Biographie

BIOGRAPHIE



Geoffroy a vu le jour le 29 octobre 1922 à Flers dans l’Orne, deuxième d’une lignée de sept enfants. Son père exerce depuis 1920 la profession de notaire dans cette ville ou il restera jusqu’en 1930, date à laquelle il cède son étude pour embrasser la carrière de magistrat. Nommé Juge suppléant à Saint-Malo, après un séjour à Grandville, la famille déménage pour habiter une maison au 28 Boulevard Surcouf à Saint-Servan jusqu’en 1933, puis à Vitré de 1933 à 1936.

1930 : Geoffroy

Geoffroy suivra ses études au collège de cette ville, jusqu’en 1936. Puis la famille s’installe à Rennes de 1936 à 1960 où Geoffroy fréquentera le collège Saint-Martin de 1936 à 1941. C’est à Saint-Servan que son professeur de dessin Etienne Blandin , peintre de la Marine, remarque ses capacités pour le dessin et recommande à ses parents de l’inscrire aux Beaux-Arts de Rennes, ce qu’ils font un peu à contre-cœur après qu’il eut raté son baccalauréat.

Il va apprendre là les techniques de son art auprès d’un professeur émérite : Mathurin Méheut. Il enlève la première année le Prix Guitton de dessin d’art, le Prix Noël Cordon, sous la houlette de Mr Collet et s’octroie ex æquo avec son ami Claude Rocherullé, le Premier Prix pour tête d’après plâtre. Les deux mêmes décrochant ensemble le Prix d’Ornement et le Deuxième Prix à l’antique, puis un troisième Prix d’après nature. Mention et Prix dans l’atelier de Mathurin Méheut pour la composition décorative et la première année s’achèvera avec le Premier Prix de Peinture et les félicitations du Jury. Son père lui avait dit : « Tu veux être peintre, très bien, mais il te faut être le meilleur. »

Elève surdoué, il obtient à l’atelier de Mr Guillet pour le cours d’architecture le Premier Prix et à l’atelier de Mr Lemonnier le Second Prix d’Anatomie.


                                        

Mathurin Méheut (Photo Ville de Dinan)



Élève préféré de Mathurin Méheut car comme lui, il avait un caractère bien trempé, étant le seul à faire ses couleurs lui-même. Au palmarès de l’année scolaire 1942-1943, il reçoit le Premier Prix de la Ville de Rennes et le Second Prix pour l’Antique, et enlève le Prix d’Ornementation topographique. Rennes est libéré le 8 juillet 1944 et il est autorisé par les Américains à croquer les ruines fumantes de Saint-Malo.


                                                   Photo de  Classe 1943-1944, Les Beaux-Arts de Rennes rue Hoche
 
1   - Joseph Archepel, verrier
2   - J. M. Martin, peintre 
3   - Roland Guillaumel, sculpteur
4   - Bob Henry
5   - Suzanne Rhein 
6   - Monique Tieugault
7   - Abgral , photographe
8   - Geoffroy Dauvergne
9   - Suzanne Vaudeleau
10 - Pierre Galle (1883-1960) , Directeur
11 - Emilienne Jacob
12 - Roger Marage, graveur
13 - Guillemette  Chanu-Lelardoux
14 - Lebaudher
15 - Monique Golhen
16 - ?
17 - Tohawazo
18 - ?
19 - C. de Gonzague
20 - Françoise Burlond dite ''Fanfan''
21 - Alice Burel
22 - 25 - 29 - ?
23 - Lejoly
24 - Jean Legoux, prêtre
26 -  Guillard
27 - Gaston Latimier (1924-1980)
28 - Henry Thomas Prix de Rome 1956
30 - Aubin
31 - Huet
32 - Claude Bernard
33 - Louis Roger
34 J. J. Hamon
35-36-37-38-39  ?
40 - Marguerite Vatard
41-42-43-44- ? 
45 - Lucas 
46 Chatellieu
47 - ?


                                                

Geoffroy Dauvergne faisant des croquis de
 Saint Malo en ruines fin août 1944 (Photo Pierre Dauvergne)


Geoffroy fut admis le 6 novembre 1944 à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dans l’atelier de Jean Dupas. Son père lui trouve une chambre à Saint-Mandé qu’il n’occupera pas et fin 1944, il demeure 103 rue Lafayette à Paris. Puis son père lui achète un atelier 41 rue Bayen dans le 17e arrondissement de Paris qu’il occupera jusqu’en 1953 et restera dans la famille jusqu’en 1978. Il se perfectionne et nous le voyons en 1948 remporté le Ier Prix Anna Maire avec une bourse de 2000fr, puis en 1949 Second Prix de Rome. Remonte en loge pour obtenir le Ier Prix de Rome en 1950 et 1951 sans y parvenir, ce qui restera pour lui un échec.





En 1951 il est Lauréat de l’Institut de France, Premier Prix au concours Roux, aux Tableaux d’Histoire à la Tête d’expression et aux devoirs de vacances. En 1952 il obtient en collaboration le Premier Prix d’Art Monumental et la Première Médaille. Il est depuis 1951 associé à la Société Nationale des Beaux-Arts et Sociétaire en 1952, et expose au Salon La Nationales des beaux-arts, que cette société organise.

Avec ses copains des beaux-arts, ils organisent des ‘‘Jam sessions’’ dans son atelier de la rue Bayen. Mais ses aventures sentimentales ne se concrétiseront pas. Il part à la Casa de Vélasquez à Madrid d’octobre 1952 à septembre 1954.


Le sculpteur Roland Guillaumel devant son
 œuvre réalisée à l’atelier rue Bayen avec
le sculpteur Van Thé



C’est l’époque où il commence ses œuvres monumentales. Il travaille avec les architectes Murat, Cournon, Simon. Après avoir logé chez ses parents, il s’installe à l’Ecluse sur la commune de Pleurtuit en Ille-et-Vilaine.



Le 01 janvier 1954 à Perdrisa Geo debout à gauche, Mamez
assis au premier plan
     


Puis survient le drame familial. Son unique sœur, sa belle-sœur, un neveu et une nièce périssent dans un accident de voiture; l’année suivante c’est son père déjà bien malade qu’il vénère, et qui disparaît rongé par le chagrin.


Ernest Risse
avec le cheval de Velázquez en 1953
Au fond les bâtiments de l'ancienne Casa

Alors va commencer la descente. Pour fuir les tristesses de la vie il va se noyer dans l’alcool. Il vit dans son refuge, entouré de son chien de ses poules et de ses nombreuses perruches. Puis un soir, une soirée arrosée avec des copains, là haut à la pointe de Décollé et la chute dans les rochers. Il repose à Saint-Malo, au petit cimetière marin du Rosais aux côtés des siens.




1962 La maison de l’Écluse à Pleurtuit


La tombe de Geoffroy au Cimetière marin du Rosais à Saint Servan

Expositions, Galeries, Salons : Geoffroy a fait quelques expositions et galeries dont une galerie parisienne du 17e arrondissement que nous n’avons pu identifier, plusieurs expositions à la Galerie Dubreil et chez Jobbé - Duval à Rennes. En 1950 le Salon des Indépendants, le Salon de la Nationale des beaux-arts en 1951 et 1952 , Salon d’Automne de Casablanca et à titre posthume la 13e Journée du Patrimoine de Pays au Collège Théophile Briant de Tinténiac en 2010, et la 14e Journée du Patrimoine de Pays à St Malo en 2011.

on trouve ses œuvres aux:

Musées et Monuments : Musée d’Histoire de la ville et du pays malouin, Château de Saint-Malo ; Musée de l’Ecole des beaux-arts de Rennes ; Musée de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris ; Musée de la Casa de Vélasquez et les différents monuments évoqués dans la rubrique œuvres monumentales, sans oublier l’ancien hôtel du Vieux Manoir à Dinard transformé en Maison de retraite et possédant deux tableaux de l’artiste.