à mon aise, je voudrais ....


 

Je voudrais tant lire à mon aise tes mots doux

Oh très chère pourvu qu'en mon secret réduit

Ne viennent ici chez moi des visites aujourd'huy

Certes j'ai du temps libre en ce joli mois d'aôut

 

Je me contenterai d'un plat à l'aîgre-doux

D'un carafon de vin du jardin quelques fruits

De ton nouveau roman crois-moi jamais autrui

N'aura vent du récit de ton ami hindou

 

Si par un pur hasard un parent se présente

Préviens-moi aussitôt et ne le fais attendre

Tu sais que sa venue est très valorisante

 

Mais si un religieux ou des politiciens

S'en venaient à ma porte éloigne ces magiciens

Je connais leurs raisons que ne saurais entendre

 

Sonnet

Gran hotel de Péniscola

Les Maissineries X.20

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments