Tristesse


Impuissants, en effet nous le sommes

Ni ton être éploré de tristesse

Ni tes larmes s’écoulant jusqu’à Rome

Rien n’y fait, ni prière, ni promesse

-----------------

Ta peine sera là pour toujours

Le temps, certes apaisera ta douleur

La révolte réveillera certains jours

Cher Albert, tes souvenirs du malheur

-----------------

Elle s’en est allée ta richesse

Ta perle, ton unique chérie

Ton amour dans l’au-delà, partie

-----------------

Et un jour sonnera, sans nul doute

L’heure de prendre cette route

Là, seulement s’en ira ta tristesse

-----------------

 

Sonnet irrégulier

Les Maissineries II.19.

 

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments