Vous avez trouvé un rat sauvage ?

Attention, ni cet article ni moi ne cautionnons le prélèvement d'animaux sauvages hors de leur milieu naturel, même dans le but de les soigner ! 
Il s'agit d'un article purement informatif écrit pour aider les personnes ayant déjà entre leurs mains un rat sauvage qu'ils souhaitent sauver. Cependant, si vous lisez cet article sans être dans une telle situation, prenez note que recueillir et manipuler un rat sauvage est dangereux ! 

 Comment reconnaître un rat sauvage d'un rat domestique ?

Les rats domestiques sont des rattus norvegicus, et sont donc par conséquent très proches physiquement des rats sauvages. Comment distinguer le rat sauvage du domestique? 
Un rat sauvage de type rattus norvegicus est obligatoirement de couleur agouti (voir photo ci-contre), et son ventre est gris. Il ne doit pas avoir de poils blancs. Toute autre couleur sur un rat trouvé dans la nature doit vous faire soupçonner l'abandon d'un animal domestique. 
Le rat sauvage rattus norvegicus ne peut pas non plus avoir le poil ondulé ou frisé, ni les oreilles dumbo. Si vous avez recueilli un rat et que vous hésitez entre sauvage et domestique, proposez-lui un biberon d'eau. Si un rat domestique saura l'utiliser, il est rare qu'un rat sauvage en comprenne le fonctionnement sans aide. 
Pour ce qui est du rat sauvage de type rattus rattus, il est d'une espèce différente du rat domestique et lui ressemble donc moins. Cependant, parfois la distinction peut être difficile à faire. Un rat sauvage rattus rattus ne peut être que de couleur agouti ou noir, sans poils blancs. Comme il n'existe pas de rattus rattus domestique (exception faite des Etats-Unis ou cela existe), tout rattus rattus que vous croiserez sera forcément sauvage. 


 Adulte ou bébé ?

Tout d'abord, il est important de définir si l'animal est adulte ou bébé.

* Un adulte serra non manipulable et non apprivoisable. Ne le touchez pas de vos propres mains ! Vous risqueriez de dangereuses morsures et vous ne pourriez pas le relâcher ensuite (votre odeur l'ayant imprégné). S'il nécessite des soins, procurez-vous des gants épais ou une serviette. Attention: je ne saurais trop déconseiller toute tentative de manipulation d'un rat sauvage adulte (lisez nos articles "Rats sauvages et risques de leptospirose" et "Les zoonoses et le rat") ! 
* S'il s'agit d'un bébé, il risque d'avoir besoin de nourriture spécialisée: en particulier du lait pour chatons que l'on peut acheter en pharmacie (surtout pas de lait de vache ou de lait de soja!). Pour vous donner une idée approximative de son âge, s'il n'a pas les yeux ouverts c'est qu'il a moins de 15 jours. Bien évidemment, plus le bébé est âgé et plus ses chances de survie sont grandes. S'il ne mange pas solide, il vous faudra l'allaiter manuellement plusieurs fois par jour et par nuit. Il est plus évident d'apprivoiser un bébé, bien que ça ne signifie pas que le rapport soit aussi proche et facile qu'avec un rat domestique. Pour en savoir plus, lisez: "s'occuper d'un raton orphelin" et "Rats sauvages ou semi-sauvages, comment les apprivoiser ?". 

 Rattus norvegicus ou Rattus rattus ?

Le second point à vérifier est l'espèce de l'animal sauvage.

* Le Rattus norvegicus est aussi appelé rat brun, rat d’égout, rat des villes.
Il s'agit de l'animal le plus courant et il y a plus
de chances qu'un rat sauvage trouvé soit de cette espèce. Il est plus massif, a des oreilles plus
petites, un nez moins long que le rattus rattus. Sa queue est plus courte que son corps. Il est un excellent nageur, commensal de l'homme et opportuniste. Le rat domestique est d'espèce Rattus norvegicus.
* Le Rattus rattus est aussi appelé rat noir, rat des champs.
Il s'agit d'une espèce en voie de disparition, chassée par le Rattus norvegicus. Il a de grandes oreilles, un museau pointu et sa queue est plus longue que son corps. Il est beaucoup plus petit que le Rattus norvegicus (pour exemple: un Rattus norvegicus mâle adulte pèse environ 500 grammes alors qu'un rattus rattus mâle adulte ne pèse que 250 grammes). C'est un excellent grimpeur, très vif et plus timide que le Rattus norvegicus. Contrairement à l'idée reçue, le Rattus rattus n'est pas forcément noir ! Il peut être agouti.

Mais pourquoi définir l'espèce ? A quoi cela sert-il ?
* Les modes de vie de ces deux espèces de rats sont très différents ! Un Rattus rattus aura absolument besoin d'une grande cage en hauteur (type volière) avec des barreaux très resserrés (bébé, le mien est passé entre des barreaux d'un centimètre d'écart!). Le Rattus rattus mange majoritairement des fruits et des légumes et son alimentation doit donc être adaptée. C'est aussi un animal plus vif, qui grimpe vraiment partout et il faut veiller à la sécurité des lieux de sortie (Lisez notre "Expérience de vie avec un rattus rattus sauvage" !)
* De plus, si vous possédez d'autres animaux (ça vaux pour les rats domestiques comme pour les rongeurs, chiens, chats ou furets par exemple), sauver un Rattus norvegicus sauvage vous expose peut-être à la leptospirose, maladie très dangereuse y compris pour vous. La maladie semble cependant beaucoup plus rare chez le Rattus rattus. Pour exemple, après la Première Guerre Mondiale, environ 40% des Rattus norvegicus étaient porteurs de la leptospirose contre seulement 8% des Rattus rattus.
Il existe un test de dépistage de la maladie, assez onéreux cependant.
* Enfin, si vous avez sauvé un bébé rat et que vous comptez l'intégrer dans votre groupe de rats domestiques, les conditions ne seront pas les mêmes en fonction de l'espèce. Le Rattus norvegicus pourra reproduire sans difficulté avec vos rats domestiques et doit donc être intégré dans un groupe de même sexe que lui ou être stérilisé (attention, comptez deux mois pour qu'une castration chez un rat mâle le rendre effectivement stérile). Le Rattus rattus ne peut pas reproduire avec les rats domestiques (lire Pourquoi le rat noir et le rat brun ne peuvent-ils pas se reproduire ensemble?), cependant les cycles de chaleurs différents peut le conduire à harceler les femelles. S'il s'agit d'un mâle, il faut un groupe doux et calme car la différence de taille entre les deux espèces peut être dangereux pour le Rattus rattus.

 Les maladies et zoonoses ?

Un rat sauvage peut-il transmettre ses maladies ? Oui, comme tout animal qu'il soit sauvage ou domestique. Recueillir un rat sauvage vous expose à un certain risque, ainsi qu'à vos autres animaux. Tout d'abord le risque de parasites: puces, gale... Mais ce risque est aisément contrôlable par une simple application d'anti-parasitaire. 
Il y a aussi la célèbre leptospirose. Les rattus norvegicus peuvent être réservoirs de la maladie (appelés aussi "porteurs sains"), c'est-à-dire qu'ils peuvent transporter la bactérie (le leptospire) sans déclarer de symptômes. Chez l'humain, la leptospirose se compose de symptômes de la septicémie (myalgies, douleurs intestinales, fièvre, éruption cutanée...). La bactérie se trouve dans l'urine des rongeurs et l'humain peut être contaminé par le contact entre l'urine et une peau lésée ou avec des muqueuses. 
Il faut prendre des précautions drastiques lorsque vous soignez un rat sauvage: ne pas approcher le rat des muqueuses, se laver les mains correctement avec un anti-bactérien, porter des gants. Nettoyez toutes les surfaces et vêtements en contact avec le rat, avec d'autant plus de soin si le rat a uriné dessus. Une quarantaine stricte est nécessaire: tous vos animaux sont exposés au risque. Je rappelle qu'il existe un test sérologique de dépistage de la leptospirose dont le prix avoisinerait les 40 à 50 euros selon les laboratoires d'analyse médicale que j'ai contacté. 
Ce ne sont que quelques exemples de problèmes que peuvent vous apporter un animal sauvage. Il en existe d'autres: la "fièvre de la morsure du rat" ou même le tétanos en cas de morsure, à titre d'exemple. 
Je ne répéterais jamais assez que récupérer un animal sauvage est dangereux et vous expose à des risques que je ne cautionne pas (se référer à nos articles "Rats sauvages et risques de leptospirose" et "Les zoonoses et le rat"). 

 Le relâcher ou le garder ?

S'il s'agit d'un rat adulte, le relâcher est la seule option. Un rat sauvage maintenu en captivité serra capable de détruire sa cage pour s'enfuir (y compris une cage en métal) et se montrera très agressif.
Dans le cas d'un bébé, le remettre dans la nature sera le condamner à mort. Avec votre odeur sur lui et l'absence d'éducation par la mère, il ne saura pas rejoindre un groupe ou sera tué.
Cependant, il faut bien prendre en compte que l'animal restera sauvage. Vers ses 6 mois environ, il peut devenir agressif. L'appel de la nature et les hormones le conduiront à rechercher la liberté. Idéalement, pour éviter de passer par là, il vaux mieux le faire stériliser très tôt (surtout s'il s'agit d'un mâle, bien plus sensible à ce niveau). Prenez contact avec votre vétérinaire, il est possible de faire stériliser un rat très jeune (2/3 mois). 
La stérilisation réduira grandement les risques d'agressivité.

Garder un rat sauvage signifie aussi une dévotion absolue. Pour ne pas perdre le contact, l'animal devra être manipulé tous les jours, sinon il pourra devenir peureux et méfiant car il perdra confiance en vous. Il devra aussi avoir des sorties longues et épanouissantes et une grande cage avec des cachettes et des jouets (tuyaux, hamac, maisons, étages...).
Rattus rattus comme Rattus norvegicus sont grégaires et ont besoin de la compagnie de leurs semblables. Comme expliqué au-dessus, ils auront besoin de copains domestiques de même sexe. La présence de rats domestiques serra aussi un plus pour l'apprivoisement du sauvage.

 Et légalement, ai-je le droit de garder un rat sauvage ?

Non, un particulier n'a pas le droit de conserver un animal sauvage chez lui comme il l'entend. Une déclaration de détention est d'ailleurs nécessaire dès le premier animal possédé (Arrêté du 8 octobre 2018 fixant les règles générales de détention d'animaux d'espèces non domestiques). La déclaration de détention peut être effectuée dans sa version simplifiée en ligne.
Si l'animal est blessé, contactez votre vétérinaire:

La loi (Art R. 242- 48 – IV du code rural) oblige les vétérinaires à répondre, dans les limites de leurs possibilités, à tout appel qui leur est adressé pour apporter des soins d'urgence à un animal (d'autant plus lorsque celui-ci est une espèce protégée).
Par ailleurs, au regard de la loi, les animaux appartenant à la faune sauvage autochtone ont une valeur patrimoniale et n'appartiennent à personne. Les soins qui leur sont prodigués sont donc gratuits.

Vous devriez normalement aussi contacter votre Directions Départementales de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP), anciennement appelée Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV) avant de transporter l'animal, même si un transport sans formalités est admis dans les cas d'urgences (pour en savoir plus, lire notre article "Détention d'un animal sauvage ou non domestique: ce que dit la loi"). 

 Faire reproduire un rat sauvage avec un rat domestique ?

Vous avez trouvé un rat (ou une ratte) sauvage et vous envisagez de le/la faire reproduire un jour avec un rat domestique ? L'argument souvent énoncé pour cette pratique serait le gain en matière de santé qu'il serait possible d'obtenir sur la descendance (la "retrempe"). 
Je vais faire part ici de mon expérience en tant que maîtresse de rats sauvages rattus rattus: Imagine et Chessie Cat, et de deux rats demi-sauvages rattus norvegicus (maman domestique et papa sauvage), Ersatz et Doom Day, dont la maman a été abandonnée dehors et saillie par un rat sauvage avant d'être recueillie par mes soins. 
Tout d'abord, le gain en matière de santé est une illusion. Imagine est décédé à environ 1 an d'une maladie respiratoire congénitale foudroyante, Ersatz était atteint d'une sorte de vitiligo qui laissait les vétérinaires sceptiques et il a développé une tumeur au cerveau ayant énucléé son œil à 1 an et 4 mois. Enfin, Doom Day a développé un cancer des intestins à l'âge d'à peine un an, qui s'est métastasé dans l'intégralité de l'abdomen. Dans la nature, l'espérance de vie du rat est très courte, raison pour laquelle il compense par sa forte prolificité. Même s'il peut en théorie vivre plusieurs années, il n'atteint pas cet âge vénérable: les dangers sont trop nombreux. Seul 5% des rats sauvages dépasseraient l'âge de 1 an (Davis, 1948 & Jackson, 1982), les femelles vivant plus longtemps que les mâles. Même dans le cadre d'un environnement protégé, sans prédateurs et avec eau et nourriture en abondance, l'étude menée par Calhoun (1963) a démontré que les rats sauvages ne vivaient qu'entre 10 et 18,3 mois. 
Ainsi, le rat sauvage n'a aucune nécessité d'avoir une santé solide. 
De plus, ce gain hypothétique en matière de santé serait contrebalancé par une perte importante en matière d'apprivoisement. Mes deux demi-sauvages ont été élevés par une maman domestique très câline et proche de l'humain, ils ont été manipulés dès leur naissance tous les jours... Et pourtant ils sont resté complètement sauvages. Ayant été castrés dès l'âge de 2 mois, ils ne sont pas vraiment agressifs (même s'ils pourraient indubitablement mordre si on les acculait) mais ni la castration ni l'exemple de leur maman ni la vie dans un groupe de domestiques n'ont pu vaincre la peur de l'Homme transmise par leur père sauvage. Ils s'effraient au moindre geste, refusent de se laisser manipuler, hurlent et tremblent de tout leur corps au point de risquer la crise cardiaque... Il n'y a eu aucun lien possible entre eux et moi. Ils sont aussi particulièrement destructeurs et m'ont détruit trois cages dont une entièrement en métal. 
Il n'y a aucun doute que s'ils n'avaient pas été castrés très jeunes, ils seraient devenus extrêmement agressifs (Ersatz a été castré au moment où il commençait à tenter de mordre). 

Je désapprouve donc fortement la reproduction de rats sauvages avec des rats domestique. Il ne s'agit pas uniquement de votre responsabilité, mais aussi de celle des adoptants de tous ces petits potentiellement difficiles à gérer. 








Sources: 
"Survival of wild brown rats on a Maryland farm", par Davis. 
"Norway rat and allies", par W.B Jackson
"The secret life of the city rat: a review of the ecology of urban Norway and black rats (Rattus norvegicus and Rattus rattus)" par Alice Y. T. Feng et Chelsea G. Himsworth
"The ecology and sociology of the Norway rat", par Calhoun