Atmosphère



Souvent les samedis soirs de l'été

Lorsque la nuit descend rafraîchir

Les journées chaudes et oppressantes

Et les humains fourbus par l'ouvrage accompli

J'ai ce souvenir d'encore entendre

La ballade que les sonneurs de trompes

Lançaient au loin aux quatre-vents

Ils nous charmaient alors

Par leurs chants mélodieux

Qui donnaient fête aux bourgs


A présent dès que j'entends le son des cors

De chasse et l'aubade de ces sonneurs

Leurs airs harmonieux et propres

A l'Ardenne authentique et profonde

Ces airs me remémorent ma jeunesse passée

Et l'harmonie de ces soirées

Champêtres et villageoises


Ils me rendent en ma vieillesse présente

L'imaginaire de cette époque

Ancienne calme et reposante

  

Poème lyrique en vers libres.

Les.Maissineries IX.20

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments