PDU

BP Nord bientôt à notre porte

C'est prévu par le PDU

Le risque est bien réel

Enquête publique pour 
le Plan de Déplacement Urbain de l'agglomération de Tours
16 septembre au 17 octobre 2013
Registres et documents à consulter et remplir dans votre Mairie


Courrier donné au commissaire enquêteur en réponse au dossier du PDU :

Notre Dame d'Oé le 03/10/2013

 Monsieur le Commissaire enquêteur,

 Le dossier d'enquête publique sur le Plan de Déplacements Urbains (PDU) de l'agglomération tourangelle est consultable dans les mairies concernées par ce Plan de Déplacements Urbains.

Il s'agit d'un très (trop) gros dossier comportant de nombreux documents redondants.

Ce dossier n'est pas assimilable facilement et surtout pas en un mois pour le "citoyen lambda". Il n'est pas envisageable d'y consacrer plusieurs heures quotidiennement. De plus, il est très difficile de s'y retrouver.

 Les membres du Conseil d'Administration de l'association "Le Périph'Nord à la Bonne Place" l'ont consulté et ont essayé d'en comprendre les orientations.

Dans son éditorial, le Sénateur Maire Président de Tour(s)Plus parle d'équité, de respect, de solidarité, ainsi que de l'ambition à penser autrement l'organisation spatiale et la pratique des mobilités.

Ce sont des vœux pieux qui ne reflètent en rien le contenu des documents du PDU.

En effet, le plan de Déplacements Urbains présenté peut être qualifié de "nombriliste" car la majorité des objectifs et décisions qui y sont évoquées, le sont pour 4 ou 6 communes du noyau urbain, alors qu'officiellement ce PDU concerne 25 communes !

Les PADD, SCoT, PLU, PDU, etc, doivent être compatibles. Il est incompréhensible de constater que ce PDU n'intègre pas l'ensemble des communes de l'aire du SCoT !

 Le Plan de Déplacements Urbains est articulé autour de 5 axes essentiels :

-         Donner la priorité aux modes alternatifs à la mobilité motorisée individuelle

-         Garantir la mobilité pour tous

-         Construire la ville des courtes distances

-         Mieux organiser la mobilité motorisée

-         Partager une culture de la mobilité

Chacun des ces 5 axes est associé à une liste d'actions à mener pour arriver aux objectifs officiels du PDU.

Notre avis est plutôt que ces actions visent l'objectif non avouable et non avoué du PDU : Mieux Vivre dans le Noyau Urbain...

 Réduire l'utilisation de véhicules individuels et changer les pratiques de déplacement est un objectif que nous partageons.

En effet, il faut tout faire pour réduire les émanations de gaz à effet de serre, les dispersions de particules et tout autre polluant. L'exemple de l'A10 dans Tours est flagrant.

Il a été mis en évidence dans l'étude multimodale des déplacements, effectué pour le Scot, que 75% des trajets sur l'A10, le sont pour des trajets locaux.

D'autres secteurs de l'agglomération et du périmètre du PDU, subissent déjà aujourd'hui des nuisances polluantes liées à la circulation individuelle.

Il n'est pas envisageable de permettre un  développement routier qui n'aurait pour conséquence que d'augmenter les problèmes au risque de voir apparaitre, à terme, d'autres zones avec la même problématique que l'A10.

 Les très nombreux adhérents et les dirigeants de l'association "Le Périph'Nord à la Bonne Place" ne comprennent pas et n'acceptent pas que les études d'un autre boulevard périphérique au Nord soit encore recommandé dans le Plan de Déplacements Urbains.

A la fin du siècle dernier, un Boulevard Périphérique Nord a été réalisé avec l'avenue du Danemark. Celui-ci a, enfin, été terminé avant 2010 pour permettre de relier par une 2x2 voies, l'arrivée prévu du BP Nord Ouest (de la Choisille) et l'A10 au niveau de l'échangeur de Sainte Radegonde. (Bd AG Voisin, Av Danemark, Bd Emmaüs, Bd A Gance).

Le bouclage au Nord de Tours est donc terminé.

En 2004, pour 1,5 million d'Euros, le Conseil Général avait relancé des études qui n'ont pas permis de trouver une solution autre que l'existante.

L'étude multimodale des déplacements ayant servie à l'élaboration du SCoT (adopté en 09/2013) indique clairement qu'il n'y a aucun besoin de nouvelle infrastructure routière, mais seulement des améliorations des réseaux existants.

Cependant, un lobbying important de certaines communes du nord et de l'Ouest de l'agglomération, associées à la complaisance d'autres décideurs politiques ont fait ressurgir ces études de nouveau boulevard périphérique Nord sur le PDU.

Les centaines d'adhérents et milliers de sympathisants n'accepteront pas que soit encore une fois dépensé l'argent public pour rien.

Il existe des solutions pour résoudre le problème de "congestion ponctuelle" soulevé par Saint Cyr sur Loire. Cette solution a déjà été proposée par "Le Périph'Nord à la Bonne Place" lors de l'enquête publique du SCoT et à différents élus concernés.

Raccorder la sortie du boulevard périphérique Nord Ouest sur le Boulevard André Georges Voisin.

Cela permettra de terminer la liaison de la Loire à l'autoroute A10 par le nord.

De plus, passer en 2 x 2 voies entre les point 2 et 3 du schéma ci-dessous, permettra de rendre fluide cet axe qui semble, bizarrement, avoir été créé pour "fabriquer" artificiellement un ralentissement… et ainsi rendre, à tord, nécessaire le prolongement…

L'inter modalité est au cœur de la réussite du PDU.

Il faut développer les transports en commun et ne pas créer de nouvelles routes.

L'inter modalité sera réussie grâce à une réflexion sur les dessertes, les parkings relais, les tarifications, les emplacements des gares, le développement des réseaux de bus / tramway / TER / etc.

Proche du passage à niveau actuel, le CD29 pourrait être un lieu d'échange grâce à la création d'une halte ferroviaire en bordure de la route (du type de la Douzillière à Joué les Tours). Un parking relais pourrait capter les usagers venant des communes du nord et allant vers l'agglomération.

Au niveau du passage à niveau, le CD2 pourrait être le second lieu d'échange en créant une autre halte ferroviaire en bordure de la route. Un autre parking relais pourrait aussi capter les usagers venant des communes du nord et allant vers l'agglomération.

De ces 2 parking pourraient, en plus du TER, partir des lignes de bus desservant le nord de l'agglomération.

L'étoile ferroviaire existe. Elle doit être développée et utilisée. Elle permettra de regrouper les habitants venant du nord (Cerelles, Beaumont, Rouziers, etc) pour leurs permettre de changer leurs habitudes en utilisant les transports moins polluants.

Aujourd'hui, l'offre de TER n'est ni suffisante, ni financièrement attractive, et les gares ne sont pas assez accessibles.

 C'est en cherchant à capter en périphérie les usagers, qu'il sera possible de changer les habitudes.

Des parkings relais trop proches du noyau urbain, ne changeront pas les pratiques de mobilité actuelles.


En partant des communes périphériques (Notre Dame d'Oé, Mettray, La Membrolle, Chanceaux), des axes cyclables aménagés et protégés permettront de rejoindre ces parkings relais.

Dans les communes, des axes piétons, au milieu des quartiers, pourront relier les arrêts de bus, et, de fait, permettront de développer l'usage du transport en commun au détriment des déplacements motorisés individuels.

 Le PDU ne contient aucune information concernant les aménagements possibles pour inciter les usagers de la route à utiliser les transports en commun.

Seule, une remarque inepte, concerne des études à refaire pour savoir où doit être réalisé le nouveau boulevard périphérique nord…

Beau projet pour inciter à l'usage des modes de transport doux !!!

 Il est indiqué que les actions du PDU 2003 auraient été réalisées !

On cherche encore comment est développée l'attractivité pour tous des réseaux fil bleu et fil vert, des services du TER.

Est-ce que la bonne solution est de  rejeter la circulation en périphérie du noyau urbain pour le libérer des contraintes aux dépends des autres secteurs du PDU ? (A28, A85, rue D.Meyer, Boulevard périphérique, etc.)

Nous ne pouvons pas imaginer que nos décideurs, politiques élus et non élus puissent raisonner de cette façon !!!

 Il faut poursuivre les actions en faveur d'alternatives à l'automobile, même sur la périphérie urbaine.

Développer les réseaux bleu/vert/TER au delà du "nombril" urbain.

Donner la priorité aux modes doux et peu polluants.

Pour permettre aux habitants d'aller de leur domicile à leur travail sans passer par le centre, il faut, créer des lignes de bus en ceinture de l'agglomération.

Aller en voiture/vélo/pieds/train jusqu'aux gares/parkings relais en périphérie de la zone PDU puis utiliser les transports en commun pour finir le trajet.

A défaut de tramway au delà du centre urbain, il est nécessaire et impératif d'augmenter de façon importante les fréquences et les dessertes de lignes de bus et de TER.

Bien sur, une véritable tarification attractive devrait aussi être mise en place.

 Si l'association avait pu participer aux cafés mobilités et aux ateliers thématiques, ce genre d'information serait ressorti.

En effet, comment peut-on connaitre les besoins des habitants de la zone 3 si personne ne les rencontre !!!

Même pour seulement 3 inscrits, les rencontres auraient du avoir lieu !!!

Nous, association et habitants de la zone 3, avons été victimes de discrimination.

Seules les zones 1 et 2 ont été entendues.

Nous comprenons maintenant pourquoi ce PDU est si nombriliste.

Limiter la concertation à ce que les décideurs ont envie d'entendre, est une démarche anti-démocratique et inacceptable.

 Le droit à la mobilité est aussi vrai pour les quartiers d'habitat social que pour les zones périurbaines. Les personnes en situation de handicap ne sont pas concentrées en centre ville…

Le choix de l'éloignement du centre de Tours peut avoir été fait pour des raisons financières et de fait, les difficultés de mobilité sont aussi valables pour les zones extra urbaines.

Toutes les zones urbanisées doivent aussi avoir droit à des transports en commun corrects, à des pistes cyclables pour favoriser l'usage du vélo et des zones piétonnes pour accéder aux transports en commun.

 La façon dont est traitée et orientée l'axe "garantir la mobilité de tous" (axe 2) du PDU, est discriminatoire pour qui ne vit pas dans le nombril urbain tourangeau.

Les zones périurbaines de la première ceinture sont oubliées.

Il est indiqué des axes forts à renforcer, mais ils sont intramuros.

Les axes périurbains sont aussi des axes forts (Notre Dame d'Oé, Mettray, Fondettes, Parcay-Meslay).

Il est inconcevable de ne rien faire et de laisser se développer la desserte automobile.

 Les indicateurs évoqués dans les documents pour évaluer l'avancement du PDU et le respect de la réduction des gaz à effet de serre, ne pourront être valables et recevables que lorsque toutes les zones de l'aire d'étude seront traitées équitablement…

 Le SRCAE adopté en 2012 fixe des objectifs à l'horizon 2020/2050 pour lutter contre le réchauffement climatique.

Ces objectifs sont en ligne avec ceux du SRADDT adopté en 2011, qui vise le même but.

-         baisse de l'usage de la voiture

-         augmenter l'usage du TER

-         région cyclable

-         baisse de 40% gaz effet de serre en 2020.

Pour le PADD, il faut aussi promouvoir des modes de mobilité alternatifs à la voiture et faire la ville autrement.

Les lois de Grenelle ont pour objectif la réduction de 20% des émissions des gaz à effet de serre d'ici 2020.

 L'enjeu central est la protection de l'environnement et de la santé. Celui-ci passe par la réduction du trafic automobile.

Le PDU indique que diminuer la part de la voiture de 8% se fera par une prise de conscience des utilisateurs et par la contrainte pour la circulation.

 Pourquoi souhaiter continuer les études du Boulevard Périphérique Nord, trop proche de Tours.

Réaliser un second Boulevard Périphérique Nord aura évidement l'effet inverse puisqu'il favorisera la circulation périurbaine.

Réduire les gaz à effet de serre et les émissions de particules, ne peut pas se faire en faisant un Boulevard Périphérique Nord au milieu de zones habitées.

La seule éventuelle solution est vers l'A28.

Il ne faut pas reproduire une A10 au nord de Tours.

S'il doit voir le jour, le Boulevard Périphérique Nord c'est vers l'A28 et nulle part ailleurs.

 Maitriser l'urbanisation périphérique ne se fera certainement pas par un second boulevard périphérique au nord. La problématique sera identique à l'Est.

Construire la ville des courtes distances et maitriser l'urbanisation passe obligatoirement par un réel développement du Transport en commun

Les infrastructures de transports collectifs et de déplacements doux sont incompatibles avec la réalisation d'une nouvelle infrastructure routière au nord de Tours.

Le but est de recentrer les pôles de vie, pas de favoriser l'étalement urbain.

Déployer les mobilités efficaces, reporter les déplacements automobile vers d'autres modes de déplacement plus respectueux de l'environnement et du cadre de vie, est antinomique avec la réalisation d'un autre Boulevard Périphérique Nord que celui déjà existant.

Synthèse :

Des coûts importants sont annoncés pour mettre en application les actions du PDU. Il faut être conscient que rien ne se fait sans changer les habitudes, même ancestrales, ni sans dépenser d'argent.

Créer des gares, des parkings, des lignes de bus et de tramway, des pistes cyclables et des voies piétonnes, est impératif pour arriver aux objectifs annoncés du PDU.

Il serait aberrant d'investir dans un nouveau boulevard périphérique nord des sommes considérables, qui seraient bien plus utiles si elles étaient utilisées pour permettre au PDU d'arriver aux objectifs souhaités.

Une profonde réflexion sera nécessaire pour coordonner les offres de transport en commun dans les zones au delà du noyau urbain. Autant en termes de fréquences, de tarifications, d'accessibilité, de parkings, de multi-modalités, etc.

Grâce à de nouvelles haltes ferroviaires au nord (CD29, CD2) et des parkings relais, des stations vélos, il deviendrait possible :

-         de rejoindre le centre urbain par le train,

-         d'utiliser des lignes de bus, qu'elles circulent en ceinture d'agglomération ou en direction des axes forts (tramway ou Bus Haut Niveau de Service).

Mieux organiser la mobilité ne peut pas signifier créer un nouveau BP au Nord.

Le SCoT a été rédigé conformément aux conclusions de l'étude multimodale des déplacements et aux préconisations des lois Grenelle

Le SCoT ne prévoit et n'autorise aucune infrastructure routière nouvelle à l'horizon 2030.

Le Plan de Déplacements Urbains doit être en cohérence avec le SCoT.

Le SCoT vient d'être adopté à l'unanimité des élus de l'agglo.

Le SCoT étant opposable au PDU, il n'est donc, désormais, pas légalement envisageable ni possible de réaliser de voie routière supplémentaire.

Aucun nouveau boulevard périphérique nord ne pouvant voir le jour, il n'y a aucune raison de dépenser l'argent public dans des études vouées à ne jamais aboutir.

L'association "Le Périph'Nord à la Bonne Place", les membres dirigeants, les centaines d'adhérents, les milliers de sympathisants, ne pourront pas accepter un Plan de Déplacement Urbain qui demande la reprise des études d'un nouveau boulevard périphérique au nord de Tours.

L'usage raisonné de l'automobile, passe par la contrainte. Si l'offre de circulation est augmentée grâce à un boulevard périphérique nord, il sera alors impossible de raisonner cet usage au Nord Agglomération.

En périphérie Nord, la réalisation de 2 haltes ferroviaires, de parkings relais, de stations vélos, d'accès piétons, permettront de favoriser l'utilisation des transports en commun en réduisant le flux de voitures en direction du centre urbain.

L'association "Le Périph'Nord à la Bonne Place", partage la plupart des orientations du PDU.

Cependant, l'association "Le Périph'Nord à la Bonne Place" ne pourra donner un avis favorable qu'aux conditions suivantes :

-         Abandon des études du BP nord

-         Développement d'infrastructures multimodales sur les RD2 et RD29

-         Respect des engagements PADD et SCoT

-         Respect et traitement équitables pour tous les citoyens quels qu'ils soient et quels que soient leurs lieux d'habitation.

 

Pour l'association "Le Périph'Nord à la Bonne Place",

Le Président, Renaud BELLANGER


--------------------------------------------------------

Remarques transmises au commissaire enquêteur² pour l'enquête publique sur le SCoT :





 
Comments