Amour

 

 

Lorsqu’ Eros et ses flèches enamourent nos cœurs

Celui qui est touché vit d’étranges passions

Car ce don vient du ciel telle une grâce divine

C’est l’amour idéal aux charmes inouïs

L’homme est alors un dieu et la femme déesse

L’amour les dévore à toutes heures et saisons

En tous lieux, il est là, jusqu’à perdre raison

En cette féerie l’âme s’épanouit

Vit et croit en beauté, l’amour là se devine

En son sein l’amoureux se dépense en prouesses

Pour enflammer sa fée et sortir en vainqueur

De ce duel de charme aux nombreuses pulsions

 

L’amour est inconstant hélas bien trop souvent

Il est tout feu tout flamme ainsi dès le début

Quand vient le quotidien le bel amour se meurt

Adieu les jours heureux, voici le temps des pleurs

La belle et son amant reclus en leur demeure

Se fanent, s’étiolent comme périt la fleur

Dès qu’amour fait défaut la vie semble sans but

Car il est fait de rêves, hélas bien trop souvent

 

Ode

Les Maissineries. IV 20

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments