Actualités‎ > ‎

Actualités 2011-05

Actualités du 31 mai 2011

 Cependant, scolariser un enfant handicapé dans les conditions actuelles de l’école publique, c’est-à-dire sans concevoir de protocole d’accueil réellement adapté, est souvent synonyme d’échec. Le cadre législatif est enfin posé mais sur le terrain, c’est une autre histoire...

 En effet, la majorité des établissements scolaires s’est trouvée dans l’incapacité de mettre en place une projet individuel et c’est ainsi qu’en 2009 , 88% des familles ayant demandé l’inscription de leur enfant handicapé (mental ou moteur) dans un établissement scolaire "traditionnel" ont vu leur demande rejetée. [...]
 Ainsi, faute de moyens, les enfants présentant un handicap sont donc encore bien souvent redirigés vers des établissements spécialisés malgré leur inscription en milieu ordinaire. L’adaptation de l’école publique ne s’impose pas, elle se prépare. Les Droits de l'enfant

8 juin 2011, Conférence du handicap [...] Il y a plusieurs points, dans ce domaine, qui restent en suspens, en premier lieu la question des AVS (auxiliaires de vie scolaire). Le deuxième, c'est la place de l'enfant handicapé à l'école. C'est le BAba, tout commence là. C'est à l'école que les enfants comprennent que la différence existe, c'est à l'école qu'ils peuvent apprendre et pratiquer déjà la solidarité. Et puis, du point de vue du jeune élève en situation de handicap, si l'on veut que, plus tard, il soit le plus inséré possible, il faut que la scolarisation le lui permette. Handicap.fr 

En termes de prise en charge des enfants en situation de handicap, en province Nord, les choses avancent. Entre l’ouverture de deux classes d’intégration supplémentaires en 2010 et le recrutement d’un animateur sportif, ces enfants peuvent vivre convenablement. Les Nouvelles Calédoniennes 

Maladie rare : le besoin de partage des familles. La famille va faire « une demande d'auxiliaire de vie scolaire pour l'année prochaine. » En attendant, Katia aimerait « créer une autre association » (1) à échelle régionale pour aider la recherche et pour rencontrer d'autres parents, hantés par les mêmes questions... Ouest France

Actualités du 30 mai 2011

Le plan autisme comporte trois orientations principales : mieux connaître ce handicap si spécifique, ainsi que les pratiques des professionnels, et favoriser la formation ; permettre un diagnostic rapide, car – vous avez raison de le dire, monsieur le député – le retard pris en la matière pénalise par la suite le parcours de la personne concernée et de sa famille ; enfin, de soutenir une offre médico-sociale et sanitaire à l’intention de ces personnes. Voilà pourquoi le plan autisme 2008-2001 prévoit la création de 4 100 places d’accueil supplémentaires, déjà financées, et dont 50 % sont créées pour les enfants, 30 % pour les adultes. Vingt-trois expérimentations ont également été décidées, qui permettront de soutenir les méthodes comportementalistes, auxquelles les familles sont très attachées et sur lesquelles elles fondent un immense espoir. Assemblée nationale _ Vidéo [NDLR : M. Brard pourrait respecter la souffrance des familles.]

« Je serai dans l'obligation de supprimer des postes à la rentrée, ce qui fait que nous ne pourrons pas accueillir d'enfants qui sont sur des listes d'attente », avait répété le directeur lors de réunions au CAMSP et au SESSAD Boris-Vian. La Vie active venait d'apprendre que l'Agence régionale de la santé (ARS) pourrait ne plus compenser, à l'avenir, des budgets de fonctionnement que tous pourtant s'accordent à juger insuffisants. [...] Au SESSAD Boris-Vian, où l'Éducation nationale vient de supprimer les derniers postes d'enseignants (1,5 poste), les élèves en situation de handicap connaîtront-ils les mêmes progressions ? Enfin, quel sort sera réservé aux enfants du Calaisis, placés sur une liste d'attente, et qui pour le moment ne peuvent pas être pris en charge par le CAMSP (0-6 ans) et les SESSAD (6-20 ans) ? La Voix du Nord

Actualités du 29 mai 2011

Passé au second plan dans la lutte contre le harcèlement scolaire, l’accompagnement des élèves en situation handicap est pourtant loin d’être résolu. Des parents et associations on ainsi manifestés dans plusieurs villes samedi, dénonçant un abandon du gouvernement. Les villes changent mais le constat est le même, les enfants handicapés sont trop mal accompagnés. À Rennes, Bordeaux, ou Toulouse les parents d’élèves et associations d’aide au handicap ont défilés et manifestés devant les rectorats. Regroupés sous le collectif Handik, ils ont ainsi dénoncés « la précarisation et l’appauvrissement du dispositif d’accompagnement Auxiliaire de Vie Scolaire ». Le journal de l'éducation (blog)

Actualités du 28 mai 2011

Loi Handicap 2005 : beaucoup reste à faire. Agora Vox 

D'autant que trois élèves relevant de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) vont arriver en CP avec un nombre d'heures d'auxiliaire de vie scolaire (AVS) diminuées par rapport aux années précédentes. D'autant que les 12 élèves de la Clis (classe d'intégration scolaire) sont au maximum intégrés dans les classes de leur niveau. D'autant que l'école accueille au fil de l'année les enfants du voyage. « Comment obtenir des résultats positifs avec ces enfants, qui ont le droit à une éducation de qualité, dans des classes où les effectifs seront alourdis ? », s'interrogent les parents. Sud-Ouest

Actualités du 27 mai 2011

«Notre lutte a commencé le 26 juin 2010, elle s'interrompt un peu aujourd'hui, mais est loin d'être terminée». David Beck, père de Mila, une jeune trisomique de Senlis, ne cache pas son soulagement. [...] Le problème, c'est que le contrat de cette AVS se termine le 13 juin, alors que la fillette est à l'école jusqu'au 2 juillet. Le combat des parents de Mila n'est donc pas terminé: «On l'a appris quand l'AVS est arrivée. Notre victoire au tribunal aura servi à deux mois de présence... C'est peu. Et ensuite, il faudra entamer les démarches pour la rentrée 2011...» Le Courrier Picard 

Véronique Kerébel est la maman d'une petite handicapée, dont l'assistante de vie scolaire (AVS) ne sera pas remplacée avant septembre. Nous publions des extraits de la lettre qu'elle a écrite au Président de la République, Nicolas Sarkozy. Ouest France 

Une professeur témoignait également : « Ici, les enfants ne sont pas indisciplinés mais le milieu social fait qu'ils ont besoin d'être encadrés, il y a beaucoup de difficultés d'apprentissage. Nous avons aussi trois élèves handicapés et plus d'assistants de vie scolaire ... » La Voix du Nord 

Le Groupement interassociatif pour la scolarisation des enfants handicapés (GISH) a rassemblé une soixantaine de personnes, samedi, devant le rectorat d’académie de Toulouse. Avec, rien que pour la Haute-Garonne, 139 élèves sans auxilliaires de vie scolaire (AVS), il dénonce les conditions de scolarité des enfants handicapés. L'Humanité

Je pense que les élèves dans la cour se moquent de Guillaume parce que sans le vouloir ma présence le stigmatise. Je remarque lorsque j'arrive dans la cour les yeux ahuris de certains enfants qui se demandent ce que peut bien venir faire cet adulte dans l'école. Tous ne m'ont pas identifié. Et certains, s'ils l'ont fait, le font au détriment de Guillaume. "Guillaume est un handicapé..." Je ne peux pas lutter, Guillaume non plus. J'espère qu'il entend mes remarques lorsque je lui conseille de ne pas prêter attention au qu'en dira-t-on. AVS-i 

Actualités du 26 mai 2011

Le parcours de la scolarisation d’un élève handicapé. La Croix 

La scolarisation des enfants handicapés connaît encore des ratés. La Croix 

À la rentrée, la classe maternelle qui accueillait une vingtaine d'enfants handicapés sera fermée. « Elle a été très utile mais n'a plus lieu d'être », estime l'inspecteur d'académie. Paradoxalement, c'est la loi sur le handicap de 2005 qui signe l'arrêt de mort de la classe Trottinette, dispositif original accueillant depuis huit ans des enfants handicapés de 3 à 6 ans, afin de les préparer à l'entrée à l'école maternelle. « Cette expérience a correspondu à une époque, estime l'inspecteur d'académie. Mais aujourd'hui, l'école maternelle sait accueillir tous les enfants handicapés ». Le Mans.maville [NDLR : !!!!!????....]

Au pays de la Tour Eiffel, du Champagne, du foie gras, du cognac, du charmant, de Carla Bruni ; dans le pays de "Liberté, Égalité et Fraternité », l'intégration scolaire porte encore des couches. Peu de liberté, peu d’égalité et presque aucune fraternité. Selon les déclarations de Vincent Gerhards, président du collectif Autisme à Europe 1, seulement 20% des enfants atteints d'autisme ont accès à la scolarisation dans une école ordinaire. Pour les 80% restant¸ la seule option à disposition est une scolarité en centres « spécialisés, des Instituts Médico Educatifs (IME) ou bien alors la coûteuse option des écoles privées, et beaucoup de gens n’en ont pas les moyens. Autisme Diario

Actualités du 25 mai 2011

L’accompagnement scolaire des enfants handicapés constitue un métier à part entière, nécessitant une qualification adaptée et un volume horaire suffisant. Afin de rappeler cette évidence, et de mettre la pression sur le gouvernement à quelques semaines de la sortie du rapport Blanc, dressant l’état des lieux du handicap dans l’Hexagone, une soixantaine de personnes du collectif Handik, regroupant cinq associations du Pays Basque, se sont réunies ce week-end devant le rectorat de Bordeaux. D’autres manifestations se déroulaient en parallèle à Rennes et à Toulouse. Le Journal du Pays Basque 

Je vous propose de partager mon expérience d'Assistant Scolaire pour l'Intégration des élèves Handicapés. Réagissez, c'est une fonction qui n'a jusqu'alors aucune reconnaissance légale. Nous sommes nombreux dans ce cas à être employé en contrat précaire et payé par l'Education Nationale. L'Etat n'a à ce jour toujours pas donné les moyens suffisants et nécessaires pour une application de la Loi 2005 sur le Handicap. AVS-i (blog)

Mais, surtout, la Sarako Izarra n'a pas voulu organiser ce tournoi pour la seule beauté du geste. Ce rendez-vous, qui commencera vers 10 heures samedi matin, pour se terminer tard dans la nuit, doit également servir une cause. Celle de l'association Integrazio Batzordea de Seaska. Cette dernière, présidée par Dominique Idiart, œuvre en faveur de l'intégration des enfants porteurs de handicap au sein des ikastolak. Créée il y a douze ans, l'association doit faire face depuis 2008 au désengagement de l'Éducation nationale dans la cause qu'elle défend. D'où la nécessité pour Integrazio Batzordea de recueillir des fonds. Ce qui sera fait avec les bénéfices de la soirée qui suivra le tournoi de rugby. Sud-Ouest 

(Royaume-Uni) Je m’appelle Myriam et je suis la maman d’un petit Theodore de 3 ans  et demi. Theodore est atteint d’une maladie génétique rare appelée le syndrome de CHARGE. Cette maladie a un impact sur tous les aspects de la vie de Theodore dont son développement physique et mental. [...] Nous avons été très positivement surpris et avons découvert que les structures d’accueil anglaises (en particulier à Londres) sont bien faites. Le “social worker” qui nous avait été attribué à la naissance de Theo nous a aidé à trouver la structure la plus adaptée. Theo a donc pu aller dans une crèche spécialisée dès l’âge de 1an et demi puis il a eu ce qui s’appelle un “joint placement” à moitié en école spécialisée et à moitié en école généraliste à 3 ans. L’intégration des enfants “à besoins spéciaux” (je trouve cette expression tellement plus douce que de parler d’enfants handicapés) se fait beaucoup plus facilement en Angleterre et est encouragée. Mamans à Londres

Dans le Gers, par exemple, les AVS sont des... EVS (emploi de vie scolaire), contrat aidé de six mois et moins bien formés que les AVS. Cette situation débouche sur des situations d'échec scolaire, voire de déscolarisation. « Les EVS n'ont pas la formation nécessaire et sont en position précaire. Seuls les AVS sont formés par l'inspection académique », souligne Joëlle Rabier, porte-parole du collectif Handiscolarité 32. Dans le Gers, 61 élèves ne sont pas accompagnés correctement. Tessolidaire

Actualités du 24 mai 2011

La Penne : les parents d'élèves mobilisés pour garder leur Clis. La Provence

Les parents d'élèves de la Clis de Coucy refusent la fermeture de cette classe. Aux arguments de fond, ils ont ajouté hier un symbolique cadenas. L'Union

À Nieulle-sur-Seudre, Lola, bientôt 3 ans, est diabétique de type 1 [...] Tout son attirail, ses piqûres, ses soins, elle les a acceptés sans sourciller il y a un an, quand sa maladie a été diagnostiquée. Elle n'a pas conscience du combat que mènent ses parents pour l'inscrire à l'école et éviter toutes les discriminations que sa maladie entraîne.Pourtant, c'est bien par les mots « Vous ne préférez pas la placer en institution ? » que sa maman, Audrey Morin, a été accueillie quand elle a voulu l'inscrire à l'école maternelle la plus proche. Ou encore : « Non, c'est trop de responsabilité, nos classes sont surchargées, nous n'avons pas le temps de nous occuper de votre fille ! » Sud-Ouest

Identifier les habiletés éducatives et gestes professionnels d’ajustement d’un auxiliaire de vie scolaire accompagnant un élève autiste : À travers l’étude du cas d’un Avs accompagnant un élève autiste, des tours habiles (pensée métis)1 et des habiletés prudentes (intelligence du kairos)2 soutenant la mise en œuvre de gestes professionnels d’ajustement ont été étudiés de manière à en proposer une intelligibilité. Le travail partagé de l'enseignant et de l'Avs a été également abordé et peut contribuer à réfléchir à des pistes de formation envisageables. [NDLR : contribution particulièrement intéressante à télécharger] Institut Français de l'Éducation 

Hélène Lataste a été en charge d'un jeune enfant, Mathias, présentant un handicap. Des relations se sont nouées avec l'enfant mais aussi avec sa famille. Il est apparu que les parents d'enfants handicapés sont pratiquement mobilisés toute la journée et ont besoin d'un moment pour se consacrer à d'autres obligations.
C'est à partir de ce constat qu'Hélène Lataste et des parents ont créé l'association M en rouge, afin d'apporter un réconfort aux familles en mutualisant les expériences. L'association recherche un local pour y tenir ses permanences et accueillir les familles. Sud-Ouest 

Dans notre département, depuis plusieurs années, l’ensemble des classes de CLIS et d’ULIS (ex-UPI) dispose d’un AVS afin de seconder l’enseignant et les élèves en situation de handicap. Ces personnels qui ont un contrat de droit public d’assistant d’éducation pouvaient rester sur poste jusqu’à 6 ans (par renouvellement annuel) permettant ainsi un travail sur plusieurs années. Or, pour des questions d’économie, l’IA vient d’annoncer que ces 47 personnes seront tout simplement remerciées à la fin de cette année scolaire et remplacées par des contrats aidés (EVS). La différence est de marque : le CUI est payé moins avec un contrat en CDD de 2 ans maximum. Lorsque les choix économiques sont plus importants que la scolarisation des élèves handicapés… SNUipp 68-FSU 

« Depuis septembre 2008, rappelle Dominique Idiart, aucun nouveau poste d'AVS n'a été mis en place par l'Éducation nationale. Or les scolarisations, donc les besoins financiers, ont augmenté. Actuellement, 39 enfants de 3 à 14 ans, porteurs de handicap, sont scolarisés en ikastola ou dans un collège de la filière Seaska. Sur ces 39 élèves, 29 ont besoin d'un accompagnement, notifié par la Maison départementale des personnes en situation de handicap. Au début de l'année scolaire, il y avait 20 enfants dont l'accompagnement était à notre charge. Suite au jugement du tribunal administratif de Pau daté du 26 avril, l'Éducation nationale a dû prendre en charge 6 enfants. Mais pour les autres, il n'y a aucun changement. » Sud-Ouest 

La scolarisation des enfants handicapés constitue certes une priorité nationale. Dans ce domaine beaucoup de progrès ont été accomplis depuis ces dernières années et notamment depuis la promulgation et la mise en œuvre des textes d'application de la loi du 11 février 2005. Le nombre de structures spécialisées accueillant les enfants handicapés s'est considérablement multiplié. Pour autant beaucoup reste à faire en matière d'accueil de ces enfants handicapés dans les établissements scolaires ordinaires ainsi qu'en matière d'ajustement au mieux des besoins de chaque élève handicapé et son environnement scolaire. El Moudjahid [Cet article correspond également à la situation en France...]

Actualités du 23 mai 2011

Le collectif Handik, qui regroupe actuellement 5 associations du Pays Basque de parents, d'amis et de personnes en situation de handicap, avec le soutien d'autres collectifs, a rassemblé samedi 21 mai près d'une soixantaine de personnes devant le Rectorat de Bordeaux. [...] Les participants à ce rassemblement ont exprimé leur désaccord face au désengagement de l'état en ce qui concerne les handicapés, et ont dénoncé "la précarisation et l'appauvrissement du dispositif d'accompagnement Auxiliaire de Vie Scolaire". EITB

Conférence National du Handicap. Vivre fm

C'est la dégradation du dispositif d'accompagnement par les AVS (auxiliaires de vie scolaire) qui les a poussés à venir demander à l'inspecteur d'académie de faire respecter la loi votée par le gouvernement. Et que le tribunal administratif de Pau a rappelé : les familles doivent bénéficier de l'aide d'AVS pas d'EVS, autrement dit des emplois scolaires moins formés et moins disponibles. Sud-Ouest

L'Angloise Sophie Solvetti et les Avignonnaises Guilaine Bussi et Rachida Padilla sont toutes trois les mamans d'enfants handicapés moteur. Aujourd'hui, elles en ont assez de l'isolement où la société les confine dans le combat qu'elles mènent face au handicap de leurs petits Nicolas, Juliana et Anissa. La compassion, le manque d'écoute, l'indifférence, elles veulent y mettre un terme. [...] En Avignon, seul le Centre d'action médico social précoce (CAMSP) répond en partie à leurs attentes. Et encore il leur a fallu porter plainte contre l'Éducation nationale qui avait supprimé un poste d'auxiliaire de vie scolaire spécialisé. Les huit heures d'assistance sont désormais réduites à six. De quoi provoquer, avec le choc des mots, l'ire de Guilaine. "Ma fille de 5 ans est née avec rien. Si on lui enlève sa pensée, ses idées, son désir d'apprendre, ce sera terminé pour elle. Alors, que les responsables de ce droit bafoué ouvrent les yeux."  Midi Libre 

Mais une circulaire publiée au bulletin officiel du mois de mai fait craindre le pire aux parents. Il est écrit qu'« il est nécessaire que les autorités académiques se rapprochent des responsables des MDPH afin de mettre en place les outils de régulation des prescriptions, de suivi et d'évaluation des activités des AVS ». Les parents estiment que cette directive a pour but final de réduire le nombre d'heures attribuées, de diminuer le personnel et la qualité de l'enseignement. Sud-Ouest 

Dans le cadre d'un mouvement national, cinquante personnes environ se sont rassemblées, samedi, à Rennes, pour dénoncer les dysfonctionnements liés aux conditions d'accueil des élèves en situation de handicap au sein du système scolaire. [...] Depuis quatre ans, alors que les besoins augmentent, l'Éducation Nationale a décidé de ne plus ouvrir de postes d'AVS. Du coup, pour combler cette carence, plus de la moitié des postes d'accompagnement sont tenus par des EVS (Employés de Vie Scolaire), des personnes recrutées via le Pôle emploi en insertion, ayant des statuts précaires avec des contrats de courte durée, et sans formation spécifique», souligne Jean-Yves Lehouezec, du collectif Handicap 35. Le Télégramme

Actualités du 22 mai 2011

« J'ai demandé à la Lune ». Cervin Léonard, 9 ans, souffre d'anophtalmie bilatérale. La maladie, rare, se caractérise par l'absence de globes oculaires et de nerfs optiques. Cela ne l'empêche pas d'adorer le football et de supporter le Stade de Reims.[...] Un comportement qui a fait dire au psychologue scolaire que « l'école n'a pas de sens pour Cervin ». « Ça me révolte », riposte sa maman qui l'inscrira quand même en septembre prochain. Il y est admis deux demi-journées par semaine. Les autres jours, il étudie à l'Institut Michel-Fandre, parmi les déficients visuels et auditifs. L'Union 

Sa maman : « J'ai pleuré des litres de larmes… ». L'Union

La loi de 2005 sur l'égalité des droits et des chances devait permettre à chaque enfant handicapé de suivre une scolarité ordinaire. Hier après-midi, devant le rectorat de l'académie de Toulouse, une cinquantaine de manifestants répondant à l'appel national lancé par Handik et le groupement interassociatif pour la scolarisation des enfants handicapés, ont dénoncé l'échec de cette belle promesse. Un échec tout à la fois qualitatif et quantitatif. En chiffre, ce sont 139 enfants handicapés qui ne bénéficient d'aucun accompagnement dans la Haute Garonne et 47 dans le Tarn, pour ne citer que les deux départements les plus peuplés de l'académie. Et pour la seule Haute-Garonne 407 des 1 005 élèves accompagnés par les services de l'éducation nationale ne bénéficient pas de la totalité du temps d'encadrement qui leur est officiellement alloué. La Dépêche 

À quelques semaines de la conférence nationale du handicap, le collectif handicap 35 appelait, ce samedi après midi, les parents d’enfants handicapés à rejoindre le rectorat d’académie, à Rennes, devant lequel un rassemblement s’est tenu. Une quarantaine de personnes se sont retrouvées devant les grilles sur lesquelles le collectif a posé des banderoles exprimant la mobilisation sur le thème « Enfants handicapés, scolarisation en danger » et dénonçant un « désengagement de l’éducation nationale ». Un mouvement qui a reçu le soutien de deux organisations syndicales au moins, la FSU et le SNES. Ouest France 

Un groupe de Parents représentants des Associations de Parents d'enfants avec handicap des départements de Midi Pyrénées se sont rassemblés pour un point presse à 14 h devant le Rectorat de Toulouse. C'est la cristallisation avec les Collectifs, GISH-31, Handiscolarité-32, le Collectif de scolarisation des élèves handicapés du 81 ainsi qu'un groupe du Lot-et-Garonne, des appels de Handik et de la FNASEPH. Trisomie 21 

« Il faut se battre pour tout », confirme la maman. « Jongler avec les rendez-vous chez l’orthophoniste, la psychomotricienne, l’orthoptiste, l’aide au devoir, se battre pour percevoir encore une allocation en complément de mon mi-temps qui me permet de m’occuper de ma fille, relancer pour obtenir une auxiliaire de vie scolaire afin de scolariser Oxane… »[...] « Quand Oxane était en maternelle à Salagnon, nous avions obtenu une attribution de 15 heures. Cette année, alors qu’elle passe en CP et qu’elle change d’école, nous n’en avons que 12. Et encore, l’AVS n’est présente que 9 heures. » La jeune femme pointe aussi le trop long délai entre l’envoi du dossier et la réception de la notification. « Il s’est écoulé 6 mois. Et dans deux ans, il faut recommencer toutes les démarches qui sont très lourdes. Le Dauphiné 

Ils sont venus de toute la région et se sont rassemblés devant le rectorat de Toulouse pour dénoncer les conditions d'accueil de leurs enfants handicapés à l'école. La loi du 11 février 2005 prévoit pourtant qu'ils soient accueillis et accompagnés par des auxiliaires de vie scolaire. Mais le manque de personnel, le manque de formation et la multiplication des contrats précaires et de courte durée ne facilite pas cet accueil. France 3

Actualités du 21 mai 2011

Grâce à l'école de sa petite sœur, une solution d'urgence a pu être trouvée. « Il commencerait lundi à l'école. Il y irait deux jours par semaine, assisté par une AVS et le reste à l'IME. » Même s'il s'agit d'un petit soulagement pour Edwige et Nicolas, ils espèrent avoir une place à temps complet à l'IME. « Dans une école classique, il ne peut pas suivre, il ne supporte pas le bruit. La structure de l'IME est la plus adaptée. » Ouest France

Actualités du 20 mai 2011

Les familles d'enfants handicapés sont appelées à manifester samedi 21 mai devant les Rectorats à l'appel d'associations. Ces dernières dénoncent l'abandon en cours d'année de l'accompagnement d'élèves handicapés par des Auxiliaires de Vie Scolaire en fin de contrat et non remplacés. Le Collectif Handicap 35 en a dénombré 120 en Ille-et-Vilaine durant l'automne 2010. Le Collectif Handicap 81 chiffre quant à lui à 47 le nombre d'enfants sans AVS dans le Tarn. Le Groupement Interassociatif pour la Scolarisation des enfants, adolescents et jeunes adultes en situation de Handicap de Toulouse et sa région (GISH) a répertorié en avril "139 élèves en situation de handicap [qui] n'avaient plus d'accompagnement par AVS ni EVS alors qu'ils avaient reçu une notification d'attribution par la MDPH. Et ce chiffre va continuer à augmenter inéluctablement chaque semaine jusqu'à la fin juin". Yanous

Il devrait y avoir du monde, demain à 14 heures, devant le rectorat. Et pas seulement des professeurs mécontents. Il y aura aussi des parents en colère. Ceux en particulier qui bénéficiaient, pour leur enfant handicapé, de la prestation d'un AVS (auxiliaire de vie scolaire) et qui se retrouvent avec un EVS (emploi de vie scolaire). Patrice Lagisquet, l'ancien international de rugby, préside Chrysalide, une association de parents et amis de personnes handicapées mentales. Il assure : « Nous estimons que l'inspecteur d'académie porte atteinte au principe d'égalité devant la loi et au Code de l'éducation. Sud-Ouest 

Autour du centre médico-éducatif des Petits princes, parents, enseignants et élus se sont mobilisés pour que le garçon handicapé puisse être scolarisé dans l'école de son village, Beaumont. L'Yonne Républicaine  

Le malaise est récurrent et les mines décomposées. Dominique, 52 ans, depuis six mois auxiliaire de vie auprès d'un enfant handicapé dans une école niortaise, achèvera définitivement son contrat en novembre prochain : « Le gamin passera en CM2 mais ne sera plus accompagné. Quant à moi, je dois rester au RSA pour être encore dans le système. En fait, on ne fait rien pour vous en sortir... » La Nouvelle République 

Créée en novembre dernier, l'association Pour nos enfants organise une réunion publique ce vendredi 20 mai. Regroupant les trois communautés de communes de La Haye-du-Puits, Lessay et Saint-Sauveur-le-Vicomte, elle souhaite « créer un lieu d'accueil pour que les parents d'enfants handicapés puissent souffler », explique Laëtitia Leprevost, membre actif de l'association. Ouest France 

Actualités du 19 mai 2011

Arrivé il y a plus d’un mois à Pleubian avec ses parents, le jeune garçon épileptique n’a pas de place en IME. Heureusement, l’école où est scolarisée sa petite sœur a proposé une solution : Lucas pourra venir deux jours par semaine, avec l’aide d’une auxiliaire de vie scolaire. Ouest France 

Samatan. Les parents mobilisés sur le handicap et la scolarité. La Dépêche 

Appel à volontaires pour aider Yanis à sortir de sa bulle - Saint-Sébastien-sur-Loire Ouest France 

  Les unités pédagogiques d’intégration, devenues depuis la rentrée dernière les ULIS – unités localisées pour l’inclusion scolaire –, sont donc des classes adaptées aux adolescents handicapés, notamment à ceux porteurs de trisomie 21.
  Or, dans les faits, l’accès à ces classes adaptées devient chaque année plus difficile au collège et les orientations vers des instituts médico-éducatifs se font plus fréquentes. Dans le département du Gard, une totale autonomie et la maîtrise de la lecture sont exigées. Dans les Vosges, une adolescente en deuxième année d’ULIS a dû passer un test de quotient intellectuel. En Haute-Garonne, la passation du certificat de formation générale, qui atteste la maîtrise du socle commun, est une condition de la scolarisation. Aucune de ces exigences n’est pourtant requise par la réglementation, mais, lorsque l’on supprime 66 000 postes d’enseignants dans l’éducation nationale, les classes sont surchargées, le curseur des priorités s’est déplacé et les élèves handicapés ne sont plus scolarisés. Les classes adaptées, qui leur étaient dévolues, accueillent désormais des enfants sans handicap, mais rencontrant des difficultés scolaires dues à leur environnement. Le mardi 3 mai, à l’occasion d’un débat sur France 2, les téléspectateurs ont d’ailleurs pu entendre des témoignages poignants de familles exclues d’un système qui leur était dédié.
 Ma question est simple : monsieur le ministre, comptez-vous exclure de l’école les élèves handicapés, qui ont prouvé, depuis des décennies, leur faculté d’intégration et de progression, ou comptez-vous faire appliquer à la lettre la loi du 11 février 2005 ? Questions au Gouvernement (William Dumas) _ Assemblée Nationale, 11 mai 2011 _ vidéo

Actualités du 18 mai 2011

Âgés de 16 à 19 ans, ces jeunes accueillis à l'IME (Institut médico-éducatif) de Dunkerque vivront bientôt « une expérience qui se révèle unique dans toute une vie », dixit Philippe Scripesac, directeur de l'IMED. Ces huit jeunes hommes et deux filles, et cinq encadrants, s'envoleront pour le Sénégal, pour une quinzaine de jours, fin novembre-début décembre. Le Phare dunkerquois

Accompagnement des élèves handicapés : les Auxiliaires de vie scolaire (A.V.S.) font cruellement défaut. Comme plusieurs autres associations et Collectifs représentatifs de personnes handicapées en différents points du territoire français, le Collectif Handicap 35 appelle les personnes sensibilisées aux questions liées à la scolarisation des enfants et des jeunes en situation de handicap à se rendre au rectorat samedi 21 à 14 heures. Infos 35

Quand le diagnostic a été porté, Mathéo avait 3 ans, la maman en fin de congé parental a été radiée du chômage pour non-recherche d'emploi. Il fallait bien s'occuper, de Mathéo. Le père a été licencié économique en 2010. Structures inexistantes, galère économique, complications et lenteurs administratives, manque d'information sont le lot quotidien de ces parents qui ne baissent pas les bras. « Tout à l'heure, en allant chercher mon fils aîné, le directeur de l'école maternelle de Braud m'a annoncé que le contrat de l'EVS (Emploi de vie scolaire) de mon fils Mathéo ne serait pas renouvelé, et cela dès le 5 mai 2011. Du coup Mathéo ne pourra plus aller à l'école. Il va falloir que je me batte contre l'inspection académique pour que mon fils puisse retourner à l'école », s'exaspère Christelle. « Nous avons besoin de soutien pour monter une structure ABA » lancent-ils. Sud-Ouest

Actualités du 17 mai 2011

Mercredi, les parents de la petite Villeneuvoise trisomique de deux ans et demi sont passés devant le tribunal du contentieux de l'incapacité, à Lille, pour contester une aide de la Maison départementale des personnes handicapées qu'ils jugent insuffisante. Décision renvoyée en juin. Un dédale de plus dans ce parcours du combattant que Sylvie et Pascal Cardinael mènent depuis deux ans pour faire reconnaître les droits de leur fille. La Voix du Nord 

Le collectif handicap 81 part en guerre contre l'Etat qui ne tient pas ses engagements en matière d'accompagnement des élèves scolarisés handicapés. Manif samedi. [...] Selon le collectif Handicap 81, dans le Tarn, 47 enfants handicapés attendent toujours une place dans un établissement scolaire. « Et quand un candidat est retenu, affirme Jacques Mathieu, il faut encore attendre plusieurs semaines pour qu'il soit définitivement validé. Pendant ce temps, que font les parents de leurs enfants » ? Et après une entrevue avec l'inspecteur d'académie du Tarn, les membres du collectif 81 ne sont guère rassurés puisqu'ils estiment que sur les 59 emplois équivalents temps plein, une diminution de 30 % est prévue. La Dépêche

Actualités du 16 mai 2011

 Madame la présidente du conseil général, je tiens à porter à votre attention le cas de ma fille qui fait ses études actuellement à l’université de Saint-Denis. Elle est non-voyante. Donc elle a besoin d’un matériel bien spécifique qu’elle n’a pas.
 En effet, j’ai un avis favorable de la MDPH qui doit lui remettre son matériel depuis 2009. On est en 2011. Elle n’a toujours pas eu ce matériel. Personne, aucun organisme ne veut « payer » cet ordinateur.
 Cette jeune étudiante est motivée. Mais sans moyen pour pouvoir travailler et réussir sa vie professionnelle. Nous, ses parents, sommes démunis face à tous ceux qui refusent de nous aider.
 La MDPH, n’en parlons même pas, refus catégorique. Aidez notre enfant, s’il vous plaît. 
 Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan indien

Actualités du 14 mai 2011

Les AVS-i sont malheureusement dévalorisées, mal considérés et très mal rémunérées pour un travail difficile, exigeant beaucoup de patience et de psychologie. [...] Il est aussi inadmissible, en 2011, que des parents doivent se battre pour faire reconnaître et accepter leur enfant handicapé, encore une fois, le décret de 2005 qui prévoit l'intégration de tous les enfants handicapés à l'école est bafoué, alors qu'une jeune fille se retrouve au chômage, on a l'impression de marcher sur la tête. L'Union

Leur association s'appelle Dyspraxique mais fantastique et génère une solide entraide entre les parents concernés. Ils se battent avec courage et obstination pour que le handicap de leurs enfants, à savoir la dyspraxie, soit enfin reconnu, pris en compte et secouru. [...] Pour ces enfants et leurs parents, c'est une galère au départ, surtout à l'école. Ils sont frustrés, se rabaissent et sont estampillés de fainéants par méconnaissance du trouble. « L'Éducation nationale se refuse à mettre des moyens, en auxiliaire de vie, en formation des enseignants et en matériel, racontent désabusés les parents. Ouest France

Actualités du 13 mai 2011

ONISEP : Scolarité et handicap (les handicaps ; les parcours de scolarité ; les démarches ; vers l'emploi)

L’Institut médical pédagogique de Metz accueille 25 enfants, souffrant de problèmes graves du comportement. Dans cette école, ils apprennent à sortir de leur isolement grâce, notamment à la méthode Snoezelen, qui permet de les apaiser. Ce jeudi 12 mai, ce nouvel espace est inauguré. La Semaine 

Faute d'élèves (5 au lieu de 12), la classe d'intégration de Carrouges va fermer. Les parents, qui manifestent aujourd'hui, s'inquiètent des conditions de scolarisation de leur enfant, trisomique ou autiste, à la rentrée. Alençon.maville

Actualités du 12 mai 2011

  "Tous les ans, on rencontre le même problème de ces AVS qui ne sont pas présents le jour de la rentrée, mais arrivent un mois ou deux après. Cette année, dans certains départements, des inspecteurs d’Académie se permettaient même de remettre en question les notifications d’attribution des MDPH en diminuant systématiquement toutes les quotités horaires attribuées. Je ne vais pas parler de la formation des AVS, car il y aurait beaucoup trop à dire....

  Pour finir sur ce sujet, je voudrais parler de quelque chose qui est en train de se produire et qui est très grave. On voit apparaître dans certaines MDPH des documents internes qui sont des critères d’attribution des AVS, sur lesquels on voit inscrit que pour un trouble spécifique du langage écrit et oral, pour une déficience intellectuelle sans troubles associés, pour une déficience psychique, et pour des troubles du comportement, on n’accorde pas d’AVS. Il se met en place des choses qui sont très graves et scandaleuses. Ce sont des discriminations par rapport à certains types de handicap..." 3ème mercredi de la Halde : intervention Agnès Duguet, commission scolaire de l’UNAPEI

La MDPH de la Gironde notifie des décisions d'accompagnement par "un personnel de vie scolaire". Voilà un exemple de notification auquel nous risquons d’être confrontés. Il faut dénoncer les manœuvres de l'Education Nationale pour ne pas respecter ses obligations, les " outils de régulation des prescriptions " doivent être déclarés comme scandaleux !!! (Handik)

Suite à l'accord des MDPH des Pyrénées Atlantiques ou du Tarn pour un accompagnement par un auxiliaire de vie scolaire, celle-ci précise que "cette décision est transmise à l'autorité académique chargée de lui donner suite en fonction des effectifs d'AVS disponibles". Halte aux notifications qui ne respectent pas la loi de 2005 et les jurisprudences !!!! (Handik) 


L’Etat continue à se défausser de ses obligations : non-versement de la contribution de l’Education Nationale au FIPHPF, au prétexte du financement des auxiliaires de vie scolaire pour les élèves, désengagement pour la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle, et des parcours de formation de l’AFPA... L'Humanité

Au collège des Douits, à Falaise, dans le Calvados, cinq adolescents dyslexiques racontent comment ils surmontent leurs difficultés de compréhension... Et le regard des autres. Ouest France

Actualités du 11 mai 2011

Autisme : le message d'espoir de la maman d'Annaëlle. La Voix du Nord 

Une nouvelle association est née récemment à Mirambeau et plus précisément à Petit-Niort : ABA 17, Au bonheur des autistes. Sud-Ouest 

Encore une fois, le combat de cette mère a porté ses fruits. Sa fille, la petite Chiara que nous suivons depuis près de deux ans, pourra finir son année scolaire aux côtés de Géraldine Nicolle. Cette auxiliaire de vie scolaire, dont le contrat arrivait à échéance le 4 mai, a finalement pu rester en poste. Après deux mois de lutte intense, une « habitude » pour la famille Léonardi (lire encadré). Nice Matin

Actualités du 10 mai 2011

Onze mois d'un combat tenace et déterminé contre l'administration qui a une bien drôle de façon de concevoir sa responsabilité envers les élèves en situation de handicap. Onze mois durant lesquels Sandrine L., la maman, a dépensé une énergie folle pour qu'un droit fondamental, celui à l'éducation, soit respecté pour ses deux enfants. APF Vendée 

Par deux arrêts du 20 avril, le Conseil d’Etat reconnaît la responsabilité de l’Education Nationale pour l’accompagnement des enfants en situation de handicap sur les temps périscolaires ! APF Vendée

  La scolarisation d’un enfant autiste en France, dans des conditions correctes d’accompagnement, pour faire en sorte qu’il ait un accès égal à celui d’un enfant neurotypique à l’Education Nationale, est un tonneau de Sisyphe, une Never Ending Story, un cauchemar sans fin, qui touche parfois au grotesque, parfois simplement à l’insupportable.

  Je vais vous raconter notre parcours, je vais bien le documenter, et j’y reviendrai souvent, car je veux que cette expérience personnelle soit utile à d’autres familles. Ne vous gênez pas, pillez mes modèles de lettre, allez piller les modèles de procédures de Handik. Ce n’est plus admissible, ce n’est plus supportable! Nous devons, tous autant que nous sommes, ne plus rien laisser passer, et unir nos forces et nos talents pour garantir l’accès de nos enfants à l’éducation scolaire qui leur est due. Autisme infantile

Nous pensions tous au vu des articles de presse que la petite Mila, pourrait prétendre à une AVS pour la soutenir dans sa scolarisation, pour 15 heures par semaine et cela jusqu'au 2 juillet 2011 , que nenni , une AVS est arrivée le 9 mai 2011 pour prendre son poste pour 12 heures par semaine , et cela jusqu'au 14 juin 2011. Handicap et moi 

Les dernières nouvelles de Mila, par David, son papa... Handicap et moi 

Mila, la petite trisomique âgée de 10 ans et élève de l’école du Centre de Senlis, a réellement besoin d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS) et aurait dû en bénéficier durant l’année scolaire. Saisi par les parents de Mila après le refus de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de renouveler l’AVS qui suivait l’enfant l’année dernière, le tribunal du contentieux de l’incapacité d’Amiens, (qui règle les litiges relatifs à l’incapacité) vient de rendre une décision conforme aux attentes des parents. [...] Mais les parents de Mila savent qu’ils ne doivent pas s’endormir sur leurs lauriers car dans les semaines à venir des réunions et des rencontres vont s’enchaîner pour décider de la scolarité de leur enfant l’année prochaine. En espérant ne pas revivre le même scénario que cette année. Le Parisien

Actualités du 9 mai 2011

L'autisme est peut-être plus fréquent que les médecins ne le pensaient jusqu'à présent : une étude sud-coréenne, publiée lundi dans la revue «The American Journal of Psychiatry», montre qu'un enfant sur 38 environ montrerait des signes, plus ou moins marqués, de ce trouble du développement. Les précédentes estimations étaient d'un enfant sur cent. L'étude a été menée en Corée du Sud. Les chercheurs ont adressé un questionnaire aux parents de 55 000 enfants âgés de sept à douze ans dans la région de Goyang, près de Séoul. Environ les deux tiers ont répondu. En s'intéressant à un échantillon aussi large, les chercheurs s'attendaient à ce que le taux soit plus élevé. Mais ils ont été surpris qu'il soit aussi haut. The Canadian Press

Mal connue, mal prise en charge, la dyspraxie va faire l'objet d'un colloque inédit. Sud-Ouest 

Actualités du 8 mai 2011

Et pour cause, les restrictions budgétaires et la suppression d'un poste et demi à Boris-Vian sont des décisions prises au niveau national et appliquées avec vigilance par l'inspection de Calais ASH. Au-delà de leur problème personnel, ces parents dénoncent la difficulté de la prise en charge des enfants handicapés. « Cela concerne 13 000 enfants en France. Les enseignants référents dont on nous parle aujourd'hui sont débordés de travail. Et les assistants de vie scolaire (AVS) ont désormais des contrats aidés, précaires, et n'ont droit qu'à une formation de 60 heures » déplore David Lacour, l'un des parents d'élèves du SESSAD Boris-Vian. Comme les autres familles, il attend toujours une réponse de l'Agence régionale de Santé, dont dépendent les structures comme celle de son fils. La Voix du Nord

Difficulté d’apprentissage de la lecture ou réelle pathologie : La dyslexie chez l’enfant. L'Opinion

Actualités du 7 mai 2011

Le mot handicap est un terme récent emprunté à l’anglais « hand in cap », « main dans le chapeau ». Son origine reste incertaine mais la plus intéressante et la plus répandue est celle-ci : Youphil (blog)

« Dysprakoi ? ». Au regret de Valérie Lemarié-Colineau, ce trouble de l'apprentissage est aujourd'hui peu connu. Confrontée à ce handicap en tant que parent, elle est déléguée territoriale de l'association Dyspraxique mais fantastique. Nord Éclair 

Polyhandicapée suite à une maladie génétique rare (trisomie 8), Noélie s'épanouit à son rythme. Mais depuis six mois que Dream (un golden retreriver de 2,5 ans) partage sa vie, elle a trouvé un équilibre qui puise sa qualité et sa force dans sa complicité avec son chien d'éveil. Ouest France

Actualités du 6 mai 2011

Mauvaise surprise pour l'association Autisme Éducation. L'ouverture du centre "Les têtes d'or" qui devait accueillir une vingtaine de jeunes autistes à la rentrée prochaine à la Duchère n'aura pas lieu. L'Agence régionale de Santé (ARS) a suspendu le projet. Réactions. Lyon Capitale

Si l'on commence par la scolarisation, les chiffres avancés par la secrétaire d'état aux Solidarités et à la Cohésion sociale sont-ils faux ? Non. On est effectivement parti de rien et nous en sommes à près de 200 000 enfants handicapés inscrits dans les établissements publics. Il n'est pas question de nier les chiffres mais de les relativiser, car, trop souvent, cela repose aussi sur les efforts d'enseignants qui ne sont pas formés, qui travaillent dans des classes surchargées et qui ont du mal à accorder une vigilance particulière aux enfants handicapés. De plus, l'état, qui avait mis en place les AVS (auxiliaires de vie scolaire), est en train de se désengager.  Sud-Ouest 

Côté négatif, la secrétaire d'Etat a notamment relevé les "réels obstacles" en matière d'accessibilité et les "réticences et crispations du milieu scolaire et des familles d'autres élèves" face à l'accueil d'enfants handicapés. Elle a également souligné les difficultés d'accès des personnes handicapées à la formation et aux emplois aidés. Ces dernières ne représentent en effet que 1,8% des contrats de professionnalisation, 1% des contrats en alternance et 0,7% des contrats d'apprentissage. Localtis

Actualités du 5 mai 2011

Comment obtenir une évaluation précise des acquis de chaque élève tant que les enseignants n'auront pas reçu de formations réelles et conséquentes sur les troubles dys ? Et pourquoi toujours des orientations largement professionnelles pour nos enfants dys ? Le cursus des séries dites "classiques" est possible pour nombre d'entre eux. La personnalisation des parcours, oui. Mais pas uniquement vers le professionnel... ANAPEdys (forum)

Six ans après la loi de 2005, destinée à aider les handicapés à s'intégrer dans la société, la situation est "contrastée", a déclaré la secrétaire d'Etat aux Solidarités Marie-Anne Montchamp mercredi à Bordeaux, à l'ouverture du congrès de l'Association des paralysés de France. Le Parisien _ AFP

Par un arrêt en date du 20 avril 2011, le Conseil d’Etat a donné raison à la commune de Plabennec concernant la responsabilité de l’Etat en matière de prise en charge en milieu scolaire ordinaire des enfants handicapés concernant les activités en temps périscolaire. Humeur et fureur des précaires EVS-AVS  

La scolarisation des enfants handicapés et en difficulté au coeur d'un forum hier à la mairie. La Voix du Nord 

« Beaucoup de fantômes et de spectres se volatilisent dans le milieu de la prise en charge du handicap dans notre secteur », déplore David Lacour, papa du petit Nathan, 4 ans, qui souffre d'épilepsie. Et d'ajouter : « Quand une société se désengage de ses responsabilités à l'égard de ses citoyens les plus faibles, ce n'est pas un signe de bonne santé sociale. » Nord Littoral 

Comme le gouvernement révolutionnaire de 1793 mobilisé pour défendre la République menacée, les parents d'élèves de la FCPE créent un « comité de salut public pour l'école publique », élargi aux élus et tous ceux qui le veulent. Nord Éclair

Actualités du 4 mai 2011

Six ans après la loi de 2005, destinée à aider les handicapés à s'intégrer dans la société, la situation est "contrastée", a déclaré la secrétaire d'Etat aux Solidarités Marie-Anne Montchamp mercredi à Bordeaux, à l'ouverture du congrès de l'Association des paralysés de France. L'Express

France 2 se félicite de la très bonne audience obtenue pour la soirée continue « Enfants différents » diffusée hier mardi 3 mai dès 20h35. En première partie de soirée ce sont plus de 4 millions de téléspectateurs (6.9 points avec 15.2% de part d’audience*) qui ont suivi le téléfilm « Simple » [...] En deuxième partie de soirée, le débat intitulé « Mon enfant est différent », animé par Christophe Hondelatte, a également bien fonctionné, réunissant plus de 2.7 millions de téléspectateurs* (4.8 points avec 15% de part d’audience). Le Zapping du PAF 

Lorsque sa précédente AVS avait dû partir, pour raisons personnelles, ça s'était mal passé.… Pourquoi le contrat d'une AVS ne va pas jusqu'à la fin de l'année ?" La question de la grand-mère de Tristan, 10 ans, scolarisé en CE2 à l'école de Villeneuve, n'a pas trouvé de réponse. Le 13mai, Tristan devra dire au revoir à Françoise qui l'aidait au quotidien, à l'école depuis un an. [...] Tandis que la grand-mère de Tristan s'insurge:"A Manosque, une assistante sociale nous a dit de le déscolariser et le mettre dans un centre pour personnes handicapés"…... La Provence

Président de l’APF depuis 2007, Jean-Marie Barbier, dans une interview à La Croix, estime que la situation des personnes handicapées s’est dégradée depuis 2007. Il dénonce notamment les insuffisances de la politique de scolarisation des enfants handicapés. « Faute de moyens, certains ne vont à l’école qu’à mi-temps », assure ce responsable associatif. La Croix

(Luc Chatel) Les contrats aidés... Depuis toujours, chaque année l'éducation nationale a recruté, en complément de ses fonctionnaires, un volant de contrats aidés. Ce n'est pas simple à gérer mais les finances de l'État ne permettent pas des recrutements dans la durée. Par exemple, il sera un jour nécessaire de créer un métier, une vraie filière pour l'accompagnement des enfants handicapés. Actuellement, nous n'avons pas les moyens de le faire et c'est pourquoi nous avons encore recours à des contrats aidés. Sénat : Mission commune d'information sur le système scolaire 

Seuls 2 bacheliers en situation de handicap sur 10 poursuivent leurs études dans l'enseignement supérieur, et ils ne sont que 4 % à intégrer une grande école. Pourtant, universités et écoles se bougent pour inverser cette tendance, soutenues par les entreprises, soumises à de fortes pénalités financières si elles ne respectent pas leur quota de travailleurs handicapés. État des lieux et témoignages de 4 jeunes qui ont osé aller plus loin que le bac. L'Étudiant 

Papa d'un petit autiste, Laurent Savard aborde par l'humour le thème de la différence. Sud-Ouest 

La réduction du nombre de places d'internat à l'IME de Carhaix (notre édition du 22avril) suscite des inquiétudes parmi le personnel. Deux éducateurs expriment leur colère et leurs préoccupations. Le Télégramme

Actualités du 3 mai 2011

L’un des principaux chevaux de bataille des associations porte sur le rôle d’accompagnement des auxiliaires de vie scolaire (AVS) dont le statut reste flou et précaire. Pas question de les professionnaliser a tranché Luc Chatel. « C’est du bricolage », rétorque Christel Prado, présidente de l’Unapei, qui réclame en outre « davantage d’enseignants spécialisés et référents ». « Ils sont entrain de déconstruire la loi de 2005. Ce n’est pas le tout d’afficher des ambitions, encore faut-il y mettre les moyens ». Est Républicain

Actualités du 2 mai 2011

Accueil des élèves en situation de handicap : l’état condamné. CGT-Educ'actions 93

Actualités du 1er mai 2011

Le choix du milieu ordinaire doit être respecté et l’individualisation des parcours de scolarisation garantie par la diversité des solutions. Le Président de la République a annoncé qu’il ferait de la scolarisation un des thèmes de la conférence nationale du handicap en juin 2011. Ce sont les raisons pour lesquelles Trisomie 21 France saisit les pouvoirs publics de ce sujet afin de contribuer à l’amélioration du dispositif de scolarisation en milieu ordinaire. Teasing Handicap

Le témoignage d'une famille pisciacaise à la recherche d'une AVS. L’Éducation Nationale et notamment la directrice de l’école dans laquelle se trouve Enzo traitent le cas, le dossier n’avance pas, tout le monde se renvoie la balle. Le Journal des Yvelines (vidéo)

Actualités précédentes :

avril 2011

mars 2011

février 2011

janvier 2011

décembre 2010

Comments