Vampire

 

Thème de mars 2010


En ce temps-là j'étais jeune et dès lors très crédule

Mon voisin que l'on disait vampire n'était point tel cet homme

Occupant une tombe le jour ni un vulgaire suceur de sang

Ni une goule aux yeux glauques dotée d'une face immonde

Aux doigts malodorants flasques ni un monstre peu reluisant

Ce vilain était certainement de cette famille issu


Mais il était courtois gentil et citoyen du monde

Une personne raffinée et diablement humaine en somme

Je le pensais fidèle ami hélas ce démon m'a fortement déçu

C'était un « toursiveux » fin, fou, filou auquel de surcroit

La jeunesse se lie en confiance le côtoye et alors affabule

En des maîtres semblables habiles beaux parleurs elle croit


Il était pire encore que ce diable parvenu

Ce Dracula cruel insensible abject immortel

Ce surdoué adonc me tenait fasciné

Il peuplait mon esprit me tenait en tutelle

Un mage le fit fuir sous l'effet de rituels connus

J'appris un jour sa mort il fut par le feu calciné


Ode

Les Maissineries III.20

 

 

 

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments