La page "Histoire" dans InfosLilas   -   avec le Cercle de Généalogie et d'Histoire Familiale des Lilas   -   pour le Centcinquantenaire de la ville en 2017 

Le texte complet de la page du Cercle de Généalogie et d'Histoire Familiale des Lilas  -  3784 signes

Cité-Jardin, une ville à la campagne (et vice-versa)

Une cité dans notre ville, sortie des champs, avec de jolies maisons entourées de jardins, s'étirant le long de rues aux noms bucoliques (1) et apportant aux familles à faible revenus la possibilité de se loger -enfin- dans des conditions de vie dignes et agréables. C'était la Cité-jardin, une utopie sociale imaginée en 1898 par l'urbaniste anglais Ebenezer Howard et réalisée sur notre territoire, sous le nom de Cité Joseph-Depinay (2). Après des premières réalisations autour de Londres au début du XX°siècle, l'idée avait essaimé aux Pays-Bas, en Belgique et en France. L'armistice de 1918 sonna le démarrage de la reconstruction de notre pays et favorisa ce mouvement dans le Grand Paris (déjà). Les Lilas ouvrirent le bal, suivis notamment de Genevilliers, Stains, Drancy, le Pré st Gervais (3).

Quand l'utopie prend corps
Le projet démarre en 1921 avec près de 200 maisons entre les rue de Paris et la rue de Romainville (actuel quartier des Sentes). Henri Sellier le directeur des HBM en a confié la conception aux architectes expérimentés Pelletier et Teisseire. Ils tirent partie d'un terrain difficile de 6 hectares, fait de petites parcelles en lanières, boisé et accidenté de remblais de carrière. Une dizaine de modèles de maison est conçu, alternant les formes et les orientations. En 1931 de petits immeubles à deux étages, réhabilités dans les années 1980, complèteront le programme, entre la rue de Paris et l'actuel lycée Paul Robert. Cette fois les occupants peuvent y vivre avec salle de bain, chaufffage central, cuisine et débarras. L'ensemble constitue un programme expérimental, testant plusieurs solutions de construction et de matériaux peu couteux. Conçu dès le début comme semi-provisoire, les 15 ans de durée de vie prévue ont été dans les faits plus que doublés.

Les jours heureux 
Un esprit de village est apparu, autour des commerces et des jardins fleuris. Une convivialité s'y est développée et, si la trajectoire de certains habitants de cette cité-jardin est plus connue que d'autres, on a le sentiment que c'était pour tous un endroit qu'on ne pouvait pas aisément oublier. Au n°187 habitait Rosmer (4), militant syndicaliste et proche de Léon Trotsky. Michel Bouquet, l'un de nos plus grands acteurs et hommes de théatre, a vécu ses sept premières années au n°139. Lucien Noël, dirigeant d'un réseau de résistance du métro parisien, habitait au n°5 de la place des Myosotis, avant d'être exécuté en 1942 par l'occupant. Arlette Laguiller, militante syndicaliste puis politique, habitait chez ses parents au n°305, puis au n°79. Et même Pompidou avait sa maison au n°151 !  Oui, Emile Victor Pompidou, cousin au 7°degré de Georges, l'ancien président de la République Française, habitait lui-aussi à la Cité-Jardin des Lilas. 

Le quartier des Sentes
Entre 1968 et 1973, la cité disparait en grande partie. On y construit l'ensemble des Sentes (5), fait de tours et de grands immeubles. Le quartier se densifie fortement. On sait toutefois en préserver intactes quelques sentes, en face de l'actuelle esplanade Serge Gainsbourg (6). Un aménagement des abords dans les années 2010 redonnera un peu de jardins à ce quartier. 

Pour en finir avec les cités jardin, on n'oubliera pas que notre ville en jouxte une autre en sa partie nord, développée par l'architecte Dumail sur 12 ha autour du Trou Marin, entre Pantin et le Pré Saint Gervais. Ses noms de rues célèbrent hommes de lettres et musiciens (7). Construite plus tardivement, entre 1928 et 1952, elle aussi a évolué dans le temps d'une conception initiale de pavillons individuels vers celle d'ensembles d'immeubles en petit collectif; mais toujours dans un objectif de logements sociaux. La dernière tranche empiète sur les Lilas avec les 6.000m² de la cité des auteurs (8).

> en savoir plus:  leslilasavant/citejardin

(1) sentes & places des Dahlias, Roses, Glycines, Chrysanthèmes, Hortensias, Clématites, Myosotis
(2) 1°secrétaire de la société d'HBM = Habitations Bons Marché
(3) plus d'une quinzaine ont vu le jour autour de Paris, dont également Dugny, Nanterre, Arcueil ou Charenton, Champigny, Maison-Alfort, Vitry, Malabry, le Plessis-Robinson, Vanves, Boulogne, Suresnes; également à Reims (détruite à 80% après guerre), dans le Grand Lyon, à Draveil, dans le Nord, à Strasbourg, Marseille, Vauzelles, Limoges. Ne sont pas assimilables le Vésinet et Nancy construits avant la diffusin des idées d'Howard en France
(4) Alfred Griot, dit Rosmer
(5) office public d'HLM-IRP 
(6) sente de l'Aigle, sente Patigny, avenue Louis Dumont
(7) rue Jean Giraudoux, Tristan Bernard, Octave Mirbeaux, Claude Debussy, André Messager, Maurice Ravel, Gabriel Fauré..
(8) rue Marcelle et allées Vincent d'Indy, André Rivoire, Charles Lecoq

      
 année