Sonnet à la douleur

Sonnet à la douleur



Sans faiblir infâmante douleur

Tu m'étreins jour et nuit tu me courses

A me ronger les chairs à toute heure

Laisse mon pauvre corps en paix, source


De nos peines et de tous nos malheurs

Avec toi je suis devenu tel cet ours

En cage sans défense enragé et sans heur

Je subis tes supplices et demeure sans ressources


Sur cette terre où nous survivons ores

Depuis des lustres sous tes maléfices en nombres

En des cliniques hélas nous t'endurons encore


Car tu rodes là Ô perverse douleur à l'ombre

Mais des anges la nuit le jour nous veillent sagement

En gérant nos souffrances avec amour et dévouement 

  

au personnel des 

Clin. Un. Mont-Godinne XI.10 - I et II 2011

Sonnet
en remerciement ex. Les Maissineries II.20

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments