1995-Laïcité(s) France-Turquie

Résumé: CEMOTI. Laïcité(s) en France et en Turquie, 1995


Titre: - « Laïcité(s) en France et en Turquie », Introduction, avec Jean MARCOU, au no thématique, et co-direction de l’ensemble: Laïcité(s). Actualité et problèmes de la laïcité en France et en Turquie, Cahiers d'Etudes sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien -CEMOTI no 19, AFEMOTI/CERI, Paris, 1995, 558p., p.5-34.

Accessible en totalité sur: http://cemoti.revues.org/sommaire1677.html


Résumé: Reconnaissance de l'altérité, de la diversité et de la liberté d'expression égale pour tous, la laïcité n'est pas ce vide idéologique et spirituel auquel on la réduit trop souvent. Par définition, elle est valeur universaliste et humaniste, positive et inclusive (affirmation des libertés individuelles et publiques) avant d'être négative (séparation des Eglises et de l'Etat) ou exclusive (libre-pensée). Elle a toujours été contestée: sur son principe, dès l'origine; dans sa pratique, dès qu'on est passé au stade de son institutionnalisation. Elle l'est, à nouveau, et de manière parfois virulente, depuis quelques décennies, par des discours religieux, idéologiques et politiques qui lui imputent la responsabilité partielle ou totale de la crise des valeurs, du matérialisme, et des échecs sociaux et politiques des sociétés contemporaines nées de la modernité occidentale.  


 


La laïcité est une construction historique. S'inspirant de principes définies à l'époque des Lumières et de la Révolution française, la France comme la Turquie ont inscrit la laïcité dans leurs législations et leurs textes fondamentaux: au début de ce siècle pour la France, au milieu de l'entre-deux-guerres pour la Turquie. Rares sont les Etats de la planète à l'avoir fait: à peine une dizaine en tout. Ce n'est pas le seul point commun entre les deux républiques et Etats-nations. La mise en application du principe de laïcité -dans des conditions historiques évidemment spécifiques à chacun des pays- y a été contestée dès l'origine, sur des terrains communs: la place de la religion dominante dans l'Etat et dans la société; la laïcité du système scolaire public et l'enseignement religieux, etc. La récurrence de la "querelle scolaire" en France (laïque, mais néanmoins longtemps "Fille aînée de l'Eglise catholique"), et le retour dès les années 1950 du refoulé islamique dans une République turque dont les fondations restent kémalistes un demi siècle après la mort d'Atatürk, en témoignent d'évidence. Le dernier avatar de cette contestation dans le champ social, et plus précisément scolaire, la querelle dite des "foulards islamiques" en France, du port du "türban" en Turquie, est, chronologiquement, quasiment parallèle.


Ce dossier des CEMOTI est partiellement issu d'une table ronde franco-turque qui s'est tenue à l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble en janvier 1994. Son objectif était de mettre en parallèle et de confronter l'histoire et l'actualité de la laïcité en France et en Turquie, tout d'abord en termes de définitions et de problématiques comparées; puis dans le champ des espaces urbains, toujours favorables à la mesure historique et sociologique des attitudes et des pratiques sociales; et enfin, à travers une approche des agents et vecteurs de la laïcité et de sa contestation.


* Mots-clés:

- Laïcité, France, Turquie

- Islam, France, Turquie

- Atatürk, Laïcité, Turquie

Comments