les vaisseaux spatiaux pléiadiens
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’homme de la Terre a certes ouvert une toute petite lucarne sur le vol spatial,
mais cela ne correspond qu’à de premières tentatives plutôt élémentaires.
 
Même si l’homme est allé sur la lune en fusée, il n’a pas encore atteint l’espace pour autant.
 
Et de toute façon, il ne l’atteindrait pas dans les conditions actuelles.

Il lui faut obligatoirement un système de propulsion à même de transpercer l’hyperespace et de faire s’effondrer les distances infinies.
 
Ce n’est pas l’espace et le temps qui viennent à bout de l’espace et du temps
mais l’absence d’espace et de temps, ce qui signifie que l’espace et le temps
s’effondrent et se redressent au temps zéro.
 
il faut mettre au point un système de propulsion qui, d’une certaine manière, modifie la matière dès lors que la vitesse de la lumière est franchie et que le vaisseau spatial est catapulté dans l' hyperespace, paralysant ainsi l’espace et le temps.
 
Un voyage dans l’espace réel doit nécessairement se faire à l’aide d’un systéme de propulsion capable de dépasser largement la vitesse de la lumière.
 
Mais cette propulsion ne peut entrer en fonction que lorsque la vitesse de la lumière est atteinte.
 
De ce fait, un autre système de propulsion doit ajuster la vitesse normale à celle de la lumière.
 
un vaisseau spatial doit être doté de deux  systèmes de propulsion :

une propulsion normale permettant une accélération jusqu’à la vitesse de la lumière
et une hyperpropulsion.
 
La propulsion, qui produit une vitesse de la lumière qui ce compte en millions et en milliards ; l’hypervitesse donc, grâce à laquelle l’espace se brise.
 
Un espace où chaque masse s’agrandit à mesure que la vitesse augmente.
 
C’est ainsi que le temps et l’espace s’effondrent et qu’ils se transforment
en temps zéro et en espace zéro.
 
Autrement dit :
 
l’espace et le temps cessent tout simplement d’exister.
 
Et c’est grâce à cela que les distances d’innombrables années lumières peuvent être divisées en fractions de secondes sans pour autant occasionner un décalage horaire.
 
Si, par exemple, les Pléiadiens quittent les pléiades et mettent 7 heures pour atteindre la terre, 7 heures s’écouleront également sur leur planète d’origine et sur la terre.   

Ils mettent autant de temps car, avec la propulsion normale, ils sont  contraints
de s' envoler depuis la zone des planètes et ne peuvent  effectuer le parcours vers la terre en hypervitesse dans l’espace qu’une fois cette zone franchie. 
 
Depuis l’hyperespace, les Pleiadiens arrivent bien en-dehors de notre système solaire et volent à l’aide de la propulsion normale.
 
Il ne faut jamais entrer dans l’hyperespace en étant trop près d’une planète.
 
Cela provoquerait une déchirure qui transformerait la planète en projectile mortel.
 
Les scientifiques de la Terre travaillent déjà sur des systèmes de propulsion qui permettront à l'homme de voyager loin dans l'espace. Il s'agit de :
 
 
 
          - la propulsion émettrice de lumière (en anglais : light-emission drive)(1)
 
 
          - la propulsion à tachyons (tachyon drive)(2)
 
 
 
La forme d'une fusée à réaction n'a pas d'importance mais dans l'idéal
la fusée devrait avoir une forme de disque aérodynamique ce qui permet d'obtenir le moins de résistance possible dans les zones d'atmosphère
et aussi dans l'eau.
 
 
 

Pour se servir de l'hyperespace, il faut entrer des données de coordination très précises, par lesquelles seules il est possible de sortir à l'état matérialisé à nouveau de l'hyperespace, pour aboutir au point précis de destination. Le calcul et la fixation des coordonnées est absolument nécessaire, sinon un vaisseau spatial reste éternellement dans l'hyperespace ou est projeté en un lieu inconnu.
Toute la technique des appareils volants des Pléiadiens de forme interstellaire
comporte une protection contre tous les effets de la relativité, comme p. ex.
contre la distorsion temporelle, le vieillissement prématuré et autres, mais
aussi contre les forces dé gravitation de forme stellaire, planétaire, ainsi que
cosmique. Les courbures de l'espace et autres, ainsi que tous les autres facteurs en rapport avec des influences cosmiques etc., avec lesquels le terrien se débat encore aujourd'hui avec ses problèmes et recherches, ne présentent plus aucune difficulté.

Et ce qu'il faut encore dire: la prétendue antenne sur les vaisseaux spatiaux
plus anciens des Pléiadiens, n'était effectivement qu'un collecteur d'électricité
atmosphérique, quand les vaisseaux rayonnants/vaisseaux spatiaux se déplaçaient dans des sphères planétaires. Ces énergies captées ont été utilisées pour l'antigravitation et pour la propulsion dans des atmosphères planétaires, mais cette technique n'est plus utilisée qu'isolément chez les vaisseaux rayonnants des Pléiadiens.

 

M.Winters nous parle de la propulsion des vaisseaux spatiaux pléiadiens :

 

Les vaisseaux pléiadiens sont équippés de deux systèmes de  propulsion :
un système pour atteindre des vitesses inférieures ou égales
à la vitesse de la lumière et un autre système pour dépasser la vitesse de lumière (vitesse de la lumière dans le vide spatial : 300 000 kilomètres par seconde).

Les moteurs sont des moteurs à implosion et non pas à explosion
comme ceux utilisés par l'homme de la terre. Ces moteurs
transforment la matière en quelque chose d'utile. L'énergie du
vaisseau sort par en dessous et est récupérer au sommet du
vaisseau. Comme cette énergie se déplace autour du vaisseau,
elle semble déformer tout ce qui est autour de lui, faisant
se pencher les arbres et se déformer les environs. Le champ
d'énergie qui entoure le vaisseau fait apparaître le fond
du vaisseau bleu.

Les vaisseaux sont protégés par un champ de force qui permet
à l'atmosphère de glisser sur lui au lieu de le pousser. Ce
champ de force est conçu de façon à ce qu'il n'y pas pas de
resistance entre le vaisseau et l'atmosphère. Ce champ de
force neutralise aussi la force d'attraction de notre planète.
En un sens, il devie la gravité.

Les vaisseaux pléiadiens possèdent une technologie qui les transforment en
particules de matière fine ou subtile ( fine matter) qui peuvent
se déplacer plus vite que la lumière. Ceci est possible en voyageant
à travers ce qu'on appelle l'hyperespace par lequel on peut
parcourir des distances de plusieurs milliards de kilomètres
en une fraction de seconde.

Pour comprendre tout ceci une explication sur le temps et
l'espace est necessaire.

Vous et moi vivons dans un monde tri-dimensionnel de planètes,
soleils et galaxies. C'est un monde matériel que nous pouvons voir
et toucher. Les Pléiadiens l'appellent monde de matière grossière
(coarse-matter world) comme il est matériel et apparaît solide.

Le temps est énergie. Il ne peut pas être vu, mais il est énergie
qui provoque la rotation et le mouvement du monde tri-dimensionnel
dans lequel nous vivons. Le temps est une onde d'énergie qui se
déplace à travers toute la matière, engendrant la rotation, le
mouvement, et la pulsation. Le temps contrôle la vitesse normale
de toute matière. Le temps est considéré comme de la matière subtile
comme il n'est pas solide et existe seulement sous forme d'énergie.
Sans le temps, l'espace ne pourrait pas se mouvoir.

Donc nous vivons dans un espace qui est affecté par l'énergie du temps.
L'espace dans lequel nous vivons comprend différentes sortes de
matières : le carbone, l'hydrogène, le zinc, etc..........
Mais l'univers possède d'autres dimensions qui ne contiennent pas
la même matière que notre monde tri-dimensionnel. L'hyperespace
est l'une de ces dimensions. Dans l'hyperespace il y a différentes
particules d'énergie qui se déplacent à des vitesses supérieures
parce que le temps est différent, et parce que le temps dans l'hyper-
espace n'existe pas de la même façon que dans notre monde tri-dimensionnel.

Les vaisseaux pléiadiens possèdent la technologie pour se déplacer dans
l'hyperespace et se transformer en particules à haute vitesse qui existent
dans l'hyperespace. Ils peuvent donc voyager plus vite, parcourant des
milliards de kilomètres en une fraction de seconde. Une fois qu'ils arrivent
à destination ils retournent dans l'espace normal et se retransforment.
Le temps dans l'hyperespace semble instantané, et les passagers n'ont pas
conscience de ce qu'il s'est passé.

Imaginons que nous possédons un vaisseau et que nous décidons d'aller dans les Pléiades (distance entre la terre et les Pléiades : 440 années lumières).
Nous ne savons pas voler et nous suivons un manuel d'instructions
pour nous guider.

Nous quittons la terre à midi et commençons à traverser le système solaire.
Le manuel nous dit comment entrer les coordonnées exactes pour suivre la bonne direction. Nous commençons à voyager à des millions de kilomètres par heure. Comme nous accélérons nous commençons à nous sentir mal; quelque chose ne va pas, et nous consultons le manuel. Le manuel nous explique que nous souffrons des effets de la corrélation masse vitesse. Qu'est-ce que c'est et comment résoudre le problème ? Le problème c'est que quand nous accélérons, nos corps augmentent en masse et commencent à dysfonctionner. Si cela continue, nous pouvons mourir.

Si vous voyagez en voiture sur une autoroute et que vous mettez votre main par la fenêtre vous sentirez la resistance de l'air. Si vous allez plus vite vous
pouvez utiliser des ailes pour faire s'envoler un avion. En d'autres termes,
l'air se transforme lentement en une masse de resistance. Dans l'espace il
n'y a pas d'air mais il y a la masse. Lorsque vous allez suffisamment vite la
masse de l'espace augmente comme dans l'exemple du vent, et vous avez de la resistance. Si vous allez encore plus vite la masse augmentera autour de votre corps et vous aurez des problèmes. La corrélation masse vitesse signifie donc que au fur et à mesure que vous accélérez il y a une augmentation de masse qui peut vous détruire vous et le vaisseau. Alors comment se protéger ?

Le manuel nous dit d'activer les écrans de protection autour du vaisseau et
ainsi nous serons protéger. Ces écrans d'énergie entourent le vaisseau et l'isole de la masse de l'espace. Ces écrans nous protégent également des débris qui peuvent exister dans l'espace. Les écrans de protection forment également une gravité artificielle. A l'intérieur du vaisseau nous avons créer un  mini monde avec son propre champ gravitationnel. Nous ne sentons plus rien. C'est comme être sur le sol sans aucune sensation de mouvement et ce grâce à ce champ gravitationnel artificiel créé par le vaisseau.

Maintenant que les écrans sont activés, nous nous sentons mieux et continuons le voyage. Nous remarquons bientôt que nous nous approchons de la vitesse de la lumière et que nous entrerons bientôt dans l'hyperespace pour réapparaitre ensuite dans les Pléiades. Le manuel dit que nous devons attendre d'être à au moins 153 000 001 millions de kilomètres de l'orbite de la dernière planète de notre système solaire avant de basculer en hyperespace. C'est une distance de sécurité. Voilà trois heures et demi que nous voyageons. Il est donc 15:30.

La première étape pour passer en hyperespace est la desactivation des écrans de protection. nous ne sommes plus sous une forme matérielle mais nous avons été converti, ainsi que le vaisseau, en une forme différente d'énergie qui peut exister dans une autre dimension, cette dimension étant l'hyperespace. Nous avons créer une distortion du temps et nous nous sommes dématérialisé.

Pour faire le saut dans l'hyperespace, une dilatation du temps est provoquée.
La théorie de la relativité va jusqu'à un certain point. Au moment prècis de
la dilatation du temps, l'ouverture de l'hyperespace se produit et le vaisseau
avec son équipage, dans leur nouvelle forme, entrent dans l'hyperespace.

Nous pouvons ainsi traverser les 440 années lumières qui nous séparent des Plèiades en une fraction de seconde. La technologie des Pléiadiens permet de se guider dans l'hyperespace et d'en ressortir à un point de destination précis.


Je conseille 2 livres interessants expliquant l'espace, le temps, le fonctionnement et le pilotage des ovnis, écrits par Eric Julien :








Ces livres sont disponibles sur amazon.fr.