluie :  il marche mieux lorsqu'il est ouvert.»   Darry COWL > humorist.es/cowl