Rex Barrat - Peintre

 Article de Georges Marchand


                         LE PARCOURS DE REX-BARRAT                            

9 avril 1914 : naissance à Varzy de  Paulin Rex Jack Barrat,
                        fils de Marius Barrat, photographe, cafetier, et de 
                        Marie-Louise Pautrat. (Son grand père, Edmond, a
                         créé à Varzy un atelier de photographie et réalisé    
                       les  premières  cartes postales).

1920-1930 : élève de l’école primaire, annexe de l’Ecole
                        Normale d’Instituteurs de la Nièvre.

1924-1927 : son voisin, l’artiste-peintre Alfred Garcement                             
                          (1842-1927), l’initie au dessin et à la peinture,  
                        éveillant en lui la fibre artistique.

1930-1931 :  prépare les arts décoratifs à l’atelier Canard, à
                        Paris. La maladie le contraint à regagner Varzy.

1932 :             travaille seul à Varzy.

1933-1936 :   à Saint-Thibault, élève de Claude Rameau (1876-     
                          1955), peintre de la Loire. Fréquente les ateliers
                        Marquet,   Ottonfriez,   Asselin,   Luce,   Charlot et

                           Vlaminck.
                           Voyage avec Claude Rameau à Saint-Nazaire,
                         Paimboeuf-la-Brière et Nantes.


1934 :       participe à l’exposition du Groupe d’Emulation                         Artistique du Nivernais, auquel il adhère. Il
                s’associera à toutes ses expositions jusqu’en 1973.


1935 :      premiers salons : Nationale des Beaux-Arts à
                            Paris (à laquelle il demeurera fidèle jusqu’en
                          1973),  puis Salon d’Automne


1937 :     reconnaissance officielle avec sa désignation
              pour participer à  la décoration du pavillon  
              Berry-Nivernais, lors de l’Exposition
              Internationale  de 1937 à Paris (Il représente
               l’Yonne et le canal à Clamecy).

1939 :              mobilisé à Dijon comme infirmier.

1940 :            son régiment dissous, il se replie sur Cahors puis
                            Marseille  et  découvre  le midi de la France.       
                            nommé membre-associé de la Société des
                          Beaux-Arts.

1941 :       séjourne à Marseille chez ses oncle et tante
                          maternels.

1942 :      retour à Varzy où il réalise son autoportrait.
                            première exposition personnelle à la Galerie  
                            Contencin à Nevers. (Présente 34 toiles… et en         
                         vend 43 !)

1943 :       achat par l’Etat du dessin  «Eglise Saint Pierre
                         sous la neige».

1942-1945 : s’associe à Varzy aux séances récréatives
                         organisées au profit des prisonniers de guerre.

1946 :              voyage à Marseille, visite la Provence, la Suisse ;
                         séjourne à l’ile d’Oléron.
                         devient conservateur du musée de Varzy,
                         succédant au  docteur Georges Sallé.

1947 :              peint «l’Enfant au Violon» (autoportrait).

1948-1949 : «La Noce à Varzy», l’une de ses œuvres   
                         majeures.

1949 :              séjourne à l’ile d’Oléron.
1950 :              obtient le prix Rouffio   à la Nationale des Beaux-
                         Arts.

1951 :              invité  à  l’exposition   du  « The  Royal  Glasgow  
                         Institute»,  à  Glasgow.   Présente   « l’Eglise  de

                         Varzy sous la Neige». 
                         le 16 juillet, à Croissy-sur-Seine, épouse Noëlle
                         Maria  Saudrais.

1952 :            le 14 août,  achat par l’Etat de «La Noce à Varzy».
                           décore des salles et couloirs de la société des
                           Produits Chimiques de Clamecy (S.P.C.C.) et le   
                         théâtre de Bagatelle.

1954 :            l’un de ses tableaux est acquis par le musée royal
                          deGlasgow.
                          réalise pour la S.P.C.C. seize panneaux
                          «Synthèse du  Labeur, des Machines et des
                        Hommes».

1955 :             reçoit les Palmes Académiques.
                        peint pour le buffet de la gare de Nevers une toile   
                        de grandes  dimensions  :  « Labourage  à  Corvol
                        d’Embernard».

1957 :           achat par le Conseil Général de la toile «Clamecy-
                        rue Marié-Davy».

1958 :     réalise les seize illustrations de l’ouvrage de  
                         Bernard de  Gauléjac «Nivernais-Morvan».

1960 :              illustre «Ma Mélie à Moi».et « En Pieuchant  mes
                         Truffes »,   recueils   de   poèmes   patoisants   de
                         Georges Blanchard.
                         achats  par la  ville de Paris  de  « L’Avenue  de  la
                         Gare  à  Clamecy »,   et  par  l’Etat  de   « Neige  à    
                         Montenoison».

1964 :              achat de la ville de Paris de « Vallée du Sauzay ».

1969-1970 : vice-président du Groupe d’Emulation Artistique
                         avec son ami Jean-Louis Verrier. Occupera de
                       nouveau cette fonction de 1971 à 1974.

1970 :          préside par intérim le «Chevalet Clamecycois» à la
                       création duquel il a participé en 1968.  

1971 :        nommé chevalier dans l’ordre des Arts Lettres et   
                         Sciences.
                         préside le syndicat d’initiatives de Varzy dont  il
                       illustre le dépliant de présentation.

1974 :          décès le 21 décembre de Rex-Barrat à Créteil où il
                         a été transporté à la suite d’une opération 
                         survenue à la clinique Saint-François de Clamecy.       
                       Obsèques à Varzy.

1975 :             conformément aux volontés de l’artiste, certaines
                        des  œuvres de jeunesse sont détruites.  Sa veuve
                        quitte  Varzy   pour  Montmorillon.   Sont   vendus      
                        le  café  et la demeure Barrat .  Sur la maison où a
                        vécu   Rex  Barrat,  une  plaque  est  posée   par  le
                        Groupe  d’Emulation Artistique.
1975 :             Nevers, rétrospective des œuvres de l’artiste par
                        le Groupe d’Emulation Artistique.

1985 :          le catalogue d’exposition du Groupe d’Emulation
                          Artistique qui lui consacre une nouvelle
                          rétrospective, publie une émouvante lettre
                        d’Albert  Drachkovitch  à «cet ami disparu».

1994 :     Varzy, musée Grasset, première  exposition 
                           temporaire, consacrée à un «Hommage à Rex-
                        Barrat», dix ans après sa disparition.

2008 :             décès,  à l’âge de 88 ans,  de Noëlle Barrat,  veuve
                        de Rex -Barrat.

2009 :           Varzy, le 3 octobre, une plaque est apposée sur
                           la tombe de Rex-Barrat par «les Amis du Vieux                          
                         Varzy».

2011 :              Varzy,  musée Grasset,  du quinze avril au trente
                         septembre,   exposition   temporaire   consacrée
                         aux œuvres  de Rex-Barrat.
                         l’école primaire de Varzy portera le nom de Rex-
                         Barrat.

L’évocation du parcours de Rex-Barrat a été rendue possible grâce aux nombreux articles qui lui ont été consacrés par la presse locale. Ces articles ont été rassemblés par le peintre au sein de deux albums, consultables aux archives départementales de la Nièvre, rue Charles Roy à Nevers.
La Conservation Départementale des Musées a consacré à Rex- Barrat un exemplaire du Journal de Musée (1974) ainsi que le catalogue de l’exposition temporaire 2011. Ces deux documents sont l’œuvre de Jean-Michel Roudier, conservateur adjoint à la Conservation des  Musées de la Nièvre.