Macarons chocolat au lait-spéculoos

Ingrédients (40 macarons environ)

Ganache

330 g de crème 35%
300 g de chocolat au lait (44%) pour moi
150 g de pâte de spéculoos

Macarons

200 g de poudre d'amandes
200 g de sucre à glacer
20 g de poudre de cacao
50 ml d'eau
200 g de sucre
2 x 75 g de blancs d'oeufs vieillis, à la température de la pièce (environ 5 gros blancs)


Préparation

Ganache

1. Dans une casserole à fond épais, verser la crème et porter à ébullition sur un feu moyen.

2. Pendant que la crème chauffe, déposer le chocolat en pastilles ou haché dans un bol moyen et peser la pâte de spéculoos.

3. Lorsque le liquide est chaud, en verser le moitié sur le chocolat et laisser fondre une trentaine de secondes. En partant du centre, mélanger le tout à l'aide d'une cuillère de bois afin d'incorporer la crème.

4. Ajouter le reste de crème et la pâte de spéculoos et continuer à remuer délicatement jusqu'à ce que la ganache soit lisse et brillante.

5. Recouvrir de pellicule plastique et laisser durcir la ganache au réfrigérateur ou à la température ambiante (si vous êtes très patient).


Macarons

1. Peser tous les ingrédients. Préchauffer le four à 305 F, en convection. Tapisser 2 plaques de papier parchemin (vous pouvez dessiner des cercles sur le côté plaque du papier parchemin pour vous aider un peu).

2. Verser la poudre d'amandes et le sucre à glacer dans le bol du robot culinaire muni de la lame et faire tourner pendant 30 secondes. Puis, tamiser ce mélange avec la poudre de cacao.

3. Dans une casserole à fond épais, mélanger le sucre et l'eau à l'aide d'une cuillère de bois. Faire chauffer le tout à feu moyen. Plonger un thermomètre à bonbons dans le sirop afin de contrôler sa température.

4. Pendant que le sucre est en train de cuire, verser 75 g de blancs d'oeufs dans le bol du batteur électrique muni du fouet.

5. Lorsque le thermomètre indique 114 C, battre les oeufs à pleine vitesse pour les monter en neige. Dès que le thermomètre indique 118 C, baisser la vitesse du batteur (moyenne) et verser, petit à petit, le sirop sur les blancs montés (prendre soin de faire couler le sirop sur les bords pour éviter les projections).

6. Ajouter le colorant brun. Laisser tourner le batteur à pleine vitesse pour refroidir la meringue italienne jusqu'à ce qu'elle soit lisse et brillante. À ce stade elle devrait être à peine plus chaude que votre doigt.

 


7. Verser les 75 g de blancs d'oeufs réservés dans le bol de la poudre d'amandes et bien mélanger à l'aide d'une cuillère en bois jusqu'à formation d'une pâte.

 

8. Incorporer, à la pâte d'amandes, une petite quantité de meringue à l'aide d'une maryse (spatule) pour assouplir la pâte.


9. Mélanger puis ajouter le reste de la meringue. Mélanger, en grattant bien le fond du bol et les rebords, en partant du centre, pour avoir une préparation bien homogène et bien lisse. Lorsque l'appareil est prêt, il doit former un ruban lorsqu'on prend un partie du mélange dans la spatule et qu'on laisse couler.

10. À l'aide de la spatule, garnir la poche à douille (Ateco 807) de la moitié de l'appareil à macaron.

11. Former des petites boules (cercles) aplaties de pâte sur le papier parchemin (pas du côté dessiné!).


12. Lorsque la plaque sera entièrement remplie, la taper énergiquement sur le plan de travail afin de lisser le dessus des macarons.



13.Enfourner pendant 12-13 minutes. Pour vérifier la cuisson des macarons, il s'agit d'en soulever un et, s'il n'adhère que très légèrement au papier, il est cuit.



14. Laisser complètement refroidir les macarons avant de les garnir.

15. À l'aide d'une poche munie d'une douille Ateco #804 et remplie de ganache, remplir régulièrement une des coques en faisant une assez grosse boule. Assortir une coque de même taille sur celle remplie de ganache en pressant bien.

16. Déposer les macarons sur la tranche dans un pot herméthique et réfrigérer 24 heures avant de consommer. Au-delà de ces 24 heures, il est conseillé de congeler les macarons.

Lorsque vous voudrez les déguster, vous n'aurez qu'à les sortir du congélateur 30 minutes avant.

 Source: Les meilleurs macarons, Christophe Felder