Le printemps


Il est enfin venu aujourd’hui ce printemps

Chanté par nos oiseaux, désiré par nos fleurs

Espéré, il l’était par tous depuis longtemps

La terre ainsi pourra s’épanouir sans pleurs

-----------------

Tel un trois-mats venu, accoster à son port

Les cales pleines d’amour et de bonheur de vivre

Débarque un renouveau sous de multiples apports

En une débauche pire à celle de marins ivres

-----------------

Le printemps en bordée, débordant de folie

Vêt sa nature d’ors comme un maquereau sa pute

D’une parure de fêtes afin qu’elle soit jolie

-----------------

Il excelle en des ruses aux accents inhumains

Décidé le rusé à mettre le monde en rut

Il s’infiltre partout même aux coeurs des humains

-----------------

Sonnet irrégulier

Les Maissineries 21 III 20

 

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments