une pipe et mes vieux

une pipe et mes vieux



Au bord d’un cendrier, la pipe abandonnée

Le fourneau culotté exhale des odeurs

Parfums d’un oncle aimé aux rides ordonnées

Ramène des regrets et sert de décodeur

---------------

Instrument de doux rêves, foyer de tant d’idées

Les légères volutes, crachant maintes pensées

Emplissent cette pièce d’épaisses et bleues fumées

Et ma vieille mère, hélas y est cernée

-----------------

Lui, vague aux yeux, pensif, fait des ronds en humant

Ressasse ses amours, ses souvenirs d’antan

Mais qui sait, oui, qui sait, à quoi pensent les vieux

----------------

Elle est là, assise, pensant des voeux pieux

Espérant une parole, mais gardant le silence

De crainte de troubler cette heure de bienveillance

---------------------

Sonnet irrégulier

 Les Maissineries XII 19..

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments