Olivier De BENOIST
 
 HUMORISTE | SINGULIER | MASCULIN | LE 14/06/1974

 © INFORMATION COPYRIGHT
Le site n'héberge pas de contenu, le cas échéant, merci de signaler toute violation de propriété intellectuelle ou de droits d'auteurs, directement sur le site qui héberge le contenu mis en cause (Youtube, Ina...).        +INFOS
Olivier de Benoist (Olivier Marie Emmanuel, baron de Benoist de Gentissart) est un comédien et humoriste français né le 14 juin 1974 à Reims.



Biographie - Famille

La baronnie belge de son nom de famille a été offerte à son ancêtre, Charles Eugène de Benoist le 16 septembre 1778 par Marie-Thérèse d'Autriche, impératrice du Saint-Empire romain germanique pour service rendu. Le 24 octobre 2011, il révèle plus clairement lors de l'émission Face à face sur RTL-TVI que le service en question est d'ordre charnel, sexuel. Olivier de Benoist a six frères. Son épouse, Caroline Menand, et lui ont trois enfants.


Carrière

Après une formation de juriste, il change de voie et se tourne vers le monde du spectacle. Formé au studio Pygmalion, il fait ses débuts en jouant le spectacle de Benoît Poelvoorde Modèle déposé. Ce premier succès l'encourage à écrire sa première pièce Né sous X en 2003 puis une parodie des émissions de téléréalité Loft Sorry en 2004.

À partir de 2005, il s'attèle à l'écriture de son one man show et joue Haut débit, Très haut débit puis Très très haut débit dans lesquels il mêle sketch et tours de magie.

À partir de septembre 2010, il acquiert une forte notoriété grâce à l'émission de Laurent Ruquier On n'demande qu'à en rire sur France 2 dont il fut le premier candidat de la première émission et devient une des vedettes de l'émission en ayant le plus grand nombre de passages de tous les candidats après Jérémy Ferrari.

Le 31 mai 2011, il participe à l'épreuve « commis d'office » dans l'émission On a tout révisé.

Son premier téléfilm, Carmen, est diffusé sur France 3 le 24 septembre 2011. Il tourne également un spot publicitaire pour le Comité départemental de tourisme de la Loire.

Il est pendant tout l'été 2011 sur Europe 1 dans l'émission de Laurent Cabrol L'Air du temps pour une chronique humoristique.


Filmographie -
Cinéma

Son très fameux "Bonsoir, bonsoir. L'autre jour..." est un gimmick régulier lors de ses passages ainsi que le fait de tenir sa ceinture avec son pouce tout en ayant une main dans la poche.

Son style d'écriture devient alors perceptible dès ses premiers passages puisqu'il installe (peu importe le sujet choisi ou imposé) un "décalage sexuel", comme il le dit lui-même.

Jean Benguigui dira de lui qu'il est "un fabricant d'images" tellement ses allusions sexuelles et les scènes surréalistes et absurdes qui surgissent de son écriture sont issues de nulle part.

En réalité, Olivier de Benoist ne fait pas de stand-up, il joue très peu de personnages mais il réalise son sketch par le simple fait de créer des situations que seul l'auditeur peut percevoir.

Son domaine de prédilection reste les rapports hommes-femmes, quoi qu'il aborde des sujets aussi variés tels que la politique, la télé-réalité et la magie. Il s'est également prêté à diverses parodies de ses compères humoristes présents dans l'émission.


On n'demande qu'à en rire

Son meilleur score est de 99 points qu'il obtient le 1er mars 2013. Il détenait également le record du nombre de passages dans l'émission jusqu'au 19 mars 2012, lors du 68e sketch de Jérémy Ferrari. Il n'en était alors qu'à 67 passages.

Le 6 septembre 2010, il a été le premier humoriste à passer dans l'émission, comme le rappelle souvent Laurent Ruquier.




Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.
Source : Article Olivier de Benoist de Wikipédia en français (auteurs)

« Je ne crois pas qu’il existe des humoristes pas drôles… »

« Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous. »

« Ça me stresse de regarder les autres humoristes parce que j’ai toujours l’impression qu’ils sont plus drôles que moi… »
« Ce que je trouve dommage c’est que les limites soient posées par le législateur alors qu’elles devraient l’être par l’humoriste lui-même. »