d'infinis paysages

13 e Printemps des Poètes 2011

Communiqué de PRESSE
Avril 2010
PRINTEMPS DES POETES 2011
7 > 20 mars 2011
« d'infinis paysages »

Exprimer les liens profonds qui unissent l'homme à la nature
les célébrer ou les interroger est un des traits les plus
constants de la poésie universelle. Mers et montagnes, îles et
rivages, forêts et rivières, ciels, vents, soleils, déserts et collines,
la plupart des poèmes porte comme un arrière-pays la
mémoire des paysages vécus et traversés.
Se reconnaître ainsi tributaire des infinis visages du monde ,
c'est sans doute, comme le voulait Höderlin, habiter en poète
sur la terre.
Jean-Pierre Siméon
A l'occasion du 13 e Printemps des Poètes, un éclairage particulier
sera porté sur l'œuvre'André Velter et Kenneth White,
poètes coureurs d'horizons
Nous rappelons que le thème proposé chaque année n'est
en rien impératif: il ne vise qu'à offrir à ceux qui le souhaitent
un point d'appui et à fonder un élan commun dans le foisonnement
d'initiatives diverses qui font l'originalité du Printemps des Poètes.
Contacts: Information: avecatprintempsdespoetes.com 01 53 800 800
Presse: Christiane Delterme 06 60 56 84 40 c.deltermeatwanadoor
 

 
d'infinis paysages
Printemps des poètes 2011

 
Par la pensée je vais au hasard des saisons
Revoir ces lieux secrets aires de ma jeunesse
Que des maux infinis en ce temps de vieillesse
Censurent et ces carences modèlent ma raison
 
J'aimais me promener où les biches abondent
En ces forêts d'Ardennes du pays de mon père
Où croît le muguet tendre à l'abri des ondes
Là, je rêvassais caché en mon humble repaire
 
J'aimais hanter les rues de villes mornes et tristes
Aller parfois goûter l'ambiance citadine
Me couler aux soleils de terrasses à touristes
 
Bercé par des rengaines diffusées en sourdine
Je me sentais alors un être omniprésent
L'heure est passée hélas je vis seul le présent

Sonnet irrégulier
Les.Maissineries XII.20 






















SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments