G 1 MAISSIN sa guerre, ses vues, sa vie



  

              Famille Mauviel-Minet & Crasset-Mauviel
                     durant les journées du 22 et 23 aout 1914
              et durant les années de guerre à Maissin  1918
et à la gare de la SBCV de MAISSIN
                      

La Gare de la Sté Nationale des Chemins de fer Vicinaux et le Tram SNCV

 Afin de laisser une trace de la famille pour les descendants CRASSET-MAUVIEL , voici un résumé des conversations et souvenirs que ma mère  m'a racontés durant ma jeunesse et mon adolescence D’abord parlons de la SNCV ,je suis né un samedi à 15, 15 hrs à la gare de MAISSIN, avec l’aide à cette époque d’une sage femme dénommée La Tasie . Maman a failli mourir d'hémorragie, pas d’hôpitaux aux environs, ils ont fait appel au Dr Bastin de Paliseul qui l’a sauvée

Mon grand père Fernand Mauviel qui était ajusteur-tourneur et avait un don musical ( il fut chef des harmonies de Villance et Maissin ) et nombres de capacités techniques. Il avait construit de ses mains un moteur à vapeur. Propos racontés par un ancien villageois Emile Castus fils Ce moteur avait un réservoir pour l’eau je pense et je me souviens l’avoir vu encore durant l’année 1943. Il possédait aussi une motocyclette à moteur 2 temps et à courroie transmettrice que maman pilotait dans sa jeunesse. Je les revois encore ces machines Il avait aussi construit un poste à galène L’antenne partait de la maison de la rue Neuve vers le sapin située en face à 200 mètres en dessous C’était le seul du village et les gens venaient écouter la radio émise par les antennes de la Tour Eifel dixit maman J’ai encore joué avec les restes de cette radio c'est à dire un cylindre sur lequel était enroulé plusieurs fils de cuivre

Le grd père était né à Mézières Charleville 12 rue du Pont de Pierre en IX 1871 et avait épousé Mathilde MINET née en 1888 à Libin Elle était issue d'une famille nombreuse et fut servante chez Gérard-Collignon Industriel du fer Faubourg de France à Bouillon Mes grands parents se sont mariés en 1913 à Libin date reprise à l'état civil de la Ville de Charleville Mézières Il a travaillé au vicinal de Bouillon en 1913 ....Ma grand mère habitait Maissin en 1912 ( je pense chez sa grd mère et son oncle J Joseph MINET garde chasse chez Mr Thomas BRAUN  Elle est venue à Bouillon en services du 25.IX 1912 jusqu'à son retour au n° 52 à Libin Haut le 21.V 1913 pour son mariage proche

Le grand père travaillait à Bouillon avant 1914 et fut absent jusqu'en 1919 ( voir les péripéties durant la guerre 14 -18 ) Il fut chef de dépôt à Bouillon gare venant de Maissin Vieux chemin de Paliseul 114 en date du 22.VIII.1919 avec son épouse et ma mère jusqu'au 15.VII 1922 date de leur retour à Maissin rue basse 149. Il fut aussi chef de gare à Maissin dans les années 1922 - 1940 environ ( recherches à faire ) Maman est née en.V.1914 à Maissin au début de la guerre 14-18 Mon grand père (cet épisode est peu connu) a reçu l'ordre de conduire les trams en France. m'a dit maman 

Une liaison par tram existait alors avec la France depuis Pussemange et depuis Corbion vers Sedan Il est resté suivant maman à Ouassel (?) près de Rouen en laissant durant ces cinq années de guerre son père Mauviel Victor Auguste, mon arrière grand père donc né 2 XI 1839 décédé en 1919 et son épouse HUBERT Marie Eugénie née en 1843 à Villance décédée 1916 et qui avait travaillé sans doute comme servante et était revenue au pays . Elle était morte entretemps ( recherche à effectuer). Mon grd père avait aussi deux soeurs L'une était Marie Mauviel épouse GILBERT habitant les Mureaux ( Paris ) père de Vonvon et ....sa soeur ? ainsi que d'une Jeanne Mauviel ( recherches à faire ) morte à 24 ans en 1906 à Maissin !!!! ( d'où le prénom de maman dixit )( j'ai le souvenir mortuaire , photo et les cheveux en souvenirs ) Ils habitaient à la rue Neuve avec ma grand mère Mathilde et maman Jeanne agée de 3 mois . Tous ont vécu l’invasion et les combats entre les armées allemandes et les bretons à Maissin les 22 et 23 aout 1914.Ils se trouvaient dans la cave durant la bataille Il y a une anecdote que des maissinois m'ont racontée. Ma grand mère entendant la musique s'est exclamée " c’est fini; écoutez, il joue de la musique" et son beau père, français et ancien zouave lui a dit : « si tu devais danser sur cet air là tu tirerais une drôle de gueule " le clairon ordonnait en effet la charge à la baïonnette depuis le bois d’Hautmont Ma grand mère me disait peu de choses sur les jours de la guerre car elle avait je pense été traumatisée. Elle racontait qu’elle entendait la nuit les blessés étendus dans les champs devant chez elle et le bois d’hautmont, appeler leur maman et gémir de souffrances. Egalement les jours suivant la bataille l’obligation faite par les allemands de faire un rassemblement de tous les habitants survivants devant l’hôtel Guiot . Un jour ils ont reçu la visite d’un soldat allemand à la maison mais à la vue du christ pendu au dessus de la porte il s’est sauvé en criant Christus Christus Voilà le peu de choses dites par ma grand mère et j'ai vu la peur qu'elle avait durant les années 1940- 45 des soldats teutons, et ce fut le 10.V.40 mes premières vacances en France et à L'Isle en Dodon

Au retour de son père en 1919, maman m'a dit qu'ils avaient habités à la gare de Bouillon entre 1919 et 1922 Bouillon où son père fut un temps le chef de gare attitré puis ils sont revenus lorsqu'elle avait sept ans en 1921 à la gare de Maissin

Pour conforter les faits que je rapporte ci-dessus ce mail reçu complètera mes renseignements qui différent légèrement de ceux recueillis auprès de ma mère

" Bonsoir,

Voici quelques renseignements sur le vie de votre grand-père ainsi que sur la photo avec la HL, les remises et les verrins de levage. J'ai fait paraître cette photo dans le n° 133 de la revue "Nox Vicinaux" de mars 68. Pour en connaître la localisation car il ne s'agit pas de Maissin pour la simple raison que les remises existantes sont les remises d'origine. En complément à la photo parue, je déclarais ceci dans le n° 134 de cette même revue: " Un examen minutieux montre que la machine à gauche n'est pas de construction belge. Par contre on lit sur la soute démontée d'une machine au centre de la photo, en-dessous de la plaque de constructeur le n°18. La HL.18 a été mise en service en 1886 sur le ligne Poix - St.Hubert. Aucune des remises actuelles du Luxembourg ne ressemble à celle de la photo" Ici j'ajoute que la SNCV n'a, à ma connaissance, jamais construit de remise de ce modèle. "Après avoir interrogé diverses personnes dont
 un certain Léon Chenot qui a quitté les Vicinaux en 1920, M.Pastiels conclut en ces termes: "Un agent des Vicinaux, M.Mauviel, décédé depuis longtemps, travaillait à Bouillon lorsque la bataille de Maissin survint en 1914. Ce jour-là, le matériel roulant de Maissin (dont la HL.18) fut évacué sur Paliseul et Bouillon, emportant les blessés de Maissin. Arrivé à Bouillon, le matériel fut acheminé le jour même vers Sedan avec l'aide de Mauviel. Ce dernier voulu regagner Maissin où habitait sa famille mais il en fut empêché par l'armée. Il dut se résoudre à rester en France, bien qu'il n'eut, pour tous bagages, que l'uniforme qu'il portait. Il s'embarqua dans un train et arriva à Toulouse. Pendant les premiers mois de la guerre de 1914, il travailla aux vendanges, puis il parvint à prendre contact avec sa soeur qui habitait Paris. Il essaya alors de regrouper les agents de Maissin. Ils travaillèrent près de Paris puis sur une ligne départementale, notamment à "Les Mureaux" près de Melun. Une soeur de M.Mauviel a déclaré que lors de son mariage en 1917, son frère se trouvait à Les Mureaux. Cette photo aurait été prise au dépôt de "Les Mureaux" en 1917, avec une partie du personnel de Maissin et le père Mauviel..." Monsieur Bazin, un spécialiste des réseaux français déclara par la suite que cette photo ne pouvait être prise à Les Mureaux car la ligne avait été mise en voie normale en 1911-1912. Le mystère reste donc entier sur localisation de ce document ! Bien cordialement Alain Pastiels

Envoyé le : Lundi, 25 Août 2008, Objet : Re: Vicinal Maissin Bonjour Tout d'abord je réponds à votre frère féru de 14 18 Avec mon frère Marc de 11 ans mon cadet nous venons de recevoir du 21 au 24.8 des français qui désirent faire un reportage sur les bretons et une commémoration au cimetière Pierre Massé s'est faite dimanche matin Il est magnifique de voir que des bretons et d'autres habitants d'ici tentent de faire garder en mémoire ces épisodes Voici quelques sites qui pourraient l'intéresser http://vannes1418.canalblog.com/archives/p1-1.html
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/qui-cherche-quoi/maissin-anloy-1914-sujet_5623_1.htm
Et c'est ce monsieur Vieillot qui est venu Il y a aussi d'autres personnes intéressées dont Mr RIO et Mme Sophie Carluer et le site suivant http://www.1914-1918.be/liens.php
Je savais qu'une personne avait sollicité ma grand mère pour faire une exposition sur le tram Vital Crasset est un descendant de la famille mais d'une autre branche Ma généalogie sur Généanet le mentionne évidemment J'ai bien connu certaines des personnes que vous citez Je ne sais si vous êtes au courant mais un livre sur le tram a été édité avec de nombreuses photos

Bonjour,Mon frère Paul Pastiels, mordu de la guerre 14/18, m'a transmis les coordonnées de votre site, que je viens de visiter avec plaisir.Si j'ai bonne mémoire, il y a eu un certain Vital Crasset chef de dépôt à Alle sur Semois. A entendre votre nom je pensais que vous étiez de sa famille.En lisant votre texte généalogique j'apprends que vous êtes le petit-fils de Fernand Mauviel, cela me rappelle les années soixante, ou étant mordu du vicinal j'ai eu l'occasion, lors de mes vacances scolaires, de rencontrer Mr.Fourny de Villance qui faisait partie de l'équipe de piocheurs qui à démonté la ligne de St.Hubert à Pussemange, dirigée par Léonard Jules de Curfoz, que j'ai bien connu. J'ai bien connu également la Veuve Lamock et son fils Jean. C'est ainsi que j'ai pu rencontrer le Veuve Mauviel (Épouse de Fernand). Je n'ai jamais oublié cela car elle m'avait fait cadeau d'un petit livret-règlement de 1901 sur le vicinal, et du haut de mes 18 ans à l'époque, j'en était vraiment heureux. Il est toujours précieusement conservé dans ma bibliothèque.
En espérant vous lire et pouvoir continuer cette conversation...Bien cordialement, Alain Pastiels

La station du vicinal se composait de la maison d'habitation, d'une remise où se trouvait la réserve d'eau pour les locomotives à vapeur (son père ayant le vertige elle devait parfois monter à l'échelle pour vérifier le niveau d’eau du réservoir qui se trouvait à l'étage (voir la photo) et il existait aussi deux grand garages qui sont toujours debout maintenant

Maman m'a dit aussi qu'elle tenait les comptes du trafic des trams à vapeur à l’époque et que déjà à cette période seul le transport des marchandises était rentable et celui des voyageurs déjà en déficit

Je possède quelques photos personnelles qui risquent de disparaître à jamais si elles ne sont pas reprises sur un site Internet C'est la raison de mon site qui je pense ne pourra interesser que mes descendants et encore, j’ai des doutes, tant pis je passe mon temps

Mon arrière grand père Victor Auguste Mauviel né à Charleville Mézières était mouleur de fonte Il a fait cela rue Neuve on retrouvait des blocs de fer coté du jardin potager et c'est ce qui a fait parler maman Une grande famille disait elle aussi il avait bien 12 frères et sœurs ! Doué pour la musique aussi il a été le chef de fanfare ici à Maissin à Redu et Villance ( voir article du journal plus loin ) et habitait avec son épouse de Villance et une grand tante de maman et son mari lls ont construit ensemble une maison rue Neuve à la condition expresse d'y mettre des lambris en chênes C'était l'exigeance de la tante pour son intervention dans le prix Cette maison est toujours en place

Journal L'Indépendance belge du 22.octobre 1914 ( Noms Réfugiés belges Fin Page 4

Loco en service à Maissin en 1934


 

à l'avant gauche ces appareils avec volants étaient des crics destinés à soulever les locomotives à vapeur et les wagons en bois pour réparations etc ....Sur l'arrière gauche se trouve le tram à vapeur tracteur des wagons..Il est à remarquer qu'un nombre important de personnes travaillaient je pensais à Maissin en ce temps-là Mais alors où est elle prise . Il y avait les mécaniciens, les conducteurs, les persones chargées de l'alimentation en charbon, les poinçonneurs ainsi que le personnel occupé sur les voies pour réparations, entretiens déneigement l'hiver ( p ex dans la traversée du bois d'Hautmont ) Le dernier piocheur que j'ai connu était Mr Fourny qui habitait à Villance.Après mon grd père Fernand Mauviel son successeur et chef de gare fut Mr Jules Lamock qui a connu les trams durant la guerre 40.45 ,les autorails et les autobus

 

 

 

Tous ceux dont je sais les noms en partie se trouvent perchés sur un foyer de loco appartenant à la SNCV et utilisé aux ateliers de Maissin ???? Ici 1e premier à gauche sur la photo serait Mr Chabottier puis Mauviel Fernand au dessus avec la masse Léon Chenot la suite .....viendra ....

Cliquez où vous voulez lire

  

Commentaires
Pierre Fernand CRASSET MAUVIEL dit CéPYGé X
Ajoutez un commentaire
L'utilisation du signe "+" suivi du nom d'un contact entraîne l'ajout de ce contact à la liste des destinataires de ce post. La personne concernée en est par ailleurs notifiée par e-mail.
Vérification de l'accès des personnes mentionnées…
Commenter
Annuler
Vous n'êtes pas autorisé à ajouter des commentaires.

Activités récentes sur le site|Signaler un abus|Imprimer la page|Supprimer l'accès|Avec la technologie de Google Sites

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser