les amis







 

Il est sous les tropiques, parmi tous les oiseaux

Qui nous sont parvenus, en dons originaux

Des perruches superbes aux plumages baroques

Couple certes uni mais d’allures équivoques

-----------------

Accrochées au perchoir, côte à côte emboîtées

A longueur de journées tiennent propos paillards

Et semblent se complaire en ragots égrillards

A éplucher je crois toute l’humanité

------------------

En elles, je vois Bette et son mari aussi

Qui prennent un grand plaisir à cancaner ainsi

Pour un oui pour un non leurs deux esprits chrétiens

---------------------

Cherchent noise à d’aucun, comme leur pain quotidien

Garde toi de ces gens, que tu crois être amis

Pourvu que le ciel s’ouvre aux oiseaux de paradis

----------------

Sonnet irrégulier

Les Maissineries 25 VII 19

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments