La dernière page


 

Je suis par vos écrits «  Matière à dispute  »

Chaque lundi imprimée mais jamais je ne crains

Que des vers fussent-ils composés en purs alexandrins

Puissent  rivaliser sur ces thèmes où vous voguez en maître

Je m'en voudrais d'ailleurs que matière conduise à discutes

Car vous êtes le chantre de ces mots venus de nos lointains ancêtres

 

Lors j'envie votre verve et vous Ô ! charmeur du verbe

Sans pouvoir rien dire, je vous sais apprécié par nombres de lecteurs

De ce quotidien dont le clou sis par vous en la dernière page

A souventesfois emporté des poètes en herbe

En des rêveries superbes sur des voies à passage clouté

 

Car ces écrits de vous bien qu'écrivain très sage

Certes malicieux expert vous êtes mon serviteur

Vous vous servez de moi, je le dis tout bas, car je suis cette page ultime

Oubliée de tous, pense t'on,  pourtant nous sommes fort intimes

Des yeux nous voient, et des mains nous tripotent jusqu'à nous envoûter

Nous sommes comme toutes choses jolies adulées en secret

Un choix de connaisseurs pour nos charmes discrets

 

Prosopopée

Ode

à Zapf Dingsbats L'avenir du Luxembourg

Ex Les Maissineries IX 20

 

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments