Auxiliaires de vie scolaire 2010

Année 2010

« Charles a besoin d'une stimulation quotidienne. Il est scolarisé, et pendant deux ans une auxiliaire de vie scolaire individualisée (ADVSI), Élizabeth Ostermann, éducatrice spécialisée, a su le faire s'intégrer. Il lui fait confiance et il a réalisé des progrès importants et prometteurs pour l'avenir. Pendant deux ans, l'ADVSI a été rémunérée par l'État. Malheureusement, la loi demande que le contrat ne soit pas renouvelé après ces deux années ; il faut changer d'auxiliaire. C'est-à-dire tout reprendre à zéro. » Toutes les démarches pour permettre à Charles de poursuivre sa scolarité avec cette femme, à qui il a donné sa confiance, ce qui suppose un long travail, ont été vaines. C'est pourquoi, lors de la rentrée scolaire, la famille Billon a décidé de rémunérer elle-même l'auxiliaire, soit 600 € par mois. Ouest France

Accompagnement des élèves handicapés : une détérioration. Association des Paralysés de France, DD de la Vendée 

Ancienne AVSi, je garde un goût à la fois acidulé et amer de mon expérience durant deux années consécutives. Acidulé, car ce fut un plaisir immense de travailler avec des enfants "différents". Je me sentais proche d'eux tout en maintenant une distance avec leur handicap. C'était eux, pas moi. Collectif des démocrates handicapés _ Et si je disais

Le Conseil d’Etat a rendu le 15 décembre une nouvelle décision qui n’impose à l’Etat qu’une obligation de moyens et non de résultat pour assurer la scolarisation des enfants en situation de handicap. Autrement dit, le Conseil d’Etat reconnaît le droit à l’instruction mais pas à l’accompagnement nécessaire pour qu’elle se fasse dans de bonnes conditions ! Blog des socialistes toulonnais _ Sourds Malentendants Socialistes _ Parti Socialiste

Albi. L'appel aux familles du collectif Ecole et handicap. Une dizaine de cas critiques d'enfant sans auxiliaire de vie scolaire (AVS) ont été réglés mais ce n'est qu'un début. En effet, des difficultés persistent et l'inspection d'académie ne met pas toujours en place l'AVS nécessaire malgré la notification de la maison départementale des personnes handicapés (MDPH). Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez nous rejoindre en nous contactant par mail : nousecrire@collectifhandicap81.com ou par téléphone, M. Jacques Mathieu, président du collectif Handicap 81, au 06 08 45 71 64. N'hésitez pas à suivre nos actions sur internet : www.collectifhandicap81.com. La Dépêche

Quant à la scolarisation, l'objectif premier des parents, ils attendent toujours l'accord de la Maison départementale des personnes handicapées. Pour autant, Manuela et Christophe Guillet, épaulés par leurs familles et leurs proches, ne désarment pas. Ils viennent de créer une association, qu'ils ont appelée Handicap Autist Thibaut. Ouest France

Jusqu'à l'an dernier, Mila, 10 ans, jeune élève de l'école du Centre gravement handicapée, bénéficiait d'une auxiliaire de vie scolaire. Depuis septembre, cette aide précieuse lui a été retirée. Elle doit désormais se débrouiller sans elle. Le Courrier Picard 

Pour 2010, "les engagements pris en loi de finances n'ont pas seulement été tenus, ils ont été dépassés puisqu'au final ce sont 400.000 contrats aidés dans le secteur non marchand qui ont été mis à disposition", a déclaré le ministre à l'Assemblée. "Ce qui était demandé aux services de l'Etat était que les auxiliaires de vie scolaire (AVS) comme les chantiers d'insertion soient prioritaires pour aller jusqu'à la fin de l'année", a-t-il rappelé. Le Courrier des Maires

Quant à l'éducation, belle priorité qui se heurte, entre autres, à une carence en auxiliaires de vie scolaire… Les priorités, c'est comme la confiture, moins elles sont sincères, plus on les étale… Mediapart

Comment l'administration en général et pas celle de l'Education nationale a-t-elle pu être dépassée par l'afflux des signatures, comment n'a-t-elle pas vu qu'il y avait surconsommation de contrats et qu'elle allait devoir faire marche arrière ? C'est surprenant et cela nous incite à une certaine vigilance sur un droit essentiel, la scolarisation des élèves handicapés.[...] "En outre, la Peep a toujours milité pour que les Auxiliaires de Vie Scolaire, comme tous les postes touchant à la santé,  deviennent un véritable métier avec une formation qualifiante à la hauteur des enjeux. Provence éduc@tion

Dès la rentrée scolaire 2009, [...] le ministère de l'éducation nationale a par ailleurs signé une convention avec quatre fédérations d'associations pour leur permettre de recruter les auxiliaires de vie scolaire (AVS) en fin de contrat et sans possibilité de renouvellement, de façon à assurer la continuité de l'accompagnement nécessaire à certains élèves en fonction de la nature particulière de leur handicap. À la lumière du bilan de l'année scolaire 2009-2010, et afin de garantir, quand elle est nécessaire à l'enfant, la continuité de l'accompagnement à l'école et au domicile, tout en offrant de nouvelles perspectives de carrière aux AVS, le Gouvernement a décidé de reconduire et d'améliorer ce dispositif permettant le recrutement d'AVS par des associations de personnes handicapées ou engagées en faveur des publics à besoins particuliers, avec des conditions financières renforcées : hausse des prises en compte par la subvention ministérielle des cotisations sociales, participation aux frais de gestion et de formation.
 Une seconde convention cadre signée le 9 juin avec l'Union nationale de l'aide, des soins et des services aux domiciles (UNA), l'Union des associations ADMR (UNADMR), la Fédération nationale des associations de l'aide familiale populaire (FNAAFP) et ADESSA à domicile Fédération nationale (ADESSA) permet d'étendre le recrutement des AVS à des associations de service d'aide et d'accompagnement à domicile qui interviennent déjà à la maison, de façon à mettre en place une offre de service transversale à tous les lieux de vie, notamment le domicile et l'école. Assemblée nationale : réponse à la question de Mme Geneviève Fioraso, publiée le 21/12/10

Auxiliaire de vie scolaire. Un collégien écrit au président. Le Télégramme

Disons qu’on a pas les mêmes objectifs ; c’est vrai qu’un handicapé sensoriel et un handicapé physique, mental, n’ont pas les mêmes besoins. Mais il y a une chose sur laquelle on est tous unis, c’est la scolarisation. L’intégration scolaire, là, on dit tous exactement la même chose. C’est-à-dire la scolarisation partielle, les Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) pas formés et en contrat aidé... Ce sont des personnes qui font ça parce qu’elles ne peuvent pas faire autre chose. HandiMarseille

Le gel en octobre 2010 et la suppression en 2011 de milliers d’emplois aidés provoquent de graves inquiétudes dans les écoles, les lieux culturels et les quartiers populaires. Frédéric SEAUX 

Mais dans le Puy-de-Dôme, ils sont une vingtaine à ne pas pouvoir encore être accompagnés par un auxiliaire de vie scolaire, comme ils y ont pourtant droit. La Montagne

En décidant brutalement de ne pas renouveler plus 50 000 contrats aidés dans le secteur non marchand, l’État met les associations ou les institutions culturelles en difficulté. [...] Ailleurs encore, c’est dans le secteur de l’éducation que les inquiétudes sont vives, en particulier pour les auxiliaires de vie scolaire. L'Humanité

Avec le soutien du SNUipp, les emplois de vie scolaire (EVS) pourraient engager une action en justice. Leurs nouveaux contrats ne seraient pas conformes aux circulaires réglementaires. La Marseillaise

Une université propose une formation d'auxiliaire de vie scolaire et déclare qu'elles sont maintenant financées par les associations de parents... Le Nouvel Économiste

L'opposition s'est abstenue sur la formulation du vœu émanant de la majorité, regrettant la décision sans concertation de l'inspection académique de retirer trois heures d'accompagnement d'auxiliaire de vie scolaire aux enfants porteurs de handicap. Ouest France

Atteint à la rétine, Ryan était suivi par une auxiliaire de vie scolaire (AVS) jusqu'en octobre au collège Léon-Blum de Wingles. Depuis, l'auxiliaire a disparu. En trois semaines, de temps, sa mère a remué ciel et terre. Aux dernières nouvelles, l'accompagnatrice a été réintégrée. Mais la maman n'y croit pas. La Voix du Nord

Monsieur le Recteur, je suis père d’un enfant handicapé et le directeur vient de m’annoncer que vous aviez décidé d’attribuer à son école une AVSI pour permettre à mon enfant de suivre une scolarité normale. Je m’apprêtais à rédiger un courrier pour vous remercier, lorsque le directeur m’avoua que la nomination de ce nouveau personnel avait pour conséquence de faire perdre à l’école sa secrétaire. [...] Sachez aussi que je ne pense pas que c’est une bonne chose pour l’intégration de mon fils que de le rendre responsable de la disparition de la secrétaire. Commentaire de l'article de Libération

Encore des élèves handicapés sans accompagnement. Le Progrès

Il ne suffit pas de proclamer que tous les enfants handicapés ont droit à l'école. Encore faut-il mettre les moyens. A Montélimar, des parents se battent pour obtenir un second poste d'auxiliaire de vie scolaire (AVS) indispensable pour une bonne scolarité de leurs enfants. Chaque matin depuis le 9 décembre, ils ont occupé leur classe. Ils vont maintenant se réunir pendant les vacances pour envisager une action "plus dure". Libération 

1300 : selon un vœu présenté par le maire adjoint Pascal Grange, il s'agit du nombre d'enfants handicapés qui ont vécu une rentrée scolaire « catastrophique » en Loire-Atlantique du fait d'une réduction de trois heures par semaine du temps d'intervention des auxiliaires de vie scolaire. Un « désengagement de l'Etat » que la Ville « ne sera pas en mesure de compenser ». St-Nazaire infos

Mila toujours sans auxiliaire de vie. Cette enfant de 10 ans lourdement handicapée a perdu son auxiliaire de vie depuis la rentrée. Ses parent intentent maintenant une action judiciaire. Le Parisien

La FGPEP et la FNASEPH dénoncent à nouveau la détérioration de l'accompagnement des élèves en situation de handicap. Les inspections académiques se retranchent derrière la perte supposée de leurs moyens de financement pour refuser les réemplois des Auxiliaires de Vie Scolaire individualisés (AVSi), laissant ainsi s’échapper des compétences reconnues (120 AVSi réemployés pour 500 potentiels). La continuité de ces compétences était pourtant l’un des engagements du ministère. En conséquence, des élèves ne sont pas ou peu scolarisés faute d’accompagnement, ce qui est intolérable au regard du droit à la scolarisation réaffirmé par la loi du 11/02/05. Des heures d’accompagnement notifiées par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées sont « rognées » par les inspections académiques. Les PEP

Valérie Degros ne lâche pas du regard Ryan, son fils de 13 ans. Plus que ses trois autres enfants. Et pour cause, Ryan souffre de déficience visuelle à 80 %. [...] Sous-entendu, pour son actuelle année en 5e, Ryan aurait eu droit à une AVS comme Stéphanie dont le contrat de 20h par semaine se partageait entre Ryan et un autre enfant handicapé. [...] « Ryan est rentré un jour de l'école en me disant "elle n'est pas là Stéphanie" », soupire-t-elle avant de reprendre d'un ton plus incisif : « J'aurais bien aimé qu'on me prévienne. J'ai envoyé des courriers partout pour des réponses stériles. » L'Avenir de l'Artois

Pendant ce point presse à la préfecture, hier midi, quelques dizaines de personnes manifestaient contre la suppression de postes d'auxiliaires de vie scolaire. Le Mans.maville

Manifestation contre la suppression de postes d'employés de vie scolaire. Brignoles.maville

Réunis lundi soir, les parents des enfants en classe Ulis restent mobilisés pour obtenir un auxiliaire de vie scolaire. Sud-Ouest _ Charente Libre 

La FCPE 66 communique. Un nombre croissant d'enfants en situation de handicap ne peuvent plus bénéficier de l'accompagnement par des auxiliaires de vie scolaire qui devraient faciliter leur scolarisation. L'Indépendant 

Pour ces enfants aux besoins particuliers (handicaps physiques et/ou mentaux) il faut des adultes « Auxiliaires de Vie Scolaire » (AVS) tant pour la classe qu'en récréation ou à la cantine. Certes, on a recruté des personnels mais insuffisamment, laissant des mômes cloués à la porte des établissements pendant que les promesses s'envolent... RMC 

De fait, et sachant que le renouvellement met quinze jours à un mois à être entériné, les EVS dont les contrats se terminent à la fin de l'année restent sans réponse à l'heure actuelle. Tout comme les écoles, qui bénéficiaient de l'aide d'une de ces personnes, tant pour les besoins administratifs des établissements que, surtout, pour l'accompagnement d'enfants en situation de handicap, et qui ne seront pas fixées au retour des vacances de Noël. Hyères.maville

La décision de l'inspection académique de ne pas renouveler les contrats d'une auxiliaire administrative et d'auxiliaires de vie sociale [NDLR : scolaire] à l'école maternelle suscite une grande inquiétude auprès des parents d'élèves. [...] Ces emplois sont précaires et les contrats ne prévoient pas toujours le suivi du même enfant durant l'année scolaire La Dépêche

La classe Ulis, qui accueille des élèves handicapés, n'a plus d'auxiliaire de vie scolaire depuis deux mois. Les parents se mobilisent. Sud-Ouest

La famille Ballery a essuyé un second refus de la MDPH. Tatiana, porteuse de la trisomie 21, reste scolarisée sans auxiliaire. Les parents en appellent au ministre. L'Union

Auxiliaires de vie scolaire : l'Etat oublie les élèves handicapés. Rue 89

Absence d'auxiliaires de vie scolaire : « On ne pense pas à nos enfants ». Le Maine Libre

Scolarisation des enfants handicapés : Je vous laisse découvrir la réponse de Nicolas Sarkozy, (ou plutôt celle de son chef de cabinet) à la lettre que nous lui avions adressée sur notre situation…  Joint à cette réponse, celle de Gérald Chaix (recteur). Il ne nous reste plus qu’à attendre le courrier du ministre Luc Chatel, qui je l’espère, répondra de façon concrète aux interrogations  légitimes, qui sont les nôtres… Collectif 44 HSE

Après plusieurs expériences professionnelles, la jeune femme a voulu mettre un terme à sa récente période de chômage « en venant en aide à des ados, car j'aime ça ». Sans qualification particulière, elle a décroché son poste d'auxiliaire en octobre, qui lui permet « non seulement de remettre le pied à l'étrier mais aussi de me rendre utile ».  Ouest France

« Sans les Emplois de vie scolaire (EVS) je n'aurai pas pu mettre mon fils à l'école mais grâce à eux j'au pu être soulagée. Je ne peux donc pas comprendre cette décision » : la maman de Thomas, un enfant autiste scolarisé « normalement » ne cache pas son émotion. LaSeyne.maville

Une dizaine de parents dont les enfants sont scolarisés à l'école Margerie de Montélimar ont occupé hier matin la classe d'intégration scolaire. Depuis le début de l'année, les 12 enfants handicapés moteurs bénéficient de l'aide de 2 auxiliaires de vie, alors qu'il y a aussi une classe pour les enfants handicapés mentaux. Actucity _ Le Dauphiné

La loi sur l'égalité des droits et des chances pour les handicapés fêtera ses 6 ans le 11 février prochain. Aksel et Sofiane n'en n'ont que 4, mais ils n'en bénéficient toujours pas : depuis des mois, leurs parents et leur école se battent pour obtenir un auxiliaire de vie scolaire pour chacun d'eux. En vain jusqu'ici. Sud-Ouest

En 2010, on ne peut que reprendre les inquiétudes des organisations nationales représentatives des personnes handicapées et de leurs familles, et constater la remise en cause progressive des principes et de l'état d'esprit de la loi de 2005, du fait du désengagement de l'Etat (désengagement financier auprès des Maisons départementales des personnes handicapées, baisse des contrats aidés pour la scolarisation des enfants handicapés, ou dernièrement l'annonce d'une revalorisation moins rapide que prévue pour l'Allocation Adulte Handicapé (AAH)). Conseil général de l'Oise

Après bien des vicissitudes et la mobilisation sans faille de sa maman… Antoine, 8 ans, peut enfin reprendre l'école. [...] Le 23 novembre, une AVS remplaçante s'occupait enfin d'Antoine « mais au détriment de deux autres enfants handicapés », insiste la mère de famille, choquée par cette situation. L'Union

J’aurai fait de mon mieux, de ma plume chevrotante
Pour crier jusqu’à vous, même à mon âge on tente
Dans l’espoir qu’aux enfants vous ferez une fleur
Sans prétendre pour autant à la Légion d’honneur.
Au cas où plus d’infos vous seraient nécessaires
Il s’agit ici d’Auxiliaires de Vie Scolaire
Sous le sigle AVS à l’école primaire
Guidant l’enfant en classe, dehors quand il prend l’air.

La jeune fille en question a répondu qu'elle avait dû interrompre ses études à cause de la suppression des aides par l'Education Nationale , aux assistants des handicapés !  Oui , elle n'allait plus à l'Ecole ... On ne peut pas dire qu'ils avaient les bonnes questions ??? mais nous avons eu les bonnes réponses !!! Faites des dons au téléthon , pour vous substituer à l'éducation Nationale et permettre aux jeunes handicapés de suivre une scolarité normale !!! Le Post

La situation des élèves handicapés inquiète. À l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, plusieurs associations poussent un cri d’alarme face au manque d’accompagnants scolaires en France. Pour Justine Poulain, membre de l’association Unaïsse*, la situation est « désastreuse ». Public Sénat

Premier problème: la scolarisation, à travers ces Auxiliaires de Vie Sociale qui devaient permettre à tout enfant d’aller à l’école de son quartier. Selon Jean-Louis Vignaud, «l’éducation nationale est en train de faire passer le coût financier de ses postes, à des associations notamment, qui ont des difficultés à l’assumer. En Ariège, l’Inspecteur d’Académie assure pour le moment leur prise en charge, même s’il y a un déficit d’heures» Il y aurait entre 60 et 80 AVS dans le département. Et 276 enfants bénéficient de leur intervention en milieu scolaire. Ariège News

Le jeune garçon, lui, vit le mieux possible. Il va au collège de La Côte-Saint-André, en classe de 5e. Avec le soutien de deux auxiliaires de vie scolaire: «Elles l’aident à défaire ses affaires, à préparer son repas à la cantine, à aller aux WC, etc. Notre inquiétude, c’est que leurs contrats s’arrêtent en avril et qu’on ne sait pas s’ils seront renouvelés.» C’est leur préoccupation aujourd’hui. Le Dauphiné

Comment le gouvernement fait des économies en fermant les écoles aux handicapés. Politique.net 

Concernant les assistants de vie scolaire (AVS) des élèves handicapés, le ministre a rappelé qu'un amendement avait été voté dégageant 20 millions d'euros qui permettront le maintien de 4.000 AVS et que les autres situations seraient traitées "au cas par cas". Il a relevé que les prescriptions en AVS, faites par les maisons départementales des personnes handicapées dépendant des conseils généraux, étaient en forte hausse, mais que c'était l'État qui payait. Le conseil général de Seine-Saint-Denis a fait état, le 10 novembre, de 97 enfants handicapés du département qui n'étaient toujours pas scolarisés. Le Point

Les 4 500 postes d'AVS et EVS qui devaient être supprimés à la rentrée prochaine ne le seront pas. Ces postes permettent l'accompagnement d'élèves en très grande difficulté ou d'élèves handicapés et pour lesquels beaucoup de parents nous avaient sollicités. Sud-Ouest

Les mamans de Brian et d'Élisa sont indignées : leurs enfants handicapés ne bénéficient plus de l'aide d'une auxiliaire de vie scolaire (AVS) depuis la rentrée des vacances de Toussaint. Une situation qui pénalise fortement les enfants. La Voix du Nord

Pour des raisons complexes liées à l'endettement de la propriétaire, ils devraient en effet acquitter une somme mensuelle équivalente au double de leur loyer actuel, selon Mme Arnaud. Difficile à envisager pour ces deux retraités invalides dont les revenus mensuels sont inférieurs à 1 500 euros, tandis que leur fille, ex-auxiliaire de vie scolaire, pointe au chômage. Sud-Ouest

À l'heure actuelle, 30 enfants sont encore sans accompagnement dans le département des Pyrénées-Atlantiques. L'obtention de ces accompagnements est déjà une première bataille alors que les besoins ont été validés par la MDPH (Maison départementale pour les personnes handicapées). De plus, il s'avère que ces accompagnements, une fois accordés, ne sont pas adaptés car les personnels accompagnants doivent faire face à une précarité croissante, tant en termes de professionnalisation que de formation, chacune indispensable et pourtant laissées lettres mortes par le gouvernement, malgré les propositions concrètes faites par les associations lors des négociations nationales qui se sont tenues en mars dernier à ce sujet. Le Journal du Pays Basque

Bonsoir, je suis le père de Mila, dont vous avez parlé dans vos colonnes. Je m'étonne de ne jamais voir décrits l'attitude et le fonctionnement de certaines MDPH qui anticipent les problèmes budgétaires des rectorats en prenant des décisions contre l'intérêt des enfants et contre les principes de l'intégration. Amicalement, David.

Handicap et scolarité. Les besoins sont couverts selon le préfet. [...] Le préfet conclut: «Nous devons tous nous mobiliser, dans un esprit positif, dans le seul objectif d'assurer aux enfants en situation de handicap, une scolarité la plus intégrée possible». «À l'heure d'aujourd'hui tous les enfants n'ont pas leur AVS, même si les recrutements ont été lancés», constate le collectif des associations de personnes handicapées du Finistère. Le Télégramme

Un enfant autiste privé d'une assistante de vie scolaire. C'est une histoire qui risque de se répéter. Samuel atteint du syndrome d'Asperger était accompagné au collège Font de Fillol par une auxiliaire de vie scolaire. Or son contrat n'a pas été reconduit, risquant d'entraîner la déscolarisation du petit à partir de mardi. Six Fours

Thomas n'est pas un mauvais élève. Il est sage et même plutôt bon en maths dans sa classe de CM1, à l'école Bracke-Desrousseaux de Saint-Amand-les-Eaux. Son souci, au quotidien, c'est de déchiffrer les énoncés. Thomas souffre de dyslexie, et aurait besoin, en classe, d'une auxiliaire de vie scolaire (AVS). Un droit bien compliqué à faire valoir. Un parcours du combattant, même pour ses parents, Christophe et Céline Garnier. La Voix du Nord

Depuis le mois d'octobre, dans tout l'arrondissement, des écoles voient stopper sans crier gare, des contrats d'auxiliaire de vie scolaire ..., plongeant des familles, mais aussi des enseignants dans le désarroi. Déjà dans notre édition du 11 novembre, nous évoquions le sort d'Ethaniel Cuvelier, élève à l'école Joliot-Curie de Raismes, qui, malgré ses troubles du langage et de la mémoire, avait vu disparaître son AVS après la Toussaint. La Voix du Nord

Même constat pour les AVS (Auxiliaire de vie scolaire) chargées d'aider à l'intégration en milieu scolaire ordinaire des élèves souffrants de handicap : moins d'heures car davantage d'élèves. « Le département compte 5 400 enfants dans cette situation », remarque Denis Liquet, vice-président de l'Union DDEN 44. « Ils sont 2 000 de plus qu'il y a trois ans ». Ouest France 

En apparence, c'est une bonne nouvelle. Début novembre, l'inspection académique du Rhône a produit une liste d'écoles autorisées à recruter des emplois vie scolaire pour accompagner des enfants en situation de handicap. Au total, 171 équivalents temps plein (24 heures chacun) sont programmés. Cette bonne nouvelle n'est qu'apparente : D'une part ce courrier administratif confirme le manque de personnels qui perdure depuis la rentrée. D'autre part, l'octroi des 171 emplois ne comble pas tous les besoins. Le Progrès

Payés au Smic sur six mois et des horaires peu compatibles avec une autre activité, peu formés, les personnels ne sont sans doute pas si faciles à trouver. Encore faut-il vraiment vouloir les recruter… Lundi 22 novembre, en consultant le site de Pôle emploi, nous avons relevé en tout et pour tout neuf offres d'emplois pour des auxiliaires et des emplois de vie scolaire sur le département du Rhône. Ce qui laisse songeur face au 171 équivalents temps plein à pourvoir, d'après la circulaire de l'Inspection académique. Mais le problème n'est pas réglé pour autant.  Le Progrès

De même, toujours selon la FCPE, ce manque d'accompagnement des élèves handicapés dégrade leurs conditions de scolarisation, et “on peut craindre pour leur avenir”. Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux tenus par Toni Morrison, l'auteure américaine, lors de son passage à Paris, au sujet des installations pour handicapés. ActuaLitté

Thibault soufflera ses bougies le 29 novembre. En septembre, il aurait dû faire sa rentrée en classe de maternelle à l'école La Providence à La Guerche. Seulement, le garçonnet souffre de « troubles autistiques ».  Manuela et Christophe Guillet, ses parents, en accord avec l'école, ont demandé, début juillet, à bénéficier d'une auxiliaire de vie scolaire. Ils attendent toujours l'accord de la Maison départementale pour les personnes handicapées. À défaut, on leur conseille de mettre Thibault à la crèche, au centre social. Et là, c'est un problème de médecin référent qui fait obstacle. Ouest France

Une cinquantaine de personnes ont manifesté à 14h devant l'inspection académique rue Jaboulay à Lyon 7e. mercredi après-midi. Pincipalement des emplois vie scolaire (EVS) et des auxiliaires de vie scolaire (AVS), soutenus par des membres du Syndicat National Unifié des Instituteurs - Force Ouvrière, le SNUDI-FO et la FSU. Selon les manifestants, "des centaines d'élèves handicapés du Rhône attendent toujours un AVS/EVS qui leur a été notifié par la maison départementale du handicap (MDPH), depuis des mois. D'autres attendent toujours une notification MDPH... " Lyon Capitale

Comme beaucoup de parents, la maman de Jowy constate que la loi sur la scolarisation des enfants handicapés n'est pas toujours appliquée. Dans le Rhône, de nombreux emplois vie scolaire ne sont pas pourvus. Le Progrès

Soutenus par les autres parents et par les enseignants, Ségolène et Fabrice Charrier ont lutté pour que leur fils Nathan conserve son auxiliaire de vie scolaire, Danièle Dua. Depuis l'automne 2009, l'écolier marcquois, qui souffre de troubles autistiques, a acquis les mêmes savoirs que ses copains et il s'est épanoui. La Voix du Nord

Trois enfants, diversement handicapés, scolarisés à l'Immaculée-Conception, une école privée de Saint-Omer, ont le droit à une aide à la scolarisation. Ils l'attendent depuis la rentrée. Des parents ont pris le relais en attendant une solution pérenne promise pour avant les vacances de Noël. La Voix du Nord

Le contrat de l’auxiliaire de vie de la classe d’intégration scolaire (Clis) de l’école Saint-Exupéry à Sablé, a pris fin vendredi. Même si la jeune femme doit être remplacée d’ici 10 jours, la rupture est difficile à gérer pour les enfants et pour l’école. Ouest France

Les membres de l'association des parents d'élèves des écoles publiques de la commune s'alarment de la situation d'un jeune élève de l'école Bosser : « Ce petit garçon aurait dû bénéficier d'une AVS (auxiliaire de vie scolaire) depuis la rentrée scolaire. Du fait du gel des budgets au niveau académique, la personne recrutée n'a pu exercer sa mission. Un enseignant a alors été nommé pour pallier, dans l'urgence, ce dysfonctionnement. Mais cet enseignant doit maintenant effectuer un remplacement... Ouest France

L'association Rémi va à l'école se bat depuis de nombreuses années pour que ce sympathique gamin, atteint d'une paralysie laryngée d'origine centrale, puisse poursuivre une scolarité normale. Mais, pour ce faire, Rémi a besoin d'une assistance permanente pendant cette scolarité, et cela coûte. Cette année, alors que Rémi est scolarisé en CM2, l'association a atteint un de ses buts puisque l'Éducation nationale a enfin accepté de prendre en charge les défraiements de l'assistante de vie qui le suit pendant le temps scolaire. Midi Libre

Trisomie 21, le cri d'une mère : «Le droit à la normalité de ma fille». La République des Pyrénées

« Nous avons également appris que le contrat d'emploi vie scolaire d'un enfant handicapé de la maternelle Gabillais ne serait pas renouvelé, interdisant ainsi l'accès à l'école pour cet enfant, se désole le parent d'élèves. [...] Nous sommes d'autant plus surpris de cette décision lorsque le gouvernement annonce un plan de soutien aux handicaps. » Ouest France

En effet, « une élève de Kermoulin qui devait bénéficier d'une auxiliaire à la vie scolaire, AVS, dépend depuis septembre de l'aide et de la solidarité de ses camarades de 5 ou 6 ans et de la bonne volonté de l'équipe pédagogique. Une telle situation est inacceptable ! » Ouest France

Depuis hier, une auxiliaire de vie individuelle a été nommée pour permettre à la fillette, atteinte d'une maladie orpheline, de rester scolarisée. Une petite victoire. Grasse.maville

Beaucoup d'enfants handicapés ne sont toujours pas scolarisés faute d'Assistante de Vie Scolaire. A Pont-Saint-Martin, en Loire Atlantique, des heures d'intervention ont été supprimées, ce qui inquiète familles et associations. TF1

Trisomique, Mehdi, 5 ans, s’est vu retirer l’auxiliaire de vie scolaire qui l’aidait depuis la rentrée. Son cas n’est pas isolé et sa mère, comme de nombreux parents, s’insurge. Le Parisien

Une centaine d'enfants handicapés (97) de Seine-Saint-Denis ne sont toujours pas scolarisés deux mois après la rentrée des classes alors qu'ils avaient bénéficié d'une décision d'accompagnement, d'après un communiqué de Claude Bartolone, président (PS) du conseil général du département. Le Figaro

Lagnieu : elle s'enchaîne à la grille de l'école pour défendre les droits de son fils autiste. Le Progrès

Valenciennois : des parents d'élèves dénoncent la suppression d'auxiliaires de vie. La Voix du Nord

Faute de financements, les contrats de plusieurs auxiliaires de vie scolaire n'ont pas été renouvelés ces derniers jours provoquant la colère des parents dont les enfants ne pourront se rendre à l'école. RTL

En Loire Atlantique :

Accompagnement des élèves handicapés en Loire Atlantique (situation au 20 septembre 2010) :
1-  1289 élèves accompagnés par des AVSI sur le 44
2-   230 élèves en attente de notification MDPH (CDAPH d'octobre)
3-  1511 élèves seront accompagnés par des AVSI, sur ces 1511 élèves, 15% n'ont pas vu de baisse de leurs heures d'accompagnement
4-  soit 226, c'est le nombre d'élèves sans perte de temps
5-  1285 c'est le nombre d'élèves qui ont vu une diminution de trois heures au minimum de leur accompagnement
6-  3855, c'est le nombre d'heures par semaine économisées par l'inspection académique sur le dos de nos enfants
7-  Dans ce calcul, ne rentre pas en ligne de compte les premières demandes qui n'ont pas été honorées, ainsi que l'inadmissible suppression des postes d'AVSCO dans les CLIS1.
Ces chiffres émanent de l'inspection académique, ils sont donc fiables, c'est sans conteste possible un désengagement de grande ampleur auquel nous assistons…
Collectif 44 HSE

« Il a besoin d'une aide pour former les lettres. Aujourd'hui l'institutrice doit adapter son travail à ses problèmes de vue, lui agrandir les supports, lui présenter sur plusieurs feuilles, pour éviter que son regard se disperse. » Alors il a fallu trouver un candidat via la direction diocésaine de l'enseignement catholique et Pôle emploi, « au début ce n'était pas simple, à la rentrée personne n'avait été trouvé ». Puis la bonne nouvelle arrive. Une personne de la commune postule. Et là, c'est la douche froide. Pôle emploi ne peut plus faire de convention, faute de budget. Ouest-France

Les contrats aidés étant épuisés, des enfants handicapés n'iront pas à l'école, faute d'auxiliaire. Le collectif handicapés du Finistère envisage un recours judiciaire. Le Télégramme

Il devait faire sa rentrée scolaire au CP accompagné d'une auxiliaire de vie scolaire. Lubin a 5 ans et souffre d'un handicap. Un mois plus tard, les douze heures hebdomadaires qui lui sont allouées ne sont toujours pas honorées. Hier, ses parents ont lancé une pétition. La Voix du Nord

La bataille ne fait que commencer pour Antonio et ses proches qui luttent pour que le petit garçon handicapé puisse rester avec ses camarades d'école. Le problème, c'est qu'il ne devrait plus avoir d'assistante de vie scolaire à partir du 8 octobre, une personne indispensable pour ce petit garçon trisomique. La Dépêche.fr

Ethan, handicapé, n’était pas certain de garder son auxiliaire de vie scolaire. C’est chose faite. Mais la lourdeur administrative éreinte ses parents. L'Aisne Nouvelle

Trois semaines après la rentrée, Mathieu et Lucas, élèves de l'école maternelle d'Aiglepierre, ne bénéficiaient toujours pas de leur auxiliaire de vie scolaire. Leurs parents et les élus s'indignent de cette situation. Le Progrès.fr _ Plein Air  Ouest France

Depuis la rentrée scolaire, les heures d’accompagnement de trois enfants handicapés scolarisés à Palinges ont été revues à la baisse. Les parents ne comprennent pas et dénoncent… Le Journal de Saône-et-Loire

 Le collectif Handicap 81 regroupant seize associations venant en aide aux personnes handicapées est en alerte. En cette rentrée, nombre de parents d’enfants handicapés sont inquiets suite à un arrêté pris par le préfet de Région cet été. En effet, le 22 juillet, un arrêté a été mis en place concernant les personnes en contrats aidées et modifiant les conditions d’accès à ce type de contrat. « Des personnes en contrats aidés sur des missions d’Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) voient leur emploi supprimé. De plus, ce texte, élaboré en plein été, a provoqué un chaos à la rentrée scolaire », souligne Jacques Mathieu, président du collectif handicap 81.  En modifiant les conditions d’accès à ces contrats et à leur renouvellement, certains enfants en cette rentrée se sont retrouvés sans aide d’auxiliaires de vie scolaire. Il faut désormais 24 mois de chômage pour prétendre à ce type de contrat qui est désormais de 6 mois au lieu d’un an et renouvelable une fois. La conséquence est dramatique pour certains parents qui ne savent plus si leurs enfants handicapés pourront être scolarisés en cette année scolaire 2010-2011.

Tarn Libre (site de l'APAJH du Tarn)

Le problème était le même il y a un an :

Des parents ne se laissent plus imposer l'absence d'Auxiliaires de Vie Scolaire et portent plainte contre l'État, avec comme résultat la résolution express du problème.Yanous

Je suis assistante d'éducation, plus précisément auxiliaire de vie scolaire individuel (AVS-I) depuis septembre 2005. Je suis salariée de la fonction publique d'Etat et travaille en CDD de 1 an reconductible pendant 6 ans.
Ma question est la suivante: je suis enceinte et la date d'accouchement est prévue le 7 août 2010. Le congé maternité tombe donc pendant les deux mois de congés imposés à savoir juillet et août. M'est-il possible de récupérer ces deux mois puisque je ne serai pas en congé mais en congé maternité ou bien est-ce tant pis pour moi, mes deux mois de congés étant perdu ? De plus, étant en CDD, reconductible, est-ce possible d'envisager un congé parental par la suite car je n'imagine pas reprendre le travail dès le mois d'octobre ? Existe-t-il des textes juridiques me permettant de prouver qu'il s'agit de deux "types de congés différents" ? L'univers des experts  

Comments