Référencement de site

Génie génétique

Génie génétique ou ingénierie génétique :
  •  Ensemble de techniques permettant d’isoler un fragment d’ADN à partir d’un organisme pour l’introduire     dans le génome d’une cellule d’un autre organisme et d’en modifier ainsi le patrimoine héréditaire.
  •  permet ainsi de modifier, supprimer ou introduire certains caractères dans une cellule

Principe :
1)  Une enzyme de restriction isole le segment d'ADN humain qui contient le gène intéressant, celui qui commande la production d'insuline, par exemple.
 2)  Un plasmide extrait d'une bactérie est mis en contact avec la même enzyme de restriction, et peut alors incorporer le fragment d'ADN.
3)  Le plasmide hybride est incorporé dans la bactérie, où il est dupliqué comme un ADN bactérien normal.
4)  De très nombreuses cellules filles peuvent être obtenues par culture ; le gène incorporé permet la production de grandes quantités d'hormone humaine par ces bactéries.

Qu'est ce qu'un OGM ?
Le signe OGM  apparut à la fin des années 1980 désigne  « organisme génétiquement modifié ». S’agit d’un organisme vivant dont le patrimoine génétique a été transformé en laboratoire. Les techniques de génie génétique peuvent être appliquées aussi bien sur les organismes animaux que végétaux que sur les micro-organismes.
•    Les organismes vivants sont constitués de cellules dans chaque cellule on trouve l’ADN, on stocke les informations génétique (les gènes). Chaque gènes exprime une particularité de l’organisme ; par exemple la forme de feuilles, la résistance aux maladies….L’ensemble des gènes constitué le patrimoine génétiques de l’organisme et lui permet de se développer.
•    Le génie génétique permet ainsi de modifier, supprimer, ou introduire certain caractère.
•    La transformation peut être existée selon les cas :
  •   Apporter une fonction nouvelle par exemple des gènes isolés à partir de bactérie qui confèrent à des plants une tolérance à une herbicide ou une résistance nouvelle.
  •  Inactiver une fonction déjà existante : réduire ou supprimer (une protéine naturellement présents dans les la plante pour retarder la maturité des fruits (c’est une tomate autorisé en USA) ou pour diminuer les caractères allergène d’un alment (travaux actuellement porté sur le riz).

•    Un organisme génétiquement modifié est donc un organisme dont on a modifié le patrimoine génétique en lui ajoutant un plusieurs gènes appartenant à une espèce différente, les gènes introduit peuvent provenir de n’importe quel organisme : virus, levure, champignons,  plante ou animal. Les OGM correspondent à des organismes ou parties d’organismes vivants qui sont biologiquement actifs, c'est-à-dire qui sont capable de transférer ou répliquer leur matériel génétique. Ils peuvent se disséminer dans l’environnement ; par exemple dans le cas d’une plante, il s’agit aussi bien de la plante entière que des fruits, graines, pollen…En revanche, les produits qui en deviennent tels que la farine, l’huile …ne sont pas considérés comme les OGM. En effet, ces produits, du fait des traitements subis, ne peuvent pas reproduire ou transmettre du matériel génétique.
•    La transformation génétique peut être effectuée sur de nombreuses espèces végétale, depuis les céréales jusqu’aux légumes ou aux arbres. En tout, se sont plus de 60 espèces de grands culture comme le mais, la betterave, et le colza. Les gènes introduits sont très divers  mais actuellement ce sont principalement des caractères d’intérêt agronomique qui sont plus développés.
•    L’OGM a acquis un ou plusieurs nouveaux caractères génétiques qu’il transmettra à sa descendance.
•    Les OGM ne sont plus un simple produit de laboratoire. Des plantes transgénique sont ainsi cultivées sur une cinquantaine de millions d’hectares  dans le monde surtout aux États-Unis, en Argentine, au Canada, en Afrique, ou en Australie.
 
 
 Dans quel but les OGM ont-ils été créés ?
 
•    Depuis que l'homme cultive des plantes et élève des animaux, il les fait évoluer en sélectionnant ceux qui ont la meilleure productivité. Cette évolution sous forme de sélection, de croisement, de greffe a permis ainsi de créer de nouvelles variétés ou races qui n'existaient pas spontanément et constituent des améliorations : meilleurs rendements, meilleure qualité, meilleure résistance aux maladies, aux ravageurs, à la sécheresse. Ces évolutions ont été souvent irréversibles, ce qui fait qu'aujourd'hui, il est très difficile de retrouver le blé ou la vache d'origine.

•    L’homme en est venu à créer des OGM afin de mieux connaître et comprendre les génomes et le fonctionnement des gènes. Une fois ces connaissances acquises, l’homme peut ainsi modifier génétiquement certains animaux et végétaux afin qu’ils soient plus productifs, plus résistant aux maladies et aux parasites (insectes). De plus en modifiant certains êtres vivants, on peut leur faire produire des protéines nécessaires à la médecine, à la synthèse de médicaments par exemple. Grâce à ces travaux, il a été possible de travailler sur des transferts de caractères beaucoup plus précis en agissant directement sur les gènes.
•    C'est ce qui a amené à la création d'OGM dont les premiers sont apparus en laboratoire depuis une vingtaine d'années pour
Outre ces faits, les OGM peuvent permettre de sauver des vies grâce aux protéines créées et à l’augmentation de la production de nourritures

les OGM : avantages et inconvénients

1)    Les avantages :

  •  En insérant des gènes dans des plantes comme le riz ou le blé, on peut accroître la valeur nutritive et offrir une solution à la lutte contre la famine dans le monde. De la même manière, des gènes insérés dans les animaux d’élevage augmenteraient leur rendement laitier.

  •   Dans le domaine agricole, des plantes génétiquement modifiées, telles que le maïs, la betterave et le colza possèdent des propriétés de résistance à des insectes ravageurs des   cultures, et de tolérance à certains herbicides, permettant alors d’en utiliser moins et de  façon plus raisonnée ou d’utiliser des produits plus respectueux de l’environnement. En outre, le génie génétique ouvre de nouvelles possibilités, jusqu’alors peu exploitées, en termes d’adaptation des plantes à des conditions extrêmes telles que la sécheresse, la salinité, le froid ou les maladies (résistance au doryphore de la pomme de terre, par exemple). Le génie  génétique pourrait également permettre d’éliminer des substances toxiques produites naturellement par certaines plantes. Les OGM permettraient également d’avoir des animaux    ou des plantes plus productifs.


  •  Résistant aux insectes nuisibles car ils produisent eux-mêmes leurs agent insecticides les OGM permettent de réduire les besoins en produits chimiques pour la  protection des cultures.
  •   Grace à leurs propriétés exceptionnelles, es OGM sont déjà utilisés dans le secteur pharmaceutique et médical, notamment dans la fabrication des vaccins.  
  •    Avec le meilleur rendement des plantes transgéniques, les agriculteurs pourraient limiter les surfaces cultivées et reposer ainsi le sol. 
  •    Dans le domaine médical, le génie génétique pourra, par exemple, permettre de lutter contre certaines maladies et de mettre en œuvre de nouveaux procédés d’obtention de produits thérapeutiques tels que des anticorps permettant de traiter certains cancers.
  •   Dans le domaine environnemental, on pourra envisagera l’avenir d’utiliser des plantes ou des micro-organismes permettant de dépolluer les sols contaminés et plus généralement d’éliminer les contaminants de l’environnement. Des plantes pourront ainsi être utilisées comme pièges à nitrates pour dépolluer les sols. Ces applications sont encore au stade de recherche.
Les OGM seraient moins nocifs pour l’environnement : l’utilisation des plantes transgéniques, plus résistantes aux maladies, aux insectes ou aux herbicides pourrait autoriser une réduction des traitements chimiques sur les cultures et permettrait l’emploi de produits moins nocifs pour l’environnement.
  •   Des avantages pour la médecine : les OGM permettraient des vaccins sans piqures ! En effet ; le génie génétique permit, par la modification du patrimoine génétique de plante, de leur faire synthétiser des substances  vaccinanttes. Il s’agitera alors simplement de manger une banane pour être vacciné contre telle maladie. Des testes très positifs ont déjà été  effectué sur des souris. Quoi qu’il en soit, cela présente un intérêt, notamment pour les pays du tiers monde. En effet les chercheurs prévoient déjà d’utiliser des bananiers génétiquement modifiés pour produire ces vaccins actuels. Si on ajoute à cela que ce type de vaccination permettra une aide alimentaire en plus d’une aide médicale, on peut trouver cette  perspective très intéressante !!
  •    Des résistances aux conditions climatique extrême : une grande partie de la surface de la planète est impropre à l’agriculture du fait de condition défavorable (froid, sècheresse, salinité…) les biotechnologies pourront apporter une réponse aux pays en voie de développement en créant de nouvelles espèces adaptées à ces  conditions .les résistances des cultures contre la sècheresse permettait notamment une économie d’utilisation de l’eau pour l’irrigation.
Les OGM aideraient la lutte contre les maladies animales : la modification     par génie génétique des aliments destinés à l’élevage peut être un moyen de lutter contre des maladies animales, cette alimentation pourrait produire directement des anticorps ou des vaccins « recombinants ». La lutte contre ces maladies pourrait même se faire au niveau de l’animal, par la modification transgénique des lignées, afin d’accroître leur résistance.
  •    Une meilleure efficacité de la production agricole.Les développements de plantes résistantes aux insectes, aux virus et à divers agents de maladie pourrait permettre de diminuer les pertes de production dans les cas où il n’existe pas de traitements. Pour les pays en voie de développement qui disposent de peu de terres cultivables par habitant et par actif agricole, cela permettrait d’augmenter la production sans mettre en culture de nouvelles terres, ce qui conduit souvent à l’érosion, et à une dégradation des ressources naturelles.
La modification génétique des fruits et légumes permet d’augmenter leur durée de stockage. Cette qualité permet d’éviter les gaspillages et les pollutions qui ont lieu aujourd’hui durant le transport et l’approvisionnement

2)   Les inconvénients : 

  •   Les OGM constituer une menace pour   la biodiversité s’ils prennent la place de variétés traditionnelles, entraînant des disparitions d’espèces en chaîne imprévisible aujourd’hui.
  •   L’insertion artificielle de gènes peut déstabiliser à long terme une plante ou sa descendance. Au terme d’une longue chaîne de transformations, l’une d’elles peut, par exemple, devenir toxique.
  •    Personne ne connaît vraiment l’impact des OGM sur  des espèces comme les oiseaux ou les pollinisateurs (toutes les espèces végétales produisant du pollen). Ainsi, les effets du pollen d’une plante transgénique sur l’intestin des abeilles n’ont jamais étés mesurés.
  •    Les risques de la consommation d’OGM sur l’Homme sont actuellement mal évalués car les OGM sont très récents. Mais on suppose que les OGM peuvent avoir certains risques sur la santé des Hommes les consommant. En effet, certain OGM peuvent donner naissance à une résistance à certain antibiotiques : le génome des OGM contient des gènes bactériennes de résistances aux antibiotiques. Ces gènes utilisés comme marqueur de sélection sont des résidus de la construction et ne sont d’aucune utilité dans la plante elle-même ; ils pourraient alors être transférés aux bactéries du sol aux présentes dans l’intestin des Hommes ou des animaux, ce qui leur transmettrait le caractère de résistance à ces antibiotiques majeurs. Ceci allongerait la liste des antibiotiques devenues inefficaces.                                                            

  •   Certain tests ont montré que les OGM peuvent créer de nouveaux allergènes puisque par exemple, une graines de tournesol ayant été modifiée a provoqué des réactions allergiques alors qu’elle n’avait jamais été considérée comme pouvant provoquer des allergies. Mais il est très difficile d’affirmer avec certitude que les OGM provoquent des allergies puisque les techniques actuelles ne permettent pas d’évaluer les risques d’allergie de façon fiable.         

  •   Certaines études ont montré que les OGM peuvent avoir certaines conséquences néfastes sur l’environnement. En effet, on suppose que certains gènes présents dans les OGM végétaux pourraient se propager dans la nature par le biais du pollen. Le pollen est un vecteur de reproduction sexuelle chez les plantes et contient donc le génome et le transgène de la plante modifiée. Le pollen se répandant dans la nature grâce au vent et aux insectes (abeilles essentiellement), le transgène pourrait se propager dans la nature et se transmettre chez certaines variétés sauvages génétiquement proche de l’OGM émetteur ou même chez une plantes de la même espèce mais n’étant pas transgénique. On pourrait envisager qu’un gène de résistance à des herbicides aux mauvaise herbe soit transmis à des mauvaises herbes. Ce transfert donnerait alors à la mauvaise herbe une résistance aux herbicides. Si ce transfert avait lieu, les herbicides deviendraient inefficaces contre ces mauvaises herbes.

  •    Si un gène s’échappe, il peut être transmis à d’autres de son espèce ou à d’autres espèces. Une fois que le caractère transgénique se sera propagé à grande échelle, on ne pourra pas les « rappeler ». Comment lutter contre les plantes envahissantes devenues « immortelles » qui résisteront à tout traitement ?
  •   La recherche dans le domaine des OGM est principalement effectuée par de puissantes multinationales. Or, ces dernières prennent des brevets sur les plantes transgéniques qu’elles mettent au point, disons que la « recette » pour les obtenir leur appartient ! Si les plantes naturelles sont remplacées par des OGM, les agricultures devront acheter les semences très chères à ces sociétés.
  • Aussi les OGM utilisés à des fins industrielles pourraient constituer un réel danger  pour la santé humaine. En effet, on envisagera certainement dans un futur proche d’utiliser les résidus de plantes modifiées dans le but de nourrir des animaux. Des substances chimiques indésirables pourraient alors entrer dans la chaîne alimentaire de l’Homme. Par exemple. Une augmentation de la teneur en acide urique dans la viande ou dans le lait serait très inquiétante puisque nous savons que l’acide urique est un puissant stimulant de cholestérol chez l’Homme.

  •     La technique de transgénèse est encore toute jeune et de nombreuses questions restent en suspens. On constate qu’elle présente de nombreux avantages mais également des risques non négligeables. Utilisés de façon appropriée, les OGM pourraient  apporter de nombreux moyens pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie. Cependant, la rapidité avec laquelle peuvent survenir les modifications entraînées par le génie génétique peut avoir des effets encore inconnus.
 
  •  Le développement technologique intéresse directement la population. Dans la plupart des cas, les interrogations relatives aux OGM sont en lien avec l’environnement. Quant au processus d’obtention de ces derniers, c’est la transformation du vivant qui fait l’objet de préoccupations et soulève des questions de nature éthique sur l’impact que l’avènement de cette nouvelle technologie peut avoir sur la société et sur les individus qui la composent.
 
  •   Il y aurait moins de controverses et le débat serait plus constructif si les applications des OGM étaient évaluées de façon exhaustive et transparente, et si leurs répercussions éventuelles étaient prises en considération. Le génie génétique, comme toutes les innovations scientifiques peut aboutir au pire comme au meilleur. Mais les inquiétudes qui empêchent la réflexion et l’étude, à moyen et long terme, des conséquences des modifications du vivant sont mauvaises conseillères. « Toute découverte de la science pure est subversive en puissance », disait Huxley. Et il ajouta « Toute science doit parfois être traitée comme un ennemi possible ». Quelles limites doivent alors être imposées aux recherches scientifiques ? Et par qui ?




     
                                                                          





Comments