Le b.a.-ba de la communication d'un élevage

Comme pour notre article concernant les coûts d'une raterie, je vais utiliser ici un langage propre à la communication et au marketing. Cela peut donner l'impression que l'élevage est un commerce comme un autre, ou que je rapproche le travail d'un éleveur amateur passionné avec celui des grossistes fournissant les animaleries. Hors, ce n'est pas le cas. 
Ces termes sont cependant les plus clairs et explicites, bien qu'ils ne soient pas parfaitement adaptés au contexte. 




La communication sert non seulement à l'éleveur pour trouver des adoptants, mais surtout à trouver de bons adoptants. La nuance est d'importance. En tant qu'éleveur, il vous sera difficile et peu productif de progresser si vous n'avez pas d'adoptants: en effet, vous ne pourrez guère garder toutes vos portées et il est bon de placer les petits dans des familles différentes pour avoir des retours variés pour votre suivi. 

Création de vos plateformes: site Internet et réseaux sociaux

Un éleveur doit avoir un site Internet, c'est la base de votre communication. Le lieu où l'utilisateur -et potentiellement l'adoptant- trouvera les informations dont il a besoin pour mieux vous connaître, vous et votre travail. Dès sa conception, le site Internet doit respecter quelques règles simples.

L'identité visuelle de votre élevage

En premier lieu, il va vous falloir commencer par déterminer quelle sera votre identité visuelle. Votre site va avoir besoin de couleurs, d'un logo, d'une "ambiance". Dans le cadre d'un élevage familial, la "tagline" (le slogan) n'est pas nécessaire. De même, les enjeux sont moins importants et vous pouvez choisir les couleurs qui vous plaisent. Veillez simplement à n'en choisir qu'un petit nombre (2 ou 3) et qu'elles soient harmonieuses ensemble. Certaines associations peuvent être déconseillées (le vert et le rouge mêlés peuvent poser des problèmes pour certains daltoniens, par exemple). 
Ensuite, déterminez quel sera votre logo. Bien entendu, il est inutile de préciser qu'il est hors-de-question de piocher la première image qui vous plaît sur Google ! Qu'il soit illustratif ou graphique, votre logo doit vous être propre. Il n'a pas besoin d'être follement original ou compliqué: au contraire, un logo ne doit pas se déformer ou devenir illisible sur petit support (comme les cartes de visite). Notez aussi que votre logo doit déterminer en un clin d’œil votre identité: un élevage de rats ne prends pas un logo en forme de cheval ! 
Enfin, n'oubliez pas l'ambiance de votre site. Votre style d'écriture particulier, voire même l'image que vous souhaitez refléter. Par exemple, la raterie "D'ombre et de Lumière" joue sur une thématique "cinéma": le couple d'éleveurs deviennent les "réalisateurs", les portées et plans de reproduction entrent dans la catégorie "tournage"... L'identité visuelle peut refléter cette "ambiance". 
Il vous faudra bien entendu décliner votre identité visuelle sur tous les supports utilisés par votre élevage: réseaux sociaux, cartes de visite... 

Conception du site Internet et des pages sociales

Une fois l'identité visuelle décidée, vous allez pouvoir passer à la conception du site proprement dite. 
N'oubliez pas qu'une plateforme, quelle qu'elle soit, doit être responsive: elle doit être claire, lisible et utilisable aussi bien sur ordinateur que sur téléphone portable ou tablette. Une part non négligeable de vos utilisateurs passeront par leur smartphone !
Utiliser la méthode de Garrett peut être une solution. Cela suppose de mettre à plat différents éléments de votre futur site. Définir quelle sera votre stratégie et votre cible: vous devez faire en sorte de mettre l'expérience utilisateur au cœur de vos préoccupations. Le site doit être agréable et clair pour votre visiteur. Ensuite, déterminez le "cadrage": quels seront les thèmes que vous allez aborder. Vous pouvez regarder ce que les autres éleveurs proposent pour vous faire une idée, mais aussi ce que les autres ne proposent pas et qu'il manque à vos yeux. La structure va ensuite vous permettre d'organiser et structurer ces informations. Vous pouvez effectuer un "prototype fil-de-fer" pour imaginer l'ossature de votre future plateforme: dessiner sur papier (ou sur logiciel) l'agencement des différents blocs et des rubriques. 
N'oubliez cependant pas que vous serez limité en fonction de votre hébergeur ! Créer dès le début un "plan de site" fiable et ordonné logiquement vous sera d'une grande aide lorsque votre site sera très fourni. Une fois tout cela fait, il faudra vous intéresser à la surface du site: appliquez-y votre charte graphique et testez le tout ! 

À terme, il vous faudra créer des pages sur les réseaux sociaux. Là aussi, soyez responsive: l'image de couverture sur Facebook n'a pas les mêmes dimensions sur ordinateur et sur téléphone. Vous devrez donc veiller à garder les informations importantes au centre de l'image pour qu'elles ne disparaissent pas lors du tronquage sur mobile. Remplissez avec soin les informations concernant votre page: choisissez la catégorie la mieux adaptée, rentrez l'URL de votre site Internet, remplissez votre description ou votre "bio" et personnalisez votre bouton d'appel à l'action. 

Entretenir et animer vos plateformes d'élevage

À présent que vos plateformes sont créées, il va falloir leur adjoindre du contenu. 

Écrire du contenu et le structurer

On ne rédige pas du texte sur un site Internet n'importe comment: chaque article doit respecter certaines procédures. Pour faciliter l'indexation par les moteurs de recherche et la lecture par vos utilisateurs, il est important de structurer convenablement chaque page: utilisez des balises HTML de titres (<h2>, <h3>...), aérez le texte avec des paragraphes et mettez les mots-clefs ou les notions importantes en gras. Chaque page doit avoir sa méta-description convenablement renseignée. 
Bien entendu, il vous faut proposer du contenu de qualité. Cela suppose que vous connaissiez votre sujet. Abandonnez l'idée de faire un vulgaire copié/collé de l'article d'un autre: les moteurs de recherche détestent le "duplicate content". À l'inverse, ils adorent les articles bien structurés, cohérents avec leur thématique et longs. Restez positif et constructif dans vos écrits.
Cependant, créer du contenu ne suffit pas: il faut aussi l'entretenir sur la durée ! Surveillez la validité des liens que vous proposez, dénicher les erreurs 404 (il existe de très bons logiciels pour cela, inutile de visiter l'intégralité de votre site manuellement !), légendez vos photos... et surtout vérifiez votre orthographe !

Lorsque vous écrivez des articles d'une longueur assez conséquente, il est important de respecter quelques règles dans le but d'améliorer votre référencement SEO. Ainsi, il est préférable de multiplier les intertitres ainsi que les mots de transition entre les phrases ("mais, "tel", "parce que"...). Il est conseillé d'éviter d'utiliser la voix passive dans votre texte. Ainsi, pour que votre message soit fort et que votre lecteur se sente concerné, essayez de viser un texte écrit à 85% de voix active au minimum. 
A la lecture, il est d'usage de veiller à ce que vos phrases soient fluides. Pour cela, elles ne doivent pas être trop longues (évitez les phrases de plus de 20 mots) mais elles ne doivent pas non plus contenir de termes répétitifs. Utilisez des mots variés -et faites appel aux synonymes si besoin- dans les phrases consécutives. 
Petite astuce: ne négligez pas le maillage interne ! Placez dans votre article un lien vers une autre page de votre site qui est en rapport avec le sujet ! Notez qu'un bon lien ne doit pas se contenter d'un mot, mais d'être suffisamment descriptif pour plaire aux moteurs de recherche: par exemple, si je souhaite faire un lien vers le site de mon élevage, je ne mets pas "cliquez ici" mais plutôt "découvrez notre élevage de rats domestiques". 

Le test de lisibilité de Flesch

Le test de Flesch est une analyse d'un texte de manière statistique permettant d'évaluer le degré de difficulté de la lecture. Le test va s'appuyer sur plusieurs données telles que le nombre de mots, le nombre de phrases et le nombre de syllabes, et le rapport entre chacune de ces informations. Noté sur une échelle allant de 0 à 100, plus la note obtenue par votre texte sera basse et plus il sera compliqué à lire. Dites vous que pour être bien référencé, on considère qu'un texte doit être compréhensible aisément pour un enfant de 13 à 15 ans (soit une note située entre 60 et 80). 
De ce fait, il est conseillé de veiller à garder à l'esprit la cible que vous visez. En effet, le niveau de lecture demandé ne sera pas le même si vous écrivez sur des jouets pour enfants ou sur la dernière découverte en astrophysique. L'utilisation d'un vocabulaire technique ou spécialisé doit être effectué avec prudence. N'hésitez pas à donner des exemples pour illustrer votre propos, voire à utiliser des listes à puces !

Les mots-clefs de l'éleveur

Prêtez une attention accrue à vos mots-clefs. Il en existe de plusieurs sortes: les mots-clés informationnels sont tapés par les utilisateurs recherchant une réponse sur un sujet précis ou une recommandation (exemple: "j'ai trouvé un rat sauvage"). Les mots-clés transactionnels quant à eux sont spécifiques des utilisateurs souhaitant acquérir quelque chose (exemple: "acheter un rat domestique"). Notons que la plupart des éleveurs et des passionnés parlent "d'adoption" et non "d'achat" car un animal ne s'achète pas comme on le fait avec un bibelot, cependant vos utilisateurs peuvent utiliser les deux termes.
Il existe aussi les mots-clefs dits "génériques", soit ceux qui sont le plus recherchés et sur lesquels il y a donc beaucoup de concurrence (contrairement aux mots-clefs "de niche"). Enfin, il y a les mots-clefs de longue traîne: ils sont moins recherchés car plus précis et composés de plusieurs mots. Ils sont spécifiques mais généralement liés à un important taux de conversion: les utilisateurs passeront plus volontiers à l'acte d'achat. 
Il est cependant parfois compliqué de déterminer quels sont les mots-clefs les plus pertinents et les plus recherchés. Il y a une astuce très simple à appliquer ! Tapez votre mot-clef le plus important (par exemple l'espèce animale que vous élevez) et regardez tout en bas de la page du moteur de recherche. Vous trouverez une rubrique "Recherches associées à...". Là sont listées les requêtes les plus fréquentes en lien avec ce mot !
Bien sûr, il vous faudra placer vos mots-clefs cibles aux endroits stratégiques: en balise <h1>, dans la description... 

Community management d'une page d'élevage

Vos pages sur les réseaux sociaux vont aussi demander du contenu. Le community management, terme barbare pour définir l'animation d'une communauté sur les réseaux sociaux, ne demande pas de grandes compétences mais surtout du temps et de la rigueur. En effet, le pire ennemi de la communication sur Facebook et ses pairs, c'est le silence ! S'il est évident que vous ne devez pas écraser votre communauté sous les publications (au risque de vous attirer des désinscriptions), il faut tout de même que vos publications soient régulières. Des outils peuvent vous aider à gérer cela. Ainsi, Facebook accepte la programmation de publications (en haut de votre page sous la barre de recherche, cliquez sur "outils de publication" puis sur "publications programmées" et enfin sur "+ créer"). L'outil "Buffer" quant à lui permet de programmer les publications sur plusieurs réseaux sociaux en même temps. 

Pour une bonne publication, pensez aux particularités de chaque plateforme: Instagram est un réseau social basé sur le partage d'images. Sur Facebook le texte est tronqué à partir de 400 caractères pour laisser un lien "lire la suite...". Sur Twitter, les publications acceptent 140 caractères et une URL ferra toujours 23 caractères, quelle que soit sa longueur. Dans tous les cas, les utilisateurs préfèrent les publications présentant une photo. 
N'oubliez pas de répondre à votre communauté (ne serait-ce que pour mettre un "like") et de placer des phrases d'appel à l'action dans vos textes !

Liens, partenariats et publicité

Pour améliorer votre SEO, il y a d'autres petites actions qu'il est possible d'effectuer. Ainsi, les moteurs de recherches apprécient les partenariats pertinents, c'est-à-dire ceux qui traitent des thématiques similaires. N'hésitez donc pas à glisser des liens vers des articles et des sources cohérentes avec votre élevage. A l'inverse, nouez des relations et proposez des échanges de liens avec d'autres éleveurs sérieux !
De plus, il est utile de partager vos articles sur les réseaux sociaux: les vôtres en premier lieu (un nouvel article sur votre site mérite une publication pour prévenir votre communauté Facebook !), mais aussi sur d'autres pages. Vous êtes sur un groupe de passionnés en lien avec l'espèce que vous élevez ? Quelqu'un pose une question et la réponse se trouve sur l'un de vos articles ? N'hésitez pas à en donner le lien, assorti d'un commentaire aimable !
Enfin, il existe d'autres moyens d'optimiser votre référencement. Vous pouvez par exemple inscrire votre site sur des annuaires de qualité. J'insiste tout particulièrement sur cet adjectif: il est possible de trouver sur le net des sites promettant l'inscription sur plusieurs centaines d'annuaires en un seul clic. Ne les utilisez pas ! Non seulement ils n'amélioreront pas votre référencement, mais ils auront un impact négatif sur ce dernier ! Choisissez plutôt un petit nombre d'annuaires sérieux privilégiant la qualité, et si possible spécialisés dans votre thématique. Les éleveurs de toutes espèces peuvent par exemple s'inscrire sur "Annuaire Animaux". 
Enfin, pour vous faire connaître rien ne vaux les bonnes vieilles méthodes: créez et distribuez des cartes de visites, inscrivez-vous sur des forums en lien avec votre espèce et participez-y (les forums ont tous une rubrique dans le profil permettant de placer une URL)...

Analyse et mesure des performances

Il ne sert à rien de vous acharner sur une stratégie de communication rigoureuse si vous n'analyser pas en aval vos performances de communication
Par exemple, selon votre communauté il peut être utile de programmer vos publications sur les réseaux sociaux à certaines heures, voire à certains jours pour toucher le maximum de personnes. Ainsi, Facebook propose un outil "Statistiques" qui permet même de cibler certaines catégories d'utilisateurs. Twitter a son outil "Twitter Analytics". 
Pour les sites Internet, il y a le classique "Google Analytics" qui a depuis longtemps fait ses preuves. 

Guide de communication de l'éleveur: quelques astuces

Pour un éleveur d'animaux domestiques, il est bon d'être facilement "traçable" par vos potentiels adoptants. C'est la raison pour laquelle la plupart d'entre-eux prennent un affixe. Ce "nom de famille" de l'animal permet au premier coup d’œil de déterminer son élevage d'origine. Votre affixe est votre premier levier de communication. Avant de vous lancer, n'oubliez pas de vérifier que l'affixe que vous convoitez n'est pas déjà utilisé. 

Certaines bonnes pratiques seront importantes pour la communication de votre élevage. En premier lieu, n'oubliez pas qu'il n'est jamais bon de mentir. Que ce soit par le biais d'adoptants qui répéteront vos propos mensongers, voire grâce à un décorticage minutieux de vos plateformes (même une publication effacée peut ressortir: il suffit d'une seule personne ayant fait une copie d'écran au préalable !), vos mensonges vous retomberont dessus... Et il n'y a rien de plus difficile de que retrouver sa crédibilité lorsqu'on a été pris en flagrant délit de mensonge. Restez honnête !
Cela nous amène directement au point numéro deux pour une bonne communication: restez aimable ! Pour les mêmes raisons qu'expliquées ci-dessus, une communication ne se relève pas aisément d'un défaut de respect. Même face aux critiques les plus virulentes, il est nécessaire de rester poli. Cela n'empêche pas d'argumenter, bien sûr ! Mais surveillez vos formulations et relisez vous avant de publier une réponse. 

Quelque soit l'animal que vous élevez, il existe probablement une charte de bonnes pratiques dans votre secteur d'activité ! Ainsi, les éleveurs de rats peuvent s'appuyer sur le label des Ratouphiles Associés. Il est toujours bon, en terme de communication, de s'intéresser à ces regroupements d'éleveurs. Il s'agit généralement de passionnés très impliqués et cela vous permettra d'une part de vous appuyer sur leur communication, et d'autre part de tisser un réseau de relations ! 

Enfin, parlons des plateformes de communication dont nous n'avons pas encore abordé l'existence. Youtube en est une. Créer des vidéos est un excellent moyen de communiquer! Vous pouvez par exemple créer la vidéo de présentation de votre élevage, ou même des tutoriels, des vidéos informatives... Laissez faire votre imagination ! Cependant, n'oubliez pas de travailler en amont votre speech et de proposer des vidéos d'une certaine qualité (évitez les flous, les bégaiements, les ratés en tous genres...). 
Il est aussi possible d'aller sur le terrain: proposez des visites de votre élevage, participez à des salons animaliers ou mettez au point des ateliers ludiques autour de l'animal que vous élevez si vous vous en sentez capable.