Présentation

  Slot Aisne Club  


Tout a commencé en 2006 où une bande de copains se faisait plaisir à arsouiller sur une piste scalextric analogique. Au fil des années les circuits se sont construits chez l'un puis chez l'autre en y apportant les nouvelles technologies, à savoir le digital puis la gestion de course.
Les voitures ont elles aussi évoluées, elles sont passées de collées à la route grâce aux aimants à sur/sous vireuse après avoir enlevé le magnétisme.
Les pilotages et la mise au point des voitures se sont perfectionnés.
Certains d'entre nous ont adhérés à des club slot d'autre département et ont participés à des courses européennes.
L'ambition de notre petit groupe était de créer un club slot pour le département de l'Aisne.

C'est ainsi que le 30 mars 2012 le SLOT AISNE CLUB est né.

  Les structures  

La pratique en club est aussi un moyen de rencontrer d’autres pilotes, d’autres pistes. Des clubs sont répartis dans toute la France. Ces rencontres sont une école d’adresse, de discipline et de fair-play car les courses ne peuvent connaitre un bon déroulement sans une organisation sans faille à laquelle chacun doit se plier tout en respectant les autres pilotes.
C'est ainsi que fin 2012 la mairie de Folembray (02670) répondait favorablement à notre demande en nous octroyant une salle sur le site du Vivier rue Bernard Lefevre.
Après quelques travaux de nettoyage, tous les membres du club se sont affairés à l'installation d'une piste 4 voies (ayant revu sont évolution, celle-ci passera en 6 voie fin 2013) depuis grâce à nos mécènes et sponsors nous avons un système de comptage performant (PC lap counter) et de nombreux écrans de contrôle.

  École de slot  

En remerciement à la ville de Folembray, notre club est ouvert gratuitement un samedi matin sur deux aux enfants du village afin de leur faire recouvrir notre passion.
Des voitures et poignées de commande de prêt sont à leurs disposition.

  Petite histoire du circuit routier électrique  

Apparu en France à la fin des années 50, le Circuit Routier consiste à faire rouler sur une piste plastique des voitures à échelle réduite (1/24ème, 1/32ème, 1/43ème voir même Ho) guidées sur la piste par une rainure dans laquelle s’enfonce un guide qui assure également l’alimentation en électricité du moteur.

Qui n’a pas connu dans son enfance un circuit de voitures électriques dont le fonctionnement laissait la part belle aux faux contacts et où la ressemblance avec les autos des héros de l’époque était très approximative ?

De cette époque peu de marques ont survécu : Jouef, Circuit 24, Marklin et bien d’autres ne se rencontrent plus que dans les vitrines de collectionneurs. Une marque anglaise a continué de fabriquer ce jouet et a finalement imposé son standard au point d’être devenu un nom générique : Scalextric. L’échelle (1/32ème) est toujours la même, et le bon vieux guide garni de tresses remplit toujours son office.

Après une apogée dans les années 70, l' arrivée des consoles de jeux électroniques faillit sonner le glas des petites voitures. Mais de l’autre coté des Pyrénées la passion était telle que des clubs avaient vu le jour dans tout le pays et soutenaient l’activité via de nombreuses compétitions. Ce dynamisme permit à plusieurs fabricants de prospérer et de continuer à développer les pistes et les autos.

En France le retour de ce loisir se fit au milieu des années 90, certains clubs qui avaient résisté à la tourmente trouvaient là un nouvel élan. Aujourd’hui ce sont une quinzaine de marques qui produisent des autos dont la qualité de reproduction n’aurait pas à rougir devant un modèle de vitrine, avec les progrès techniques les performances ont elles aussi bien changées ! Des pièces « spéciales » permettent même d’élever encore les capacités de ces petits bolides.

Aujourd’hui la technologie digitale permet de faire rouler plus d’une voiture (de 2 à plus de 10) à la fois sur la même voie et d’assurer des changements de voie au moyen d’aiguillages. Ce qui permet de faire des courses :

  • Sans coupure, liée aux changements de voies, nécessaire avec une piste classique pour que chaque concurrent passe sur chaque voie, étant donnée qu'une voie peut être plus rapide qu'une autre ;
  • Avec des dépassements, comme en vrai, ce qui n'est pas en réalité plus facile par rapport à un circuit classique, puisque il faut trouver le bon moment, au bon aiguillage ;
  • Tous les pilotes, sont à égalité, chacun peut prendre la piste sur laquelle il se sent le mieux, ...
Cela permet de faire de belles courses, temps que ça reste dans un esprit correct et convivial, mais souvent cela dégénère, avec de l'énervement, des cris à ne plus s'entendre rouler, des poussettes sur les voitures qui précèdent, ...
Cette technologie a fait son apparition en compétition à la fin des années 90 (~1997) en France et à été développée par des passionnées de Circuit Routier, elle n'est pas orientée grand public et reste "confidentielle", à la porté de certains clubs et structures commerciales. Cette technologie et devenue accessible au grand public à partir des années 2006, avec l'intégration de ce système par les constructeurs (Scalex, CSX, Ninco, Carerra).