à Cendrillon


à Cendrillon



 

Tu en rêvais déjà petite fille

D’être un jour une reine émérite

En silence alors tu en rêvais

De ce rêve impossible qui toujours brille

En toi comme un conte de fées

 

Lors ce rêve survint tu fus la souveraine

D’un pays irréel et adulée en reine

Encore heureux que le temps et la fatalité

Détruisent tout, palais, monts et merveilles, idées

 

Car naguère en ce cas même aimée tu aurais

Pour un monarque été juste sa favorite

Et reconnue ainsi face à l’éternité

 

Poème lyrique

 

Les Maissineries VI 20

 

SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments