Mes hommages, mon général

 

Thème pour novembre 2009

ALEXANDRINS

 

Ce Charles était un preux un écuyer d’honneur

Il avait un cœeur grand était de haute taille

Il veillait au renom d’une France de rêves

Et vouait au pays un amour pur sans failles

 

La gloire de sa France assurait son bonheur

Il la gérait loyal sans user de faux droits

C‘était sa passion vraie et partial en bon père

Il aimait la guider à l'abri de son glaive

Agir peut-être tel à un dépositaire

Comme en ces temps anciens où lors régnaient des rois

Sans l'appui de partis de fabuleux galas

Ou d’idées utopiques et autres tralalas

 

 

In memoria  Général Charles de Gaulle

Poème lyrique en alexandrins

Les Maissineries XI 20

 

n.m. alexandrin (du Roman d'Alexandre, poème du XII e s.)

Vers de douze syllabes, dans la poésie française:

" Comment en un plomb vil l'or pur s'est-il changé ? "

est un alexandrin de Racine.

Remarque Quand il ne s'agit pas de poésie française,

on dit un dodécasyllabe.

Larousse Pratique. © 2005 Editions Larousse.

 

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments