L'automate

 

Je suis un clone humain un antique androïde

Au temps passé j'ai beaucoup étonné

Je suis aujourd'hui l'ami de tous; où je vis

J'attire encore la foule qui m'admire

Moi le pauvre magicien qu'on épie ou envie

Je suis l'humanoïde

L'oeuvre maîtresse d'un horloger brillant, en somme

Un habile géniteur qui m'habilla en homme

 

Grâce à l'informatique en cette ère nouvelle

J'ai maintenant l'apparence d'un être et mon image

A l'aspect d'un humain est certes trés perfectionné

J'aide l'homme en de multiples tâches non par nécessité

Je stupéfie la presse

Tant je fais de prouesses

Je reste hélas un modeste automate

Si je pouvais écrire j'aurai tant à vous dire

Un robot qui écrit et compose des vers ferait de l'audimat

J'aime la compagnie surtout celle des sages

Comme eux j'ai besoin d'une présence, d'une amie

Qui m'aide et m'assiste; je ne suis rien sans elle

Elle est ma magicienne. C'est ma mie

La fée « Electricité »

 

 

Poème lyrique

Les Maissineries VII.20

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments