La page "Histoire" dans InfosLilas   -   avec le Cercle de Généalogie et d'Histoire Familiale des Lilas   -   pour le Centcinquantenaire de la ville en 2017 

Dans le secret des PASSAGES

Ils sont l’une des richesses des Lilas, une originalité qui confère à la ville son esprit "village", comme un espace de respiration aux portes de Paris et qui vous invite à la flânerie.

D’abord viticole et maraîchère, notre cité a vu s’installer à la fin du 19ème siècle, dans les passages et au fond des cours, de petites entreprises artisanales et industrielles de jouets, de celluloïd ou de caoutchouc. Elles employaient bon nombre d’ouvriers parisiens. Bien sur ceux­-ci ont cherché à loger leurs familles près de leur travail, les loyers de la capitale étant devenus trop chers. Et c’est ainsi que les propriétaires de terres agricoles ont vendu leurs parcelles et que de petites maisons ont poussé, côte à côte, alignées le long des passages.

Vu du ciel, on peut encore identifier aujourd’hui le tracé des anciennes parcelles maraîchères. Les maisons qui les bordent sont très recherchées…de nouveau par les parisiens, toujours à la recherche d'un immobilier abordable et d'un bout de campagne dans la ville. 

De nos jours, il reste neufs passages où les piétons sont rois. Tous ont conservé leur part d'authenticité. En contrebas du cimetière, le passage de la Fontaine Saint Pierre nous rappelle l'un des premiers sites connus de l'ancien bois de Romainville. Des passages Bellevue ou des Panoramas, on peut admirer la plaine de Noisy au Nord.

Certains sont vraiment très étroits, comme le passage des Lilas au sud, large de seulement 80 cm à son entrée du 36 rue de Romainville. A proximité, le passage Félix Houdart a pris le nom du propriétaire de vastes chais en 1886. A quelques pas, on appréciera la confidentialité des passages Ponsard et des Sablons. Près du dépôt RATP, c'est encore le passage Floréal. En centre ville, le passage de l'Hortensia relie dans le calme la rue de Paris au bd de la Liberté.
(suite de l'article après les photos)

On ne passe pas dans les IMPASSES et les VILLAS

D'anciens passages ou villas, auparavant ouverts à leurs deux bouts, sont devenus des impasses. Que dire quand on tombe sur les villas de l'ancien parc du château des Bruyères? La villa Chassagnolle, la villa Eve Hubert ou la villa des Bruyères font partie des endroits les plus charmants de la ville. 

Egalement accessibles sont l'impasse du Bois au 59 bd Eugène Decros à côté du commissariat et l'impasse des Villegranges au sud. 
Closes d'une porte ce sont l'impasse Weymiller derrière la Poste au 43 rue Romain Rolland, l'impasse Pelletier à côté du Théâtre 176 rue de Paris et les impasses Marius et Lecomte aux 32 et 54 rue de Romainville.

Le Passage SECRET

Le dernier type de passage est sous­terrain. Tout le monde l'avait oublié, jusqu'à sa redécouverte en 2007 derrière la Mairie. Sous l'actuel square Georges Valbon, il pouvait accueillir 80 personnes. Peut-­être un abri de 14-­18, destiné à  protéger le personnel municipal des tirs de l'artillerie ennemie? La galerie a été rebouchée et est à nouveau retombée dans l'obscurité. Combien de découvertes de ce genre restent encore à faire dans notre sous­-sol?


      
 année