Délires




Parmi le genre humain il est des spécimens

Dont l’esprit délirant s’en va hors du réel

Se perdre et divaguer. Dès lors ces gentlemen

Errent de délires variés en penchants surréels

 

Pour doper d’enthousiasme nombres de leurs lecteurs

Les poètes sont friands de phantasmes ces vecteurs

Qui les poussent souvent à chanter l’irréel

De ces amours troublant âmes et rêves idéels

 

Leur joie est si vive qu’ils jubilent et délirent

Dès lors que leurs desseins et propos sont compris

Ils savourent en leur cœur cette ivresse hors de prix

Et pleurent d’allégresse « in fine » de plaisirs

 

Ode par

Pierre Fernand CRASSET MAUVIEL dit CéPYGé.X

Les Maissineries V.20

 

 

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments