Ils les ont dites ces PAROLES de CHEFS:  déclarations sincères, propagande ou aveuglement? 
Lisez les 15 plus étonnantes pour commencer.   Une sélection de 47 ensuite, replacées dans leur contexte. 
 2571. La guerre, l’art de tuer en grand et de faire avec gloire ce qui -fait en petit- conduit à la potence. Jean-Henri FABRE  1898
 2579. La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires.
CLEMENCEAU 1886
 2590. Mon centre cède, ma droite recule. Situation excellente, j’attaque.  FOCH  06/09/1914 
 2589. Une troupe qui ne peut plus avancer devra .. se faire tuer sur place plutôt que de reculer. JOFFRE  06/09/1914 
2581. Rien ne brisera, devant l’ennemi, l’union sacrée. POINCARÉ  04/08/1914 
2606. Politique intérieure? Je fais la guerre. Politique étrangère? Je fais la guerre. Je fais toujours la guerre. 
CLEMENCEAU  08/03/1918  
2580. La mobilisation n’est pas la guerre.
 POINCARÉ  01/08/1914
2597. Courage ! On les aura !  PÉTAIN  10/04/1916
2596. Ils ne passeront pas. 
NIVELLE  1916  
2611. Je trouve que c’est une victoire, parce que j’en suis sorti vivant. DORGELÈS  1919 
 2586. Je tordrai les Boches avant deux mois.  JOFFRE  11/1914
2591. Je les grignote.  JOFFRE  29/10/1914
2598. Nous romprons le front allemand quand nous voudrons. NIVELLE  13/01/1917
 2608. Accepter l’idée d’une défaite, c’est être vaincu. FOCH  26/03/1918
 2607. L’Allemagne peut être battue, l’Allemagne doit être battue, l’Allemagne sera battue.  PERSHING  26/03/1918


47 Citations historiques n°2570 à n°2616  (sourcehttp://www.herodote.net/Textes/citations_14_18.pdf d'après Michèle Ressi, L’Histoire de France en 1000 citations, Eyrolles, 2011)

2570. « C’est la plus monumentale ânerie que le monde ait jamais faite. »
Maréchal LYAUTEY
LYAUTEY (1854-1934)
Histoire de la Troisième République (1952), Jacques Chastenet
Tel est son avis, au déclenchement du conflit. Résident général au Maroc, chargé de la pacification
du pays rendue alors plus difficile encore, il sera ministre de la Guerre quelques mois, dans le cabinet
Briand. Par le jeu des alliances, des intérêts et des déclarations de guerre échelonnées sur trois ans,
la guerre va devenir européenne, toucher l’Afrique et l’Asie, et, avec la participation des États-Unis
d’Amérique en 1917, se transformer en guerre mondiale pour la première fois dans l’histoire. 65 millions
de soldats s’affronteront dans ce qu’on appelle la Grande Guerre.

2571. « La guerre, l’art de tuer en grand et de faire avec gloire ce qui,
fait en petit, conduit à la potence. »
Jean-Henri FABRE
FABRE (1823-1915), Souvenirs entomologiques (posthume, 1898)
Ce grand savant, mort à 92 ans, pense à « sa » guerre, celle de 1870 qui fit « seulement » 120 000 morts
français et 130 000 morts allemands. La Première Guerre mondiale fera en tout 8,5 millions de morts
militaires – dont 1,3 français – et 20,5 millions de blessés.

2572. « Pourvu que les civils tiennent ! »
Jean-Louis FORAIN
FORAIN (1852-1931), légende d’une caricature
La Guerre libératrice (1918), Alexandre Millerand
Propos souvent répété pendant la guerre de 1914-1918 : ironie, certes, mais dans un pays en guerre, le
moral de l’arrière est aussi important que celui du front. Il varie beaucoup, passant du meilleur au pire
(en 1917), avant de se ressaisir. Presque tous les pays connaissent à peu près en même temps cette
évolution. Au total, 10 millions de civils périront directement ou indirectement de cette guerre.

2573. « Que ceux déjà qui m’en veulent se représentent
ce que fut la guerre pour tant de très jeunes garçons :
quatre ans de grandes vacances. »
Raymond RADIGUET
RADIGUET (1903-1923), Le Diable au corps (1923)
Ce roman de Radiguet, mort à 20 ans l’année même de la publication et du très grand succès de cette
oeuvre, est le récit d’une passion d’adolescent sur fond de guerre : le héros est l’amant d’une très jeune
femme dont le mari se bat au front. Le roman fera scandale, pour cela surtout.

2574. « Ah Dieu ! que la guerre est jolie
Avec ses chants, ses longs loisirs. »
Guillaume APOLLINAIRE
APOLLINAIRE (1880-1918), Calligrammes, « L’Adieu du cavalier » (1918)
Le poète s’engage en décembre 1914. Blessé d’un éclat d’obus à la tempe le 17 mars 1916, évacué,
trépané, il ira d’hôpital en hôpital, continuant d’écrire, et mourra deux jours avant la fin de la guerre, le
9 novembre 1918, victime de la grande épidémie de grippe espagnole.

2575. « La guerre […]
Je vois des ruines, de la boue, des files d’hommes fourbus,
des bistrots où l’on se bat pour des litres de vin,
des gendarmes aux aguets, des troncs d’arbres déchiquetés
et des croix de bois, des croix, des croix. »
Roland DORGELÈS
DORGELÈS (1885-1973), Les Croix de bois (1919)
Engagé volontaire, il donne ce témoignage simple et vécu de la vie des tranchées : un des plus gros
succès d’après guerre de cette littérature de guerre.
14-18 reste dans l’histoire comme une interminable guerre de tranchées où les soldats, en majorité
paysans, luttèrent pied à pied dans la terre, pour leur terre.

2576. « Ce ne sont pas des soldats : ce sont des hommes. Ce ne sont pas
des aventuriers, des guerriers, faits pour la boucherie humaine […]
Ce sont des laboureurs et des ouvriers qu’on reconnaît dans leurs
uniformes. Ce sont des civils déracinés. »
Henri BARBUSSE
BARBUSSE (1873-1935), Le Feu, journal d’une escouade (1916)
Impossible de ne pas rapprocher Barbusse de Dorgelès : autre engagé volontaire, autre témoignage
sur la vie des tranchées, autre succès – et prix Goncourt en 1917. Barbusse, idéaliste exalté, militant
communiste bientôt fasciné par la révolution russe de 1917, se rend plusieurs fois à Moscou, où il meurt
en 1935. Le roman soulèvera nombre de protestations : en plus du document terrible sur le cauchemar
monotone de cette guerre, les aspirations pacifistes transparaissent.
La voie est étroite entre le « bourrage de crânes » et la censure qui « doit supprimer tout ce qui tend à
surexciter l’opinion ou à affaiblir le moral de l’armée ou du public », deux phénomènes propres à toute
guerre, mais plus accentués dans ce conflit qui s’éternise sur quatre ans. Le journal d’opposition de
Clemenceau, L’Homme libre, est devenu L’Homme enchaîné au début de la guerre : façon de dénoncer
la censure, d’ailleurs justifiée – en 1870, on a dit que des batailles furent perdues simplement parce que
l’ennemi a su lire nos journaux !

2577. « J’admire les poilus de la Grande Guerre et je leur en veux
un petit peu. Car ils m’eussent, si c’était possible, réconcilié avec les hommes,
en me donnant de l’humanité une idée meilleure… donc fausse ! »
Georges COURTELINE
COURTELINE (1858-1929), La Philosophie de Georges Courteline (1929)
L’auteur à succès comique le plus applaudi par la génération d’avant 1914, ex-cavalier au 13e régiment
de Chasseurs à Bar-le-Duc, s’est pourtant assez moqué des militaires, des Gaietés de l’escadron (1886)
au Train de 8 h 47 (1891), du capitaine Hurluret et du sergent Flick. Le « poilu » est synonyme de brave
soldat, les poils étant associés à l’idée de virilité.

2578. « L’un d’nous est mort, et mort joyeux
En s’écriant : tout est au mieux !
Voilà ma tombe toute préparée
Dans la tranchée. »
Théodore Botrel
BOTREL (1868-1925), Rosalie, chanson
À la déclaration de guerre, le « petit sergent de Déroulède » comme il se qualifie lui-même part sur le
front pour soutenir le moral des combattants. Voilà le genre de refrain qu’on y chante.
Entre la brève guerre de mouvement des débuts et la grande bataille de France à la fin, la guerre de
tranchées, de fin 1914 à début 1918, se révélera longue et sanglante, toujours épuisante et souvent vaine.

2579. « La guerre !
C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires. »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929)
Soixante Années d’histoire française : Clemenceau (1932), Georges Suarez
À 76 ans, il est appelé à la tête du gouvernement et en dernier recours, par le président Poincaré
(16 novembre 1917). Jusque-là, le Tigre s’est tenu à l’écart, accablant de sarcasmes les chefs civils et
militaires : très opposé à la dictature de fait du maréchal Joffre, le grand homme de la France jusqu’en
1916, comme aux ministres de la Guerre qui se succèdent – Millerand le premier, qui couvrait Joffre sans
le contrôler.
Désormais, plus question de laisser carte blanche au général en chef ! À la tête d’une France fatiguée,
divisée, à bout de nerfs et de guerre, et devenue défaitiste par lassitude, il saura imposer son autorité,
à l’armée comme au pays et méritera son nouveau surnom de Père la Victoire.
Chronique (1914-1918)

2580. « La mobilisation n’est pas la guerre. »
Raymond POINCARÉ
POINCARÉ (1860-1934), Appel au pays, 1er août 1914
Dictionnaire de français Larousse, au mot « mobilisation »
Le président de la République fait afficher cet appel sur les murs des communes de France, en même
temps que l’ordre de mobilisation générale. « Poincaré-la-Guerre » a poussé le gouvernement russe
à faire preuve de fermeté sur les Balkans, face à l’Autriche. Surestimant la puissance du « rouleau
compresseur » de notre allié russe, il pense reconquérir l’Alsace-Lorraine en quelques semaines.
Cette croyance en une guerre courte prévaut en France, mais aussi en Allemagne. Dès juillet 1914, 170 000
hommes stationnés en Afrique du Nord ont été rappelés. À la mi-août, ils seront plus de 4 millions sous
les drapeaux. Pratiquement pas d’insoumis ni de réfractaires au service militaire, contrairement aux
craintes du gouvernement. Ne pas confondre avec les déserteurs (et les mutins), autre statut, autre
réalité tragique, trois ans plus tard.

2581. « Dans la guerre qui s’engage, la France […] sera héroïquement
défendue par tous ses fils dont rien ne brisera, devant l’ennemi,
l’union sacrée. »
Raymond POINCARÉ
POINCARÉ (1860-1934), Message aux Chambres, 4 août 1914
La République souveraine : la vie politique en France, 1879-1939 (2002), René Rémond
L’Allemagne a déclaré la guerre à la France le 3 août, envahissant la Belgique pour arriver aux frontières
françaises : selon le chancelier allemand Bethmann-Hollweg, le traité international garantissant
la neutralité de ce pays n’était qu’un « chiffon de papier ». La violation de la Belgique, en exposant
directement les côtes anglaises, a pour effet de pousser cet allié à entrer en guerre.
La guerre va bouleverser l’échiquier politique en France. L’« union sacrée », c’est le gouvernement qui
élargit sa base, avec l’arrivée de ministres socialistes ; c’est surtout la volonté de tous les Français de
servir la patrie : royalistes, princes d’Orléans et princes Bonaparte s’engagent, tout comme les militants
d’extrême gauche, hier encore pacifistes et internationalistes.

2582. « C’est pour notre indépendance
Que l’on march’ sans défaillance,
Comme si c’était le grand soir,
Que l’on soit syndicaliste,
Anarcho ou socialiste,
Tout chacun fait son devoir. »
Montéhus
MONTÉHUS (1872-1952), Lettre d’un socialo, chanson
Même les plus pacifistes, comme le chansonnier Montéhus, ont perdu leurs illusions sur les socialistes
allemands – avec qui Jean Jaurès, jusqu’aux derniers jours avant sa mort, tenta de conclure une entente
pour faire « la guerre à la guerre ».
C’est donc bien l’unité nationale retrouvée : « Qu’il sach’ que dans la fournaise / Nous chantons La
Marseillaise / Car dans ces terribles jours / On laisse L’Internationale / Pour la victoire finale / On la
chantera au retour ! »

2583. « Une chanson suffit au soldat français, pourvu qu’elle ait des ailes. »
Édouard HERRIOT
HERRIOT (1872-1957), Lettre à Mayol
Mémoires de Mayol (1929), Félix Mayol, Charles Cluny
Célèbre maire de Lyon, radical depuis l’affaire Dreyfus, sénateur en 1914, il rend hommage à ce répertoire
patriotique, de Madelon en Père la Victoire. Il rend aussi hommage à l’artiste patriote, dans une lettre
émouvante : « Quel carnet de route vaudrait le vôtre, cher Monsieur Mayol ? Tout le long de votre chemin,
vous mettez au coeur du soldat français cette gaîté, qui est la fleur charmante du courage. Une chanson
suffit au soldat français, pourvu qu’elle ait des ailes, et la chanson de notre temps, c’est vous qui l’avez
le mieux exprimée. Je savais tout votre talent, vous m’avez fait connaître la générosité de votre grand
coeur et l’ardeur de votre patriotisme… Merci ! »

2584. « Des entrailles du peuple, comme des profondeurs
de la petite et grande bourgeoisie, des milliers de jeunes gens,
tous plus ardents les uns que les autres, quittant leur famille,
sans faiblesse et sans hésitation, ont rallié leurs régiments,
mettant leur vie au service de la Patrie en danger. »
L’Humanité, 10 août 1914
La Prophétie de Golgotha (2007), Jean-Michel Riou
L’élan de patriotisme frappe tous les témoins. Même ce journal du Parti socialiste, hier encore champion
du pacifisme à la Jaurès, s’en fait écho aujourd’hui. C’est seulement en 1917 que la lassitude l’emportera,
d’où défaitisme, désertions, mutineries, grèves.

2585. « Taisez-vous ! Méfiez-vous ! Des oreilles ennemies vous écoutent. »
Alexandre MILLERAND
MILLERAND (1859-1943)
Avant l’oubli : la vie de 1900 à 1940 (1987), Édouard Bonnefous
Ministre de la Guerre, il fait placarder des affiches avec ces exhortations – formules reprises à la Seconde
Guerre mondiale. À côté de Millerand, socialiste qui enfreint dès 1899 la règle de non-participation à
tout ministère bourgeois, apparaissent deux membres du Parti socialiste : Marcel Sembat aux Travaux
publics et surtout Jules Guesde, ministre d’État. Lui, le « socialisme fait homme », représentant du
courant pur et dur qui a triomphé au Parti et imposé à Jaurès lui-même la non-participation, le voilà
pour deux ans au gouvernement, défendant des positions nationalistes. C’est l’un des plus évidents
symboles de l’« union sacrée », devant la patrie en danger.

2586. « Je tordrai les Boches avant deux mois. »
Généralissime JOFFRE
JOFFRE (1852-1931), août 1914
G.Q.G., secteur 1 : trois ans au Grand quartier général (1920), Jean de Pierrefeu
Généralissime (chef suprême des armées en guerre et commandant à tous les généraux), tel est son
titre. La croyance en une guerre courte prévaut en France, comme en Allemagne – qui a déclaré la
guerre, le 3 août. Et tout commence par une guerre de mouvement.
Ces mots, souvent cités, font aussi partie de la propagande. Joffre a élaboré le plan français (plan
XVII) : se fiant aux forces morales et aux baïonnettes, il prévoit la défense de l’Est. Mais la bataille des
frontières va se dérouler selon le plan allemand (plan Schlieffen) : gros effectifs et artillerie lourde
pour la tactique, et pour la stratégie, invasion de la Belgique. Selon le chancelier allemand Bethmann-
Hollweg, le traité international garantissant la neutralité de ce pays n’est qu’un « chiffon de papier ».
D’où l’attaque de la France par le nord, et le contournement des défenses françaises.

2587. « La méprisable petite armée du général French. »
GUILLAUME II
GUILLAUME II (1859-1941), Ordre du jour à Aix-la-Chapelle, 19 août 1914
Pages d’histoire, 1914-1918, La Folie allemande (1914), Paul Verrier
L’empereur d’Allemagne a nié la paternité de ces mots. Mais le Times cite la phrase complète (2 octobre
1914), l’Angleterre étant également concernée, car directement menacée, donc obligée d'entrer en
guerre avec la France. « C’est mon commandement impérial et royal, que vous concentriez vos énergies
pour le présent vers la poursuite d’un but unique, à savoir que vous mettiez en oeuvre votre habileté et
toute la valeur de mes soldats pour exterminer tout d’abord l’Anglais félon et bousculer et annihiler la
méprisable petite armée du général French. »
Grâce à son effort militaire, la France a pu aligner presque autant de divisions que l’Allemagne (plus
peuplée). Mais nos soldats sont moins entraînés, moins disciplinés, mal équipés (uniformes trop voyants,
manque d’artillerie lourde). Après la bataille des Ardennes et de Charleroi – bataille des frontières
perdue –, Joffre renonce au plan XVII et à l’« offensive à tout prix ». Il fait limoger plus de cent généraux
– nommés à des postes dans des villes de l’arrière, comme Limoges – et ordonne le repli stratégique
des troupes au nord de Paris, pour éviter l’enveloppement.

588. « Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre !
Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés ! »
Charles PÉGUY
PÉGUY (1873-1914), Ève (1914)
Deux derniers alexandrins d’un poème qui en compte quelque 8 000. Le poète appelle de tous ses
voeux et de tous ses vers la « génération de la revanche ». Lieutenant, il tombe à la tête d’une compagnie
d’infanterie, frappé d’une balle au front, à Villeroy, le 5 septembre, veille de la bataille de la Marne.

2589. « Une troupe qui ne peut plus avancer devra coûte que coûte
garder le terrain conquis et se faire tuer sur place
plutôt que de reculer. »
Généralissime JOFFRE
JOFFRE (1852-1931), Proclamation du 6 septembre 1914
Du lycée aux tranchées : guerre franco-allemande, 1914-1916 (1916), Jules Chancel
Ordre du jour resté célèbre. Une inflexibilité qui se passe de commentaire, suivie de cette simple phrase
sur la discipline militaire : « Dans les circonstances actuelles, aucune défaillance ne peut être tolérée. »
Après le recul terrible du mois d’août et l’envahissement du nord-est de la France, la (première) bataille
de la Marne va se dérouler du 6 au 9 septembre. Joffre et Gallieni (nommé gouverneur de Paris) vont
retourner la situation.

2590. « Mon centre cède, ma droite recule, situation excellente,
j’attaque. »
Général FOCH
FOCH (1851-1929), Message au GQG (Grand Quartier Général),
pendant la première bataille de la Marne, du 6 au 9 septembre 1914
Le Maréchal Foch (1918), Contamine de Latour
Pour Foch, une bataille se perd moralement, mais se gagne de même : « Une bataille gagnée, c’est une
bataille dans laquelle on ne veut pas s’avouer vaincu. » La défaite semblait certaine. Il la refuse. D’où ce
télégraphe envoyé à Joffre.
Au moment le plus critique, le généralissime l’a mis à la tête de la IXe armée. Quatre jours de bataille
acharnée, auxquels participent les fameux taxis de la Marne : 1 100 chauffeurs réquisitionnés ont conduit
sur le front 5 000 hommes de la 7e DI (division d’infanterie). Le Trésor public versera 70 102 francs à la
compagnie des taxis G7, appartenant au comte André Walewski (petit-fils de Napoléon Ier) : c’est lui qui
a qui a eu l’idée de cette opération, parfaitement menée par Gallieni, gouverneur de Paris.
Cette victoire sauve de justesse la capitale de l’assaut allemand, et redonne tout son prestige à Joffre.

2591. « Je les grignote. »
Généralissime JOFFRE
Lors d’un déjeuner au Grand Quartier Général, à un convive lui demandant ses intentions,
alors que la guerre de mouvement semblait abandonnée
JOFFRE (1852-1931), réponse laconique, citée dans Le Journal du 29 octobre 1914
Histoire générale et anecdotique de la guerre de 1914 (1920), Jean-Bernard
Joffre faisait souvent cette réponse, parlant de ses ennemis, et pour justifier ses offensives.
La guerre de tranchées va commencer, guerre d’usure sur des fronts de centaines de kilomètres,
réseaux ininterrompus de tranchées et d’abris. Le « grignotage », nouvelle forme de guerre à laquelle
ni les hommes ni le matériel ne sont préparés, c’est l’opération de percée sans cesse à recommencer,
une tranchée conquise menant à une autre, reconstituée cent mètres plus loin. Aucune manoeuvre de
débordement réciproque n’est plus possible et le front se solidifie de proche en proche, vers le nord,
jusqu’à la mer.

2592. « Je vais chanter le bois fameux
Où chaque soir, dans l’air brumeux,
Rode le Boche venimeux
À l’oeil de traître,
Où nos poilus au coeur altier
Contre ce bandit de métier
Se sont battus sans lâcher pied
Au Bois le Prêtre. »
Lucien Boyer
BOYER (1876-1942), Au Bois le Prêtre (1915), chanson
Destinée à maintenir le moral des troupes, cette chanson évoque un épisode de l’interminable guerre de
tranchées. Le front s’étend de Craonne (dans l’Aisne) à l’Argonne (aux confins des Ardennes, de la Meuse
et de la Marne). La France est occupée, en ses plus riches provinces, et c’est elle qui doit reconquérir
sa terre perdue. Le Bois le Prêtre est, avec les Éparges, un des points de l’Argonne témoin des combats
les plus acharnés, en cette année 1915. « Après la guerre nous irons / Et nous nous agenouillerons / Sur
chaque croix, nous écrirons / En grosses lettres : / Ci-gît un gars plein d’avenir / Qui sans un mot, sans
un soupir / Pour la France est tombé martyr / Au Bois le Prêtre. »

2593. « Debout les morts ! »
Adjudant PÉRICARD
PÉRICARD (1876-1944) du 95e RI (régiment d’infanterie), 8 avril 1915
Fait rapporté par Maurice Barrès, L’Écho de Paris du 18 novembre 1915
Dans l’attaque de la Woëvre (plaine à l’ouest de la Lorraine), les Allemands ont envahi la tranchée, les
soldats français gisent à terre. De cet amas de blessés et de cadavres, soudain un homme se soulève
et crie. À cet appel, les blessés se redressent et chassent l’envahisseur.
Par cette citation épique et mystique, l’adjudant de 36 ans, engagé volontaire, entre dans la légende
en héros. Durant l’entre-deux-guerres, devenu père de dix enfants, c’est un « ancien combattant » qui
réunit 6 000 témoignages de poilus, dans un ouvrage collectif : Verdun 1914-1918.
Joffre doit rompre le front pour reprendre la guerre de mouvement en terrain libre, et il multiplie les
attaques. Bilan des opérations, en 1915 : 250 000 morts français (autant de blessés et de prisonniers),
pour des gains de terrain insignifiants : « Je les grignote. »

2594. « La faillite de la deuxième Internationale
a prouvé que le prolétariat était déterminé par autre chose encore
que sa condition économique et qu’il avait une patrie,
contrairement à la fameuse formule. »
Albert CAMUS
CAMUS (1913-1960), L’Homme révolté (1951)
La « fameuse formule » se trouve dans le Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels (1848) : « Les
ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut donc leur ravir ce qu’ils n’ont pas. »
Pendant cette guerre de 1914-1918, les leaders socialistes (Russes et Serbes exceptés) votent les
crédits militaires demandés par les « gouvernements bourgeois ». La deuxième Internationale, fondée
au congrès de Paris en 1889 par les partis socialistes et sociaux-démocrates de l’Europe, éclate en
deux temps (septembre 1915 et avril 1916) et divers mouvements, la minorité socialiste internationaliste
critiquant la majorité « socialiste chauvine », avant de se diviser à son tour en courants, celui de gauche
(Lénine) appelant à la « transformation de la guerre capitaliste en guerre civile ».

2595. « Verdun est le coeur de la France. »
GUILLAUME II
GUILLAUME II (1859-1941), empereur d’Allemagne, 14 février 1916
L’Épopée de Verdun, 1917 (1917), Gaston Jollivet
1916. Nouvelle année de batailles indécises et sanglantes, dont le plus terrible exemple est Verdun. Le
général en chef allemand Falkenhayn a décidé de s’en emparer. Et le Kaiser adresse à ses troupes une
proclamation glorifiant l’attaque imminente : « Moi, Guillaume, je vois la Patrie allemande contrainte à
l’offensive. Le peuple veut la paix ; mais pour établir la paix, il faut savoir clore la guerre par une bataille
décisive. C’est à Verdun, coeur de la France, que vous cueillerez le fruit de vos peines. »
Pourquoi, Verdun ? Il y a bien des raisons : tactiques, stratégiques, logistiques, politiques. Et
psychologiques. La prise de Verdun, ce serait l’effondrement du moral de l’armée française : « Verdun
n’est pas seulement la grande forteresse de l’Est destinée à barrer la route à l’invasion, c’est le boulevard
moral de la France », dira le maréchal Pétain.

2596. « Ils ne passeront pas. »
Défi des français face aux Allemands, à Verdun
Verdun 1916 (2006), Malcolm Brown
L’offensive allemande sur Verdun, menée par le Kronprinz Frédéric-Guillaume, fils aîné du Kaiser
Guillaume II, commence le 21 février 1916. Ses canons et mortiers sont très supérieurs aux nôtres, il
a l’initiative, le premier choc est terrible – un déluge de feu – et le fort de Douaumont est pris par
surprise. Mais Joffre réagit, fait appel à Pétain, la percée allemande échoue, et on se retrouve face à
face, dans une guerre d’usure.
Cette résistance proclamée, c’est d’ailleurs la réaction espérée par les Allemands : voulant à tout prix
défendre ce « coeur de la France », l’armée française va épuiser toutes ses forces et l’Allemagne gagnera.
Elle ne gagnera pas, et « ils ne passeront pas », mais à quel prix ! Verdun demeure la bataille qui symbolise
l’horreur de la Grande Guerre, dramatiquement coûteuse en hommes, ici Français contre Allemands.
C’est aussi un tournant dans ce premier conflit mondial, avec une industrialisation très poussée, pour
une technologie toujours plus meurtrière : obus et canons, lance-flammes et gaz asphyxiants.

2597. « Courage ! On les aura ! »
Général PÉTAIN
PÉTAIN (1856-1851), derniers mots de l’Ordre du jour rédigé le 10 avril 1916
Verdun, 1914-1918 (1996), Alain Denizot
Ce n’est pas sans mal et sans morts que Pétain va défendre Verdun !
Commandant de la IIe armée, il prend la direction des opérations après la première offensive allemande,
réorganise le commandement, et le ravitaillement des troupes par la Voie sacrée (qui relie Verdun à
Bar-le-Duc). L’équilibre des forces est rétabli, et la brèche colmatée. Il redonne confiance aux « poilus »,
et même s’il n’obtient pas les renforts demandés, il impose que les troupes soient périodiquement
remplacées - c’est le système du « tourniquet », en vertu de quoi 70 % de l’armée française a « fait »
Verdun.
Dix mois de batailles de tranchées, chaque jour 500 000 obus de la Ve armée allemande pour « saigner
à blanc l’armée française », 80 % des pertes venant de l’artillerie. Chaque unité perdra plus de la moitié
de ses effectifs – 162 000 morts et 216 000 blessés, côté français. La saignée est comparable, chez
l’ennemi.
Dans l’« enfer de Verdun » - le mot est juste -, la résistance française devient aux yeux du monde un
exemple d’héroïsme et de ténacité, demeurant une page de l’histoire de France et un symbole pour des
générations. Cependant que Pétain reste comme le vainqueur de Verdun. Mais pour « avoir » ainsi les
Allemands, la guerre d’usure a dépassé les forces physiques, morales, militaires du pays.

2598. « Nous romprons le front allemand quand nous voudrons. »
Général NIVELLE
NIVELLE (1856-1924), promesse en date du 13 janvier 1917
1917 en Europe : l’année impossible (1997), Jean-Jacques Becker
Nivelle est promu commandant en chef (décembre 1916), remplaçant Joffre – nommé maréchal de
France, mais très critiqué par les milieux politiques et sacrifié par le cabinet Briand, après la bataille de
la Somme. Cette énorme offensive franco-anglaise sera très coûteuse en hommes et en matériel lourd,
pour un résultat minime, comme Verdun.
Le pays perd confiance, et des rapports signalent un fléchissement du moral dans l’armée. Nivelle fait
croire à une fin de guerre rapide : partisan de la guerre offensive (comme Joffre), il supplante Foch et
Pétain – pour quelques mois seulement.
Cette note est rédigée lors d’une réunion à Londres, pour gagner à sa cause le cabinet anglais. La phrase
commence par une condition et se termine par une promesse : « À condition de ne pas nous attaquer
au point le plus fort et de faire l’opération par surprise, nous romprons le front allemand quand nous
voudrons. Il y aura alors une splendide moisson de gloire pour les armées britannique et française. »
Malheureusement, Nivelle se lance dans la bataille, sans prendre en compte les particularités du lieu,
ni le repositionnement des lignes ennemies, ni le brouillard qui gêne le réglage des tirs d’artillerie. La
bataille est perdue en une heure, mais il s’obstine à envoyer l’infanterie au front.

2599. « Ceux qu’ont l’pognon, ceux-là r’viendront,
Car c’est pour eux qu’on crève.
Mais c’est fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève.
Ce s’ra votre tour, messieurs les gros,
De monter sur l’plateau,
Car si vous voulez la guerre,
Payez-la de votre peau ! »
La Chanson de Craonne, printemps 1917
La Chanson en son temps : de Béranger au juke-box (1969), Georges Coulonges
Anonyme, interdite pour son antimilitarisme, elle dit les souffrances des soldats révoltés contre les
attaques inutiles et meurtrières lancées par des chefs comme Nivelle. Craonne, chef-lieu de canton
de l’Aisne, où Napoléon vainquit Blücher en mars 1814, devient, un siècle après, la tragédie du Chemin
des Dames : 30 000 morts en deux semaines d’avril 1917. La « grève des attaques » commence le 2 mai.
La répression touche quelque 30 000 mutins ou manifestants, d’où 3 427 condamnations, dont 554
à mort et 57 exécutions. Pétain a repris le commandement en chef à Nivelle, limogé le 15 mai. Fin des
offensives inutiles, dès le 19.

2600. « L’artillerie conquiert, l’infanterie occupe. »
Général PÉTAIN
PÉTAIN (1856-1851)
1914-1918 : la Grande Guerre, vécue, racontée, illustrée par les combattants (1922),
publié sous la direction de Christian-Frogé
Cette conception tactique, nouvelle et défensive, condamne la stratégie des offensives incessantes,
devenues insupportables. Pour attaquer, il faut attendre d’en avoir les moyens – surtout en artillerie
lourde. Le nouveau commandant en chef oblige par ailleurs les officiers à se préoccuper davantage du
confort des soldats – indispensable, pour rétablir la confiance. Ce souci d’épargner les hommes n’était
pas la règle.
En mai 1917, comme en février 1916, mais auréolé par la gloire du « vainqueur de Verdun », il restaure
véritablement l’armée française. Dans l’entre-deux-guerres, Pétain sera une légende vivante, qui
promeut un inconnu, Charles de Gaulle. Ils ont la même conviction : l’importance des chars d’assaut ou
tank (artillerie automotrice) dans les guerres du xxe siècle. Enfin, le nouveau commandant en chef agit,
et réagit, avec un mélange de réalisme pratique, de sens humain et de patience politique, attendant les
renforts des États-Unis qui vont renoncer à leur neutralité.

2601. « La France est la frontière de la liberté. »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929) citant ce cri de l’Amérique tant espérée
Clemenceau journaliste (1841-1929) : les combats d’un républicain (2005), Gérard Minart
Lettre de Clemenceau au président américain Coolidge, datée de 1926 : « C’est le territoire français qui
a été scientifiquement ravagé. Trois mortelles années, nous avons attendu cette parole américaine : "La
France est la frontière de la liberté." Trois années de sang et d’argent coulant par tous les pores. »
Le président Wilson, élu en 1912, réélu en 1916, est un neutraliste convaincu. Le peuple américain aussi,
partagé entre une population anglo-saxonne favorable à l’Entente (France et Angleterre), des immigrés
d’origine allemande ou irlandaise qui sont contre, et d’autres, juifs et polonais, qui espèrent la défaite
de la Russie. À plusieurs reprises, Wilson a tenté des médiations entre belligérants, mais la guerre sousmarine
envenime ses rapports avec l’Allemagne de Guillaume II depuis l’affaire du Lusitania : paquebot
britannique torpillé le 7 mai 1915 par un sous-marin allemand dans l’Atlantique, 1 200 victimes, dont
124 Américains.
Le Congrès américain vote enfin la guerre contre les Empires centraux et l’Amérique vient au secours
de la France, se rappelant sa dette historique.

2602. « La Fayette, nous voici ! »
Colonel Charles E. STANTON
STANTON (1859-1933), Cimetière de Picpus (Paris), 4 juillet 1917. Également attribué au général Pershing (1860-1948)
La Fayette, nous voici ! : l’entrée en guerre des États-Unis, avril 1917 (2007), Ministère de la Défense
Phrase prononcée le jour de la fête nationale des États-Unis (Independence Day), sur la tombe de
La Fayette, le héros des deux mondes, général français volontaire dans la guerre d’Indépendance
américaine en 1777.
Et la solidarité franco-américaine va de nouveau jouer, dans la défense de la liberté.
Dès le 28 juin, la première division américaine débarque à Saint-Nazaire : 14 500 hommes, qui seront
365 000 en décembre. Intervention décisive en cette année charnière où tous les pays en guerre sont
en crise (morale, politique, sociale, militaire). L’union sacrée n’est plus ce qu’elle fut. En France, outre
les mutins, 100 000 grévistes protestent en mai-juin contre les salaires trop bas et les prix trop élevés.
Même phénomène en Angleterre, mais le cabinet de guerre formé par Lloyd George est plus fort que
les gouvernements Ribot ou Painlevé en France. L’Italie connaît des émeutes en août, et une forte
propagande neutraliste, d’où effondrement moral et défaite militaire. L’Allemagne a aussi ses 125 000
grévistes dans les usines de munitions, et ses mutineries de marins. Quant à la Russie, elle vit sa grande
révolution, en octobre 1917 : chute du tsar, et armistice signé par les Soviets en décembre.

2603. « Le Parlement est le plus grand organisme qu’on ait inventé pour
commettre des erreurs politiques, mais elles ont l’avantage supérieur
d’être réparables, et ce, dès que le pays en a la volonté. »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929), Sénat, 22 juillet 1917
Discours de guerre (1968), Georges Clemenceau, Société des amis de Clemenceau
Toujours dans l’opposition, il met en cause Malvy, ministre de l’Intérieur depuis le début de la guerre,
accusé de « défaitisme », en l’occurrence de trop de mollesse et de négligence pour réprimer tant
des affaires de trahison caractérisées que des menées pacifistes. Clemenceau se pose en recours. Et
Poincaré va se résoudre à appeler l’homme de la dernière chance pour une France fatiguée, divisée, à
bout de nerfs et de guerre.

2604. « Nous voulons vaincre pour être justes. »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929), Chambre des députés, Déclaration ministérielle du 20 novembre 1917
Discours de guerre (1968), Georges Clemenceau, Société des amis de Clemenceau
Appelé à 76 ans par Poincaré, le 16 novembre, il forme un nouveau gouvernement, accepté par une
très forte majorité de députés, le 20 novembre. Clemenceau le « tombeur de ministères », le « Tigre »
va devenir le « Père la Victoire », exerçant une véritable dictature, avec suprématie du pouvoir civil sur
le militaire. Il incarne une république jacobine, au patriotisme ardent, animé par la volonté de se battre
jusqu’au bout, mais autrement. Il commence, en décembre, par poursuivre les politiciens défaitistes,
Malvy, mais aussi et surtout Caillaux, ex-président du Conseil, accusé d’intelligence avec l’ennemi.

2605. « Sur le front, les soldats voyaient apparaître un vieil homme au
feutre en bataille, qui brandissait un gourdin et poussait brutalement
les généraux vers la victoire. C’était Georges Clemenceau. »
André MAUROIS
MAUROIS (1885-1967), Terre promise (1946)
L’auteur des Silences du colonel Bramble (1918), agent de liaison auprès de l’armée britannique, évoque
ses souvenirs dans ce livre dont le succès décidera de sa carrière d’écrivain.
Clemenceau, moins terrible que sa légende de Tigre, recherche le contact avec les poilus des tranchées
qui l’appellent affectueusement et simplement le Vieux. Le « vieux Gaulois acharné à défendre le sol et
le génie de notre race », auquel de Gaulle rend hommage dans ses Discours et messages, va restaurer
la confiance dans le pays. Après s’être battu pour l’amnistie des Communards, contre la colonisation
de Jules Ferry, contre Boulanger et le boulangisme, pour Dreyfus et avec Zola, pour la laïcité de l’État,
pour l’ordre et contre les grèves, Clemenceau va mener son dernier grand combat national.

2606. « Ma formule est la même partout. Politique intérieure ? Je fais la
guerre. Politique étrangère ? Je fais la guerre. Je fais toujours la guerre. »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929), Chambre des députés, 8 mars 1918
Le Véritable Clemenceau (1920), Ernest Judet
Il s’exprime, à la tribune : « Moi aussi j’ai le désir de la paix le plus tôt possible et tout le monde la désire,
il serait un grand criminel celui qui aurait une autre pensée, mais il faut savoir ce qu’on veut. Ce n’est
pas en bêlant la paix qu’on fait taire le militarisme prussien. »
Un tel discours, dans un tel moment, ce n’est plus un homme politique qui parle en orateur, mais un
boulet de canon qui vise l’ennemi. Il répond ici à une interpellation d’Émile Constant, au sujet de procès
intentés pour défaitisme et de campagnes de presse menées contre tel ou tel député.
La situation est de nouveau grave, au début de 1918. L’Allemagne, sur le front ouest, a reçu le renfort des
700 000 hommes libérés du front russe (après l’armistice des Soviets). Hindenburg et Ludendorff vont
déclencher la grande bataille de France, sans attendre que l’Entente (France et Angleterre) reçoive la
suite des renforts américains, prévus pour juillet.

2607. « L’Allemagne peut être battue, l’Allemagne doit être battue,
l’Allemagne sera battue. »
Général PERSHING
PERSHING (1860-1948), au généralissime Foch
The Story of General Pershing (2009), Everett Titsworth Tomlinson
Commandant en chef de l’AEF (American Expeditionary Force, corps expéditionnaire américain) à
partir de novembre 1917, il s’adresse à Foch qui reprend le commandement de toutes les forces alliées,
avec l’appui de Clemenceau, le 26 mars 1918.
L’unité de commandement s’imposait, pour contrer l’assaut allemand du 21 mars qui a rompu le front
des alliés sur 50 km, avec une percée « en éventail » créant la poche de Montdidier. Preuve que la guerre
peut encore être perdue ! Mais ce sera un mal pour un bien : l’Amérique accepte de servir sous les
ordres d’une autre armée, avant d’acquérir son autonomie – pour la première fois, et sur une opération
militaire parfaitement organisée, à la bataille du Saillant de Saint-Mihiel, en septembre. Un cimetière
américain y rappelle, depuis, les 4 518 soldats de l’AEF inhumés en Meurthe-et-Moselle.

2608. « Accepter l’idée d’une défaite, c’est être vaincu. »
Généralissime FOCH
FOCH (1851-1929)
100 hommes qui ont fait la France du xxe siècle (2003), Benoît Berthou, Sophie Chautard, Gilbert Guislain
Nommé généralissime des troupes alliées avec l’appui de Clemenceau, après la conférence interalliée
de Doullens, le 26 mars 1918. « La guerre eut désormais une direction et une méthode. Une bataille de
plus de sept mois commençait, qui devait être la dernière et que le généralissime était résolu à ne pas
abandonner » (Jacques Bainville, Histoire de France).

2609. « Je me battrai devant Paris, je me battrai dans Paris,
je me battrai derrière Paris ! »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929), printemps 1918
Les Grandes Heures de la Troisième République (1968), Robert Aron
L’offensive allemande du 27 mai sur le Chemin des Dames (lieu de sanglante mémoire) enfonce en
quelques heures les positions franco-anglaises, fait une avancée de 20 km en un jour, franchit bientôt
l’Aisne et la Marne, créant une nouvelle « poche » de 70 km sur 50.
Foch, un moment contesté, est sauvé par Clemenceau. Et les Alliés reçoivent d’Amérique les renforts
prévus, en hommes et en matériel. D’où la contre-offensive menée par Foch : seconde bataille de la
Marne, déclenchée le 18 juillet. Les chars d’assaut (tanks) sont pour la première fois utilisés à grande
échelle. Ils enfoncent les barbelés allemands en un rien de temps. Cette fois, la victoire est plus rapide
qu’espéré : la guerre d’usure a physiquement et moralement atteint l’armée allemande. Défaite le 8 août
à Montdidier, elle commence une retraite générale. Malgré tout, ce ne sera jamais la débâcle, seulement
le recul pied à pied, sur le terrain peu à peu reconquis.

2610. « La victoire annoncée n’est pas encore venue et le plus terrible
compte de peuple à peuple s’est ouvert : il sera payé. »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929), Discours au Sénat, 17 septembre 1918
1914-1918 : la Grande Guerre, vécue, racontée, illustrée par les combattants (1922), publié sous la direction de Christian-Frogé
Dernier appel au combat du Père la Victoire. Le recul des armées allemandes permet de constater
l’étendue des dévastations : sur l’ensemble du territoire, plus de 800 000 immeubles détruits en tout
ou partie, 54 000 km de routes à refaire, des milliers de ponts à reconstruire.
Le bilan humain est vertigineux. En Europe, la Grande Guerre aura fait 18 millions de morts, 6 millions
d’invalides, plus de 4 millions de veuves et deux fois plus d’orphelins. Le maréchal Lyautey, ministre de
la Guerre pendant quelques mois dans le cabinet Briand, avait dit au déclenchement du conflit : « C’est
la plus monumentale ânerie que le monde ait jamais faite. »

2611. « Je trouve que c’est une victoire, parce que j’en suis sorti vivant. »
Roland DORGELÈS
DORGELÈS (1885-1973), Les Croix de bois (1919)
L’auteur prête ce mot à l’un des héros de retour du front, mutilé et réformé, peu avant l’armistice du
11 novembre 1918. La littérature de guerre va donner beaucoup d’oeuvres, et quelques chefs-d’oeuvre.
Pour les seuls Français, les statistiques de la Grande Guerre se résument en ces chiffres : sur 8,4 millions
de soldats mobilisés, près de 4 millions de blessés (et la moitié deux fois ou plus), parmi lesquels
1 million d’invalides permanents (dont 56 000 amputés, 65 000 mutilés fonctionnels). Et 1,4 million de
morts et disparus, soit 10 % de la population active du pays.
Il faut ajouter la mortalité chez les civils, due aux privations et à l’épidémie de grippe espagnole, qui
double le compte des morts. La France, proportionnellement au nombre d’habitants, est le pays qui a
le plus souffert de la guerre.

2612. « Il me semble qu’à cette heure, en cette heure terrible, grande et
magnifique, mon devoir est accompli […] Au nom du peuple français,
au nom du gouvernement de la République française, j’envoie le salut
de la France une et indivisible à l’Alsace et à la Lorraine retrouvées. »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929), Discours écrit et parlé à la Chambre des députés, 11 novembre 1918
Histoire politique de la Troisième République : la Grande Guerre, 1914-1918 (1967), Georges Bonnefous, Édouard Bonnefous
Le député Paul Deschanel, président de la Chambre, a appelé Clemenceau, qui monte à la tribune
sous les vivats, tire de sa poche un long papier. Et cet homme de 77 ans lit d’une voix claire. Avant de
conclure…

2613. « Honneur à nos grands morts […]
Grâce à eux, la France, hier soldat de Dieu, aujourd’hui
soldat de l’humanité, sera toujours soldat de l’idéal. »
Georges CLEMENCEAU
CLEMENCEAU (1841-1929), Discours écrit et parlé à la Chambre des députés, 11 novembre 1918
Histoire de la Troisième République (1979), Paul Ducatel
Pour la France, c’est le Père la Victoire, qui lui a donné le courage de vaincre. Pour les Alliés, la France
qui a fourni l’effort de guerre essentiel ressort auréolée d’un immense prestige.

2614. « L’armistice vient d’être signé par Lloyd George qui ressemble
à un caniche, par Wilson qui ressemble à un colley
et par Clemenceau qui ressemble à un dogue. »
Jean GIRAUDOUX
GIRAUDOUX (1882-1944), Suzanne et le Pacifique (1921)
Diplomate et romancier, puis auteur dramatique, il fera une longue carrière aux Affaires étrangères de
1910 à 1940. L’armistice est signé le 11 novembre 1918, dans un wagon-salon près de la gare de Rethondes.
Il impose à l’Allemagne l’évacuation des territoires envahis, de la rive gauche du Rhin, ainsi que d’une
zone de 10 km sur la rive droite ; la livraison de matériel de guerre (canons, mitrailleuses, sous-marins,
navires) pour prévenir toute reprise des hostilités ; la restitution immédiate des prisonniers de guerre.
Signé pour 36 jours, l’armistice est reconduit jusqu’à la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919.

2615. « Vous avez gagné la plus grande bataille de l’histoire
et sauvé la cause la plus sacrée, la liberté du monde. »
Maréchal FOCH
FOCH (1851-1929), Ordre du jour aux armées alliées, 12 novembre 1918
Histoire de France contemporaine depuis la Révolution jusqu’à la paix de 1919, volume IX (1922),
Ernest Lavisse, Philippe Sagnac
Foch, généralissime, est promu maréchal, en août 1918. Son ordre du jour est rédigé le 11 novembre
à Senlis, à l’heure même où Clemenceau parle à la Chambre des députés, et publié le 12 novembre :
« Officiers, sous-officiers, soldats des armées alliées, après avoir résolument arrêté l’ennemi, vous l’avez
pendant des mois, avec une foi et une énergie inlassables, attaqué sans répit […] Soyez fiers ! D’une
gloire immortelle vous avez paré vos drapeaux. La postérité vous garde sa reconnaissance. »

2616. « Madelon, ah ! verse à boire,
Et surtout, n’y mets pas d’eau,
C’est pour fêter la victoire,
Joffre, Foch et Clemenceau. »
Lucien Boyer
BOYER (1876-1942), paroles, et Charles Borel-Clerc (1879-1959), musique, La Madelon de la victoire (1918), chanson
Chansons de la revanche et de la Grande Guerre (1985), Madeleine Schmid
Cette chanson à boire, créée en 1919, éclipse presque l’autre Madelon. Clemenceau (ou plutôt
l’administration) confond d’ailleurs les deux chansons, quand il décore par erreur Lucien Boyer de
la Légion d’honneur, le prenant pour l’auteur de Quand Madelon. Créée par Rose Amy et reprise par
Chevalier, La Madelon de la victoire va devenir mondialement célèbre : « Après quatre ans d’espérance /
Tous les peuples alliés / Avec les poilus de France / Font des moissons de lauriers […] / Madelon, emplis
mon verre / Et chante avec les poilus / Nous avons gagné la guerre / Hein, crois-tu qu’on les a eus ! »



Index des noms
Anonyme 2584, 2596, 2599
Guillaume APOLLINAIRE 2574
Henri BARBUSSE 2576
Théodore BOTREL 2578
Lucien BOYER 2592, 2616
Albert CAMUS 2594
Georges CLEMENCEAU 2579, 2601, 2603, 2604, 2606, 2609, 2610, 2612, 2613
Georges COURTELINE 2577
Roland DORGELÈS 2575, 2611
Jean-Henri FABRE 2571
Maréchal FOCH 2590, 2608, 2615
Jean-Louis FORAIN 2572
Jean GIRAUDOUX 2614
GUILLAUME II 2587, 2595
Édouard HERRIOT 2583
Généralissime JOFFRE 2586, 2589, 2591
Maréchal LYAUTEY 2570
André MAUROIS 2605
Alexandre MILLERAND 2585
MONTÉHUS 2582
Général NIVELLE 2598
Charles PÉGUY 2588
Adjudant PÉRICARD 2593
Général PERSHING 2607
Général PÉTAIN 2597, 2600
Raymond POINCARÉ 2580, 2581
Raymond RADIGUET 2573
Colonel Charles E. STANTON 2602
Photo de couverture : George Clemenceau sortant d’une tranchée en compagnie
d’officiers – 15 septembre 1917 © Musée Clemenceau
© 2014 Herodote.net – ISBN 2-9523882-2-9 – Graphisme : gemp.com                   
Date de publication : 29 avril 2014 – version 1.7

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
L’Histoire en citations / Michèle Ressi / Première Guerre mondiale / EXTRAIT / Première Guerre mondiale / 1er août 1914 : Mobilisation générale - 11 novembre 1918 : Armistice
La guerre mobilise tout le pays : l'« Union sacrée » traduit le patriotisme de tous les courants politiques, des princes royalistes et bonapartistes aux militants de l’extrême-gauche hier encore pacifiste et internationaliste.
La guerre de mouvement commence mal : la bataille des frontières se déroule selon le plan allemand. Gallieni, Joffre et Foch réagissent et la bataille de la Marne (6 au 9 septembre 1914) sauve Paris de l’assaut allemand. Mais la France est occupée en ses riches provinces de l’Est et doit reconquérir sa terre, pied à pied.
La longue et sanglante guerre des tranchées culmine à Verdun, le « coeur de la France », tenu par le général Pétain, bombardé durant cinq mois (février-juillet 1916). Au printemps 1917, des mutineries traduisent la lassitude sur le front, en raison d’offensives incessantes et vaines.
L’Amérique entre heureusement en guerre (avril 1917) et vient payer sa dette historique à la France de La Fayette. Le président Poincaré se résout à appeler Clemenceau en dernier recours (novembre 1917). À 76 ans, « le Tigre », le « tombeur de ministères » va gagner son nouveau surnom de « Père la Victoire », au prix d’une véritable dictature politique. En mars 1918, toutes les armées alliées - française, britannique, belge, américaine - sont placées sous le commandement unique du général Foch. La grande bataille de France commence avec le printemps et s’achève par la victoire et l’armistice du 11 novembre 1918.
Cette guerre mondiale aura mobilisé 64 millions de soldats, fait au total près de 20 millions de morts et un peu plus de blessés. La France a terriblement souffert.
Le traité de Versailles (28 juin 1919) lui rendra l’Alsace et la Lorraine. Il lui faut maintenant gagner la paix.
Michèle Ressi, auteur et chercheur au CNRS, a publié une vingtaine de titres – dont L’Histoire de France en 1000 citations (Eyrolles, 2011). L’écriture théâtrale lui a donné le
goût des dialogues, et la passion des citations. CV complet sur Wikipédia.
L’Histoire en citations / Michèle Ressi / Première Guerre mondiale / EXTRAIT / Première Guerre mondiale /   1er août 1914 : Mobilisation générale  -  11 novembre 1918 : Armistice
La guerre mobilise tout le pays : l'« Union sacrée » traduit le patriotisme de tous les courants politiques, des princes royalistes et bonapartistes aux militants de l’extrême-gauche hier encore pacifiste et internationaliste.
La guerre de mouvement commence mal : la bataille des frontières se déroule selon le plan allemand. Gallieni, Joffre et Foch réagissent et la bataille de la Marne (6 au 9 septembre 1914) sauve Paris de l’assaut allemand. Mais la France est occupée en ses riches provinces de l’Est et doit reconquérir sa terre, pied à pied.
La longue et sanglante guerre des tranchées culmine à Verdun, le « coeur de la France », tenu par le général Pétain, bombardé durant cinq mois (février-juillet 1916). Au printemps 1917, des mutineries traduisent la lassitude sur le front, en raison d’offensives incessantes et vaines.
L’Amérique entre heureusement en guerre (avril 1917) et vient payer sa dette historique à la France de La Fayette. Le président Poincaré se résout à appeler Clemenceau en dernier recours (novembre 1917). À 76 ans, « le Tigre », le « tombeur de ministères » va gagner son nouveau surnom de « Père la Victoire », au prix d’une véritable dictature politique. En mars 1918, toutes les armées alliées - française, britannique, belge, américaine - sont placées sous le commandement unique du général Foch. La grande bataille de France commence avec le printemps et s’achève par la victoire et l’armistice du 11 novembre 1918.
Cette guerre mondiale aura mobilisé 64 millions de soldats, fait au total près de 20 millions de morts et un peu plus de blessés. La France a terriblement souffert.
Le traité de Versailles (28 juin 1919) lui rendra l’Alsace et la Lorraine. Il lui faut maintenant gagner la paix.
Michèle Ressi, auteur et chercheur au CNRS, a publié une vingtaine de titres,
 dont L’Histoire de France en 1000 citations (Eyrolles, 2011). 
L’écriture théâtrale lui a donné le goût des dialogues, et la passion des citations. CV complet sur Wikipédia.
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX