Grenoblo mâlherox - Blanc la Goutte

Alar vérs : Los lims arpitans 

Poémo en arpitan de Grenoblo per André Blanc, dét la Goutte, écrisu en 1733.

Grafia ORB 

 

GRENOBLO MÂLHEROX


Quand ben ne vos chôt ren de les gens de ma sôrta,

Je vodrên ben povêr fâre uvrir voutra pôrta,

Entrar chiéz vos, Monsiœr, vos levar mon chapél,

Vos rendre mos devêrs, vos ofrir mos rèspècts.

Mas d'avêr cel' honor l'èsperance s'envole ;

Je su tot rebuti, la gota mè dèsole ;

Je ne pouè ples marchiér, dèscendre, ni montar :

A Pompon-Lorion je mè fouè charrotar.

A pêna dens les mans pouè-jo tenir mon lévro,

Je n'é ples que los uelys et quatro dêgts de libros ;

Je su sen apetit, je ne pouè ren dormir,

Enfin jamés gotox ne sofrét tant que mè.

Mâlgrât tant de chagrin, quand je su lâs de liére,

Quârques fês per hasârd je mè mèlo d'ècrire ;

J'èstropio quârques vèrs, je fouè quârques chançons,

Que n'ont lo ples sovent ni rima ni rêson,

Et qu'amusont pas muens les jouenes ricandèles

Que vodriant tojorn vêr de babiôles novèles.

Grossiér ! mè deréd-vos, fôdrêt parlar francês ?

    Il ne mè revint pas si bien que lo patouès,

Quand a mè dèlâssiér ma Musèta m'envite,

Je mèto per ècrit ce que la fôla dicte,

N'atendant de ce-lé ni profit ni renom ;

Passant mos tristos ans, j'enstruiré mos nevots ;

Vê-que ce que m'at fêt barbolyér prod d'ovrâjo,

Sen crenta qu'on blâméye mon barbâro lengâjo,


Ora je parleré tant de l'inondacion

Que des ôtros sujèts que côsont l'afliccion.


A pêna rassurâs de la pouer de la pèsta,

Creyant d'avêr flèchi la colèra cèlèsta,

Los pouros habétants de tot lo Dôfinâ

Viviant, tant bien que mâl, du jorn a la jornâ.

A Grenoblo, surtot, los plèsirs comenciêvont,

Lo bon temps revegnêt, los bits s'aprevèsiêvont ;

Les gens de qualitât payêvont los marchands ;

Se vos voliâd de sous, vos 'n aviâd sur-lo-champ ;

Lo blât, lo vin, la chèrn, coma l'ôtra pédance,

De per tot lo payis vegnêt en abondance.



Dens lo sen de la Pèx los artisans contents

Beviant quârques picotes et passâvont lo temps.

Mas, dens lo muens d'un an, totes chouses changiéront ;

L'argent sè ressarrat, et los vivres ôgmentéront ;

Tant y at que dês depués tot vat de mâl en pir.

Vint un novél mâlhœr quand l'ôtro est assopi :

L'on n'entend racontar que de tristes novèles ;

L'on ne vêt que bregands, que procès, que querèles ;

La religion sè pèrd, n'y at ples de Règuliérs ;

Les gens d'Églése font coma los sèculiérs ;

Lo palès retentit du procès qu'ont los prétres ;

N'y at ples de suretât, pas mémo dens los cllouetres.

Mile contrebendiérs rempléssont les prêsons,

Celos dètèrminâs tuont los sôta-bouessons.

Los lops de temps en temps ravâjont ceta tèrra ;



Lo cièl, l'égoua, lo fuè nos dèclâront la guèrra.

Un an, n'y at pouent de blât ; l'ôtro, n'y at pouent de vin ;

Et l'or fond dens les mans, sen savêr qu'il devint.

Se n'ére los sodârds que sont dens la province,

La bôrsa de prod gens serêt oncor ples mince.


Qui porrat-o pensar que de contrebendiérs,

De manants que n'ont ren, de mèchients garôdiérs,

Èyésont fêt complot d'èxterminar los gouârdes ?

Los uns los mètont nus, font encant de lors hârdes ;

Los ôtros d'un logis tiront doux mâlherox,

Et lor font rèssentir ce que pôt la furor,

A la coa d'un chévâl los sôrtont d'un vélâjo,

Lor donont mile côps, lor copont lo vesâjo,




Lo pistolèt en man los mènont dens lo bouesc,

Et lor font prendre fin, los veyent ux abouès.

Ne s'ére jamés vu de tâles ensolences,

Ne s'ére jamés fêt de si grands violences

Nos les ons vu fenir, quand per ôrdre du Rê,

En Savouè, en Comtât y ut de tropes règllês

Que sen côps de fusily, ni sen donar batalye,

Dispèréront bientout tota cela canalye.

Cent sont alâs ramar, mas lor mêtre Barèt

At yu lo mémo sôrt que Cartouch·e et Nivèt


Tantout lo Drac, grossi de les nês que sè fondont,

Ou des rios qu'en bruyant de tôs los rochiérs tombont,

Colant rapidament tot lo long des Ilats,

Vint metar la frèyor jusqu'a dens la vela ;

Les arches vànament lui bârront lo passâjo,

En vèrsant per dessus per tot el fât ravâjo ;

Tôs los Champs-Èlisês sont cuvèrts de graviérs ;

Los mœblos, los toniôs fllotont tôs chiéz Rêniér.

Lo payisan que vêt que l'égoua l'enverone,

Fât sortir son bètiâly, lo chace, l'abandône ;

La gouârda du canon, lo moniér de Canèl

Montont sur lo cuvèrt, tot coma chantarèl.

Les granges, los glacis, les fossès se rempléssont ;

Per dehôr, per dedens, mile cris retentéssont ;

Comandant, Intendant, ux fllambôs vont u Cors,

Font partir de batéls per donar de secors.

Mas, lâssa ! sur-lo-champ l'égoua devint si fôrta,

Qu'el fât tombar lo pont qu'aboutét a la pôrta.

Prod gens que sont dessus chêyont dens los dèbris,

Et un joueno mariâ funèstament pèrét.


Tantout lo lop surprend un enfant que s'ègâre,

Tantout le vint nafrar dens los bras de sa mâre ;

L'un tue-t una filye, lyé travèrse lo Drac,

Iqué l'on vêt un pied, ilé l'on vêt un bras ;



L'ôtro prend u côlan un homo que labôre,

Qu'en bien sè dèfendant 'n est quito por ses lâvres ;

Et un hardi bèrgiér que s'est prècôcionâ,

Revint des champs, sangllant, et sen mans et sen nâs.


D'où vint to tant de brut, qu'eit to mei que i'entendo ?

U fuè ! Lo toquesin rèvèlye tot lo mondo,

Il est vers l'Arsenâl ; tot côrt de cél coutâ,

Les gens de police sont chiéz los bènatiérs

D'égoua ! tot est pèrdu ; veyéd montar les fllames ;

Gâra los Recolèts, l'Èvèchiê, Noutra-Dama !

Vito de charpentiérs per copar lo cuvèrt,

Tandis que per montar le chemin est uvèrt !

Avouéc l'oura que fât, châque quartiér dêt crendre :

L'on vêt volar le fuè, l'on vêt volar les cindres.

Et jamés l'Ètena, dont on fât grand cancan,

Ne fit tant de fracas que cél novél volcan.

Combien de famélyes sont ruinês sen rèssôrsa !

'N y at que n'ont ren sôvâ, moblos, linjo, ni bôrsa.

L'argent, lo fèr, l'aciér coma plomb s'est fondu,

Et le pou qu'at réstâ sè trove confondu.

L'Èvèque, l'Intendant font de grandes largèsses,

Por solagiér celos que la mâla fam prèsse.

Icé je cèsserê de vos entretenir,





Mas lâs ! noutros mâlhœrs ne sont pas tôs finis.

Tot-ora m'est avis que quârque-ren mè pousse,

Ou que d'un tremblement je sento les secosses ;

Je ne sé se la tèrra ou lo cièl vat s'uvrir.

Dens cela èxtrèmitât, que fâre ? et yô corir ?

Devint nuet a plen jorn ; un vent èpoventâblo

Siut los côps redoblâs d'un tonêrro èfreyâblo

La plove sè mèlant per dedens los ècllârs,

De moment en moment, fét disparêtre l'êr.

Quinto bruit ! j'é pâli, je crèyê que la fudra

Broulâve la vela, la rèduisêt en pudra :

Una poura fèna qu'el n'at fât que tochiér,

Est tombâ, de cél côp, rêda sur son planchiér.

Musa, ne mè fui pas, vê-ce bien d'ôtres ôvres.

Âs-tu quârque chagrin ? Te fâs lo grouen, te plôres.

Je fouè ce que je pouè por tè fâre plèsir.

Tin-mè donc compagnie tandis que j'é lèsir.

Èh bien ! te ne dis mot ? pèsta, de la quintosa !

Ora que fôt parlar, devindrês-tu rèvosa ?

Conta ce que te sâs de la dèsolacion,

Des mâlhors, du dègât, qu'at fêts l'inondacion.

Je conèsso ton mâl, te vodrês tojorn rire ;

Lo temps passâ n'est ples, n'est pas de jouye que vire.

Quint dèsôrdre, grand Diœ ! qui porrêt l'exprimar ?

Homo portant chapél vèrrat-il tant de mâl ?

La tèrra disparêt, les montagnes sè bèssont ;

A vu d'uely, los torrents et les reviéres crêssont.



Grenoblo et son tèrrouèr est una plêna mèr ;

Tombe d'égoua du cièl, et nen sôrt de l'enfèrn ;

La luna, lo solely s'arrètont dens lor corsa ;

Lo Drac et l'Isera remontont vers lor sôrsa.

Un ouragan furiox menace les mêsons ;

Tot tremble, los bèstiâlys, los uséls, los pêssons ;

Les fènes, les filyes, los enfants sè dèsôlont ;

Los homos constèrnâs fêblament los consôlont ;

L'un s'enfuit sen savêr quinto chemin tenir ;

L'ôtro, sè veyant prês, ne sât que devenir.

L'égoua nos vint de luen : dejâ sur la Romanche,

L'on ne vêt ples de pont, ni de pôrt, ni de planche ;

Ples fôrta que lo Drac, el lo fât ècartar ;

A son rapido cors ren ne pôt rèsistar.

A pêna sont-ils juents qu'inondont los velâjos,

Dens lo miluè des champs, les bétyes font nôfrâjo ;


Vèrsan de tot coutâ, dètruisant los barfet,

Les tèrres, les prâlies, sont totes dègrèssiês.

De Cllêx dens la vela n'y at pouent de chemin libro,

Semble que l'Isera lo tint dens l'èquilibro.

Les ploves de Savouè, qu'ont durâ plusiœrs jorns,

Ont mês a la volâ tot los rios d'alentôrn ;

Assé fut-el jamés si grôssa, ni si fôrta ;

Et qui l'avêt tot vu s'ètendre de la sôrta ?

Tota la valèya ne semble qu'un ètang ;

Los âbros, los feniérs, los gèrbiérs vont fllotant ;

Minèts, granges, mêsons, les dètruit, les renvèrse ;

Enfin dens los fôrbôrgs l'on s'apèrcêt qu'el vèrse.

Tôs los eng·èniœrs dejâ sont a chevâl :

Qui côrt cé, qui côrt lé, l'un vint et l'ôtro vat ;

Tandis que los curiox dens les rues sè promènont,



Por donar de secors los sodârds sè dèmènont ;

A lor téta l'on vêt lo sègnor comandant

Avouéc tota sa cort, ensé que l'Intendant.

Los ôrdres sont donâs por cantonar doux pôrtes, ;

Por chargiér de femiér l'on mène de berouètes ;

Châcun fêt son devêr, setout dét, setout fêt.

Cependant plôt tojorn, l'égoua crêt, la nuet chêt ;

L'on chèrche de fllambôs, de falots, de lantèrnes ;

Qui côrt a l'Arsenal, qui côrt a les casèrnes.

A pêna Nivèrnês, que vegnêt d'arrevar,

Ut quitâ l'hâbressac que falyét dèrivar.

Sortêt d'égoua pertot, los ègots, les bialiéres

Avant dejâ bouchiê três ou quatro charriéres.

Desot lo pont de bouesc, sur le quê, vers lo Bôf,

Dèrniér los Cordeliérs, l'Isera fasêt pouer ;

Les gens de Sent-Lôrent, celos de la Pèrriére


De totes les façons érant dens la misère :

La pouer d'étre neyês, la pouer d'étre ècrasâs

Ne lor donâve pas lo lèsir de pensar.

Três quârts de les mêsons coma cloches brendâvont.

U travèrs de les rues les fènes sè sôvâvont,

L'una chiéz son vesin, l'ôtra per les végnes,

L'una chargiê de fil, l'ôtra de colognes.

Tandis que los tambours batiant la gènèrala,

L'intendant vigilant fit dègarnir sa sâla,

Prét un dètachement, volét sen sè troblar

Des magasins du Rê fâre enlevar lo blât.

Los consuls sur-lo-champ sâgement rêsonéront :

A tôs los bolangiérs de couére comandéront ;

Sen ce-lé los sodârds ariant mancâ de pan,.

Et prod des artisans ariant endurâ fam.

U son de trompèta sè publiat un ôrdre

D'iluminar pertot, de crenta du dèsôrdre ;

La garnison, cél nuet, sen cuche ni carrél,

Coma lors èpèyes cuchiét dens son forrél.

Dejâ depués long-temps la citât mâlherosa

Atendêt u levar l'Ôrora pèrèssosa,

Quand, por chaciér la nuet, u luè de ses colors

De pouer de mèchient êr ele prenét son lop ;

Sè cachient per dèrniér lo ples èpès nuâjo,

Ele fut, dens un sôt, uprés de Sassenâjo.

Los habetants surprês, veyant que tot lor nuét,

Fermont lors bouteques ; et bagâge que pôt.

L'égoua gâgne pertot ; les gouârdes de les pôrtes,

Per l'empachiér d'entrar, ne sè trovont pas fôrtes.

Ne sè vèrrat jamés parèlye confusion :


Tant crend-il le petit que cél de condicion,

L'un plôre son cusin, l'ôtro plôre son frâre,

L'un crent por sa fèna, l'ôtro por sa comâre ;

L'on ne recognêt ples ni mêtre ni vâlèt ;

Tâlo qu'at diéx laquès sè trove tot solèt,

Et coma pèrsona n'avêt vu tâl dèlujo,

Qui decé, qui delé corêt chèrchiér refujo.

Assé, dens muens de ren, Grenoblo tot entiér

Sè trovat ressarrâ dens un petit quartiér.

Dens totes les mêsons, de pertot l'égoua entrâve.

El ne corêt pas, semblâve qu'el volâve.

Cela rapiditât surprend los ples prudents :

L'un tançone son vin, l'ôtro son égoua-ardent.

Lo drapiér dègarnét totes ses ètagiéres ;

De mémo lo mèrciér, de mémo les lingiéres.

Cél quite son plan-pied, l'ôtro son magasin ;

Qui côrt chiéz son parent, qui vat chiéz son vesin ;

Per sôvar son senè cél-qué pèrd sa rubârba.

L'ôtro vêt son savon que sè fond a sa bârba.

Por garandar son bien n'y at pèrsona d'ouèsif ;

L'un sôrt d'ôlyo de nouèx, l'ôtro d'ôlyo d'olif ;

L'un pôrte de sucro, l'ôtro de cassenâda ;

Cél pôse son câfè por sôvar sa motârda.

Iqué l'on vêt de cuér, ilé l'on vêt de fèr,


Icé d'homos ples nêrs que de lutins d'enfèrn.

La mâre dens sos bras empôrte sa marmalye ;

L'enfant tot ètordi prend son pâre en carcalye ;

L'un chârge sa seror, l'ôtro sa cusena,

L'un doux de ses filyes, un ôtro sa fèna.

Pertot l'on vêt gouafar de garçons, de sèrventes ;

L'égoua, lo bruit, l'èfrê, la confusion ôgmente ;

Celos vont sur le quê por chèrchiér de batéls,

Los ôtros vers lo Bôf construisont de radéls ;

Los uns ont de mulèts, de bidèts, ou de rôsses ;

Los ôtros font sèlar lors chevâls de carrosse.

Se 'n y at que vont per vêr, 'n y at d'ôtros qu'ont lo souen


De solagiér celos qu'ont un prèssant besouen :

Monsior de Malyebouès, en granda diligence,

Montant sur son batél, sè rend a l'Intendance ;

Iqué los Governor, colonèls, oficiérs,

Uprés du G ènèral vegnant de tôs quartiérs ;

Los sodârds dens lo lor depués long-temps nagiêvont,

Celos qu'érant desot u-dessus sè logiêvont ;

L'Ètat-Major dôtant qu'ils fussont sûrament,

De los alar querir 'l y ut un comandement ;

Dens lo pou de tèrren que l'égoua nos lèssiêve

En sortant du batél, lo Major los placiêve.

U clochiér Sent-André, Musa, tè qu'és montâ,

Ce que t'âs vu d'iqué te devrês racontar.


Tâla qu'on vêt la mèr u fôrt de la tempéta,

L'Isera fât drèciér los chevéls de la téta.

L'Isère fait dresser les cheveux sur la tête.

Grenoblo, t'és pèrdu ! lo monstro t'englotét ;

Mâl avisâ fut cél que si bâs tè plantat !

De plentes redoblês tôs los ècôs geméssont,

De tè vêr tant sofrir les roches s'atendréssont ;

J'entendo la sèrpent et lo dragon sublar ;

Te tombes a tot moment de Caribe en Scilâ.

Sur lors gôfros provonds 'l y at de chemins frèyâblos,

Mas, hèlâs ! sur cetos n'y at pouent de navegâblos.

Fôdrat-o prendre fin entre la tèrra et l'êr ?

D'y songiér solament fât fresenar la chèrn.

Mon sang dens mes vênes devint ples frêd que mârbro,

Veyant de poures gens sur les pouentes des âbros,

Per l'égoua, per la fam, en dangiér de morir,

Sen que qui ce sêt pouesse los secorir.

Lo dègât que parêt ne sè pôt bien comprendre :

L'on ne vêt rien de sèc tant que vua pôt s'ètendre ;

Les Granges sont cachiês, la Plana, l'Ila-Vèrt ;

Et celos de Sent-Roc sont dessus los cuvèrts.

Cependant los batéls vôgont per les charriéres ;

L'on rencontre pertot misères sur misères ;

Dens los três hopetâls parêt tot renvèrsâ ;

Per dèrniér, per devant, les bialiéres ont vèrsâ.

Los malâdos, los sans cregnont de méma sôrta,

Et tâlo que n'at ren vodrêt passar la pôrta.

De crenta de pèrir, les sœrs Carmèlites

Dedens la Charitêt sè refugiont totes ;

Los Péres de lors souens lor donont bèla mârca ;

Ils sont tôs bateliérs, lor portâl sèrt de bârca.

Celos pouros quartiérs sont ben si mâl trètrâs

Que tôs los encolents sonjont de los quitar.

Per la rua Sent-Françouès, per la novèla encenta, ;

L'on vêt atant de mâl que vers la Mêson Pinta ;

Un valèt d'ècurie, dens l'égoua jusqu'u côl,

A més de vengt mulèts vat copar le licôl ;

En nagient, de chevâls sè rendont sur les places ;

D'ôtros per un parquèt montont sur les tèrrasses.

Si l'on vêt lo Fèrmiér promenar sa grandor,

Marciœ lo chévaliér, tojorn vif, plen d'ardœr,

Que n'at jamés tremblâ sur tèrra ni sur l'onda,

Per donar de secors, porsiut pertot sa ronda.

Pardonâd-mè, se vos plét, se je trencho son nom :

N'est pas ren por lui ôtar brése de son renom ;

Mas sovent mâlgrât mè, ma Musèta fantasca

Dens lo miluè du côp vint me fâre una frasca.

Yô su-jo, pouro mè ! je pèrdo lo sublèt,

Et je ne vâlo pas quatro clous de soflèt ;

Dens un petit golyèt je vuel fâre nôfrâjo.

Fenésse que vodrat ceti mèchient ovrâjo !

Mon èsprit s'est troblâ : noutron pont est dètruit,

Cél pont, cél brâvo pont, si brâvament construit !



Cél pont, digno projèt d'un intendant ilustro,

Per lo ples fatal sôrt, at muens durâ d'un lustro :

Qui pôt-il sè fllatar de le vêr rètabli ?

D'ôtro que prèssont mielx lo metront dens l'oubli.

Qu'est-o que je vèyo sur cél radél que fllote ?

Cél que, depués qu'est jorn, dessus son chevâl trote,

Monsior de Montferrat qu'a tant de poures gens

Pôrte de pan, de vin, et lor balye d'argent ;

L'on l'at vu vers lo Bôf, vers lo Pêds, per Très-Cllouetra,

Tot crotâ, tot molyê, tot pèrciê d'outra en outra,


Enfin, per cents endrêts, lo Drac s'est ècolâ.

Semble que l'Isera ne vodrêt pas môlar ;

Cependant mâlgrât lyé, et de dèpit hontosa,

El s'en vat grondant dens sa cuche borbosa.

Dejâ lo cordon-blu, monsior de Fontaniœ,

Nombro de colonèls, los mèssiors de Marciœ,

Sur lors fringants chevâls vont vêre lo damâjo,

Et por lo rèparar mètont tot en usâjo.

Los fossès sont tot plens, los gllacis tot rasâs,

Tôs los ponts sont rompus, los chemins tot crœsâs.

Ne fôdrêt pas songiér de sortir per la Gralye.

Lo pont est renvèrsâ, tot coma la muralye.

Céls de Bôna prèssant d'étre racomodâs,

'l y at per y travalyér de sodârds comandâs.

Per dedens Sent-Lôrent nombro de mêsons fendont,

'n y at três que sont tombês et prod d'ôtres que brendont.

Per tota la vela, de crenta du segrôl,

L'on dèfend de roular carrosses ni bèrrots.

Châcun devant chiez sè cueve, netèye, lâve ;

Qui tire sos toniôs, qui fât vouedar ses câves.

Se los grands per lors gens sè font complimentar,

Celos du tièrs-ètat côront sè visitar.

L'un vat vêr sos parents, sos gendros, sos biôs-frâres ;

L'ôtro sos crèanciérs, sos amis, sos confréres ;

Cél vat chiéz son patron, cél chiéz son dèbitœr,

Et la bigota côrt chèrchiér son dirèctœr.

Coma lo matelot èchapâ de l'orâjo

Racomode sos mâts, sos vouèlos, sos cordâjos,

De mémo l'habetant, dens sa mêson fèrmâ,

Tâche, du mielx qu'il pôt, de rèparar son mâl,

Emmode sos enfants, sos garçons, ses sèrventes ;

Mas un novél souci l'enquiète et lo tormente :

N'y at ren dens son amêd, ren a son râteliér.

Los forns ni los molins ne pont pas travalyér ;

Los bouchiérs ne tuont pas, lors bétyes sont pèrdues ;

Los vins sont empèstâs, les égoues corrompues,

Avouéc l'or l'on at tot, diont les gens quârque-fês ;

Ora, avouéc lui, pas muens, l'on arêt fam et sêf,

Se los consuls prudents ne donâvont des ôrdres

D'aduire de pertot quârque-ren de què môrdre.

Por nos facilitar de mielx nos man-levar.

Durant três semanes tôs los drêts sont levâs :



L'intendant atentif, coma farêt un pâre,

Nos fât dens tôs los temps tot lo bien qu'il pôt fâre.

Isera, ta furor parêt bien en tot luè :

Te devês garantir los templos du bon Diô ;

Jusqu'a sur los ôtals et dens lo sanctuèro,

T'és venua profanar noutros sacrâs mistèros.

Cârmos, vos o savéd ; Cordeliérs , Capucins,

Falyét de son palès sortir lo Sent des Sents.

Los pouros Recolèts, durant vengt ans de quéta,

Ne porront rèparar la mêtiêt de lor pèrta ;

Dedens lor grand covent, l'égllése, lo dortouèr,

Sont sens dessus dessot, coma lo refèctouèr.

Fôt que los Jacobins recuvrésont lors tombes.

Herox los Ôgustins, se lor cllouetre ne tombe !

Est tot bolevèrsâ chiéz les Ursulines,

A la Visitacion, chiéz les Orfelénes.

Jèsuites, Pènitents, Parouèsses, Sèminèro,

Vos avéd ressenti cél mâlhor populèro,

Minimes, qu'ute pouer non sen justa rêson,

Ne serat sèc d'un an dens voutres doux mêsons,

L'égoua sè fit chemin dedens la catèdrâla,

Et enfin n'ègzentat que la colègiâla,

Égllése solèta, dens lo nombro de vengt,


Yô l'on ne cèssat pas lo sèrviço divin,

Fâchox rèssovenir du ples tristo spèctâcllo !

Tèmis, dens son palès, ne rendêt ples d'orâcllos ;

Mâlgrât tôs sos èfôrts, lo liquido èlèment

Entrat coma darbon dens sos apartements ;

Solevant son planchiér de mémo que de liéjo,

Soulevant son plancher de même que du liège,

Renvèrsat son burô, sos armouèros, sos sièjos ;

Et dens l'afrox sèjorn yô règne Bigilyon,

Los criminèls molyês sortéront des crotons.

El fut dens la Grand-rua jusqu'a la cort de Chôlnes ;

'n y avêt, chiéz los drapiérs, de l'hôtor de lors ônes.

Tant y at n'y ut ren de sèc que la Polalyerie,


Le banc de Mâl-Consèly et la rua Brocherie,

La place Sent-André, cela de la Volalye,

Et l'Ila Cllavêson, yô je su per la palye.

En l'an cinquanta et un los uns diont que 'n y ut muens,

Los ôtros que 'n y ut més, mas n'y at ples de tèmouens.

Qui porrêt habetar ceta vela puanta,

Cimentâ de três pieds d'una bôrba gluanta,

Ples nêre que pege, ples sâla que bèrtou,

Qu'enfècte les mêsons, et que nos jônét tôs ?

Qui vèrrat sen fremir cél sen-parèly damâjo,

Tant d'habetants ruinâs, que quitont lor loyêjo,

De gens de tôs los ârts, et de tôs los metiérs,

Que demandont lor pan dedens châque quartiér ?

Veyéd per Sent-Lôrent, veyéd per la Pèrriére,

Veyéd per lo Fôrbôrg, mâlherosa charriére,

Iqué l'égoua corêt dessus los talapèts ;

Lo blanchiér n'at ples ren, alun, ôlyo, ni pêx ;

N'y at ples de chenevo chiéz los pouros pegnéros,

Ètopes, colognes sont parties por Bôcèro.

Les fènes dèsolâs, possèdâs des folèts,

Vont chiéz los tesserands por chèrchiér lors têles ;

L'una trove son fil dens la lâca borbosa,

L'ôtra vêt sa têla, sablonosa, tèrrosa :

Poura mè, dit l'una, vê-que tot mon trèsor,

Mon fil qu'ére si fin, et ples jôno que l'or ;

L'ôtra crie-t en plorant : n'en déte ren, comâre,

Mon homo ne sât pas que j'en faséso fâre.

Iqué lo sarraliér dèroulye sos outils,

Ilé lo gargotiér dètèrre son pontél ;

Le chapeliér gemét d'avêr pèrdu ses fôrmes ;

A lor lo bolongiér sè juend et sè confôrme ;

De rèparar son forn ne vâlt pas la pêna :

Il at pèrdu son bouesc, son blât, sa farena.

Veyéd cél tenturiér, la fumiére l'ètofe,

Fôt de tôs sos marchands replongiér les ètofes ;

Icé lo bonetiér relâve sos bonèts,

Ilé lo menusiér trove son chantiér nèt ;

Lo tèrralyér contrit ne sè dèmène gouéro,

Sos pots sont tôs cassâs, ses botelyes, sos vêrros ;

Lo sèliér fât sechiér ses vaches de Russie,

Lo cordaniér, sos cuérs et sos véls qu'ont musi ;

Lo savatiér du couen, ples pèmo que marmota,

N'ôse ples ricaniér, ni sublar la linota ;

Qui decé, qui delé, châcun s'en sentirat ;

Et tâl n'y pense pas, que s'en soventerat :

L'èpiciér, mêtiêt môrt, soupirant de misère,


Pêche dens sa mêson lo rèsto de sa fêre ;

Que d'ôlyo, d'ôdevie, de gerofllo pèrdu !

Que de pouèvro gâtâ, que de sucro fondu !

L'èsquinât, lo gayac et la salsaparèlye

Sè trovont mèlangiês dens lo bol et l'orsèlye ;

L'on trove tot ensems lo tê, lo quinquinâ,

Le gingembro, l'anis, et l'ipècacuanâ.

Chiéz l'un n'at ren réstâ dens ses quésses de mana,

Ni pouent d'ôlyo d'aspic dedens sa dama-jiâna ;

Chiéz l'ôtro le vèrdet s'est fondu coma sâl ;

Dens de nêr-de-fumâ son miél s'est renvèrsâ.

De totes les colors lo bizârro mèlanjo

Barbôlye los ovriérs, los fât parêtre ètranjos :

L'ocro, lo minion, lo cinabra, l'alun,

L'azur et l'endigô sè trovont dens lo glun.

L'un fât sechiér son blanc, son tôrna-sol, sa lâca ;

L'ôtro son amidon qu'y tire de sa gllaca.

Combien de chandèles et de coton molyês,

De fromâjos purris, de burro patrolyê,

Des ètofes gâtês, de draps de totes sôrtes !

Combien de vin vèrsâ, combien de bétyes môrtes !

Lo blât du grenatiér dens l'entrepôt gèrmâ !

Enfin tot s'en sentét, et châcun ut de mâl ;

N'y ut pèrsona d'ègzent, et los apotiquèros

Pèrdéront lors sirops et lors èlèctuèros.

Musa, change de ton, lèsse los mâlherox ;

Fôt parlar des bienfêts des homos g ènèrox ;

Des anciens Dôfinouès 'l y at uncor de la race ;

'l y at oncora de gens que font tot avouéc grâce ;

De nôblos que lo reng, les charges, los emplouès

Ne rendont pas ples fiers que los simplos borjouès ;

De grands que la vèrtu renge du premiér ôrdre,

Et que ni los jalox, ni l'envéye n'ont pu môrdre ;

Tâlos sont los Gramont, de Vâlx, de Dolomiœ ;

Tâlos, los Sent-André, los Tencin, los Marciœ,

Los Varse, los Gratèt, los Vidôd, los Simiana,

Los Viènouès, los Langon, los Vachon, los Bayana ;

Tâles, cent famelyes por qui la Renomâ

Uvrirêt ses boches se los falyêt nomar.

Dens tôs los accidents, coma dedens de sôrses,

Los pouros pont comptar de pouesiér dens lors bôrses;

Jamés los demandors ne pont los prèvenir ;

De ce qu'ils ont donâ pèrdant lo sovenir ;

A bien sèrvir lo Rê, ensé qu'on los vêt lèstos

A solagiér los mâls, de mémo sont-ils prèstos.

Dens cél dèrniér mâlhor nos 'n ons vu los èfèts ;

Que n'ont-ils pas donâ, quint bien n'ont-ils pas fêt ?


Sen amusiér les gens de promèsses frivoles,

L'un chiéz quatro curâs fit portar cent pistoles ;

De parèlye somma plusiors firont present ;

Un grand, dens son quartiér, donat de blât, d'argent ;

Un prèlat que de l'or coma de ren fât compto,

Balyét abondament, coma lo Côrp des Comptos.

Iquen n'empachiét pas los dons particuliérs :

Tot lâchiét, prèsidents, gens du Rê, conseliérs ;

L'èvèque, los âbès, dens cela trista crisa,

Ensé que l'intendant, donéront bien lor misa ;

Los homos d'èpèya, los homos de barrô,

Tôs los entreprenœrs, los comis de burôs,

Châcun dens son ètat, dens cél temps de dètrèsse,

De sos petits moyens ux pouros fit largèsse :

Qui donat diéx louis d'or, qui cinq, qui vengt ècus ;

Cél ce qu'il lui falyêt, l'ôtro son supèrflu.

Por elos los Chartrox, los hopetâls couéséront ;

Los borgês, los marchands, qui pou, qui prod donéront.

Tant de bien ramassâ, dispèrsâ sâgement,

A plusiors mâlherox donat solagement ;

Ben-lèf qu'un mèlyor temps adocirat les pèrtes,

Tant de chagrins couéyants, tant de pênes sofèrtes ;

Mas il ne rendrat pas les tèrres, les prâlies,

Los jardins, les vegnes, les iles, los talyês.

La sèrpent d'Isera, le long de son rivâjo,

At fêt en pou de temps un surprenant ravâjo ;

Nos avons vu passâ de moblos, de toniôs,

De gèrbiérs, de feniérs, de planchiérs, de platéls,

D'ètâblos, de cuvèrts, et de bouescs de charpenta ;

Tantot l'on la veyêt (l'Isera), coma una ila fllotanta,

Garnia d'âbros fruitiérs, d'arâros, de chariots,

D'èchiéles, de râtéls, de hèrpes et de bèrrots,

Tantout roulant les roues de quârques artificios

Et les englotéssant dedens son prècepicio.

On ne sarêt nombrar les bétyes submèrgiês,

Los molins renvèrsâs, les mêsons dèlâbrês,

Los batéls qu'ont pèri, tant los plens que los vouedos,

Los blâts que s'est gâtâ dens los endrêts humidos ;

Dens lo greniérs du Rê, la sâl que s'est fondua,

Ni tant de farena chiéz los moniérs pèrdua.

Cependant les danrês de jorn en jorn ôgmentont,

Sôrt pertot de tropes, que vers Briançon montont,

Por alar jusqu'iqué fôt fâre de circuits,

Quinze ponts, por lo muens, sont tot a fêt dètruits,




Fôt chèrchiér de chemins u travèrs de les Alpes,

Fôt veriér, fôt tornar, fôt changiér les ètapes.

Enfin l'enfanterie comence de felar,

La cavalerie siut los anciens dèfelâs,

En jouye et en santât Diœ volye los conduire !

Quand ben j'en é prod dét, nen réste bien a dére.

Mas por ora, Monsior, je su voutro vâlèt ;

Ma Musèta s'endôrt : Je velyo tot solèt.



F I N