Ballade nocturne



Ballade nocturne



Lorsque Morphée me prend, des rêves m’envahissent

Tantôt gais et bien faits, tantôt tristes ou à vices

Des ombres noires m’entourent et me gardent en dépôt

Voila comme sont mes nuits et voila mon repos

--------------

Et je vois les yeux clos, défiler mille images

J’entends des choeurs chanter de multiples hommages

Mon esprit est léger, il prend son envolée

Vers des lieux inconnus, vous n’avez pas idée

----------------

Bercés par des vents tièdes, semblant indéfinis

Je vois  parmi le noir ambiant à l’infini

Et de blanches nuées, pleines de désarroi

Des scènes de la vie que je revis parfois

--------------------

La sieste ou le sommeil nous rendent habituelles

D’aller un prochain jour en ces lieux mal famés

Réservés par celui à la faux rétamée

En fin de vie sur terre à l’aube d’une nouvelle

--------------------

Ballade

Les Maissineries VI

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments