Hasard







Disciple du « az-zahr »

Eminent haruspice

Lors de transes propices

Je tente le hasard

-------------------

J’achète et boursicote

Des actions à la bourse

Au pif, au gré des cotes

Pour gagner en fin de course

-------------------

J’ai acquis des fortunes

Mais, pour hélas des prunes

Jouant fictivement

-------------------

La vie seule au hasard

Me guide activement

Mystérieuse et bizarre

-------------------

Sonnet irrégulier

Les Maissineries 1.20

 

hasard

-------------------

Ce mot, entré en français dès le XIIème siècle, nous a été transmis par l’espagnol (azar), mais c’est en fait un mot arabe, ou plutôt deux. En effet, sous cette forme graphique, ou le h- a été un ajout non étymologique (mais que conduit à ne pas faire la liaison), on ne voit plus qu’il s’agit de l’article défini arabe al-, auquel vient s’ajouter zahr, d’où az-zahr, mot arabe désignant «  le dé «  ou «  le jeu de dés « . Au Moyen Âge, on l’écrivait parfois avec un z, par imitation de l’espagnol azar et parfois avec un -t au lieu du -d à la fin du mot. Un hasart signifiait alors le chiffre 6 au jeu de dés : un hasard particulièrement heureux, alors qu’aujourd’hui, avec le hasard, tout est possible, le meilleur comme le pire.

 

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments