1-Accueil‎ > ‎

Actualités


Précision d’Atterrissage à Amponville (77)

publié le 13 avr. 2018 à 13:43 par Stéphane Lejolivet   [ mis à jour : 13 avr. 2018 à 13:48 ]

Compte-rendu du week-end du 7 et 8 avril 2018-04-13

Compétition de précision d’atterrissage


Après quelques réunions fébriles pour préparer cette première compétition de précision d'atterrissage, notre président Yves avait une grave décision à prendre avant le jeudi soir : la météo permettrait-elle de laisser cette compétition se dérouler. Malgré des menaces ce vent fort ou même de pluies, Yves maintenait la compétition et il a eu grandement raison !!!

Samedi matin, les compétiteurs étaient là, le sourire aux lèvres sous un beau soleil.
Et du beau monde s'était déplacé pour l'évènement : les champions de France de l'année précédente, Johann Thierriaz et Kti Devos, un des inventeurs du parapente, Jean-Claude Bétemps (créateur de la première école de parapente à Mieussy dans les années 80). Il y avait aussi 5 pilotes d'un club lorrain qui doit organiser le prochain championnat de France et puis quelques pilotes de la région parisienne (dont 7 migrateurs) au total 20 compétiteurs.

Dès 10h30, Didier faisait l'ouverture et quelques gouttes de pluie vers midi ont interrompu la première manche et permis à tous d'aller déguster les crêpes salées et sucrées prévues pour le repas de midi.
Le soleil revenant, et le vent restant toujours maniable et à peu près dans le bon axe, les vols ont pu reprendre.

Nous avons ainsi pu faire 4 manches le samedi et la lutte était acharnée entre tous les compétiteurs.
Certains se battaient pour réussir à mettre enfin un pied dans les 5 mètres de la cible et les meilleurs réussissaient à poser le pied au centre de la cible.
Il faut savoir que le nombre de centimètres entre le centre de la cible et l'endroit ou le pied du pilote s'est posé, est transformé en point(s) et au final celui qui obtient le plus petit nombre de points est vainqueur. Si le pilote se pose en dehors des 5 mètres ou s'il tombe ou que sa sellette touche la cible, il marque automatiquement 500 points.

A chaque manche donc chaque pilote se voit attribuer un certain nombre de points et au bout de 5 manches, son plus mauvais résultat est supprimé.

Quand les manches s'arrêtent le samedi soir, ils sont plusieurs à pouvoir prétendre au podium le lendemain (Jean-Claude, Yohann, Pierre, Kti....)

Une superbe paëlla avait été préparée en fin d'après-midi et mijotait pendant l’apéritif qui a réuni compétiteurs et bénévoles lors d'une soirée qui fut, parait-il, bien arrosée grâce aux lorrains entre autres !

Le dimanche, la météo nous a permis de faire encore deux manches avant le repas.

Et la remise des prix a eu lieu ensuite pour permettre à tous ceux qui étaient venus de loin de reprendre sereinement la route.

  1. Pierre GONTIER   Migrateur
  2. Johann THIERRIAZ   Aerofiz Parapente Mont Blanc - Champion de France de précision d'atterrissage 2017
  3. Kti DEVOS   Roquebrun'ailes - Parapente Mag - Championne  de France de précision d'atterrissage 2017

Quelques chiffres :

Pour réussir ce beau week-end nous avons utilisé nos deux treuils, le thermique et le fameux treuil électrique alimenté par 6 panneaux solaires

Entre les vols et biplaces du vendredi et les 6 manches courues le week-end, nous avons effectué environ 150 treuillés grâce à nos 4 lignes
Pour la compétition les pilotes étaient largués à environ 150 mètres par rapport au sol.

Pour que tout fonctionne, il y avait toujours

  • au moins 4 personnes au treuil
  • un(e) starter au décollage + un certain nombre de petites mains pour étaler les voiles
  • un chef jury et au moins deux personnes pour déterminer le lieu exact du posé dans la cible
  • une armée de travailleurs de l’ombre qui a permis de manger et boire......et surtout rendre la salle et tout le matériel prêté en parfait état !
  • quelques vols et biplaces le vendredi

Sortie du jeudi 29 mars

publié le 30 mars 2018 à 11:41 par Stéphane Lejolivet   [ mis à jour : 30 mars 2018 à 11:50 ]

Du coté des prévisions le modèle GFS était un peu pessimiste en ce qui concerne le pluie sur le nord de la Bourgogne. Un coup d'œil sur arôme donne une note plus positive : peut-être qu'une faible averse est possible. L'inversion un peu haute, vers 4 500, annonce aussi une  tendance aux congestus.
Finalement ce sera un ciel enchanteur, pommelé de petits cumulus toute la journée. Seul le retour vers 22h00 après un petit resto à Eau-Puiseaux, se fera sous la pluie.
Jean-Claude R et moi-même, on se retrouve donc sur le site du Saudurant-Turny d'orientation W-SW, au nord-Est de Saint Florentin. Le site tolère mieux la petite tendance sud annoncée qu’Eaux-Puiseaux.
Comme il n'y a pas d'atterro officiel, on recherche un champ sans culture au cas où il faudrait se poser en bas. On trouve une énorme friche type jachère juste après la ligne électrique. Notons que l'on peut facilement poser au déco en faisant attention à la ligne électrique, mais la garantie de pouvoir monter est loin des 100%.
Pour décoller il faut choisir la zone non cultivée en dessous du petit bois mais au-dessus de la ligne, ou bien la petite zone herbeuse sous les barbelés pour ceux qui serait septique sur la possibilité de passer au-dessus de la ligne. Vous avez compris, ce site n'est pas fait pour les pilotes peu aguerri !
Quelques minutes après on se retrouve au déco. Ce sera trois vols crescendo pour moi.
Nous serons rejoint que bien plus tard par trois pilots de Troyes et Michelle leur accompagnatrice.
Pour les timides du gonflage face, attention au purin sur le haut du déco, car il a tendance à dégouliner le long de la pente, si au gonflage on part en arrière sur un vent forcissant la voile peut retourner dans le sac parfumé d'un drôle de parfum. Rassurez vous, ce n’était pas un Migrateurs et les minibus ne seront parfumé de cette odeur campagnarde !
Belle journée ensoleillée sur un site un peu technique toutefois à cause de la ligne électrique qui court sur tout le long de la pente, et de la faible pente au déco.
Pour info ce jeudi d'autres pilotes ont volé de Châtillon sur Marnes.

Didier

Vol et Ski Valmorel

publié le 22 mars 2018 à 12:22 par Stéphane Lejolivet   [ mis à jour : 22 mars 2018 à 12:23 ]


Il y avait dissidence chez les "Voletskieurs" le week-end dernier. Pendant que certains (Sylvain, Dominique B, Romuald et Renaud) étaient au Sybelles (Toussuire-Le Corbier-St Jean et St Sorlin d'Arve) d'autres filaient à Valmorel pour faire les championnats de France de Vol et Ski.

Je retrouvais donc Tam et Sarah le samedi en fin d'après-midi à la salle des fêtes de Valmorel.

La neige étant tombée toute la journée du samedi, les organisateurs (le club des pompiers de l'Essonne avec l'aide de l'école locale et de son directeur François Bailly) avaient annulé la journée mais maintenaient la compétition pour le dimanche.

Le dimanche matin, François avait tracé un parcours que j'ai trouvé très technique en dehors des pistes.

Et nous voilà partis pour une reconnaissance des ateliers, dans 50 centimètres de poudreuse, Puis il fallait rejoindre le bas d'un télésiège en se frayant un passage entre les arbustes.... Dommage que mes galipettes et autres figures acrobatiques pendant cette reconnaissance ne rapportaient pas de point !!!!

Nous avons pu enchaîner ensuite trois manches où les meilleurs donnaient l'impression que le Vol et Ski c'est vraiment facile ! Une fois dans le parcours, les lignes à couper en glissant en même temps que les piquets à toucher, montraient bien toute la difficulté de la tache !

Tam et Sarah prennent la troisième place du championnat de France en biplace. Sarah termine deuxième fille du challenge Vol et Ski (résultats cumulés des différents Vol et Ski depuis Janvier) et avec Tam ils sont aussi 2ème en biplace du challenge pour 2018.

Et la saison se termine ainsi.....j'espère que l'an prochain nous serons encore plus nombreux à participer à ce challenge bien sympathique.

Les Sybelles Winterfly 2018

publié le 22 mars 2018 à 12:17 par Stéphane Lejolivet


On est arrivé au camping de  La Toussuire vendredi soir par beau temps (Romu, Dom, Renaud, Sylvain).

Pizza locale à St Jean de Maurienne et 1ère nuit au camping du col.

Samedi comme prévu on est dans les nuages, poudreuse sans aucune ​visibilité et ski/snowboard pour tout le monde.

Piquenique au chaud avec d'autres groupes dans l'office de tourisme qui nous a très bien accueillis.

Soirée tartiflette en station et 2eme nuit dans notre mobil home tous neuf supers confortables (prendre 6 places pour 4 est raisonnable)

Dimanche à l'ouverture des pistes on monte au déco et on découvre avec intérêt ​les endroits où nous sommes passés la veille et le relief magnifique.

L'organisation a revu tous ses plans pour faire voler.
Mais du déco on ne voit pas l'atterro du Corbier (que nous n'avions pas repéré avant...) et les créneaux avec visibilité se raréfient.
Néanmoins une dizaine de pilotes partent.

Pour les Migrateurs seul le grand Dom b a pu se glisser dans un des derniers créneaux. Après un bon bain de poudre et l'attente d'un peu de visibilité pendant 1/2 heure, décollage parfait et vol correspondant aux infos orales données par Philou au déco.

Pour les autres, visite de l'atterro de La Toussuire ou l'on aura peut-être l'occasion de poser une autre fois!​

Buffet froid au chaud puis descente au camping et départ. Route un peu pénible pour le retour sur Paris à cause de la neige en bourgogne.

A noter : les dé​cos et atterros du Corbier et de La Toussuire sont utilisables pendant toute la saison.
Un déco Corbier atterro La Toussuire est faisable mais tout juste (crête un peu haute a passer)

A refaire par beau temps...

Sortie des Migrateurs du lundi 5 mars.

publié le 22 mars 2018 à 12:07 par Stéphane Lejolivet

Pour ce lundi 5 mars 2018, Les prévisions nous donnaient l'embarras du choix.
Prévision S-SE à Grenois 15-20 km/h faiblissant, pas trop mal pour ce site sud qui a une bonne tolérance de SW à SE.
Prévision SE à Saint Martin 20-30 km/h passant léger S-SE en faiblissant.
Prévision Sud à Massigny 20-25 km/h. On irait bien pour découvrir ce site.

On se décide pour Saint Martin. Ainsi on s'est retrouvé à 6 pilotes, quatre partent de Villebon-2 : Pierre l'acrobate, Alain Roulé-Boulé, Raymond et Dider. Deux sont récupérer à Villabé : Etienne et Dominique Le Zébre.

Arrivé sur place vers 12 heure, on a le site pour nous tout seul, pas une âme qui vol. Un petit tour à l'atterro avant de monter au déco : Etienne et Raymond ne connaissent pas le site. Le vent y est plein Est avec un bon 10-15. Cela nous inquiète un peu, aurait-il fallu aller à Bar ?

Arrivé au déco le vent y est quasi face ! En ben non, finalement on ne s’est pas trompé de site.

Pierre après avoir grimpé dans l'arbre pour démêler la biroute, décolle pour nous dire que la masse d'air est nickel. Il se repose au déco rapidement pour changer de sellette. Deux avions de chasse nous passe devant pour nous rappeler qu'ils n'utisent pas que le réseau AZ-BA. Il y en aura plusieurs passages dans la journée.

Rapidement le Zébre décolle tout en bas du déco car le vent est tonique. On se retrouve vite en l'air sauf Raymond et Etienne que leur sagesse leur suggère d'attendre : que le vent faiblisse pour Raymond, de voir si la masse d'air est fréquentable pour Etienne.

Pour ce premier vol, l'omniprésence de l'activité thermique nous monte rapidement jusqu’à 500 au-dessus du plateau dans une dérive pas si forte que ça. Tous se laissent décaler, même Etienne qui ne sait pas encore que pour son premier vol à Saint Martin il est verni : c'est du grand Saint Martin digne d'une belle journée d'été. On a gagné 15 °C par rapport à mercredi dernier à Rigny le Ferron.

On ne pourra pas déclarer de vol de groupe car seul Pierre dépasse ric-rac les 15 km après avoir percé l'inversion dans du +3,0 m/s. Avec ces 1000 mètres/mer le plafond est bien bas.

Quasiment tout le monde revient en stop : pour moi 3 voitures pour faire 6 km, Etienne dit qu'il va essayer de trouver un tracteur...Pour Le Zébre et son légendaire sens de l'orientation, c'est l’aventure à l'état pur : il revient à pieds par le sud alors qu'il s'est posé quelques centaines de mètres au nord ! Çà frise même "Délivrance" dans une forêt à l'ouest du déco. On en comprendrait presque mieux ses aventures de récup à Saint André : quasi noyade dans les ruisseaux, combe cul-de sac, la nuit qui arrive avant l'heure, hameaux sans connexion Internet ...!

Entre temps Raymond a décollé et les Ailes Tonnerrois sont arrivés. Après les avoir salué et donné la bise à Véronique, tout le monde redécolle pour voler jusqu'au soir dans un thermo dynamique généreux.

Sur la route on rencontre un bistrotier œnologue qui propose 3 trois types de pression : un record pour une petite ville comme Tonnerre.

Didier

Vol du mercredi 21 février

publié le 3 mars 2018 à 08:21 par Stéphane Lejolivet

Au départ c'était Chamery qui était envisagé car c'était la bas que le vent semblait le plus fréquentable sur tout le nord de la Loire, pour ce mercredi 21 février 2018.

Finalement comme la base des cumulus n'est pas très haut, et que Rigny c'est moins loin, c'est Rigny le Ferron qui devient la destination.

Sur place je rencontre 2 pilotes qui finalement ne volerons pas, le modèle GFS à raison : c'est soutenu.

A 12h30 je décolle de tout en bas et monte de 150 mètres en directivisme dans un dynamique bien musclé par les thermiques à +1,5. Dans les accélérations j'avance à 5 km/heure et au bout de 5 minutes je me laisse emporté dans du +2. Posant à 3 km derrière je reviens en stop par apprendre qu'un des 2 pilotes qui était sur place était venu me chercher !
Je repart vers 13h30 et rebelote, l'instabilité annoncée par les émagrammes est bien là, le vent aussi : une ou deux  tendance à reculer ont eu lieu : rigolo de voir le gps passer par zéro avant de remonter sur un coup d'accélérateur. Je décide toutefois de me poser, et pour cela j'avance nettement par rapport à la pente. Finalement ca veut pas descendre et du +2 me catapulte à 450 mètres. Ça ne se refuse pas ! Je pose à 6 km dernière sans avoir réussi à accrocher un seul nuage.

Sympathiques vols divers toutefois.

Didier

Sortie accompagnée du 17 février 2018

publié le 19 févr. 2018 à 13:18 par Stéphane Lejolivet

Nous étions une douzaine de migrateurs à partir de Villebon sur Yvette , vers 9h30 pour aller sur le site des deux Amants.
Arrivés sur place, vers 11heures, six migrateurs sont déjà là, ils nous attendent. On casse la croûte. Briefing à l'atterrissage et au décollage, c'est le premier vol pour quelques-uns sur ce site. Il y a de ce fait beaucoup de questions et de réponses.
Le ciel bleu est présent mais le vent est faible.
Qu'à cela ne tienne, on va voler quand même en attendant un hypothétique vent qui ne viendra pas ou très peu, parfois même arrière par moments. De trois à quatre vols (ploufs) pour chacun , seulement des créneaux de quelques minutes pour les plus chanceux.
Les premières chaleurs de ce temps printanier ont donné de la bonne humeur à tout le groupe et ce fut une journée très agréable
 à vivre !
Roulé-Boulé

Sortie à Bar sur Aube du 16 février.

publié le 18 févr. 2018 à 00:25 par Stéphane Lejolivet

 

Ce n'est que vers 16h00 que de petites bulles thermiques dans un dynamique maigrelet permettent de tenir sur le relief. Les Migrateurs ont décollés à la queue leu-leu et la demi-douzaine des pilotes sur le site ont suivis. Une faiblesse dans le dynamique vers 17h00 dépose tous les pilotes sauf un. Celui-ci arrive à attendre le retour de l'ascendance salvatrice. On décide de rentrer pas trop tard, mais il est probable que çà a volé jusqu’à la nuit.

Les prévisions annonçaient un petit E-NE entre 10 et 15 forcissant vers 16h00 jusqu'a tard dans la nuit. Une bonne instabilité jusqu'à 1200 mètres AMSL (1) était prometteuse.
L'absence de Notam sur le site sia.aviation-civile concernant la R5B2 indique que la zone n'est pas active cette semaine (2).

Les prévisions GFS se sont avérées assez justes : le voile a laissé passer le soleil et les petits cumulus ont été peu développés. Le vent a été un peu être moins fort que prévu tout de même.

Nous étions cinq Migrateurs à avoir répondu à l'appel de Bar-sur-Aube : Dominique B, Thierry C, et Didier D au départ de Villebon-2 et Jean-Claude R et Pascal L retrouvés sur place.
Arrivé à midi à Bar on constate pétole à l'attérro, Jean-Claude qui est passé directement par le déco nous confirme que c'est  idem pour lui. Le moral est au plus bas : doit t'on repartir après avoir casse-croûté ?
On se décide à décoller vers 14h30 après avoir vu une buse monter dans une petite ascendance sans dérive. On se fait tous bananer par l'accipitridé et la leçon est sans appel : belle fléchette pour tous. Certain ont même parlé d'un hors terrain. Il y a certainement eu une erreur de parallaxe dans le mesure.
Ce n'est donc qu'a partir de 16h00 que tous a vraiment commencé !

Didier

Sortie club du 12 février 2018 à Eaux-Puiseaux

publié le 13 févr. 2018 à 11:56 par Stéphane Lejolivet   [ mis à jour : 13 févr. 2018 à 12:49 ]

 

Arrivés à 4 (Didier, Etienne, Jacky et moi) vers midi à Eaux-Puiseaux.
Nous sommes les premiers mais rapidement des gens du coin ou de Bar-sur-Aube nous rejoignent.
Après le pique-nique au soleil, nous sortons les voiles.... il manque un peu de vent.
En voulant aller rejoindre Jean-Claude qui a garé sa voiture en bas, je prolonge un peu le vol, remonte au-dessus du décollage puis finis par me poser pour remonter la pente avec Jean-Claude.
Finalement le vent n’a pas été aussi généreux que prévu...... par contre la gadoue était bien au rendez-vous !
Journée bien sympathique malgré tout !
Françoise L.

Vol & Ski 2018

publié le 7 janv. 2018 à 12:16 par Stéphane Lejolivet

Nouvelle année, nouvelle saison de vol&ski !
Et ça commence le we prochain aux Saisies.
Pour ceux qui se poseraient la question il n'est pas nécessaire d'avoir l'option compétiteur ou même le brevet de pilote pour y participer. Cependant être complètement autonome au déco et à l'atterro est plus que recommandé.
Côté niveau de ski, savoir descendre une piste rouge sans bâtons peut être utile...

1-10 of 45